par    | |

Console Magazine #13 : Indés à faces multiples

Ah, le chiffre 13. (ndlr : Tiens, pour une fois c’est pas les gros pixels.)

Chiffre mystique et mythique, il déchaîne les passions. Saviez-vous par exemple que dans la religion chrétienne, le chiffre était devenu synonyme de mauvaise fortune car Judas était le 13e apôtre assis à la table de Jésus ? Que 999.999 divisé par 13 donne exactement 76.923 ? Ou même encore que les avions ne possèdent généralement pas de rang « 13 » ? Ah ça vous la coupe, hein ! Et encore, ce n’est rien comparé à ce qui vous attend dans ce numéro de Console Magazine.

Nous avons enfoncé nos mains dans un marais putride et plein de maladies nommé le Xbox Live Indie Games, service de Microsoft dédié aux indépendants. Il suffit d’un PC et d’une Xbox pour pouvoir coder des jeux et les vendre de 1 à 3 euros. Fou, non ? Oui, fou. C’est pourquoi nous avons choisi de fouiller parmi les 2 200 titres disponibles sur la plateforme pour vous offrir un tour d’horizon de ce que l’on pouvait y trouver, du meilleur au pire.

Pour ce numéro d’une grande idiotie, le reste des tests sera au diapason puisqu’on y testera Diabolical Pitch, le jeu de Suda 51 dédié à Kinect ainsi que Battleship, peut-être le FPS le plus inutile de tous les temps. Du coup, après cette débauche de bêtise, môôôssieur Netsabes a décidé qu’il se mettrait à réflechir dans la partie Touch avec le test de l’excellent Total War Battles: Shogun et le sympathique Dofus Battles 2.

 

Du côté de chez Canard PC, hormis une couverture presque aussi belle que la nôtre, ces petits coquins vous offrent des previews du RPG Game of Thrones, de Dishonored, ainsi que Sim City 5. Si avec tout ça vous ne foncez pas tabasser votre marchand de journaux pour le récuperer, je n’ai plus rien pour vous convaincre.

Pipomantis aime les consoles de jeux en forme de croissant au jambon, les gros pixels et pousser de petits cris d’excitation. Sa stratégie pour réussir à intégrer Canard PC et y promouvoir les consoles pourrait donner des leçons d’entrisme au plus retors des trotskystes, mais personne ne tient à rendre la formule publique de peur que cela ne se reproduise.