Dans le jeu vidéo, ça commence à se confirmer, la Chine s'est réveillée. Inconnu il y a encore quelques années, l'éditeur Tencent Games, situé à Shenzhen (juste au-dessus de Hong Kong) se prépare tranquillement à devenir la superpuissance vidéoludique de la prochaine décennie. Tenez, quelques chiffres : il possède déjà tout Riot Games (les développeurs de League of Legends), 9 % de Frontier (Elite : Dangerous), 5 % de Paradox (Crusader Kings 2, Europa Universalis 4...), 5 % de notre champion national Ubisoft, et même un pourcentage gardé secret du capital d'Activision-Blizzard. Ah, j'oubliais : ils ont aussi 40 % d'Epic, qui développe Fortnite. Niveau battle royale, Tencent est donc déjà blindé. Mais ça ne leur suffit pas. Non, les Chinois voulaient leur propre jeu. Le résultat s'appelle Ring of Elysium et c'est une copie carbone de PlayerUnknown's Battlegrounds. Vous pensez que Tencent risque un procès pour plagiat ? Ha ha, j'aime votre innocence, votre naïveté. L'éditeur chinois est tranquille : il possède aussi 10 % de Bluehole, les développeurs de PUBG.