Développé par les Français de Manufacture 43, Pawarumi entend bien se faire une place dans le club très fermé des shoot them up aux mécaniques originales. Une voie ouverte par le développeur japonais Treasure, qui en a enchaîné un sacré paquet au tournant des années 2000 : Radiant Silvergun et ses armes à combiner, Ikaruga et son vaisseau dont il faut changer la polarité (noire ou blanche) selon la situation ou le trop méconnu Bangai-O, un shoot complètement timbré à base d'explosions en chaîne. De là à imaginer que Manufacture 43 ait scrupuleusement bûché sur les titres de l'éditeur pour concevoir le sien, il n'y a qu'un pas que je franchis allégrement en sautillant comme un petit lapin. Comme beaucoup de ses inspirations supputées, Pawarumi offre un gameplay exigeant servi par des mécaniques complexes. Votre vaisseau possède trois types de tirs associés à la couleur des différents ennemis : rouge, bleu et vert – astucieusement renommés « serpent », « jaguar » et « condor » pour être absolument sûrs qu'on ne s'y retrouve pas. Vous avez sûrement déjà deviné que certains adversaires sont sensibles à des types de tir précis, dans une configuration à la « pierre-feuille-ciseaux », comme on dit quand on ne veut pas s'embêter à décrire plus avant. Le petit truc en plus qui fait que je me suis arraché les cheveux pendant mes premières minutes de jeu, ce sont les autres effets de chaque tir.