par    | |

Bethesda contre Mojang : les parchemins de la colère

Il y a des signes qui ne trompent pas : la patte levée, les oreilles pointées vers l’avant, la truffe humide… Et bien oui, il semblerait que depuis quelques jours les avocats de Bethesda, une compagnie familiale de jeux vidéo aussi connue pour ses procès contre Interplay, n’aient pas attendu l’ouverture de la chasse de la mi-septembre pour se lancer dans l’abattage de petites bêtes innocentes. C’est ainsi que Notch, le créateur de Minecraft, signale avoir reçu une lettre mentionnant que le nouveau projet de son studio Mojang, intitulé « Scrolls », entrerait en conflit avec la marque déposée « The Elder Scrolls », dont le cinquième volet Skyrim est prévu pour dans trois mois. Vous l’aurez compris, ici c’est le mot « scrolls » (ou « parchemins » dans la langue de Claude Guéant) qui pose problème.

 

Alors, pour le commun des mortels dont nous faisons partie nous pourrions nous dire que dépenser autant d’énergie et de moyens pour des histoires de papiers est complètement inutile et que Bethesda ferait mieux de payer des gens pour débugger leurs jeux plutôt que les défendre becs et ongles, mais intéressons nous tout de même à un avis plus éclairé, par exemple celui du pendant anglais de Grand Maitre B. j’ai nommé Jas Purewal. Après avoir tenté de démystifier les marques déposées dans le domaine du jeu vidéo en rappelant l’exemple de Tim Landgell et sa compagnie Edge Games qui avait lancé une croisade ridicule contre tout ce qui contenait le mot « edge » (ou « bord » dans la langue de Philippe Poutou), comme Mirror’s Edge d’Electronic Arts ou le magazine Edge, Jas Purewal explique sur son blog Gamer/Law que lorsqu’il s’agit d’une trademark « si vous ne la protégez pas, vous risquez de la perdre », car effectivement « il est inutile de réclamer un mot particulier ou expression pour votre entreprise si vous laissez tout le monde l’utiliser indistinctement » !

 

Selon tout apparence c’est donc pour éviter que l’on confonde la célèbre série des Elders Scrolls avec le nouveau jeu de développeurs devenus célèbres eux aussi (trois millions de copies vendues pour Minecraft tout de même). Ainsi, Notch, qui n’avait d’ailleurs pas voulu déposer la marque Minecraft lors d’un vote avec son équipe l’ayant tout de même poussé à le faire, explique sur son blog : « nous avons suggéré un compromis, où nous serions d’accord pour ne jamais ajouter de mots devant «Scrolls», et à la place appeler les suites ou autres comme  «Scrolls – The Banana Expansion » « .

 

Réponse de Bethesda : une lettre de 15 pages provenant d’un cabinet d’avocats suédois (pays où est située Mojang) demandant d’arrêter d’utiliser le mot « Scrolls » et informant qu’ils allaient les poursuivre (ils ont déjà payé les frais de la cour) tout en réclamant de payer une somme d’argent immédiatement avant le processus légal. Ouch ! Et pourtant, malgré le ton des avocats Notch reste optimiste en pensant qu’il s’agit d’une réponse automatisée venant probablement d’avocats zélés, et précise qu’il a toujours aimé Bethesda. Espérons que la suite des événements ne vienne pas briser son petit coeur d’indépendant…

 

Edit : Puisque mon article peut prêter à confusion je tente de préciser ici que défendre une marque déposée ne consiste pas seulement à rechercher les similitudes dans le nom du produit, il faut aussi que le produit en question soit identique ou très proche du produit de la marque déposée pour qu’il y ait infraction. Ce qui devient complexe pour le cas présent étant donné qu’il s’agit de deux jeux vidéo basés sur un univers heroic fantasy.