Imaginez un monde dans lequel les robots ont assujetti les hommes. Un monde où les machines uploadent l'esprit de leurs esclaves humains dans des carcasses métalliques, qu'elles envoient ensuite à la mort dans leurs jeux du cirque. Ce monde, qui ressemble aux cauchemars que fait Kahn Lusth après avoir mangé une große Wurst supplément charcuterie lors d'une soirée Gamescom, c'est celui de Clone Drone in the Danger Zone. Le joueur, réincarné dans un corps métallique équipé de trois armes (une épée laser, un arc et un marteau), prend part à une suite de combats à mort contre d'autres robots – ceux-là dépourvus de ghost dans leur shell. S'il survit, il aura le droit de choisir une amélioration (épée de feu, marteau plus puissant…) avant le combat suivant. S'il perd, eh ben pas de bol pour lui, sa carcasse sera envoyée à la décharge et son âme au néant, et le joueur devra tout reprendre depuis le début. Sauf bien sûr s'il a eu la présence d'esprit de créer un clone. Il est en effet possible, entre deux rounds, de sacrifier une amélioration pour produire un clone, qui fait office de vie supplémentaire.