News jeu vidéo

L'heure du NFT

Vous vous souvenez du moment où toutes les entreprises du jeu vidéo nous bassinaient avec les NFT pour être sûres de ne pas être larguées, puis qu'elles sont toutes revenues, penaudes, en admettant que c'était de la merde ? Sachez qu'il y a un homme, un seul, qui, face au reste du monde, ne cédera pas, ne se retirera pas, n'abandonnera pas, probablement parce qu'il aime sa femme : Yosuke Matsuda, le président de Square-Enix. Dans une lettre publiée le 1er janvier, l'honorable homme d'affaires explique que Square-Enix sera « principalement concentré sur le divertissement adossé à la blockchain » et que c'est l'avenir parce que « c'est un mot fermement établi chez les businessmen ».  Yep, bah tu vendras tes jeux à tes businessmen, puis tu nous diras comment ça s'est passé ? N.M. 

Gros rhume chez Ubisoft

Ça ne va pas très fort du côté d'Ubisoft, de l'aveu d'Yves Guillemot lui-même qui déclare : « Nous sommes clairement déçus de nos performances récentes », ce qui, traduit par mon Bac +21 en économie du jeu vidéo, donne : « Vous ai-je dit que l'entreprise était à vendre ? » Outre Skull & Bones repoussé pour la millième fois, Beyond Good & Evil 2 dont plus personne n'ose parler, même à voix basse, il y a aussi le remake de Prince of Persia qui continue d'être aux abonnés absents et le reboot de Splinter Cell dont le directeur s'est barré en 2021, ainsi que les ventes décevantes de Mario + Les Lapins Crétins et de Just Dance. À côté de ça, en pompe à fric, il devrait y avoir Assassin's Creed Infinity, mais personne ne sait exactement de quoi il retournera et, de toute façon, il n'arrivera pas avant l'année fiscale d'après. Bref, 2023 va être compliquée. Je vous ai dit que l'entreprise était à vendre ? N.M. 

Pour une raison obscure que peinent à saisir spécialistes de l'analyse des marchés globaux et ingénieurs de niveau mondial, et qui n'a sans doute rien à voir avec l'effondrement des cryptos et le prix dément auquel sont vendues des cartes qui n'apportent qu'un gain de performances marginal, les ventes de GPU pour PC fixe ont baissé de 42 % entre fin 2022 et fin 2021. LFS
Sean au grand cœur

Il y a un an, Sean Murray et l'équipe de Hello Games, surtout connue pour No Man's Sky, sortait sur iOS une version remasterisée de leur premier jeu, Joe Danger. Malheureusement, une mise à jour de l'OS d'Apple l'a rendu incompatible avec certains appareils, au grand dam d'un jeune joueur autiste dont c'était le jeu préféré pour oublier une journée un peu difficile à l'école. Le père de ce dernier a écrit une lettre expliquant la situation à Sean Murray qui, en gars cool, a créé une version web du jeu, jouable gratuitement dans un navigateur à l'adresse JoeDangerTheGame.com, et c'est quand même bien classe. LFS

Skull & Bones, le jeu de pirate multijoueur d'Ubisoft, est encore repoussé de quelques mois et ne sortira pas avant la prochaine année fiscale, qui commence en avril 2023. Voilà. C'est la blague, vous pouvez reprendre une activité normale. N.M.
Vers les étoiles et au-delà

Ah, j'aime ce genre de news : d'après le youtubeur Colt Eastwood, qui affirme avoir parlé avec des testeurs extérieurs à Bethesda, Starfield ne sera pas simplement un bon jeu. Ce sera une révolution. Rien que ça. Pas simplement un jeu vidéo. LE jeu vidéo. Plus que ça, même : la vie. « Selon mes sources, Starfield est encore plus gros et plus ambitieux qu’espéré. C’est plus gros que tout ce qu’on a eu dans Skyrim. Ça prend tout ce qu’on connaît de Skyrim et de Fallout et ça l’améliore. » Et je suis très content, parce que depuis Cyberpunk 2077, les joueurs s'étaient un peu calmés sur la hype à outrance, et tout le monde semblait avoir compris qu'il ne servait à rien de s'enthousiasmer sur des promesses. Mais maintenant, à nouveau, les vannes sont ouvertes, vous pouvez péter les plombs. Précommandez le jeu, plusieurs fois au cas où il y aurait une pénurie. Posez des RTT pour la sortie, et même mieux : un congé sans solde. Démissionnez. Quittez votre femme et vos enfants. Faites-le maintenant : après, il sera trop tard. N.M. 

KojIA Productions

Hideo Kojima, qui doit probablement payer une amende chaque jour où il ne sort pas une déclaration complètement pétée, vient d'annoncer lors d'une interview donnée à IGN qu'il comptait continuer à diriger Kojima Productions jusqu'à sa mort, puis devenir une IA afin de poursuivre sa collaboration de manière indirecte. Une solution pas si stupide pour s'assurer qu'une entreprise survive à son créateur, raison pour laquelle nous entraînons depuis plusieurs mois un réseau de neurones sur Ivan Le Fou, car personne ne voudra s'occuper à sa place de la compta le jour où il aura quitté la boîte. LFS

Comme un dragon sur son tas d'or

Si vous suivez l'actualité du jeu de rôle depuis longtemps, vous connaissez sans doute l'Open Game Licence (OGL). Pour les autres, qui avaient une vie sexuelle au lycée, rappelons que l'OGL était une excellente idée de Wizards of the Coast, permettant de créer librement des produits compatibles avec les règles de D&D. La toute nouvelle version 1.1 de l'OGL revient sur ces belles promesses (et de façon rétroactive !) en imposant de sérieuses restrictions, parmi lesquelles l'obligation de verser des royalties à WotC au-delà d'un certain niveau de revenus. « L'OGL n'a jamais eu pour but de financer nos concurrents », explique monsieur Wizards, qui était toutefois bien content que les produits desdits concurrents assurent indirectement la promotion des siens à l'époque où D&D n'était pas le loisir branché qu'il est devenu. LFS

Left4Cry

Qu'on se le dise ! Redfall, le prochain jeu d'Arkane dans lequel jusqu'à quatre joueurs coopèrent pour éliminer des hordes de morts-vivants, ne sera pas un Left4Dead. C'est en tout cas ce que Ricardo Bare, directeur créatif du projet, a expliqué à PC Gamer en plissant bien fort ses sourcils, que j'imagine broussailleux car il s'appelle Ricardo. Le jeu, continue-t-il, ressemblera bien plus à un Far Cry, dans lequel on pourra explorer librement un monde ouvert, parler à des PNJ, accomplir des quêtes ou simplement massacrer tous les porteurs de canines du coin. Je salue donc le courage de Ricardo, que j'imagine grand, brun et ténébreux, car « notre jeu ne sera pas un bête Left4Dead, ce sera un Far Cry ! » est une phrase qu'on ne peut prononcer sans de solides cojones. LFS

Alimentaire, mon cher Watson

Si vous comptiez envoyer des fleurs à la famille d'Arthur Conan Doyle, je suis au regret de vous annoncer qu'il est un peu tard puisque le pauvre homme est mort en 1930. Ce qui signifie, en vertu de la loi américaine sur le copyright (mise à jour par le Copyright Term Extension Act de 1998, vous avez vu comme on est un journal sérieux, on cite le nom de textes de loi), que son personnage le plus célèbre, Sherlock Holmes, est tombé dans le domaine public le 1er janvier 2023, en tout cas sur le territoire américain. Attendez-vous donc, comme cela avait été le cas pour Lovecraft en 2008, à voir débarquer au cours des prochaines années des tombereaux de jeux dans lesquels on pourra résoudre des enquêtes entre deux prises de cocaïne, car il faut bien s'amuser. LFS

Vous pouvez lire aussi

Mewgenics - The Binding of Whiskas

Comme le dit probablement l'une de ces fables de La Fontaine que personne ne connaît et qui porte un nom grotesque du genre Le Coucou et l'Hippopotame : « Rien ne sert de faire beaucoup, il convient de faire bien. » Ainsi d'Edmund McMillen qui, en une poignée de jeux, dont un en Flash et un spin-off, a su s'imposer, à tel point que chacun de ses projets est désormais un événement, même lorsque ledit projet est complètement perché.

Atomic Heart - Il est presque Prey

Pendant cinq ans, Atomic Heart est resté nimbé d’une aura de mystère. Lorsque le jeu s’est dévoilé par bribes, il a laissé apercevoir une sorte de BioShock soviétique. Sauf que la fois d’après, on pensait plutôt à un Stalker linéaire. Et puis à un Half-Life ouvert. Bref, on était largués. Jusqu’à ce que mi-janvier, un mois avant la sortie officielle, le studio Mundfish nous invite à jouer plusieurs heures à Atomic Heart pour en avoir le cœur atomique net une bonne fois pour toutes.

Fortune's Run - Deus Ex pris qui croyait prendre

Depuis combien de temps on n'a pas mangé une bonne immersive sim ? Allez, on va faire comme si Prey, Deathloop et Dishonored n'étaient jamais sortis pour remonter jusqu'au temps des dinosaures, avec Deus Ex et Thief. Non pas que ça ait une quelconque logique, hein. C'est juste que j'aime bien avoir raison, surtout quand je balance des assertions sans fondement.

Les attentes 2023 de la rédaction - Parce qu'on ne fera pas pire que 2022, hein ? Allez.

Des deux années secouées dans tous les sens par le Covid, 2022 sera sans aucun doute celle qui aura été la plus touchée. « Anus horribilis », comme l'aurait si bien dit Elizabeth II, ou un médecin qui voudrait vous annoncer l'apparition d’hémorroïdes dans un trait d'humour.

Hogwarts Legacy, Atomic Heart, Dordogne - Les attentes d’Izual pour 2023

Sans surprise, l’année prochaine j’attends surtout un grand jeu magique, en monde ouvert, où un héros aux cheveux en bataille se bat contre les forces des ténèbres, le tout étroitement lié à des romans. Je parle bien sûr d'Alan Wake 2.