par    | |

Battlefield: Bad Company : tollé et réponse d’EA

Une semaine sans scandale, c’est comme un légionnaire romain sans sandales, on n’y croit pas. Heureusement, Electronic Arts possède un réel savoir-faire en la matière, preuve en est du petit soulèvement qui a accompagné vendredi dernier la bêta de Battlefield: Bad Company.

En effet, les testeurs ont eu la surprise de découvrir, dans un coin, dix armes surlignées d’un « Disponible à la vente sur le Xbox Live Marketplace« . La nouvelle s’est évidemment propagée comme une nymphomane dans une caserne de pompiers, beaucoup craignant que les bourgeois ne soient favorisés au niveau du multijoueur. Electronic Arts n’a pu rester de marbre et s’est empressé de rectifier le tir : en plus de l’arsenal de base, cinq armes seront filées gratuitement au travers d’opérations promo en amont de la sortie, cinq autres seront inclues dans l’édition Gold du jeu. D’une part, les développeurs promettent que tout est parfaitement équilibré au niveau du gameplay. D’autre part, si vous manquez les promos, vous pourrez quand même obtenir sans débourser un rond les armes correspondantes au moment de la sortie. Par contre, si vous boudez l’édition Gold, il faudra passer par des micro-transactions pour tâter des joujous qu’elle contient. Remarquez comme la feinte est grotesque.

Au final, si la manœuvre est moins pire que prévue, elle n’en est pas moins inquiétante. EA prend sûrement le pouls de son public (Battlefield: Heroes approche aussi) et, comme la Terre est farcie de gogos prêts à payer une fortune un masque El Gringo (+10 de résistance aux drogues, -26 en charisme)… Je vous laisse le soin de vous projeter dans l’avenir, et aussi de prévenir vos collègues gamers que les inégalités existent ailleurs. Dans les vestiaires de rugby par exemple.