par    | |

Canard BD : 3 souhaits

Ah Prince of Persia. Ah Assassin’s Creed premier du nom. Ah Les aventures de Moktar : la Zoubida. Que de bons jeux inspirés par l’univers vibrionnant du Moyen-Orient. Ses sables dorés du Temps, sa secte d’Haschischins sanguinaires, ses scooters dorés. Tant de merveilles si peu utilisés dans le neuvième art. Quoiqu’une fois, j’ai cru apercevoir un truc portant le nom de Lagaf’ mais je préfère croire que j’avais abusé de la bière ce jour-là, ce serait trop traumatisant autrement.

 

L’univers de 3 souhaits est donc celui des Mille et une Nuits, ce que vous aurez déjà compris grâce à la couv’ si vous n’êtes pas aussi lent qu’un amateur de -insérez ici une insulte de votre choix, perso j’arrête, on va encore dire que je m’ acharne sur les manga. Le personnage principal, le Kabyle, est un cousin d’Altaïr, un tueur d’élite donc qui va mourir lors d’un attentat contre Saladin et Baudoin à Jérusalem en 1200 et des caisses. Fin de l’album donc ? Ben nan, parce que le Kabyle va se réveiller d’entre les morts mais dans une lampe. Lampe, Mille et une Nuits, le titre de la série, ça va, vous arrivez à suivre ? Qui l’a mis dans ce luminaire ? Pourquoi ? Et surtout comment peut il s’en échapper ? Voilà ce que va raconter le premier album sur les 3 prévus.

 

Incontestablement, le point foirt de 3 Souhaits, c’est son dessin. Très riche, plein de grâce avec tous ses drapés et ses déliés, des couleurs magnifiques toutes en nuances, un découpage très dynamique et de jolis cadrages, c’est un vrai régal pour la rétine. Quand je penses que c’est le premier album de l’Italien Paolo Martinello… Son compère scénariste, Mathieu Gabella, est plus expérimenté puisqu’il a déjà publié d’autres séries dont La Licorne. Je crois que je vais y jeter un oeil, sa relecture de l’univers oriental avec l’introduction du fantastique des contes étant ma foi très bien trouvée, je vous laisse la surprise.

Je vous laisse avec la bande-annonce vidéo ainsi que les 8 premières planches chez BD Gest’.

 

3 Souhaits T1 : L’assassin et la lampe, Gabella & Martinello, Drugstore, 56 pages, 13.90€.