News jeu vidéo

Tremble, Kubrick, tremble

On le présente souvent comme un développeur tellement frustré de ne pas faire du cinéma qu’il crée des jeux composés à 99 % de cinématiques nanardesques. Mais Hideo Kojima a décidé d'enfin réaliser son rêve : il vient d’ouvrir un département de sa boîte entièrement dédié au cinéma, à la télé et à la musique. Cette division, chapeautée par un ancien gros bonnet de PlayStation, va œuvrer depuis Los Angeles pour adapter à d’autres supports les jeux du studio. Enfin, « les jeux »... Puisque Metal Gear Solid appartient toujours à Konami, c’est pour l’instant juste Death Stranding. À la place de Kojima, je mystifierais tout le monde en faisant jouer le perso de Norman Reedus par Mads Mikkelsen et inversement. I.

La guerre, toujours la guerre

Vous vous souvenez peut-être des Men of War, une série de STR pas folichons du début des années 2010. Eh bien, les Ukrainiens de Best Way pensent que c’est le bon moment pour les ressusciter, ça y est, le monde du jeu vidéo est chaud, il lui faut de la stratégie en temps réel pendant la Seconde Guerre mondiale. Hélas, j’ai vu le jeu tourner lors d’un événement presse et la présentation m’a laissé un peu dubitatif : même si Men of War 2 combine front de l’Est et front de l’Ouest, il ressemble pour l’instant à n’importe quel jeu de stratégie des années 2000 avec des nazis et des tanks. Un projet qui va sans doute peiner à se démarquer et à soulever les foules lors de sa sortie l’an prochain, malgré une idée intéressante : la possibilité de prendre le contrôle de n’importe quelle unité à la volée et en vue FPS. Tant mieux, ça demandera moins de taf pour transformer le jeu en battle royale. I.

Si jeune et déjà Sifu

Il est assez courant que les jeux les plus attendus soient repoussés de plusieurs mois (voir Elden Ring, Hogwarts Legacy, Pragmata, et la liste pourrait s'étendre sur huit pages, ce qui n'est pas un souci si ça peut permettre aux développeurs de peaufiner leur jeu dans des conditions décentes, ce qui est un peu plus problématique quand ça termine en eau de boudin comme avec Cyberpunk 2077). Mais le studio parisien Sloclap a décidé d'aller à rebours de tous ses concurrents en avançant la date de sortie de Sifu au 8 février (il était initialement prévu pour le 22). C'est une excellente nouvelle pour tous ceux qui ont hâte de découvrir ce beat'em'up inspiré des films de kung-fu, et qui a l'air absolument fantastique. C'est une moins bonne nouvelle pour moi, qui dispose désormais de deux semaines de moins pour convaincre Noël Malware de me céder le test. ER

Nostromobile

Parce que le monde part complètement à vau-l'eau, Alien : Isolation, l'un des meilleurs survival-horror de tous les temps, sortira sur mobile le 16 décembre. Je sais que je devrais me réjouir que de nouveaux joueurs potentiels puissent découvrir ce chef-d'œuvre selon leurs propres conditions, que ce soit en public ou dans le confort de leur lit. Mais ce jeu repose tellement sur l'immersion que j'ai des frissons d'angoisse rien qu'à m'imaginer fuir le xénomorphe à un arrêt de bus, entre un couple qui se dispute et un homme en costard qui semble intimement persuadé que toute la ville a envie de l'entendre s'égosiller dans son téléphone portable. C'est quoi l'étape suivante ? Avancer plus vite dans Silent Hill 2 en regardant des publicités pour des free-to-play insipides ? Jouer à Resident Evil les lumières allumées en écoutant les Beach Boys ? Prôner le droit de mettre des ananas sur sa pizza ? Tout se perd, ma bonne dame. ER

Si, comme moi, vous avez l'impression que l'intégralité de votre entourage s'est subitement trouvé un intérêt prononcé pour les voitures de sport floquées de marques de boissons énergisantes et s'amuse comme jamais sur Forza Horizon 5, ce n'est peut-être pas qu'une impression : selon le compte officiel de la franchise, le jeu comptait plus de 10 millions de joueurs lors de sa semaine de sortie. ER

Soude Kotick

Le 16 novembre, le Wall Street Journal rapportait des actes de harcèlement sexuel au sein d'Activision-Blizzard. L'article, étayé par de nombreux témoignages et documents internes, précise aussi que Bobby Kotick aurait usé de son influence pour dissimuler certaines de ces affaires, au point d'empêcher le licenciement de personnes directement accusées – comme Dan Bunting, l'un des directeurs de Treyarch. Depuis, Kotick est sur la sellette : plus de 1 000 employés de la société ont signé une pétition pour l'enjoindre à quitter son poste, et à ne pas participer à la sélection de son remplaçant. Le PDG de Sony Interactive Entertainment, Jim Ryan, et le dirigeant de Xbox Game Studios, Phil Spencer, ont tous deux pris position, en exprimant respectivement leur écœurement et leur condamnation de tels comportements au sein de l'industrie. ER

D'après Matt Ranger, un data scientist spécialisé dans l'économie, qui a mouillé son gros doigt avant de le tendre dans le vent et de l'utiliser pour écrire tout un tas de calculs compliqués sur son blog, on peut estimer qu'environ un cinquième des GPU produits en 2021 ont fini dans le minage d'ethereum. C'est quand même beaucoup. (analyse LFS)

L'assassin frappe toujours deux fois

Pendant que Dan Hay, le boss de la licence Far Cry, quitte Ubisoft (voir la news « Un Cry dans la nuit »), Darby McDevitt, y retourne. Cet auteur, qui pendant dix ans a bossé sur l'histoire et les dialogues des Assassin's Creed, était parti « vivre d'autres aventures » (ce sont ses propres mots, on sent le type inspiré) en mars dernier. Il revient donc au bercail huit mois plus tard. « Après avoir pris le temps de réfléchir à ma carrière cette année, j'ai pris conscience de mon désir d'explorer de nouvelles idées et de repousser la frontière de l'inconnu. C'est pourquoi je reviens avec joie chez Ubisoft pour travailler sur Assassin's Creed », explique-t-il sans rire au site Video Games Chronicle. Allez Darby, avoue, t'as essayé d'expliquer le scénario d'AC à d'autres employeurs et personne n'y a rien compris, c'est pas grave, assume. LFS

Un Cry dans la nuit

Il y a des relations, des amitiés, des amours qui durent trop longtemps, qui ont continué uniquement par la force de l'habitude, qui auraient dû s'achever plus tôt, avant de sombrer dans la répétition et l'ennui. J'aime imaginer que Dan Hay, boss de la licence Far Cry qui la chaperonne depuis dix ans chez Ubisoft – c'est à lui qu'on doit le troisième épisode, qui a été le modèle de tous ceux qui ont suivi –, a fini par en prendre conscience et que c'est pour cette raison qu'il est parti vers d'autres aventures la semaine dernière. « Au revoir », a sans doute dit le gentil colosse de sa voix de baryton (sérieusement, cherchez des interviews, c'est impressionnant) avant de s'en aller d'un pas lourd mais déterminé, laissant Ubisoft produire sans lui des clones de Far Cry 3 jusqu'à la fin des temps. LFS

Leçon de morale

Signe d'un monde qui change (j'aime bien écrire « signe d'un monde qui change », ça nimbe le reste de la phrase de quelque chose de très dramatique, peu importe qu'on y parle des enjeux géopolitiques du XXIe siècle ou de ce qu'on a mangé le matin), signe d'un monde qui change, donc, Activision-Blizzard n'est plus l'entreprise de jeu vidéo américaine avec la plus grosse capitalisation boursière. Et là je dis : bien fait, ça fait toujours plaisir de voir que les méchants, qui traitent mal leurs employés et font passer le profit avant tout, ne gagnent pas à la fin ! La première place, avec une capitalisation de 62 milliards, est donc désormais détenue par Roblox, studio derrière le jeu du même nom, dans lequel des enfants bossent comme des ânes pour un salaire de misère. L'honneur est sauf. LFS