Vêtu de mon bleu de travail et équipé d'un exosquelette qui m'aide à effectuer mes tâches quotidiennes, je me réveille au milieu des décombres pour constater que quelque chose a mal tourné. Vraiment mal tourné, puisqu'un robot d’entretien cherche à me découper la jambe et m'annonce que je suis sur sa liste de trucs à démonter. D'un coup de savate, je le dégage et part à la recherche de mes collègues, pour comprendre ce qu'il est en train de se passer dans cet AZF futuriste. J'en vois un qui titube au loin et plus je m'approche, plus je me dis qu'il serait temps de réduire les doses de pinard lors des pauses déjeuner. Avec son teint livide et ses yeux vitreux, j'ai du mal à reconnaître Francis, le responsable de l'oxycoupage qui me salue en faisant « Grouuuuuh... » et en se jetant sur moi. « T'as encore bouffé de l'ail ? », lui dis-je en le repoussant, lui et son haleine de charnier. Grâce à ma perspicacité légendaire, je finis par comprendre que Francis est devenu une sorte de zombie, après qu'il a essayé de me coller trois fois sa tronçonneuse dans les gencives. Je savais que j'aurais dû poser mes RTT.