L.F. Sébum

385 articles
Partie tragique de « je te tiens par la barbichette ». Un mort.
La Terre du Milieu : L'Ombre de la guerre - Mordor Warfare

Il y a les jeux narratifs, dont chaque réplique a été patiemment écrite par des scénaristes dévoués et parfois même talentueux. On les juge sur la qualité de leur écriture. Il y a les jeux à gameplay, qui sont avant tout des dispositifs. Pour parler de ceux-là, on peut choisir l'introspection, dire ce que ça fait d'y jouer, ou l'approche analytique – décortiquer leur fonctionnement. Et puis il y a les jeux comme L'Ombre de la guerre, dont les dispositifs servent à produire des histoires. Là, une seule solution : il faut raconter.

Jettomero : Hero of the Universe - Mon mecha à moi, il me parle d'aventures

It Follows
It Follows, The Witch, Berberian Sound Studio

Ocean Software - Du tsunami au naufrage

Le nom de certains éditeurs, à tort ou à raison, est pour toujours associé à un type de jeu. Dites « Paradox Interactive » à n'importe quel joueur, et il aura immédiatement à l'esprit des simulateurs historiques ultra complexes avec des généraux nazis ou des rois mérovingiens, quand ce n'est pas les deux à la fois. Les mots « Ocean Software », quant à eux, n'évoquent à personne Sleepwalker ou F-29 Retaliator, mais plutôt Cobra, Highlander ou Jurassic Park. Le nom de l'éditeur britannique, pour les siècles des siècles, est associé à ces adaptations souvent pourries qui ont accompagné la sortie de chaque film d'action des années 1980 et 1990.

The Shrouded Isle - Sacrifice prodigue

Toute ressemblance avec une série de HBO sur les aventures d'un niais mal rasé perdu dans le Grand Nord serait une simple coïncidence.
Tower of Time - Survival horaire

Autrefois, la profanation était chose aisée. Il suffisait de faire caca dans un bénitier ou de ne pas saluer le drapeau pour être immédiatement envoyé en enfer ou devant le peloton d'exécution. Mais depuis que les gens ne tiennent plus rien pour sacré, profaner est devenu un art difficile et, si vous voulez mon avis (et vous le voulez, puisque vous avez payé 4,90 euros pour l'avoir), c'est bien dommage. C'est pourquoi je suis content d'avoir rencontré Izual. Ce garçon est un puriste du jeu de rôle sur ordinateur. Que dis-je un puriste, un zélote. Glissez-vous derrière lui, murmurez « franchement, les combats en temps réel valent bien ceux en tour par tour » et vous le verrez partir dans une transe que n'aurait pas reniée Thérèse d'Avila. Heureusement pour lui, il n'a pas joué à Tower of Time.

Vaporum - Rouille-playing game

Quelle coïncidence ! « Vaporum » est justement le surnom de la rédac' depuis qu'ackboo, Moquette et Téraboule ont investi dans des vapoteuses high-tech, grosses comme des cigares cubains, qu'ils sucent nonchalamment du matin au soir. Notre lieu de travail ressemble désormais à la lande écossaise par un matin brumeux, avec en prime un mélange d'odeur de tabac, de chocolat et de barbe à papa.

Underworld Ascendant - Abysse repetita

Il y a quelques mois, en marchant au hasard des rues malfamées d'Internet, je suis tombé sur Trichoplax adhaerens. Il ressemblait à ces pizzas au fromage qu'on achète à cinq heures du matin dans des snacks interlopes : un truc plat, glaireux, très vaguement circulaire. Si, contrairement à une pizza, Trichoplax ne mesure qu'un à trois millimètres de diamètre, il peut ramper sur sa couche ventrale, performance inaccessible à une chèvre-miel. Eh bien sachez que, selon une étude publiée dans la revue PLoS Biology, l'humble Trichoplax adhaerens est le plus proche parent de l'ancêtre commun à tous les animaux. Tout ce qui nage, marche et vole sur cette planète descend d'une galette dont l'existence se résume à ramper en direction de particules alimentaires. Comme quoi, en sept cents millions d'années, nos préoccupations n'ont pas beaucoup changé.

Agents of Mayhem - Anti-héros

Observer - Last action neurone

Layers of Fear, le précédent jeu de Bloober Team, associait une direction artistique somptueuse à un gameplay d'une platitude absolue, même pour un simulateur de marche. Entre deux énigmes de niveau CE3*, le joueur se traînait d'une pièce à la suivante pour y découvrir une nouvelle scène macabre ou surréaliste. Observer continue sur la même lancée.