Ça n'a rien de facile d'écrire sur les animations d'un jeu vidéo. Généralement, on se contente d'une appréciation technique (« fluide » ou pas), parfois d'un commentaire esthétique (« les animations sont vraiment somptueuses », mais qu'est-ce que ça veut dire, une animation somptueuse, je vous le demande ?) et puis on botte en touche et on passe à la suite. Mais pour Absolver, ça ne suffit pas, je ne peux pas m'arrêter là. Parce que si oui, à défaut de meilleurs mots, ses animations sont bien fluides et somptueuses, elles sont aussi uniques. Et violentes, et sèches, et elles dessinent parfaitement la silhouette du personnage quand il porte un coup, tout en transmettant au joueur l'impression d'avoir donné une grosse patate alors qu'il n'a fait qu'appuyer sur un bouton. Bref, elles sont assez parfaites. C'est d'ailleurs le cas dans la plupart des jeux disposant d'un budget conséquent, mais il y a un petit je-ne-sais-quoi en plus dans les animations d'Absolver qui rend difficile le simple acte de détourner les yeux de l'écran. Comme je vous disais : ça n'a rien de facile d'écrire sur les animations d'un jeu vidéo.