110 résultats pour "il est fort soleil prey"

La progression dans la campagne solo se fait de manière libre, en choisissant parmi des dizaines de contrats de mercenariat. Mais pour progresser dans le scénario, il faut aider cette princesse à récupérer son trône. L’avantage, c'est qu'elle paye très bien.
Battletech - Encore plus de beaux Mechs que sur Grindr

Décrire Battletech peut se faire en quelques mots : c’est XCOM, avec des mechs. Si vous aimez les jeux de tactique au tour par tour, vous avez donc déjà les oreilles dressées, la truffe humide et les pattes avant qui grattent le sol, tel un jeune labrador fougueux prêt à déterrer un os à 40 euros. Ne vous emballez pas trop vite. Faites-vous une petite infusion verveine-eucalyptus et laissez-moi vous expliquer pourquoi ce jeu a autant de chance de vous enchaîner à votre bureau que de passablement vous ennuyer.

Quand Rembrandt donne un coup de main à Deus Ex - Le jeu vidéo pris dans la toile

Domaine où les images sont reines, manipulées par le joueur lui aussi roi, le jeu vidéo a connu une longue maturation avant de pouvoir afficher davantage que quelques lignes tremblantes. Désormais d’une extrême diversité visuelle, il peut laisser exprimer ses liens ténus avec l’art pictural et travailler ses cadres. Pour autant, il n’est pas qu’une répétition et a presque déjà trouvé sa voie.

Un royaume de milieu de partie d'environ 90 habitants. Il faudra encore l'étendre un peu pour atteindre le seuil ultime des 150 habitants.
Airborne Kingdom - Aérien, je ne regrette rien

« Je commence à me lasser des city-builders indés, il y en a trop », m'avouait récemment un ami avec qui j'ai depuis coupé tout contact. Bon, il n'a pas tort, le genre commence à être saturé. Heureusement qu'y surnagent encore quelques jeux touchés par la grâce, comme cet inattendu Airborne Kingdom développé par une petite équipe de perfectionnistes.

Les passages façon Livre dont vous êtes le héros sont plus nombreux que dans le premier Pillars of Eternity. Ils sont aussi mieux écrits et utilisent plus de compétences du joueur et de son groupe.
Pillars of Eternity 2 : Deadfire - Un jeu bateau ?

Donjons & Dragons. Et pirates. Et krakens. Et colons munis d'armes à feu. Quelque part, je suis toujours à moitié convaincu que Pillars of Eternity 2 est une tentative pour déterminer combien de clichés on peut accumuler au sein d'un même jeu sans le bousiller. Qu’on ne se méprenne pas, je suis content de voir Donjons & Dragons s’ouvrir à d’autres trucs qu'aux forêts médiévales piquées à Tolkien, mais il fallait tout de même un sacré culot pour le transposer au pays des pirates. Comme en plus l’univers du jeu tient malgré tout admirablement la route, méfiez-vous : Pillars of Eternity 3 se déroulera sans doute au Far West, avec des donjons, des dragons, des cowboys, mais aussi des ninjas, des samouraïs, des gladiateurs et des Vikings.

GPU, CPU, consoles : une pénurie partie pour durer - Canard PC Hardware 48

Vous l’aurez certainement remarqué si vous avez cherché à acheter du matériel informatique ces derniers mois : les stocks sont de plus en plus vides, et les prix de plus en plus élevés, particulièrement pour les composants essentiels comme les processeurs et les cartes graphiques. Les raisons sont multiples, mais les solutions malheureusement rares, et cela risque de durer encore un peu.

Moniteurs et fonctions dédiées - Vos paupières sont lourdes … lourdes …

Les fabricants de moniteurs ont rapidement surfé sur la vague "lumière bleue". La plupart proposent aujourd'hui des options qui permettent de la limiter. Celles-ci se contentent simplement de modifier la température de couleur pour qu'elle vire vers le blanc chaud, ce qui était déjà possible bien avant qu'on s'intéresse à la lumière bleue. Les industriels du mobile n'ont pas tardé à suivre. On trouve ainsi des options "Night Shift" sur les appareils Apple ou "Night Mode" sur Android 7, qui peuvent limiter les perturbations du rythme circadien et favoriser le sommeil lorsqu'elles sont activées avant le coucher.

Quake Wars : Ray Traced était une version en ray tracing d'Enemy Territory : Quake Wars développée en 2007 par Intel. Les différences sont minimes, mais vous constaterez quand même que la lunette du fusil reflète le décor.
Le ray tracing est-il l’avenir du jeu vidéo ? - Ou juste un énième terme à la mode qu’on aura enterré d’ici deux ans ?

Après le full HD, la réalité virtuelle, la 4K, le HDR et j’en passe, dites bonjour au nouveau mot magique qui fait frissonner d’extase les vendeurs de cartes graphiques : le ray tracing. Jusque-là réservée aux professionnels de l’image de synthèse et aux dessins animés Pixar, cette technologie de rendu photoréaliste pourrait bientôt débarquer dans les moteurs 3D temps réel du futur. Décortiquons-la et voyons ce qu’elle peut réellement apporter à nos jeux vidéo.

Chernobylite - Good radiations

Comme me l'a dit un jour ackboo, qui applique aux choses du cœur la même logique froide que dans Satisfactory : l'important ce n'est pas de vivre avec la femme qu'on aime, c'est d'aimer la femme avec qui on vit. Ce qui est loin d'être aussi bête ou cynique qu'on le pense. Regardez les Français : forcés à boire de la chicorée pendant l'Occupation, ils ont fini par aimer ça. Et regardez moi : je voulais jouer à Stalker 2, pas à Chernobylite. Et pourtant…

Les jeux du bundle itch.io pour la justice et l'égalité

Il y avait trois bonnes raisons de s'offrir le bundle itch.io pour la justice et l'égalité. Un : il soutient une bonne cause, puisque tous les profits du bundle (5 dollars minimum pour 1 700 jeux) ont été reversés à des associations qui viennent en aide aux minorités. Deux : il y a de grandes chances pour que le bundle fasse date, un peu comme les grandes compilations de rap français des années 1990, le Hit Machine Gold, les CD démo de la PlayStation ou la VHS promo de la Super NES. Et trois : bah, 1 700 jeux, quoi. Alors, certes, tout ne se vaut pas forcément, mais il y a tellement de pépites à l'intérieur de ce bundle qu'une petite sélection pourrait vous aider à démarrer votre exploration. Et si vous n'avez pas acquis le bundle, me direz-vous ? Consolez-vous, rien ne vous empêche d'acheter ces jeux à l'unité qui, la plupart du temps, ne coûtent qu'une poignée d'euros.

Yukon Valley
theHunter : Call of the Wild - Extensions du domaine de la brute

C’est le jeu qui m’a permis de garder la raison pendant le confinement. Accroupi dans les roseaux, allongé sur l’herbe, debout dans la neige, je me suis perdu pendant des dizaines d’heures dans les vastes étendues de theHunter : Call of the Wild. Avant ça, je m’étais aussi longuement perdu dans une jungle bien moins facile à explorer, celle du catalogue de DLC du jeu.

L'art de perdre dans PUBG - (sans pourrir la soirée des autres)

Après une partie acharnée de League of Legends, Voltaire (qui était, paraît-il, un excellent top laner) a dit un jour : « Le grand drame des jeux multijoueurs, finalement, ce sont les joueurs. » Trois siècles plus tard, la phrase du grand homme n'a pas pris une ride.

Assassin’s Creed Odyssey - Aux sombres héros de l'Homère

Presque seul contre tous, dans une rédaction blaséeNote : 1, je persiste à penser qu’Assassin’s Creed Origins était un chef-d’œuvre, l’un des meilleurs épisodes de la franchise, la quintessence du savoir-faire d’Ubisoft, enfin mis au service d’un vrai jeu. Alors, quand l’Union des Bretons Indépendants a annoncé renouer avec le rythme impie d’un Assassin’s Creed chaque année, alors qu’une pause leur avait fait tant de bien, je me suis dit : « Ça y est, ils vont encore saloper ma belle licence. » Autant dire que je ne partais pas conquis pour ces nouvelles aventures grecques.

Note 1 : Voir Canard PC n° 386 : « ackboo et le temple du Soleil », Casterman, 2018.

Comme Shenzhen I/O, Opus Magnum contient une variation du solitaire (le « Sigmar's Garden»), pour décompresser entre deux chaînes de production.
Opus Magnum - Transformer de l'or en l'or

Conférence de rédaction de Canard PC, dans une belle salle de réunion avec gigantesque baie vitrée surplombant un Paris joliment éclairé par le soleil rasant d'octobre. Sébum, la mèche au vent, répartit les pages : « Nets, comme tu aimes bien les petits puzzles, je t'ai mis Opus Magnum, le nouveau jeu des dév' de Spacechem. En plus tu avais testé Infinifactory, donc tu connais. » Moi, tremblant de peur : « Euh, y a personne d'autre pour le faire ? C'est Kalash qui avait testé le dernier, Shenzhen I/O... » Kalash, masquant sa terreur sous une apparence de désintérêt : « Désolée, j'ai déjà trop de pages. À moins que tu veuilles me prendre des pages dans le dossier sur les match-3 en ASCII ? » Moi, me liquéfiant : « Bon ben, va pour Opus Magnum... »

My Time at Portia - Animal gros gringue

Hier soir, d'humeur yolomax à fond les ballons, j'ai accepté une tasse d'earl grey sur le coup de 19 heures. À 2 heures du matin, sous l'influence de toute cette théine qui coulait à flots dans mes veines, j'étais donc plus éveillée que jamais, prête à partir faire le tour du monde à cloche-pied tout en rédigeant une nouvelle traduction de l'Ulysse de Joyce. Seul My Time at Portia est parvenu à me faire redescendre.

Kick-Off Revival – Sociable Soccer - Le match des vétérans

On parle souvent ces derniers temps de business de la nostalgie. Parce que oui, voir Nintendo nous taper 80 euros pour un émulateur joliment emballé dans une boîte en plastique, c’est du business. Derrière le retour de Kick-Off et de Sensible Soccer, il y a un peu plus que ça. Il y a l’espoir de ses créateurs de pouvoir ramener à la vie une vision du foot disparue et chère à leur cœur. Mais incarner les nécromanciens dans le jeu vidéo est rarement une mince affaire…

Le manifeste du jeu d'exploration

Cet article ne parle pas de Zelda : Breath of the Wild, de Skyrim, de Fallout, de Xenoblade Chronicles X, de Grand Theft Auto, de Red Dead Redemption, de Hollow Knight, de Cyberpunk 2077, de The Longing, d'Assassin's Creed ou de Far Cry. Cet article parle des vrais jeux d'exploration : Subnautica, Outer Wilds, Dark Souls, Ancestors et Minecraft. Désolé.

Les troupes de l'USS Darnaudet, qui croise à 19,5 nautiques de la côte omanaise, sont toujours prêtes à partir en mission.
DCS : F/A-18C - Taille de guêpe

Cela fait plus de six ans qu’Eagle Dynamics évoque régulièrement la sortie prochaine de DCS : F/A-18C, qui commençait à atteindre le statut peu enviable de Duke Nukem Forever de la simulation militaire. Et là, alors que plus personne n’y croyait, le voici qui débarque en accès anticipé. Mais attention, un accès très, très anticipé : le F-18 Hornet que vous pouvez acheter dès aujourd’hui pour la modique somme de 80 dollars ne dispose que de 10 % de son armement et d’une maigre fraction de son avionique. Le reste sera ajouté au cours des mois (des années ?) qui viennent. Face à cette situation pour le moins contestable, Eagle Dynamics a sorti un argument massue : « Ainsi, vous pourrez apprendre peu à peu chacun des systèmes de l’appareil, comme le ferait un vrai pilote. » Comme quoi le marketing est un métier, et le foutage de gueule un art.

Among Trees - La forêt, la la, lalala

Dieu sait que je déteste la forêt, et la nature d’une manière générale. Comme tout le monde, je fais ma part : chaque dimanche, je vais brûler quelques pneus dans les bois et j’enterre des stocks de piles à proximité des rivières pour hâter le réchauffement. Ce n’est pas grand-chose, mais si tout le monde s’y met, à condition d’être unis, on peut le faire.

Interview with the Whisperer


Je ne sais plus quoi dire. Je ne sais plus quoi écrire. Je devais simplement rapporter un article. Ce type, cet espagnol. Ce vieillard qui dit avoir construit une machine. Une sorte de radio. Un émetteur-récepteur. Bien sûr, je ne le croyais pas. Cet homme qui prétend parler avec Dieu.

Le paradis perdu du battle royale - Rencontre avec les pionniers du genre qui refusent encore de migrer vers PUBG

Tous les soirs, ils sont encore quelques dizaines à se parachuter au-dessus des plaines ensoleillées d’Altis, des forêts denses de Chernarus ou des eaux turquoise de l’atoll Wake. Voilà six ans qu’ils s’éclatent sur le mod Battle Royale d’Arma 3, celui qui a lancé la tendance la plus juteuse de la décennie. Un mod précurseur, génial, bancal et surtout tombé dans un oubli quasi complet, au grand dam de ses vétérans convaincus qu’il n’a rien à envier à PUBG ou Apex Legends. À raison.