Bordel de Sonia

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - juillet 2022

Pour vous détendre sur la plage, le béton ou les panneaux solaires, retrouvez ici un florilège de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il a fait grève).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - juin 2022

Pour vous détendre sur la plage, le béton ou les panneaux solaires, retrouvez ici un florilège de petits jeux sortis de mon chapeau (ils ont un peu chaud, ils ont pris le soleil qui gamberge).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - mai 2022

Pour vous détendre entre deux lectures, retrouvez ici un florilège d'accessoires déjantés et de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il y a grève des aiguilleurs du zèle).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - avril 2022

Pour vous détendre entre deux lectures, retrouvez ici un florilège d'accessoires déjantés et de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il y a grève des aiguilleurs du zèle).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - février 2022

Pour vous détendre entre deux lectures, retrouvez ici un florilège d'accessoires déjantés et de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il a fait grève).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - janvier 2022

Pour vous détendre entre deux lectures, retrouvez ici un florilège d'accessoires déjantés et de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il a fait grève).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cui-Cui (la praline) - décembre 2021

Pour vous détendre entre deux lectures, retrouvez ici un florilège d'accessoires déjantés et de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il a fait grève).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - novembre 2021

Pour vous détendre entre deux lectures, retrouvez ici un florilège d'accessoires déjantés et de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il a fait grève).

Le Bordel de Maîtresse Paule Cul - octobre 2021

Pour vous détendre entre deux lectures, retrouvez ici un florilège d'accessoires déjantés et de petits jeux sortis de mon chapeau (sauf les jours où il a fait grève).

Le bac à blabla de Maîtresse Paule Cul - Le savoir-tue ? La peur et les jeux vidéo

Qui a peur des jeux vidéo ? demandait Serge Tisseron dans son livre sur les dangers de la dépendance vidéo-ludique. Eh bien, figurez-vous que ça n'a rien à voir avec notre article. Ami ou ennemi, le jeu vidéo peut très bien nous entraîner à mieux gérer des peurs issues de la vie réelle comme entretenir celles-ci, au risque de passer à côté de son jeu.

Vous pouvez lire aussi

Wreckreation - Un tremplin d'émotions

Nan mais vous savez, quand on est journaliste de jeu vidéo, on est vite blasé. À force de tester des dizaines de jeux, on a forcément tout vu. Prenez Wreckreation par exemple. C'est bien mignon de vouloir refaire Burnout Paradise, mais on y a déjà jo... Attendez, c'est un tremplin qui vient d’apparaître là ?

Infection Free Zone - L'apocalypse, c'est toujours plus sympa chez soi

Montargis. Le Futur. J'ai rejoint quelques survivants cachés dans les ruines de la mairie. Des hordes de zombies patrouillent rue Chatouillat. Mais nous sommes affamés. Pour trouver de la nourriture, Patrick propose d'aller fouiller le supermarché « Halle 2000 », rue Van Linden.

City Bus Manager - Je monte, je valide

Les vétérans de la simulation aérienne connaissent bien Aerosoft qui, depuis les années 1990, fait son beurre en vendant des avions et des aéroports pour Flight Simulator et X-Plane. Cette échoppe située en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (première fois de ma vie que j'écris le nom de cette région allemande) entretient aussi une petite activité d'éditeur de jeux vidéo plus classiques.

Les Mondes d'Aria - Rôles et jeunesse

Je déteste les jeux qui font du fan service, surtout lorsque celui-ci repose sur une youtuberie ou twitcherie en vogue. Alors quand un développeur des Mondes d'Aria me propose de passer à la rédac pour me montrer sa production basée sur Game of Rôles, je lui dis oui et je planque ma tronçonneuse dans un coin de la pièce, prête à démarrer.

Big Ambitions - L'entrepreneur, ce héros moderne

Moi, vous savez, j'en ai bavé pour arriver là où j'en suis. Quand j'ai débarqué à Montargis, j'avais trois euros cinquante en poche. J'ai bossé comme un chien 28 heures par jour pour arriver au sommet.