News jeu vidéo

Ne dites plus Focus Home Interactive, dites Focus Entertainment, puisque l'éditeur vient de changer de nom. Ou alors, faites comme tout le monde et dites simplement Focus, c'est très bien aussi et vous gagnerez une seconde à chaque fois que vous le direz, ce qui, à l'échelle d'une vie, représente au moins 10 secondes. N.M. 

Dontnod à la maison

Le débat n'est pas complètement réglé dans toutes les entreprises, à ma grande surprise, mais Dontnod a décidé de prendre les devants. Dorénavant, tous les employés du studio auront le choix entre travailler au bureau ou à plein temps depuis chez eux, ce qui permettra, entre autres, d'embaucher des gens qui viennent de plus loin, plutôt que de se focaliser sur ceux qui sont à moins d'une heure de métro. *Hey, c'est Noël Malware. J'interromps cette news pour vous dire que le télétravail, c'est très bien, mais que je ne suis pas complètement satisfait du boulot livré par mes employés au Bangladesh, ceux qui rédigent toutes mes news et mes articles pour un dixième de mon salaire dans le dos d'Ivan Le Fou depuis que je suis en télétravail. Généralement, c'est très bien, mais parfois, comme ici, il n'y a pas assez de signes et la formule à la fin est un peu vaseuse. Je suis obligé d'envoyer un mail avec un avertissement et une petite retenue. C'est chiant.* Espérons que l'initiative fasse des émules ! *Vous avez vu ? Je vous l'avais dit...* N.M.

Y a-t-il un directeur artistique dans l'avion ?

Un an après la démission de Serge Hascoët suite aux révélations sur la culture toxique au sein de l'entreprise, Ubisoft nomme un nouveau chief creative officer : Igor Manceau. Le nouveau patron de toute la stratégie créative d'Ubisoft est dans la boîte depuis plus de 20 ans, et ses derniers faits d'arme sont d'avoir travaillé en tant que directeur créatif sur Steep *tousse* et Riders Republic *re-tousse*. On peut quand même s'interroger : puisque le monde a continué de tourner sans chief creative officer chez Ubisoft pendant un an, est-ce un poste vraiment nécessaire ? A-t-on vraiment besoin de managers, de cadres, de patrons, de présidents, de rois, d'empereurs ? Les Hommes sont-ils vraiment si égoïstes qu'ils ne savent pas se coordonner eux-mêmes, sans qu'un chefaillon ne tape le rythme pour marcher au pas ? Vivrons-nous un jour tous égaux, marchant main dans la main vers une aube nouvelle ? Serons-nous, pour toujours, les esclaves de cette servitude volontaire qui n'a apporté que famine, guerre, violence et Louis-Ferdinand Sébum ? N.M.

Son dernier trip

« Les commentaires de John Gibson relèvent de sa propre opinion et ne reflètent pas ceux de Tripwire Interactive en tant que société. Ses commentaires contredisent les valeurs de toute notre équipe, de nos partenaires et d'une grande partie de notre communauté au sens large. L'équipe dirigeante de Tripwire est profondément désolée et est unie dans son engagement à prendre des mesures rapides et à favoriser un environnement plus positif ». Ça, les enfants, c'est la raison pour laquelle, si vous accédez à un poste à responsabilité, vous feriez mieux d'éviter de prendre en otage tous vos employés et vos partenaires en affichant bruyamment vos opinions politiques. Trois jours après son tweet se félicitant des nouvelles lois anti-avortement votées au Texas, John Gibson, le président de Tripwire, a été remercié. L'occasion de méditer, une fois de plus, ce conseil d'ackboo : « Quand vous avez envie de dire quelque chose sur Twitter, écrivez-le, puis effacez avant de cliquer sur "envoyer". Vous verrez, tout le monde y gagne. »  N.M.

Sony est cher

Sony dans un bois, s'en allant promener, tint à peu près ce langage : oh, bonjour Monsieur du Pigeon. Voici que j'offre la mise à jour de Horizon Forbidden West gratuitement de la PlayStation 4 vers la PlayStation 5. Or, il advint que la mauvaise fée, penchée sur le berceau, lança un vilain sort, car elle détestait Blanche-Neige et était jalouse de sa beauté. D'un coup de baguette magique, elle décida qu'il n'y aurait pas de mise à jour gratuite, rompant le fuseau qui maintenait son serment. Aussitôt, les villageois se mirent en colère, et ce fut un tonnerre de fourches, de cris et de larmes, si bien qu'à la fin, Sony dut intervenir. Du haut du château, il déclara que tout ceci n'était qu'un songe et que, conformément à la promesse, la mise à jour de Horizon Forbidden West de la PS4 vers la PS5 serait gratuite. Honteux et confus, il jura qu'on ne l'y reprendrait plus et que les prochaines mises à jour de ce type, à l'avenir, coûteraient 10 dollars parce que bon, au bout d'un moment, les mecs gèrent un business international, pas une MJC à Montargis. N.M.

Les tribulations d'un yakuza en Chine

Pendant que vous fuyez la vérité, happés par la réalité virtuelle diffusée par votre holocube dans votre casque à sensations, la guerre continue en Chine. Depuis quelques années, Tencent et NetEase font la course pour savoir quelle sera l'entreprise qui arrivera à racheter le plus de trucs avant l'autre, histoire d'éviter les conflits quand il faudra se partager les dernières miettes du monde. La dernière bataille n'est peut-être pas la plus violente, ni la plus glorieuse, ni celle dont Steven Spielberg fera des films, mais c'est celle qui parle le plus à mon petit cœur : Toshihiro Nagoshi, le créateur, entre autres, de la série Yakuza, devrait quitter Sega pour rejoindre NetEase, après 32 ans de très bons et très loyaux services. Il partirait avec les membres de son studio qui, selon lui, sont trop pleins de talent pour ne pas expérimenter autre chose que la même série depuis 20 ans. Écoutez, si les Yakuza deviennent les Triades, ce n'est pas bien grave pour moi, je continuerai d'y jouer. N.M.

PlayerUnknown's GameUnknown

Deux jours après avoir annoncé son départ du studio Krafton, Brendan « PlayerUnknown » Green, le créateur de PUBG, a dévoilé ses plans. Le pépère nous annonce qu'il prépare, avec son nouveau studio PlayerUnknown Productions, un « bac à sable réaliste qui s'étend sur des centaines de kilomètres, où interagissent des milliers de joueurs ». En gros, un MMO sans objectif, sans guide, et d'une taille jamais atteinte jusqu'à présent. En fait, il prévoit quelque chose de tellement gigantesque que des développeurs humains mettraient trop de temps à créer le contenu nécessaire. Du coup, sa grande astuce est de laisser un réseau neuronal remplir ce monde virtuel. Il annonce un premier free-to-play exploitant cette technologie, Prologue, dans lequel on devra « récolter des ressources et fabriquer des outils ». L'énigmatique bande-annonce ne vous apprendra rien de plus, et ne donne pas encore de date de sortie. Voilà, c'est tout. A.

 

Chaises musicales chez les Suédois

Petite tempête au royaume de Paradox. Après trois ans de bons et loyaux services, la patronne de l'éditeur/développeur suédois claque la porte. Ebba Ljungerud, qui avait remplacé à ce poste le fondateur de la boîte Fredrik Wester, démissionne en citant des désaccords de vue. Son mandat aura été marqué par un succès retentissant, Crusader Kings 3, mais aussi la plus grosse crise traversée par l'éditeur, avec la sortie calamiteuse en avril dernier d'un DLC d'Europa Universalis IV bourré de bugs. Du coup, Fredrik Wester sort de sa préretraite sous le soleil d'Espagne – il y chapeautait l'ouverture d'un nouveau studio Paradox tout en siégeant comme président du conseil d'administration – pour reprendre le poste de CEO. Avec en point de mire la sortie du très attendu Victoria 3. A.

Tenez c'est cadeau, maintenant terminez le jeu.

Bonjour les amis du gaming, ceci est votre bulletin d'information hebdomadaire concernant Cyberpunk 2077. CD Projekt vient d'embaucher une équipe de quatre programmeurs de Budapest. Ces Hongrois, connus sous le nom de Yigsoft, sont responsables de WolvenKit et RedScript, deux outils gratuits très populaires pour bidouiller The Witcher 3 et Cyberpunk 2077. On notera que c'est exactement la politique inverse de Rockstar, qui a plutôt tendance à pourrir la vie de ceux qui développent ce genre de choses sur ses Grand Theft Auto. Le but de CD Projekt est évidemment de faciliter l'accès aux entrailles de Cyberpunk 2077 et peut-être, diront les esprits chagrins, les mauvaises langues, les persifleurs, d'encourager les moddeurs à terminer le jeu à leur place. A.

Les enfants chinois sauvés du vice

Merci la Chine. Merci de montrer chaque jour aux gouvernements occidentaux décadents à quoi ressemble un état fort et responsable. D'après Bloomberg, les régulateurs du pays viennent de serrer la vis pour éloigner les enfants chinois de cet « opium spirituel » (c'est le terme employé) qu'est le jeu vidéo en ligne. Le temps de jeu autorisé pour les bambins de moins de 18 ans va donc être limité à une heure par jour, uniquement le vendredi, samedi et dimanche, de 20h00 à 21h00. Auparavant, il était d'une heure trente par jour toute la semaine. Qu'attend-on pour faire la même chose chez nous ? Combien de temps va-t-on autoriser des mômes de 12 ans à jouer six heures par soir à Rocket League et à me mettre des branlées parce qu'ils n'ont que ça à faire, alors que moi, j'ai un travail, des responsabilités, et des temps de réaction dégradés ? A.