Pas si petit que ça, ni si nouveau, David Hagemann officie principalement comme artiste 3D. Sa façon d’aborder la contrainte de cette 37e Ludum Dare (une pièce, pour ceux qui auraient survolé le chapeau) nous apparaît alors comme fort cohérente. Vous serez en effet placé au milieu d’une pièce cubique, dont les murs, plafond et plancher pivotent, à la manière d’un Rubik’s Cube. Sauf que du coup vous êtes à l’intérieur du Rubik’s Cube, et qu’il vous appartient de reconstituer les objets fendus en deux : lit, chaise, guitare, petits porcelets maléfiques… En tant qu’être fondamentalement inapte à résoudre le casse-tête de monsieur Rubik, j’étais un peu inquiète. Mais Rubi’s Room, qui ne nécessite pas de reconstruire des faces entières de cubes, seulement des objets, s’est révélé un peu plus simple que son inspirateur. Un mode facile offre même la possibilité de faire pivoter les objets sur eux-mêmes d'un clic droit, tandis que le clic gauche tourne des portions entières de murs. Le jeu paraît si évident qu’on se demande comment il n’est pas né plus tôt.