On pourrait se dire que les scientifiques qui choisissent de faire des trucs dangereux dans l'espace ont tout simplement été bercés trop près du mur. En fait, ils ne sont pas si idiots : ils savent bien qu'il y aura toujours une bonne poire pour leur sauver la mise une fois qu'ils auront tout fait foirer. Cette fois-ci, le valeureux héros qui se réveille avec la gueule de bois au milieu du beau carnage ne s'appelle pas Gordon Freeman ou Isaac Clarke mais Morgan Yu. Seuls quelques survivants errent dans l'immense station spatiale baroque Talos One et c'est Morgan Yu, désormais semi-amnésique, qui est chargé de découvrir ce qui s'est passé, empêcher que la situation empire et, accessoirement, tenter de sauver sa peau. N'ayez pas trop pitié de lui, il a sans doute quelque chose à voir avec le bordel dans Talos One puisqu'il était moitié cobaye, moitié chef des scientifiques. Un rôle trouble, sur lequel on fera la lumière à coups de fusil à pompe et d'e-mails lus sur des ordinateurs abandonnés. Ou à coups de reptation dans des coins sombres pour ne pas se faire repérer par les ennemis. Ou à coups de boules de feu. Au choix.