Je vis des hauts et des bas

Regarde les gens qui jouent

Faire un métier que beaucoup nous envient, passer nos journées à profiter de notre passion, pour finalement couper les cheveux en quatre et se demander si, dans le fond, tout ça ne serait pas une immense perte de temps, juste pour le plaisir de s'écouter parler : c’est sans doute ça que nos lecteurs appellent gentiment « notre côté Télérama ». Au programme aujourd'hui, donc : regarder des gens qui jouent à des jeux vidéo sur Twitch, est-ce vraiment raisonnable ? 

Et si on arrêtait de farmer ? - Ou l'art subtil de se réapproprier son temps libre

Il y a une quinzaine d'années, je me retrouvais à farmer je ne sais plus quelle bestiole dans World of Warcraft, afin de récupérer un familier introuvable autrement. Après avoir passé des journées à tabasser des dragonnets, un éclair de lucidité illumina ma tronche aussi subitement qu'une torche dans une pièce sombre : cette façon d'envisager le jeu vidéo, heures passées à faire la même chose en boucle, ne m'amusait pas du tout. Depuis, j'ai beau avoir lâché les MMORPG et leur obsession du farming, le problème n'est pas réglé pour autant.

L'enfer du tutoriel obligatoire - Ou comment massacrer les premiers instants d'un jeu

Un des grands plaisirs de mon existence est de critiquer le travail des développeurs de jeux vidéo, confortablement installé dans mon fauteuil, en caleçon, après m'être levé à 14 h 30 du matin. Ce mois-ci, j'ai souhaité vomir sur les insupportables tutoriels obligatoires qui me pourrissent une vie déjà bien éprouvante.

L'arnaque superbe d'Apex Legends - Qui me pousse à y retourner tous les soirs

Apex Legends est le premier battle royale à avoir élevé le looting au rang d'art. Quand je lance une partie, je ne pense pas aux fusillades palpitantes ou à la tension de la zone qui se resserre : je pense aux myriades d'objets scintillants que je vais pouvoir y ramasser en virevoltant à toute vitesse.

À la recherche du temps perdu à jouer

J’ai été triste, récemment. Enfin, plus que d’habitude. C’est à cause des recommandations YouTube. Ça fonctionne comme ça : au début, on veut seulement revoir l’intervention d'un type sur une chaîne de télévision puis, rapidement, on regarde une conférence d’Étienne Chouard sur le capitalisme, avant de basculer sur une vidéo d’Alain Soral en plein délire et, sans trop s’en rendre compte, voilà qu’à une heure du matin, on est toujours sur YouTube en train de regarder une vidéo « Il tente d'envahir la Pologne, ça tourne mal ».

Nous méritons une certaine qualité de vie - De la QoL sans modération

Ce mois-ci, je voudrais profiter de ces pages pour aborder un sujet peu discuté dans le jeu vidéo : la quality of life. Vous avez peut-être déjà rencontré ce terme, au détour d'une note de patch, sous l'abréviation QoL. Sous ces trois lettres se cachent une foule de petits détails qui, bien souvent, font la différence entre un jeu à 6/10 et un jeu à 8/10.

Pas de scénario, pas de problème - Comment une rudimentaire gestion d'arène m'a propulsé dans Gladiator

Dans son appartement, un journaliste anonyme de Canard PC lance un vibrant « allez, Victoire, ne nous déçoit pas ! ». Une voix étrangement aiguë lui répond : « Vous ai-je déjà déçu ? » Le journaliste anonyme reprend : « Il y a une première fois à tout, Victoire », mais la voix aiguë rétorque aussitôt « ce ne sera pas aujourd'hui ! ». Enroué par l'émotion, la larme à l’œil, le journaliste murmure « bonne chance, Victoire ». Puis la porte de l'appartement s'ouvre et quelqu'un s'écrie « Izual, qu'est-ce que tu fais tout seul dans le noir ? » pendant que le journaliste anonyme s'efforce de cacher précipitamment le menu d'Exanima sur son écran d'ordi.

À quoi sert ce qui ne sert à rien ? - Roland Barthes en F-18

Les plus anciens de nos lecteurs le savent : depuis l'été 2013, où je l'ai téléchargé « par curiosité », « comme ça », « pour comprendre ce qui plaisait tant que ça à Moquette là-dedans »Note : 1 Eurotruck Simulator 2 me fascine. Après des dizaines d'heures passées sur les routes de Pologne et d'Allemagne, devant un jeu a priori dénué du moindre intérêt, j'étais toujours incapable de me défaire de l'impression qu'il s'agissait d'un titre majeur, capable de susciter chez le joueur un sentiment de présence, de réalité, dont les autres jeux ne pouvaient que rêver. Seulement, j'étais incapable de savoir pourquoi : aucune hypothèse ne me satisfaisait totalement, si bien que j'avais fini par renoncer à trouver une explication. Jusqu'au jour où Guy Moquette, encore lui, m'a encouragé à essayer DCS World, le simulateur de vol ultra réaliste d'Eagle Dynamics. Et là, sur le tarmac de l'aéroport de Beslan, tandis que j'exécutais pour la énième fois la procédure de démarrage de mon A-10C, j'ai connu la révélation.

Note 1 : C'est en tout cas ce que je dirai à mon procès.

De l'art de commander en ligne - (des joueurs hein, pas des pizzas)

N'en déplaise aux hippies fumeurs de Marie-Jeanne et autres chevelus récalcitrants à l'autorité, il faut parfois un leader dans les jeux multijoueurs. Mais bon dieu, que ce rôle est pénible. Ardu, épuisant, ingrat, j'ai toujours vu l'exercice du commandement comme une punition, une purge, une torture qui durera le temps de la soirée. Et l'immense majorité des joueurs semble du même avis. Alors que faire lorsque les camarades et la malchance nous posent des galons sur les épaulettes ?

Cette soirée où ma vie a basculé - Une plongée dans l’horreur d'un ban Steam

On ne s’y attend jamais. On se dit que ça n’arrive qu’aux autres. Qu’on est différent. Que statistiquement, on ne craint rien. Alors quand ça vous tombe dessus, c’est le monde entier qui s’écroule. Puis vient cette question, qui vous taraude jusqu’à l’épuisement : et maintenant, comment vivre ?

Vous pouvez lire aussi

Wreckreation - Un tremplin d'émotions

Nan mais vous savez, quand on est journaliste de jeu vidéo, on est vite blasé. À force de tester des dizaines de jeux, on a forcément tout vu. Prenez Wreckreation par exemple. C'est bien mignon de vouloir refaire Burnout Paradise, mais on y a déjà jo... Attendez, c'est un tremplin qui vient d’apparaître là ?

Infection Free Zone - L'apocalypse, c'est toujours plus sympa chez soi

Montargis. Le Futur. J'ai rejoint quelques survivants cachés dans les ruines de la mairie. Des hordes de zombies patrouillent rue Chatouillat. Mais nous sommes affamés. Pour trouver de la nourriture, Patrick propose d'aller fouiller le supermarché « Halle 2000 », rue Van Linden.

City Bus Manager - Je monte, je valide

Les vétérans de la simulation aérienne connaissent bien Aerosoft qui, depuis les années 1990, fait son beurre en vendant des avions et des aéroports pour Flight Simulator et X-Plane. Cette échoppe située en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (première fois de ma vie que j'écris le nom de cette région allemande) entretient aussi une petite activité d'éditeur de jeux vidéo plus classiques.

Les Mondes d'Aria - Rôles et jeunesse

Je déteste les jeux qui font du fan service, surtout lorsque celui-ci repose sur une youtuberie ou twitcherie en vogue. Alors quand un développeur des Mondes d'Aria me propose de passer à la rédac pour me montrer sa production basée sur Game of Rôles, je lui dis oui et je planque ma tronçonneuse dans un coin de la pièce, prête à démarrer.

Big Ambitions - L'entrepreneur, ce héros moderne

Moi, vous savez, j'en ai bavé pour arriver là où j'en suis. Quand j'ai débarqué à Montargis, j'avais trois euros cinquante en poche. J'ai bossé comme un chien 28 heures par jour pour arriver au sommet.