Je vis des hauts et des bas

À quoi sert ce qui ne sert à rien ? - Roland Barthes en F-18

Les plus anciens de nos lecteurs le savent : depuis l'été 2013, où je l'ai téléchargé « par curiosité », « comme ça », « pour comprendre ce qui plaisait tant que ça à Moquette là-dedans »Note : 1 Eurotruck Simulator 2 me fascine. Après des dizaines d'heures passées sur les routes de Pologne et d'Allemagne, devant un jeu a priori dénué du moindre intérêt, j'étais toujours incapable de me défaire de l'impression qu'il s'agissait d'un titre majeur, capable de susciter chez le joueur un sentiment de présence, de réalité, dont les autres jeux ne pouvaient que rêver. Seulement, j'étais incapable de savoir pourquoi : aucune hypothèse ne me satisfaisait totalement, si bien que j'avais fini par renoncer à trouver une explication. Jusqu'au jour où Guy Moquette, encore lui, m'a encouragé à essayer DCS World, le simulateur de vol ultra réaliste d'Eagle Dynamics. Et là, sur le tarmac de l'aéroport de Beslan, tandis que j'exécutais pour la énième fois la procédure de démarrage de mon A-10C, j'ai connu la révélation.

Note 1 : C'est en tout cas ce que je dirai à mon procès.

De l'art de commander en ligne - (des joueurs hein, pas des pizzas)

N'en déplaise aux hippies fumeurs de Marie-Jeanne et autres chevelus récalcitrants à l'autorité, il faut parfois un leader dans les jeux multijoueurs. Mais bon dieu, que ce rôle est pénible. Ardu, épuisant, ingrat, j'ai toujours vu l'exercice du commandement comme une punition, une purge, une torture qui durera le temps de la soirée. Et l'immense majorité des joueurs semble du même avis. Alors que faire lorsque les camarades et la malchance nous posent des galons sur les épaulettes ?

Cette soirée où ma vie a basculé - Une plongée dans l’horreur d'un ban Steam

On ne s’y attend jamais. On se dit que ça n’arrive qu’aux autres. Qu’on est différent. Que statistiquement, on ne craint rien. Alors quand ça vous tombe dessus, c’est le monde entier qui s’écroule. Puis vient cette question, qui vous taraude jusqu’à l’épuisement : et maintenant, comment vivre ?

Le temple de Stockholm - Comment je suis tombé amoureux de la pire intro de jeu vidéo au monde

On l’a accusé de souiller le jeu de rôle, de torturer les débutants, de gâcher l’enfance de milliers de joueurs. C’est tout juste si le temple des Épreuves, niveau qui sert de prologue à Fallout 2, n’a pas été considéré comme coupable du réchauffement climatique, de la montée du fascisme et des endives mal cuites de la cantine. Je l’ai longtemps haï. Et puis, au fil des années, ma haine s’est changée en autre chose. Elle est devenue... de l’amour.

Faut-il jouer en mode ironman ? - Joies et frustrations d'une option pour masochiste

C'est un beau matin de printemps, je décide de commencer une nouvelle campagne sur Hearts of Iron IV. Je choisis mon pays, ma date de départ et... la voilà ! La maudite case Ironman ! Elle me regarde telle une bête assoiffée de sang. Je sais que je ne devrais pas cliquer dessus, que je vais le regretter. Mais bien sûr, je clique. Et vingt heures de jeu plus tard, alors que mon armée se fait massacrer par les chars soviétiques sans possibilité de revenir à une sauvegarde précédente, je me pose toujours la même question : pourquoi donc est-ce que je m'inflige une telle torture ?

Gotham City Impostors - Batman contre Pavlov

Je vous préviens tout de suite, la rédaction de ces pages risque d'être un peu compliquée. La simple évocation de Gotham City Impostors me donne la nausée. En effet, depuis que je l'ai testé dans des conditions que nous qualifierons pudiquement de « difficiles », ce jeu déclenche chez moi des réflexes pavloviens qui vont d'un léger état de fébrilité à la bonne grosse gerboulade des familles. Tâchons donc de ne pas trop traîner car je sens que la cuvette des toilettes devient de plus en plus attirante.

Doom 2, le chaos et l'Évangile selon Jean - Quand le level design nous livre une leçon de théologie

Je connais Doom par cœur. Et je ne parle pas uniquement des niveaux ou des codes de triche. Je sais que la texture de la première pièce du premier niveau est nommée STARTAN3 dans le tableau TEXTURE1 du fichier DOOM.WAD et que, dans ce même fichier, le pointeur vers l'index des entrées est enregistré du 9e au 12e octet. Depuis mon adolescence, dans ce magazine et ailleurs, j'ai écrit des dizaines de pages sur Doom. Sur son gameplay, sur son influence culturelle dans le jeu vidéo et au-delà, sur les artistes qui s'en sont inspirés dans leurs œuvres. Et pourtant, malgré toute ma science, jusqu'à récemment, quelque chose continuait à m'échapper au sujet de Doom 2.

L'art de perdre dans PUBG - (sans pourrir la soirée des autres)

Après une partie acharnée de League of Legends, Voltaire (qui était, paraît-il, un excellent top laner) a dit un jour : « Le grand drame des jeux multijoueurs, finalement, ce sont les joueurs. » Trois siècles plus tard, la phrase du grand homme n'a pas pris une ride.

Neo Turf Masters - Ou « comment j'ai appris à apprécier un sport de riche dans mon 20 m² »

Chaque matin je me lève un peu plus triste que la veille. Car chaque matin ouvre une nouvelle journée sans qu'Arc System Works n'ait décidé d'utiliser le moteur de son Guilty Gear Xrd pour me pondre un remake de Neo Turf Masters, fantastique jeu de golf arcade sorti sur Neo-Geo en 1996.Note : 1 Dans mes rêves les plus fous, j'imagine un titre avec des couleurs pétantes, des lignes de tension à chaque coup et du rock décérébré. Puis je me lève, un peu plus triste que la veille.

Note 1 : Neo Turf Masters est encore aujourd'hui disponible sur une tonne de plateformes, du téléphone à la Switch, et je vous conseille fortement d'y jouer.

De l'importance du soleil dans le jeu vidéo - Ou pourquoi je refuse de payer 60 euros pour me taper le climat de l'Écosse

La technologie nous donne les moyens de créer des mondes virtuels fabuleux. Il n'y a pas de limite. Ici, un développeur et son moteur 3D plantent une forêt magique peuplée de lutins farceurs. Là, ils bâtissent un village médiéval tout mignon dans lequel se promènent de joyeux troubadours. Quel intérêt alors d'y faire pleuvoir des cordes et de couvrir le ciel de déprimants nuages gris ?

Vous pouvez lire aussi

Mewgenics - The Binding of Whiskas

Comme le dit probablement l'une de ces fables de La Fontaine que personne ne connaît et qui porte un nom grotesque du genre Le Coucou et l'Hippopotame : « Rien ne sert de faire beaucoup, il convient de faire bien. » Ainsi d'Edmund McMillen qui, en une poignée de jeux, dont un en Flash et un spin-off, a su s'imposer, à tel point que chacun de ses projets est désormais un événement, même lorsque ledit projet est complètement perché.

Atomic Heart - Il est presque Prey

Pendant cinq ans, Atomic Heart est resté nimbé d’une aura de mystère. Lorsque le jeu s’est dévoilé par bribes, il a laissé apercevoir une sorte de BioShock soviétique. Sauf que la fois d’après, on pensait plutôt à un Stalker linéaire. Et puis à un Half-Life ouvert. Bref, on était largués. Jusqu’à ce que mi-janvier, un mois avant la sortie officielle, le studio Mundfish nous invite à jouer plusieurs heures à Atomic Heart pour en avoir le cœur atomique net une bonne fois pour toutes.

Fortune's Run - Deus Ex pris qui croyait prendre

Depuis combien de temps on n'a pas mangé une bonne immersive sim ? Allez, on va faire comme si Prey, Deathloop et Dishonored n'étaient jamais sortis pour remonter jusqu'au temps des dinosaures, avec Deus Ex et Thief. Non pas que ça ait une quelconque logique, hein. C'est juste que j'aime bien avoir raison, surtout quand je balance des assertions sans fondement.

Les attentes 2023 de la rédaction - Parce qu'on ne fera pas pire que 2022, hein ? Allez.

Des deux années secouées dans tous les sens par le Covid, 2022 sera sans aucun doute celle qui aura été la plus touchée. « Anus horribilis », comme l'aurait si bien dit Elizabeth II, ou un médecin qui voudrait vous annoncer l'apparition d’hémorroïdes dans un trait d'humour.

Hogwarts Legacy, Atomic Heart, Dordogne - Les attentes d’Izual pour 2023

Sans surprise, l’année prochaine j’attends surtout un grand jeu magique, en monde ouvert, où un héros aux cheveux en bataille se bat contre les forces des ténèbres, le tout étroitement lié à des romans. Je parle bien sûr d'Alan Wake 2.