Ouvert les dimanches et jours fériés

La rédaction

La rédaction
4546 POSTS
La rédaction de Canard PC est un concept changeant et protéiforme, qui regroupe des idiots de provenance et de qualité variées, capables ou non d'opinions cohérentes.

par   

Depuis quelque temps, vous êtes nombreux à nous demander pourquoi nous ne consacrons pas plus d’articles, voire de tests, à la réalité virtuelle. C’est une excellente question. D’ailleurs, après vous avoir remercié de nous l’avoir posée, nous allons y répondre. Si nous ne parlons pas de VR, chers lecteurs et lectrices, c’est avant tout parce que les principaux constructeurs ne sont pas particulièrement pressés d’envoyer des versions aux journalistes. Ou peut-être seulement aux journalistes qui ont la réputation d’être taquins, qui sait… En tout cas, faute de versions presse, nous avons dû acheter nos petits casques avec notre argent de poche et faire la queue comme tout le monde. En attendant de recevoir nos précieux, ce qui ne saurait tarder, nous vous encourageons, fidèles à nos habitudes, à patienter. Calme. Sage. Assis. Pas sortir la CB. Les catalogues de sorties sont pour le moment rachitiques et, comme nous l’ont appris les écrans 3D et le Kinect, il ne suffit pas qu’une technologie soit révolutionnaire pour qu’elle trouve son public. Bref, rien ne justifie pour le moment un ticket d’entrée à 700 euroballes, plus une nouvelle carte graphique hors de prix si votre PC est un peu ancien. On a bien dit pour le moment. Car malgré le petit nombre de jeux compatibles, malgré les limitations qu’impose le port d’un casque VR (qui risque fort de restreindre son usage à certains types de jeux bien précis), bon dieu, cette technologie est bluffante. Impossible, même pour de vieux blasés comme nous, de ne pas tomber sur le cul devant le nombre incroyable de possibilités qu’elle offre. Des possibilités qui, à l’heure actuelle, sont encore très loin, trop loin, d’être correctement exploitées.

L’édito ci-dessus est extrait du Canard PC n°339, en kiosque depuis le 15 mai 2016 avec notre dossier sur la publicité dans le jeu vidéo en couverture.

Le sommaire de Canard PC 339

339 DEF.indd

– O –
Rejoignez la discussion sur le forum

par   

Il y a deux choses très chouettes dans le jeu vidéo. La première, c’est sa variété. De Candy Crush à Arma, du wargame pointu au point & click mignon tout plein, il y en a pour tous les goûts et tous les publics. La seconde, c’est son petit côté Far West. Contrairement à la littérature ou au cinéma qui sont des médias bien établis, le jeu vidéo est encore en pleine période de maturation, cherche sans arrêt de nouvelles directions et de nouvelles pratiques. Tenez, prenez le streaming par exemple. Que ce soit sur Twitch ou sur YouTube, on a désormais droit à toutes sortes de vidéos des gens jouant à des jeux, qui vont du let’s play au show écrit avec mise en scène. C’est devenu un phénomène et même une économie. Une économie parasite, à en croire Ryan Green, le créateur de That Dragon, Cancer. Dans un long article posté sur le site du jeu, il ne cache pas sa rancœur contre les youtubeurs qui font des millions de vues en postant parfois l’intégralité de l’aventure, à peine commentée, tandis que son jeu a péniblement franchi la barre des 15 000 copies vendues. Le rapprochement de ces deux chiffres a beau être un peu facile (parmi ces millions de viewers, combien ont regardé plus de quelques minutes du jeu ? Combien auraient acheté le jeu s’ils n’avaient pas pu le voir en vidéo ?), il pose tout de même quelques questions importantes. Si le streaming est un excellent moyen de promotion pour les jeux d’action et les bacs à sable, n’est-il pas nuisible aux jeux d’aventure et à tous ceux dans lesquels l’interaction avec le monde a moins d’importance que l’histoire ? Pourquoi payer 15 euros pour un simulateur de marche d’une heure trente qu’on a déjà pu regarder gratuitement ? Un let’s play sans commentaire s’apparente-t-il au piratage d’un film balancé tel quel sur YouTube ? Et après tout, si l’histoire que les développeurs cherchent à raconter est si linéaire qu’elle peut parfaitement être regardée dans un canapé, un whisky à la main, le jeu vidéo était-il le médium le plus approprié ? Oui, le jeu vidéo est un Far West où cohabitent des habitants très divers. Et il va être difficile de trouver un équilibre.

L’édito ci-dessus est extrait du Canard PC n°337, en kiosque depuis le 15 avril 2016 avec « Dark Souls 3 » en couverture.

couv337

Le sommaire de Canard PC 337

– O –
Rejoignez la discussion sur le forum

par   

– Eh les gars, si on faisait l’édito sur un MOBA ?
– Déconne pas, je sais que c’est le numéro du premier avril mais faut pas trop pousser.
– Non mais là c’est très fort, Valve vient de lancer un « custom game pass » pour DOTA 2. En gros c’est un système dans lequel tu payes pour des avantages à l’intérieur d’un mod.
– Attends, je suis pas sûr de comprendre. Les gens payent pour le mod, comme à l’époque du workshop Skyrim payant qui avait fait scandale ?
– Non, le mod est toujours gratuit et tout le monde peut y jouer librement. Par contre, en échange d’une petite somme d’argent, les joueurs gagnent accès à des avantages, comme dans un free-to-play. Le premier mod à utiliser ce système, Roshpit Champions, offre aux joueurs prêts à claquer un dollar chaque mois un bonus d’XP et des slots de personnages en plus. Bien sûr, le créateur du mod touche une partie de cette somme.
– Les gens sont contents ?
– Oui, enfin presque…
– Vas-y raconte, je sens que tu vas dire du mal.
– Ben tu vois, Roshpit Champions, comme la plupart des mods, emprunte du contenu à droite à gauche. Si ça ne posait pas de gros problème à l’époque où Ryan Racioppo, l’auteur, faisait ça pour s’amuser, c’est beaucoup plus gênant maintenant qu’il y a du pognon en jeu. D’autant que les conditions du workshop de Steam sont claires : l’auteur d’un mod doit détenir les droits sur tout le contenu utilisé dans sa création.
– Alors, qu’est-ce qui s’est passé ?
– Les gens ont commencé à sortir les fourches. Racioppo s’est confondu en excuses et a retiré en catastrophe tout le contenu de son mod utilisé sans permission, essentiellement des icônes dessinées par d’autres artistes.
– Et comment a réagi Valve ?
– Gabe Newell a fini par réaliser que c’était une mauvaise idée de vouloir faire du pognon avec tout et n’importe quoi sans le moindre contrôle qualité. Valve va arrêter de monétiser les mods et rendre l’accès à Greenlight beaucoup plus difficile.
– Sans déconner ?
– Tu l’as dit toi-même, c’est le numéro du 1er avril.

L’édito ci-dessus est extrait du Canard PC n°336, en kiosque depuis le 1er avril 2016 avec « Total War Warhammer » en couverture.

Couv336

Le sommaire de Canard PC 336

– O –
Rejoignez la discussion sur le forum

par   

Commençons par rappeler les faits. Début mars, Tim Sweeney, le fondateur d’Epic Games, a rué dans les brancards façon grand-oncle bourré à la fin du repas de Noël. Dans une tribune publiée par The Guardian, il a accusé Microsoft de vouloir prendre en otage le jeu vidéo sur PC et de transformer ce qui était jusqu’ici une plateforme ouverte en écosystème semi-fermé façon Google Play. En cause, le nouveau standard UWP (Universal Windows Platform) poussé par Microsoft, qui permet de développer des applications crossplatform PC/Xbox One/Windows Phone distribuées via le Windows Store. La crainte de Sweeney est que Microsoft se livre à une concurrence déloyale envers les autres plateformes de distribution, comme Steam, en interdisant l’exécution de programmes non-UWP ou en décourageant fortement leur installation, à la manière de ce que fait Android avec les applications non issues du Store. Bon. Tentons d’examiner la situation en gardant la tête froide. Est-il possible qu’un jour Microsoft verrouille complètement l’exécution de programmes non-issus de son Store, façon Apple ? Aucune chance, ce serait suicidaire : la grande force de Windows, face à Linux notamment, est le nombre incroyable de jeux et de logiciels disponibles. Est-il possible qu’il se contente de décourager leur installation, par exemple avec un pop-up « êtes-vous sûr de vouloir prendre le risque d’installer un logiciel non certifié Windows Store » ? C’est déjà plus probable. Microsoft cherche par tous les moyens à peupler son Store sur lequel, à l’exception d’Office et autres programmes maison, on ne trouve toujours aucun logiciel majeur. Or, devant le succès… comment dire… modéré de la Xbox One et des Windows Phone, Microsoft a tout intérêt à pousser les innombrables développeurs Windows à créer des logiciels cross-platform qui valoriseront tout l’écosystème Microsoft. On a tendance à l’oublier mais Windows, seule plateforme commerciale entièrement décentralisée, est aujourd’hui une exception. Dans un monde où la concurrence entre Google, Apple et Microsoft est de plus en plus tendue, ça risque de ne pas durer éternellement.

L’édito ci-dessus est extrait du Canard PC n°335, en kiosque depuis le 15 mars 2016 avec Kingdom Come en couverture.

couv 335 def.indd

Le sommaire de Canard PC 335

– O –
Rejoignez la discussion sur le forum

par   

Nous vivons une époque troublée. L’équilibre géopolitique est plus fragile que jamais, les bourses mondiales menacent à nouveau de tomber plus bas que celles du gros dégueulasse de Reiser, on est mal barré. Et encore, nous avons échappé au pire… Figurez-vous que ce numéro de Canard PC a failli contenir un test de Street Fighter V sur PC et un test de Far Cry Primal sur consoles. Comme une telle absurdité aurait chamboulé l’ordre cosmique et déclenché des pluies de grenouilles au-dessus des normales saisonnières, nous avons préféré nous abstenir et reporter le test de Far Cry au prochain numéro. Bon, OK, ce n’est pas la seule raison, mais l’autre est moins rigolote. Voyez-vous, pendant longtemps, les jeux multiplateformes se divisaient en deux catégories : ceux qui sortaient en même temps sur toutes les machines et ceux qui sortaient d’abord sur consoles puis beaucoup plus tard sur PC. Cette situation convenait assez bien à l’humble feuille de chou que nous sommes : ou bien nous testions immédiatement le jeu sur PC, ou bien nous testions la version console puis, six mois après, la sortie du portage PC nous donnait l’occasion d’en reparler et d’écrire des pages d’insultes. Mais depuis quelque temps, sans doute pour lutter contre le piratage, les éditeurs ont pris l’habitude de sortir la version PC non pas un an mais deux semaines après celles destinées aux consoles. Un délai bien embêtant puisqu’il nous place devant un dilemme, et même un trilemme, cornélien : tester le jeu ou bien avant sa sortie (mais sur console), ou bien sur PC (mais en retard), ou bien deux fois à un numéro d’intervalle (ce qui est ridicule). S’il nous est arrivé d’opter pour la première solution, comme lors de la sortie de Rise of the Tomb Raider, face à la multiplication de ces sorties décalées, nous avons décidé de privilégier la seconde, cela afin de fournir la meilleure information possible à nos lecteurs majoritairement PCistes et de continuer à tester les jeux dans les conditions que nous souhaitons, indépendamment du calendrier des éditeurs.

L’édito ci-dessus est extrait du Canard PC n°334, en kiosque depuis le 1er mars 2016 avec Street Fighter V en couverture.

couv 334 DEF.indd

Le sommaire de Canard PC 334

– O –
Rejoignez la discussion sur le forum

par   

Cher lecteurs, chers lectrices, toute l’équipe de Canard PC vous souhaite une excellente année ! Que 2016 vous apporte le bonheur, le succès, la santé et, surtout, soit pleine de promesses. Sur ce dernier point, on peut être tranquille : niveau promesses, cette année va battre des records. Et pourtant on a l’habitude… Ça fait un moment que l’industrie du jeu vidéo repose presque entièrement sur les promesses creuses, la hype et la vente de vent. On en a déjà parlé : depuis des années, les éditeurs utilisent les plus viles ficelles du marketing pour créer du désir, voire du fanboyisme aveugle, et pousser leurs clients à claquer 80 euros pour précommander des jeux bâclés accompagnés d’une figurine en résine. La situation n’est pas près de s’améliorer en 2016. Prenez l’Oculus Rift. Annoncé à 300 puis à 450 dollars, le casque-à-vomi du père Carmack a finalement été mis en vente au prix dément de 600 dollars (700 euros plus 40 euros de frais de port pour l’Europe), auquel il faut ajouter un PC à 1 200 euros si l’on veut atteindre la config’ recommandée par Oculus. Une facture totale de presque 2000 euros pour un produit dont on ne connaît toujours pas les performances réelles, au catalogue de jeux terriblement réduit, vendu sur un fantasme plus que sur des arguments concrets. Et n’espérez pas en convaincre les heureux pré-acquéreurs d’un Oculus : ils défendront leur achat avec une foi quasi religieuse. C’est pourquoi, toujours bien décidé à défendre la veuve et l’orphelin, ainsi qu’à se faire de nouveaux ennemis, Canard PC a cru bon de commencer 2016 en se penchant sur un autre projet qui surfe depuis des années sur une grosse vague de hype : Star Citizen. Et surtout n’oubliez pas : que ce soit dans l’espace ou dans les mondes virtuels, les promesses n’engagent jamais que ceux qui les croient.

La bande-annonce du numéro:

°°°

L’édito ci-dessus est extrait du Canard PC n°331, en kiosque depuis le 15 janvier 2016 avec Star Citizen en couverture.

COUV 331

Le sommaire de Canard PC 331

– O –
Rejoignez la discussion sur le forum

par   

Bonjour et bienvenue dans ce premier numéro hivernal de Canard PC. Oui oui, vous avez bien lu. Oh, on sait que ce n’est pas encore l’hiver mais on trouve qu’il fait un peu froid à Paris depuis quelque jours. Une sorte de vent glacé, pas très rassurant, on ne sait pas trop pourquoi. Peut-être à cause des jeux de ce numéro. Rise of the Tomb Raider et ses pics enneigés, sans doute. A moins que ce ne soit le fait d’avoir deux titres signés Blizzard. Quoiqu’il en soit, pour oublier l’ambiance un peu froide et les jours de plus en plus sombres, nous avons décide de vous faire un numéro cosy et primesautier à lire au coin du feu avec un chat, un chien et un portable sur les genoux (empilés dans cet ordre). Vous y trouverez entre autres merveilles une sélection de jeux mignons pour vous détendre, un simulateur de jardinage, un gestionnaire d’équipes de foot pour partager la chaude camaraderie des vestiaires, la joyeuse humiliation publique de monsieur Nintendo qui nous prend pour des pigeons avec son Badge Arcade, le test d’un jeu où des vampires conduisent des voitures de sport dans une ville où il ne fait jamais soleil et, tenez-vous bien, le premier article écrit par un correcteur orthographique. Comme quoi, même au milieu du Blizzard, il y a toujours de la lumière.

°°°

L’édito ci-dessus est extrait du Canard PC n°329, en kiosque depuis le 1er novembre avec Overwatch en couverture.

p01 couv329

Le sommaire de Canard PC 328

– O –
Rejoignez la discussion sur le forum

par   

Désiré est un jeu d’aventure Point & Click à l’ancienne puisant ses références dans la plus pure tradition des jeux LucasArts.

Le héros est achromate de naissance et vous fera découvrir son monde en noir et blanc sur quatre décennies, un par chapitre. Solitaire et taciturne, mal dans sa peau, Désiré essaye constamment de se trouver et de tracer son propre chemin. Il avance comme il peut car la vie ne lui a jamais procuré beaucoup de joie. Il rencontrera de nombreux personnages depuis son enfance, qui lui feront vivre des émotions intenses et altérer sa vision de façon surprenante. La couleur est peut-être au bout du chemin…

Désiré vous entraîne dans une ambiance finement poétique et contemplative.

Des jeux tels que Day of the Tentacle, Full Throttle et Grim Fandango ont fortement inspiré l’auteur dans sa jeunesse à écrire 15 ans plus tard son propre jeu d’aventure afin de réaliser son rêve.

Passionné et animé par l’envie de faire partager son voyage, Sylvain réunit, motive et persuade une équipe de personnes qualifiées qui l’accompagnera tout au long du projet pour faire naître un véritable roman graphique et vous procurer les mêmes émotions qu’il a ressenti en imaginant Désiré. Sébastien Vallart et Antoine Gouy pour les décors, Max Morvan pour les animations et Loïk Brédolèse pour la musique.

Ce projet est le fruit de deux ans de réflexion, d’un an d’écriture et de trois ans de réalisation. La sortie du jeu est prévue pour la fin de l’année 2015.

« Et puis quand on commence à se cacher des autres, c’est signe qu’on a peur de s’amuser avec eux. C’est une maladie en soi. Il faudrait savoir pourquoi on s’entête à ne pas guérir de la solitude. », L.-F. Céline

Avant de se lancer, Sylvain a longuement cherché sur internet un outil permettant de réaliser son jeu en toute simplicité. Ne trouvant aucune solution adaptée à ses besoins et poussé par l’envie et la passion de son projet, Sylvain décide alors d’entamer le développement d’un outil complet en C++ pour créer Désiré. C’est à ce moment que Adventure Game Engine prend forme.

Cet outil a la particularité de proposer une approche scénaristique au concepteur, contrairement aux logiciels existants développés par des programmeurs pour des programmeurs. Facile d’utilisation, cet éditeur WYSWYG a pour objectif de simplifier la retranscription d’un scénario et d’énigmes du papier vers l’écran.

Compréhensible pour les non-programmeurs, il a grandement aidé la réalisation de Désiré et devrait surtout permettre à des passionnés de créer des jeux d’aventure et de les exporter facilement vers les plateformes Windows, Mac OS X, Linux, iOS, Android et WebGL.

La page Facebook et Twitter permettant de suivre l’évolution du développement du jeu :

https://www.facebook.com/desiregame

http://twitter.com/desiregame

AGE est disponible gratuitement sur le site officiel :

http://age.seccia.com

Nous comptons sur vous pour faire vivre ce projet…

par   

Mes bons amis, nous sommes fidèles à notre réputation.

Hier, la France a terminé à l’antépénultième place du concours de l’Eurovision (une belle façon de dire que même l’Azerbaïdjan est capable de nous apprendre le respect). C’est un coup dur pour la culture musicale de notre pays.

C’est pourquoi je vous propose de laver cet affront.

L’année passée, lors du premier KohLanta du Jeu Vidéo, SiGarrett avait proposé aux valeureux candidats de s’affronter sur un site de karaoké en ligne, le bien nommé KaraokeParty. Et comme notre Denis Grognard national avait très bien fait les choses, je me suis inspiré de son épreuve pour vous proposer ce concours.

En effet, au tour des Géants Verts de vous faire pousser la chansonnette, selon des modalités extrêmement simples.

Tout d’abord, il vous suffit de créer un compte gratuit sur le site KaraokeParty (si possible avec le même pseudo que sur ce forum).

Une fois votre compte créé, libre à vous de choisir la chanson qui vous convient le mieux, puis d’enregistrer votre performance vocale.

Avec un compte gratuit sur le site, vous ne pourrez enregistrer et sauvegarder qu’une performance par jour, donc vous pouvez vous entrainer auparavant.

Une fois la chanson sauvegardée, vous pouvez vous rendre sur Me > My Page.


Ici seront stockés vos enregistrements.

Un compte gratuit ne peut contenir que 3 enregistrements vocaux, donc n’hésitez pas à supprimer votre oeuvre si vous n’êtes pas satisfaits.

Une fois que vous serez fier de votre performance, il vous suffit de cliquer sur le bouton représentant votre « recording » afin de pouvoir copier-coller le lien menant à votre participation.

Ensuite, il ne vous restera plus qu’à proposer ici-même votre ou vos chanson(s).

Et comme à tout seigneur tout honneur, je n’allais pas me débiner. Voilà donc deux exemples de chansons totalement massacrées par mes soins.

Car, en effet, il faut rester fidèle à notre héritage Eurovisonnesque.

Les trois gagnants de ce concours de chants ne seront pas nécessairement ceux ayant le mieux chantés.

Vous chantez pire que moi ?

Vous souhaitez changer les paroles ?

Votre prestation est drôle ? Touchante ? Juste ? Impressionnante ? Tellement foirée que ça en devient hilarant ? Laissez votre amour propre de côté, et venez rafler la première place de ce concours, qui se terminera le 21 Juin, jour de la Fête de la Musique.

(ps : et comme je ne pompe pas mes idées à moitié, je remercie ookami et Dragati pour l’image de la Star Canardémie qui illustre ce concours)

Les Géants Verts.

Rejoignez la discussion sur le forum

par   
Bonsoir à tous !

Ce soir l’équipe de Canard PC et de Smite vous propose à l’aide d’une question existentielle de débloquer la déesse Athéna sur Smite ainsi que son skin Liberté !

Attention, ces codes ne fonctionnent que sur la version PC du jeu… mais je ne doute pas que personne ne joue sur une autre plate-forme.

Pour participer, rendez vous à l’adresse suivante :

http://concours.canardpc.com/smiteathena/

Bonne chance à tous :)

Les Géants Verts

Rejoignez la discussion sur le forum

Le dernier Canard PC