par    | |

Canard BD : Monsieur Ferraille

Boulon a un jour décrété que je n’avais pas d’humour. Ce qui est évidemment faux, comme vous avez tous pu le remarquer depuis que je ponds (oui, nettement moins en ce moment) ces magnifiques Canard BD. Histoire de le prouver encore une fois, ce soir c’est BD humoristique. Que les amateurs des Blondes, de Garfield ou des Profs aillent toutefois voir ailleurs, la BD dont je vais vous parler ne joue pas dans la même catégorie.

 

PS : je sais que c’est méchant pour Garfield, mais bon il a qu’à pas être roux.

 

 

Depuis le succès du film Persepolis (dont il est le co-réalisateur) et l’attribution du Fauve d’Or du Meilleur Album pour Pinocchio à Angoulême cette année, Winshluss (de son vrai nom Vincent Paronnaud) est devenu célèbre et bankable. Ce qui conduit donc à la réédition de ses oeuvres plus anciennes dont Monsieur Ferraille.

 

Assemblage de récits courts et de fausses publicités (l’empreinte de Cizo s’y fait sentir particulièrement, rappelant Chris Ware), on assiste aux aventures de ce anti-héros (et ce n’est rien de le dire) avec moult vinasse, drogue, sexe et violence. Humour noir, cynique, macabre et absurde au rendez-vous à chaque page, avec des détournements des grandes figures de la BD européenne ou du comics (la séquence à Angoulême est d’ailleurs savoureuse d’irrévérence). Les épisodes contant les mésaventures des créateurs de Mr Ferraille rappelleront de bons souvenirs aux fans de Francis Kuntz et de son humour particulier…

 

Pour le dessin, on oscille entre une ligne crade bien appropriée, des dessins techniques méticuleux pour les fausses pubs et quelques peintures faussement naïves (cf la couverture). Mélange complètement digeste et jubilatoire.

 

Je signale l’excellente réalisation de ce volume de 75 pages avec un beau papier et un soin particulier porté à la maquette.

 

Monsieur Ferraille, de Cizo et Winshluss, aux Requins Marteaux, 20€.