On y joue encore

UBOAT - Il n'a pas coulé.

C'était il y a trois ans, mais je m'en souviens comme si c'était hier. Nous étions un soir de 2019 et UBOAT faisait surface en accès anticipé sur Steam. J'avais bloqué ma soirée, débranché mon téléphone, verrouillé la porte du bunker. J'ai lancé le jeu en tremblant. Une heure plus tard, j'étais au bord de la dépression.

DCS World : quoi de neuf ? - Tagada, voilà les Apaches

Une fois tous les trois ans (la dernière fois, c'était en octobre 2019, à la toute fin du monde d'avant), avec la rigueur d'un sous-officier venant examiner la régularité des coupes en brosse des recrues, Canard PC se rend au chevet de DCS World, le meilleur – et le seul, à l'exception d'un Falcon 4.0 maintenu à bout de bras par des amateurs depuis 1998 – simulateur de vol militaire moderne encore en développement.

7 Days to Die - Et dix ans en version anticipée

7 Days to Die fait partie de ces million-sellers indé du début des années 2010. À l'époque, n'importe quel clampin dans son garage pouvait sortir un blockbuster monstrueux en mélangeant les deux genres vedettes de l'époque : la survie et les zombies.

7 jeux de gestion diaboliquement simples - Oh, ils ont l’air riquiquis. Et puis on y engloutit 80 heures.

Le soir, je rentre parfois chez moi avec l’envie de lancer un jeu accessible, intuitif, accueillant. Un jeu simple, qui n’ait pas la profondeur d’un Factorio, la longueur d’un Satisfactory ou les graphiques pleins de courbes d’un Cities : Skylines. Le hic : je veux quand même récolter des ressources et prendre des décisions stratégiques ; un jeu tout juste relaxant ou dépourvu d’objectifs n’irait pas. Ces soirs de flemme, voilà sur quoi je jette mon dévolu.

EVE Online - Comment s'aventurer dans un univers que l'on ne connaît ni d'EVE ni d'Adam

Depuis son lancement en 2003, EVE Online est devenu l'un des MMORPG spatiaux les plus populaires. Dans le même temps, c'est aussi devenu le théâtre de combats spectaculaires, d'espionnages industriels, d'assassinats planifiés sur des mois entiers, d'arnaques massives et autres crimes virtuels en bandes organisées. Dix-huit ans après sa sortie, le jeu jouit d'une histoire tellement riche et repose sur des systèmes tellement complexes qu'il est assez intimidant de s'y plonger en tant que nouveau joueur. C'est pour cette raison que j'y suis allée la fleur au fusil, prête à me faire braquer mon vaisseau de pacotille à la première occasion venue.

Anno 1800

Après quelques errements futuristes, la franchise Anno s'est recentrée sur ce qu'elle fait de mieux : la construction de jolies cités d'antan sur des îles paradisiaques. Dès sa sortie en 2019, Anno 1800 s'est donc imposé comme le meilleur épisode de cette glorieuse série. Deux ans et une pelletée de DLC plus tard, ce monumental city-builder est encore plus beau, plus grand, plus varié, plus complet. Ne pas y rejouer serait une erreur. Ne pas y avoir joué tout court est un crime.

Pillars of Eternity II : Deadfire - Comment je suis enfin tombé amoureux du chef-d’œuvre d’Obsidian

En 2018, je ne suis pas tombé amoureux de Pillars of Eternity II : Deadfire. Pourtant j’aurais adoré me perdre dans cet archipel tropical sublime rempli de pirates et de sorciers. Mais le magnum opus d’Obsidian, probablement le jeu de rôle le plus ambitieux de la dernière décennie, était tiré vers le bas par un système de combat assommant. Un obstacle insurmontable pour certains, qui a disparu par surprise un an après la sortie du jeu avec l’apparition d’un mode tour par tour.

Observer : System Redux - Du cyber-rab'

« Gnagnagna, Cyberpunk 2077, c'est même pas un vrai jeu cyberpunk, il ne fait que survoler les thématiques du genre sans poser aucune question. Gnagnagna tu devrais jouer à Observer : ça c'est un vrai jeu cyberpunk », me murmurait encore récemment Alain Finkielkraut, alors que je me bouchais les oreilles en hurlant « Taisez-vous ! Taisez-vous ! ».

Rust - Le solo, ce diamant brut caché au cœur de Rust

Avec ses bases vulnérables à des pillages au cœur de la nuit, Rust compte parmi les jeux multi les plus brutaux, les plus impitoyables. Pour profiter de son monde ouvert fabuleux, bourré de liberté, de beauté et de mystère, il faut donc faire partie d’un groupe de vétérans soudés ou être prêt à veiller jusqu’à l’aube en solitaire. À moins de le transformer en jeu solo.

Minion
Bricolez The Elder Scrolls Online - Changez l'add-on

Ça y est, vous avez envie de (re)jouer à TESO mais la simple idée de passer des heures à chercher ses meilleurs add-on vous file des boutons. Alors prenez le temps de contacter un bon dermatologue – sérieusement, c'est pas normal d'avoir des problèmes de peau pour si peu – car nous venons de sélectionner quelques indispensables pour vous.

Vous pouvez lire aussi

Contraband Police - Douane sous haute tension

Le pitch ? Un jeu de douanier dans une dictature communiste des années 1980. Les développeurs ? Des Polonais, évidemment. L'éditeur ? PlayWay, forcément. Ai-je besoin d'en dire plus pour vous convaincre que Contraband Police sera l'un des jeux les plus idiots et les plus distrayants de cette fin d'année ?

Midnight Fight Express - Rage tendre et tête de bois

Le sida, le Covid. Les catastrophes nucléaires, le réchauffement climatique. Robocop, le nouveau Batman. Les yuppies, les cryptobros. Bernard Tapie, Elon Musk. Le punk, la synthwave. Streets of Rage, Midnight Fight Express.

Metal: Hellsinger - Promenade dans les chants

Je vais être honnête : Hellsinger a bien failli passer sans me faire réagir. Direction artistique peu inspirée, gameplay de Rhythm-FPS classique et... Attendez, c'est pas White-Gluz au chant là ?

Endless Dungeon - Mon quart d'heure de gloire

En 2012, les Français d’Amplitude sortaient Dungeon of the Endless, un fascinant petit roguelike tout en pixel art auquel je dois une partie de mes notes catastrophiques à la fac. Aujourd’hui, le studio reprend le chouette concept de son jeu de jadis dans une suite spirituelle plus moderne, plus vaste et plus ambitieuse.

Nivalis - Blade Runner pour auto-entrepreneur

Voici donc (pour moi en tout cas, et les autres ont tort) la plus belle surprise de ces annonces de printemps. Résumons la situation.