Ce jeu est tellement joli que j'ai envie de le manger. Je sais, j'ai passé un paragraphe entier à vous le dire il y a seulement deux numéros, mais il faut en remettre une couche : d'un point de vue esthétique, Astroneer n'a pas à rougir face à un titre mythique comme Journey. N'importe quel panorama aurait sa place dans un musée d'art contemporain. Et techniquement, c'est un sacré tour de force. Débarqué sur une planète inconnue, notre astronaute dispose d'un outil spécial qui permet de modifier le terrain comme si c'était de la pâte à modeler. On peut littéralement creuser jusqu'au centre de la planète, ou construire des montagnes entières. Tout se déforme en temps réel, c'est splendide, c'est ce qu'aurait pu être un Minecraft 2 dans l'espace si Notch n'avait pas sombré dans la démence.