News jeu vidéo

Saluons (pour une fois) la politique d'Ubisoft qui continue de faire vivre ses jeux plusieurs années après leur sortie. L'excellent Anno 1800 bénéficiera d'une quatrième saison de contenu supplémentaire, sous la forme de trois nouveaux DLC. A.

Game Pass décisive

Au cas où vous n'auriez toujours pas compris que le Xbox Game Pass est devenu un abonnement indispensable pour jouer sur PC sans se flinguer le budget, voici la liste de quelques gros jeux très attendus qui seront disponibles dès leur sortie courant 2022-2023 : Total War Warhammer III, Redfall d'Arkane Studio, STALKER 2, Atomic Heart, Slime Rancher 2, Replaced (un plateformer en pixel art bien excitant), A Plague Tale : Requiem et le Starfield de Bethesda. Quatre autres gros jeux mystères devraient être révélés prochainement aux Game Awards. Avec ça, si vous continuez à payer vos jeux 60 € chez Steam ou Epic parce que « c'est plus pratique et je n'aime pas trop la boutique Microsoft », il va falloir que vous ayez une discussion sérieuse avec votre portefeuille. A.

Bioshock, mais avec des pingouins.

Nous savions déjà que Bioshock 4, dont l'éditeur Take a annoncé le développement par le studio Cloud Chamber en 2019, allait probablement se dérouler dans un monde ouvert. Le journaliste américain Colin Moriarty vient de révéler de nouveaux détails : après Rapture, la ville sous-marine des deux premiers jeux et Columbia, la ville flottante de Bioshock Infinite, il affirme que le nouvel épisode de la franchise se déroulera dans une cité imaginaire de l'Antarctique durant les années 60. Cette bourgade devrait conserver le style et l'esprit particuliers des épisodes précédents, puisque le directeur artistique et le directeur de la création du jeu ont travaillé sur Bioshock Infinite. Toujours d'après Moriarty, le studio vise une date de sortie pour 2022. A.

Vous allez rencontrer un bel inconnu, plombier et moustachu

Les leaks de Nvidia GeForce sont un peu comme les promesses de campagnes qui n'engagent que ceux qui y croient, sauf qu'ils sont parfois vrais. C'est à ces leaks qu'on doit, notamment, les informations sur les sorties de de God of War sur PC, de la trilogie GTA Massacred et du retour d'Alan Wake. La dernière rumeur en date est plus étonnante, puisqu'on y parle de la sortie sur PC de jeux mettant en scène Mario, alors que Nintendo est connu pour être très exclusif dès qu'il s'agit de sa licence star. On évoque donc Super Mario Bros Wii, ce qui semblerait assez étrange, mais aussi Mario + Rabbids Kingdom Battle, ce qui serait moins surprenant puisqu'il s'agit d'un jeu Ubisoft, alors après tout pourquoi pas. Est-ce que j'ai dit que Mario et les lapins crétins est un meilleur X-COM que X-COM ? Non, je ne l'ai pas dit, mais peut-être que je l'ai pensé suffisamment fort pour que vous l'ayez entendu. N.M. 

Un nouveau combattant sur le champ de bataille

Vince Zampella, le directeur de Apex Legends, n'est peut-être pas le héros dont Battlefield a besoin, mais c'est le héros que Battlefield mérite. Après le début foiré de 2042, le directeur de projet va prendre Battlefield sous sa houlette, en plus de ses projets chez Respawn, pour tenter de sauver la licence. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que Laura Miele, la COO d'Electronic Arts, y croit à mort : « Il créé des divertissements culturels qui résonnent bien plus que de simples jeux. C'est une inflexion extraordinaire dans l'histoire du jeu vidéo. Sa capacité à diriger un studio et à faire travailler les développeurs entre eux afin de créer des expériences de classe mondiale est sans équivalent. Je crois que la structure, les processus et la vision qu'il apporte vont permettre à Battelfield d'exceller comme jamais auparavant. Personne ne connaît les FPS et les services en ligne aussi bien que Vince. » Heureusement qu'elle précise à la fin, parce que pendant quelques secondes, j'ai vraiment cru qu'elle parlait de Batman. N.M.  

Si vous aviez peur qu'avec l'apparition de l'Epic Game Store, Steam se retrouve vite oublié dans un coin comme un enfant abandonné dans un centre commercial parce que la petite dernière, finalement, est quand même plus maline, rassurez-vous : le 27 novembre, la plateforme de tonton Gabe a battu son propre record avec 27 millions d'utilisateurs simultanées. N.M.

Cyberpunk, montre-toi

« Le temps, qui explique tout, expliquera Cyberpunk 2077 », écrivais-je naïvement il y a quelque jours pour montrer que, moi aussi, je connais une citation d'Herman Melville. Eh bien non, pas du tout : le temps est un fieffé farceur, comme les gens de chez CD Project qui, à peine le nez sorti de l'eau, se sont dit qu'ils allaient bien refaire un petit plongeon en annonçant la mise en vente d'une montre Cyberpunk qui ne fait rien d'autre que donner l'heure. Ah si, pardon, elle fait autre chose : elle est vendue avec un NFT, c'est-à-dire un certificat d'authenticité numérique qui ne sert absolument à rien de plus qu'un certificat d'authenticité classique, à part qu'il y a NFT dedans, et que NFT, mon coco, ça fait vendre. J'allais me moquer en prédisant que la montre ne donnerait l'heure qu'une fois sur deux, vu l'état de Cyberpunk à sa sortie, mais je me suis souvenu que je portais une montre Canard PC au poignet, alors je serais bien mal placé pour rire. Au moins, je n'ai pas de NFT. N.M.

Le vaisseau fantôme

Tout le monde, à part son conseil d'administration, semble souhaiter la démission de Bobby Kotick depuis la parution de l'article du Wall Street Journal qui pointe son rôle actif dans les problèmes d'agressions et de harcèlement qu'a connu Activision-Blizzard depuis plusieurs années. Peut-être est-ce l'inverse qui va finir pas se produire : des employés qui démissionnent un par un et Bobby Kotick qui reste seul, capitaine d'un navire fantôme. Jessica Gonzalez, l'une des principales employées à avoir porté les revendications des salariés face aux différents scandales internes, annonce qu'elle quitte l'entreprise : « La production continuera de pâtir tant que vous ne serez pas licencié de votre position de CEO. [...] Ça peut sembler dur, mais vous avez eu des années pour améliorer la situation, et regardez où se trouve l'entreprise aujourd'hui ». L'analyste senior dévoile qu'elle quitte le monde du jeu vidéo pour se concentrer sur son bien-être. N.M. 

Il manque à l'appel

Call of Duty Vanguard ne se vend pas très bien, si l'on se fie aux chiffres anglais : -26% pour les ventes physiques et -44% pour les ventes dématérialisées au lancement par rapport à son prédécesseur, l'année dernière. Pas d'inquiétude pour la licence, ceci dit, qui réalise tout de même le deuxième meilleur lancement dans le pays derrière FIFA 22. Mais voilà que GameIndustry.biz s'est quand même posé la question de comment que ça se fait que ça se vend pas (j'ai une réponse, mais je la garde pour moi parce que c'est pas très poli), à travers un sondage. Sur l'échantillon de joueurs habituels de la licence, ils sont 55% à dire qu'ils n'y ont pas joué parce qu'ils sont déjà occupé avec un autre jeu (pas Battelfield 2042 ni GTA Trilogy, j'imagine). 34% disent qu'ils en ont un peu ras-le-bol de jouer tous les ans au même jeu et je suis content qu'il y ait encore un peu d'espoir pour eux (dis-je en attendant impatiemment Yakuza 8). N.M.

Jean-Michel j'arrive gardez-moi une place

Jean-Michel « ah bah tiens manquait plus que lui » Jarre, dans le Journal du « ah bah tiens, vous volez en escadrille ? » Dimanche, publie une tribune pour un « Metavers à la française », donc un metavers lent et centralisé, j'imagine. Je suis mauvaise langue : dans sa tribune, le musicien plaide, justement, pour un système décentralisé, afin de ne pas tout laisser dans les mains de Marky Mark. Par contre, ne vous attendez pas à ce qu'il ait une idée plus précise que vous de ce dont il parle : « Un métavers français et européen devrait regrouper un ensemble de plateformes et d'acteurs dans les domaines de la réalité virtuelle, augmentée ou étendue, de l'intelligence artificielle, et un cloud indépendant. [...] Avec une attention particulière portée au son. Quentin Tarantino et David Lynch affirment que le son et la musique, c'est 50% d'un film. Je dirais que dans les mondes virtuels, c'est beaucoup plus ». J'ai rien compris mais je suis d'accord. J'irais même carrément plus loin : 60%. N.M.