par    | |

Guitar Hero World Tour : lève la cuisse, voilà qu’ça glisse

Il faut savoir reconnaître ses limites. Moi par exemple, je peine à empêcher ma langue de remuer quand je la tire. Du coup, je me suis fait à l’idée de ne pouvoir tuer quelqu’un en lui enfonçant mon organe buccal dans la tempe à la Tao Pai Pai. Même chose pour la guitare, quand, au bout de 3 ans de cours en dilettante, j’ai constaté que je savais à peine aligner les accords de Wonderwall.

Jusqu’à maintenant, pour compenser cet échec, je pouvais me la donner sur Guitar Hero. Sauf qu’avec World Tour, quatrième volet de la série initiée par Harmonix et désormais aux mains de Neversoft et Activision, les choses vont encore se compliquer. En effet, toujours selon la compagnie marketing étourdie qui nous sponsorise aujourd’hui (l’intégralité des infos chapardées est compilée ici par exemple), la franchise devrait désormais bénéficier d’un nouvel accessoire, en plus de la batterie et du micro : un bottleneck pour la guitare. Si, vous savez, le tube qu’on s’enfile sur un doigt pour faire croire qu’on a trimé dans les champs de coton.

On apprend au passage que la bête se monnayera 179,99 dollars, instruments compris, soit plus cher que Rock Band, ce qui laisse augurer d’une dislocation de l’Europe quand la conversion sera annoncée. Une explication possible : le cachet exhorbitant demandé par les Doors pour figurer au générique (le batteur a toujours fait blocage niveau licences, à une exception près), aux côtés de Jimi Hendrix, Foo Fighters, Smashing Pumpkins, Korn, System of a Down, Ozzy Osbourne, Interpol et Muse, entre autres grands artistes. Pardon, ça m’a échappé, coupez après autres.