par    | |

Battlefield: Heroes : ne pas en demander trop, il est gratuit

Battlefield: Heroes, au commencement, puait le plagiat de Team Fortress 2. Et puis chemin faisant, il a commencé à s’en éloigner : gratuit, troisième personne, véhicules… Retour à la case départ avec une interview de Ben Cousins chez Gamasutra qui nous apprend que, d’origine, le jeu proposera deux maps, pas plus. Je rappelle que c’est DICE qui développe la chose, pas Valve, soyons bien clairs, on ne sait jamais.

« À chaque nouveau Battlefield, nous nous cassons le cul pour produire 50 maps (ndlr: ha ha ha), et en l’espace de six mois, tout le monde joue sur deux maps. Les deux meilleures. Nous avons donc décidé de produire uniquement les deux meilleures, et pas les autres. » Ben tiens. Heureusement (ou pas), Ben assure que, en tant que « service« , le jeu misera à fond sur les retours des utilisateurs : s’ils préfèrent l’environnement orienté infanterie, de nouvelles cartes de ce type verront le jour, pareil s’ils préfèrent celui dédié aux véhicules.

À condition, bien sûr, qu’ils ne se lassent pas en quelques semaines de ces deux terrains de jeu et qu’ils acceptent docilement le modèle économique proposé. Lequel permettra aux joueurs d’acheter des objets cosmétiques (monocle, grosse moustache…) et de quoi, pour ceux qui ont une famille, des gosses et un labrador, être au niveau des no-life dont le perso évoluera à toute berzingue. Des objets pour doubler l’XP sur une période choisie par exemple. Quant aux no-life qui sniffent de l’or en poudre, ils peuvent se frotter les mains jusqu’à ce qu’elles prennent feu.