5 résultats pour "freemove"

Warhammer Age of Sigmar : Champions - J'en ai ma carte

Après Mechanicus et Armada 2, il serait aisé de croire que la malédiction des mauvais jeux Warhammer est enfin rompue. Il faut dire que l'année 2019 commence plutôt bien, d'autant que Games Workshop serait, selon certaines rumeurs, désormais plus exigeant sur la qualité des jeux développés par ses partenaires. Alors, quand le sympathique Age of Sigmar : Champions est arrivé sur nos PC, mon sang n'a fait qu'un tour. Marrant, comme la chaîne de ma tronçonneuse, lorsque j'ai lancé le jeu pour la première fois.

Les poubelles de Steam - Benne, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elles

Et voilà, les poubelles de Steam, c'est terminé. Non pas que Valve soit subitement rentré dans le droit chemin et ait renoncé à publier chaque jour des dizaines de jeux pourris et à moitié pétés, mais vingt numéros nous ont largement suffi pour faire le tour du sujet. Alors avant que la benne à ordures ne passe pour tout enlever, asseyez-vous, que je puisse vous raconter tout ce que j'ai appris au cours de cette plongée en eaux troubles. Non, pas là, il y a une seringue pleine de malwares. Ni là, car les bords coupants de ce jeu raciste pourraient vous filer le tétanos. Bon ben restez debout, en fait.

Développez couché - Étape n° 8 : Les choses de la vie

Développez couché est le cours de programmation de Canard PC. Cette année, on programme un FPS en C#. Vous avez raté les épisodes précédents ? Aucun problème ! Téléchargez Visual Studio Community 2017 (cpc.cx/vsc2017) et choisissez l'option « développement .NET desktop » pendant l'installation. Récupérez ensuite le code source du projet (cpc.cx/canardstein08), décompressez-le dans un répertoire vide et ouvrez le fichier Canardstein.sln. Vous voilà prêt !

Vincent Berry - Qui joue à quoi ?

La recherche sur les jeux n’oublie pas de s’intéresser à l’un des acteurs majeurs de ce petit écosystème : les joueurs. Vincent Berry est sociologue, chercheur en Sciences de l’éducation à Paris 13-Villetaneuse et il a eu l’amabilité de nous recevoir dans le fablabNote : 1 de l’université, Ludomaker. Il a notamment travaillé sur les joueurs de MMO – Dark Age of Camelot et World of Warcraft – et si désormais il se consacre plutôt aux jeux de société, il ne manque jamais une occasion de parler de sa dating sim favorite, Amour sucré.

Note 1 : laboratoire de fabrication

Quand les artistes cachaient des programmes dans des vinyles - … et des CD ou des cassettes - Canard PC Hardware 49

Souvenez-vous, avant Deezer, Apple Music ou Spotify, la musique était distribuée sur des médias physiques, des cassettes audio (dont le créateur est décédé récemment), des disques vinyles, des CD, etc. Et dans les années 1980 et 90 (et même 2000, pour le côté rétro), certains dissimulaient des choses sur les médias en question. Nous n'allons pas parler des pistes cachées (un sujet qui nécessiterait son propre dossier) et des différentes méthodes utilisées, ni des « CD Plus », c'est-à-dire les CD qui contenaient des pistes de données. Non, nous allons discuter d'une technique bien plus artisanale : des pistes audio qui intègrent des données. Si vous avez côtoyé les ordinateurs des années 1980, vous connaissez le principe : les informations sont modulées (à la manière d'un antique modem) et le « micro » – relié généralement à un lecteur de cassettes – démodule le tout pour récupérer les données. Une solution peu efficace dans l'absolu, mais qui permet de stocker quelques kilooctets sur des médias peu onéreux. Passons à quelques exemples.