Dans la lignée des BD-reportages, carnets et autres récits dessinés, qui conjuguent le plaisir de satisfaire l'œil sensible à la touche graphique autant que l'esprit en quête de vérité et de savoir, les parutions de l'excellent illustrateur Titwane et du documentariste Raynal Pellicer se posent là. Titwane donc, qui travaille à la plume et à l'aquarelle, et devant les dessins duquel j'ai du mal à rester impartiale et objective. Ok j'y arrive pas : c'est un géniiie ! Voilà. Et le dessin, y compris réaliste, a cette supériorité sur la photo qu'il esthétise même la laideur, le quotidien le plus banal comme le plus sordide. Il a cette supériorité aussi qu'il lui permet de marcher dans les pas des brigades de police là où clichés et vidéos ne sont pas forcément autorisés ou publiables. Et dans la foulée, il offre au lecteur de s'immerger littéralement au cœur d'enquêtes suivies, avant reproduction dessinée, par Raynal Pellicer, infiltré dans le quotidien authentique de ces professionnels. Les moments forts étant sans conteste la retranscription des scènes d'interrogatoire des suspects, qui rejettent l'évidence comme l'inavouable, dans un face à face psychologique captivant. Les illustrations, magistrales, offrant des détails précis, distancés ou des motifs répétés, s'équilibrent parfaitement avec le texte, au ton très juste et sans parti pris, les deux plantant le décor et l'ambiance. Des situations réelles qui prennent aux tripes ou instillent parfois le malaise mais qui n'en restent pas moins édifiantes, à la hauteur du privilège de rentrer dans le secret des brigades.
 

Brigade criminelle, Brigade des mineurs et Brigade de répression du banditisme (enquêtes générales) : trois albums-reportages dessinés, par Titwane et Raynal Pellicer, de 30 à 35 €.