12 résultats pour "lisse poire mine silence"

Le jeu vidéo en prison - La grande évasion

Dans une salle de spectacle où règne un silence religieux, une petite dizaine de personnes s’affrontent à tour de rôle sur Fifa 18. Entre chaque match, des observateurs se fendent d’un petit commentaire sur les tactiques des participants, d’un conseil avisé (« Prends l’Allemagne, c’est eux qui vont gagner la Coupe cette année »), d’une plaisanterie teintée de régionalisme breton (« Choisis plutôt Guingamp, allez ») ou d’un pronostic. Parfois, un cri de joie vient troubler la profonde quiétude de l’événement, qui ressemblerait finalement à n’importe quel tournoi Fifa s’il ne se déroulait pas dans le quartier socio-culturel d’une prison.

The Computer Mouse (Electronic Grenade)
Le tour du gadget

Playerunknown's Battlegrounds
La caravane patche de début avril 2018 - Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois
Terror Below - En vers et contre tous

Le Nevada : sa chaleur écrasante, ses habitants en sueur, ses décors rougeoyants et ses immenses vers qui sortent de temps en temps pour bouffer des gens en pondant des œufs. Ah ouais, ça a vachement changé, en fait, le Nevada.

Hitman 2 - Sain et chauve

Les enfants leucémiques n'ont aucun héros à qui s'identifier. À la limite, il y aurait bien Dark Vador, mais on ne le voit pas souvent sans son casque. Non, il faut le reconnaître, Hitman est l'un des seuls jeux à leur donner un exemple à suivre. C'est d'abord pour cette raison que nous attendions de pied ferme une suite au Hitman de 2016 : pour apporter à nouveau un peu de bonheur aux enfants chauves. Merci, Agent 47.

Alec Holowka, figure du jeu vidéo indépendant, s’est suicidé après avoir été accusé de multiples comportements abusifs. (Crédits photo : Trish Tunney, CC-BY-2.0)
Agressions sexuelles et harcèlement : nouveaux scandales dans l’industrie - Dans les studios, la parole a encore du mal à se libérer

À la fin du mois d'août, une nouvelle série de témoignages de harcèlement et d'agressions sexuelles a jeté une lumière crue sur le climat sexiste largement répandu dans l'industrie du jeu vidéo. De plus, des hordes de joueurs particulièrement virulents ont enseveli les victimes sous les menaces de mort et les insultes. De toute évidence, les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc ont échoué à faire bouger les lignes dans ce secteur où les femmes demeurent ultra minoritaires.

Ghost Recon Wildlands
La caravane patche d'août 2019 - Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois
Life is Strange
L’utilisation des jeux vidéo en centre de santé mentale - Quand Rocket League, Rayman et Street Fighter s’invitent dans un département de soins pour adolescents

La plupart du temps, on trouve réunis les termes « jeux vidéo » et « santé mentale » dans deux types de discours. Ceux qui suggèrent que les jeux peuvent entraîner addiction et perte de contrôle chez leurs utilisateurs – c’est d’ailleurs les grandes lignes de la définition proposée par l’Organisation mondiale de la santé pour ce qu’elle appelle le « trouble du jeu vidéo ». Les autres affirment que les jeux peuvent aussi faire office d’outil thérapeutique, dont nombre de psychologues se servent dans leur pratique. Comme souvent dans la vie, j’imaginais que la réalité se situait un peu entre les deux, mais je ne savais pas trop à quoi m’attendre en assistant à des ateliers jeux vidéo organisés par un département de soins pour adolescents en souffrance psychique. J’imaginais des jeunes contraints de jouer à des serious games dont ils ne se seraient même pas approchés avec un bâton en temps normal, ou encore des infirmiers dépassés par le nombre de câbles requis pour faire fonctionner une Wii U. Comme souvent dans la vie, j’avais tort.

Gorasul : The Legacy of the Dragon (2001)
Les nanars du jeu de rôle - Une contre-histoire du RPG

Raconter l'histoire du jeu de rôle sur ordinateur, d'ordinaire, c'est faire une liste : celle des grands jeux qui ont marqué leur nom au fer rouge sur nos PC. On se contente d’égrener des titres comme Ultima, Fallout, Baldur's Gate, Morrowind, Mass Effect, Wasteland 2, The Witcher III et puis c'est rideau, merci et bien le bonsoir. Le problème, c'est que dans la légion des jeux tus par cette liste, dans la cohorte des non-dits, il y a toute une facette de l'histoire des jeux de rôle qui mérite largement d'être racontée. Se pencher sur les mauvais jeux sympathiques – les nanars – permet de dresser un portrait plutôt fidèle d'un genre qui a été façonné par les échecs, les grandes tendances suivies aveuglément, les pâles copies et le mauvais goût. Alors pour vous, on a plongé dans la fange. Des vieilleries obsolètes qui déglinguent les yeux aux camelotes modernes qui partent en vrille, on ne s'est rien épargnés. Tout ça, bien sûr, dans l'unique but d'obtenir une vision plus juste du jeu de rôle. Pas du tout de se moquer des jeux moches. Pas du tout.

Quantic Dream, l’histoire d’une enquête

Dans le numéro précédent, Canard PC a fait des révélations sur le fonctionnement du studio parisien Quantic Dream. Revenons quelques mois ou semaines en arrière pour mieux comprendre comment nous avons travaillé.

Sniper Ghost Warrior Contracts 2 - Ils ont changé l'infiltr'

Après trois épisodes consternants dont l’apogée fut un maigre 5/10 en 2017, comme beaucoup nous avons laissé la série des Sniper Ghost Warrior de côté, bien rangée dans la poubelle bleue. Mais il y a deux ans, le spin-off Contracts racheta un peu ses aînés grâce à une aventure moins ambitieuse et mieux fignolée. Sa suite, sortie début juin, achève de prouver qu’on peut extraire un jeu passable du plus détraqué des rectums.

Le Gamecamp, organisé l’an dernier à Lille par le SNJV, a regroupé environ 450 professionnels français venus échanger et assister à des conférences.
Association de bienfaiteurs - Comment les créateurs de jeux vidéo s'entraident au quotidien

Depuis la fin 2017, nous vous parlons beaucoup des problèmes que connaît l’industrie des jeux vidéo en France. D’arrangements avec le droit du travail, de magouilles, d’employés déconsidérés… Mais il ne faut pas croire que les travailleurs du secteur restent passifs face à des directions pas toujours tendres, à un marché du travail tendu, à un milieu petit où chacun craint pour sa réputation. Quand on regarde bien, c’est même un monde professionnel où de plus en plus de réseaux de solidarité se créent, s’organisent et se soudent. Par Kalabes et Netsalash.