41 résultats pour "plan de vol hacktag"

The Crew - Pour les super saiyan

À quoi sert ce qui ne sert à rien ? - Roland Barthes en F-18

Les plus anciens de nos lecteurs le savent : depuis l'été 2013, où je l'ai téléchargé « par curiosité », « comme ça », « pour comprendre ce qui plaisait tant que ça à Moquette là-dedans »Note : 1 Eurotruck Simulator 2 me fascine. Après des dizaines d'heures passées sur les routes de Pologne et d'Allemagne, devant un jeu a priori dénué du moindre intérêt, j'étais toujours incapable de me défaire de l'impression qu'il s'agissait d'un titre majeur, capable de susciter chez le joueur un sentiment de présence, de réalité, dont les autres jeux ne pouvaient que rêver. Seulement, j'étais incapable de savoir pourquoi : aucune hypothèse ne me satisfaisait totalement, si bien que j'avais fini par renoncer à trouver une explication. Jusqu'au jour où Guy Moquette, encore lui, m'a encouragé à essayer DCS World, le simulateur de vol ultra réaliste d'Eagle Dynamics. Et là, sur le tarmac de l'aéroport de Beslan, tandis que j'exécutais pour la énième fois la procédure de démarrage de mon A-10C, j'ai connu la révélation.

Note 1 : C'est en tout cas ce que je dirai à mon procès.

Black Angel - Le silence éternel de ces espaces infinis mais frais

Émergeant au-dessus d’une barbe bien touffue, une paire d’yeux désemparés me regarde fixement. Qu’est-ce que j’ai loupé ? Tout est en place, du moins je crois, et je viens de finir l’explication des règles sans trop m’embrouiller. Alors ?

F-117A Nighthawk Stealth Fighter 2.0 - Le chef-d'œuvre passé sous le radar

Même s'il est surtout connu aujourd'hui pour ses jeux de stratégie (sans doute parce qu'il accolait son nom à leurs titres comme un gros prétentieux), Sid Meier n'est pas seulement l'auteur de Sid Meier's Civilization, Sid Meier's Alpha Centauri et Sid Meier's Colonization. Aux commandes de Microprose, la boîte qu'il a cofondée en 1982 avec John Wilbur « Wild Bill » Stealey (un ancien officier de l'US Air Force), il a développé une quantité respectable de jeux de simulation, et notamment de simulateurs de vol. B-17 Flying Fortress, F-14 Fleet Defender, F-15 Strike Eagle, Falcon, Harrier Jump Jet, Gunship 2000... Presque tous les appareils volants de l'Air Force, de l'Army et de la Navy ont eu droit à leur simulateur Microprose. Mais tout cela n'était rien à côté de l'exploit accompli par Microprose avec F-19 Stealth Fighter : pour la première fois de l'histoire du jeu vidéo, un développeur a créé une simulation, la plus réaliste possible, d'un appareil qui n'a jamais existé.

Les troupes de l'USS Darnaudet, qui croise à 19,5 nautiques de la côte omanaise, sont toujours prêtes à partir en mission.
DCS : F/A-18C - Taille de guêpe

Cela fait plus de six ans qu’Eagle Dynamics évoque régulièrement la sortie prochaine de DCS : F/A-18C, qui commençait à atteindre le statut peu enviable de Duke Nukem Forever de la simulation militaire. Et là, alors que plus personne n’y croyait, le voici qui débarque en accès anticipé. Mais attention, un accès très, très anticipé : le F-18 Hornet que vous pouvez acheter dès aujourd’hui pour la modique somme de 80 dollars ne dispose que de 10 % de son armement et d’une maigre fraction de son avionique. Le reste sera ajouté au cours des mois (des années ?) qui viennent. Face à cette situation pour le moins contestable, Eagle Dynamics a sorti un argument massue : « Ainsi, vous pourrez apprendre peu à peu chacun des systèmes de l’appareil, comme le ferait un vrai pilote. » Comme quoi le marketing est un métier, et le foutage de gueule un art.

Purée c'est beau.
Microsoft Flight Simulator - J'ai encore rêvé d'ailes

Quinze ans. Cela fait bien quinze ans qu'on attendait un grand simulateur de vol. Qu'on devait se contenter d'un produit bancal développé par une équipe minuscule (X-Plane) ou d'un jeu qui ne demandait qu'à partir en retraite (FSX). Ce qu'il convient d'appeler Le Moyen Âge de la simulation est désormais terminé. Développé avec le budget d'un AAA, exploitant enfin les technologies du XXIe siècle, Microsoft Flight Simulator signe la renaissance d'un genre qu'on croyait mort. Ma joie est incommensurable, mes check-lists sont prêtes.

Flight Simulator, huit mois après le décollage - Envole-moi loin de cette fatalité qui colle à ma peau.

Flight Simulator a huit mois. En âge chien, ça fait cinq ans, mais en âge jeu vidéo, on approche les 18 ans. Les troubles de l'adolescence se terminent doucement, Flight Simulator commence à devenir adulte, sage, responsable. Même si tout n'est pas encore parfait, c'est le moment de faire un point sur la situation, et d'essayer (une fois de plus) de convaincre ceux qui ne sont pas encore montés dans les plus beaux cockpits du jeu vidéo.

Trackmania - Ça continue, encore et encore

Une mise à jour qui fait tout planter, un réflexe qui permet de rattraper au vol l'urne funéraire de pépé qui tombait, la pincée de sel qui ruine le plat... Parfois, un tout petit rien suffit à tout changer. Mais dans la dernière mouture du jeu de course de Nadeo, ce changement est tout d'abord symbolisé par le passage de TrackMania à Trackmania. Une absence de majuscule qui, l'air de rien, en dit long sur l'ambition du jeu.

Disco Elysium - Le triomphe d’Hercule Poivrot

« Ça ne sera jamais aussi bien qu'ils le disent. » Voilà ce qu'on se répète depuis quatre ans à chaque fois que ZA/UM donne des détails sur le projet Disco Elysium. Ambitieux, intelligent, superbe, drôle, déjanté, le jeu de rôle qu'on nous décrivait était surtout trop beau pour être vrai. Personne ne croyait vraiment que des développeurs de la Baltique sans expérience du jeu vidéo allaient pondre un chef-d’œuvre, sans trop forcer, en guise de première ligne sur leur CV. Aujourd'hui, il faut pourtant se rendre à l'évidence : un collectif d'artistes estonien a créé le meilleur jeu de rôle à avoir jamais été installé sur nos PC.

Falcon Age - Quand on faucon, c'est pour la vie

L'homme du XXXIIe siècle doit prendre bien garde quand il se penche sur l'histoire de nos ancêtres. Au XXIe siècle, bien avant la Grande Disruption de 2574, les robots étaient encore considérés comme des êtres inférieurs, voire comme des machines ; les comportements n'étaient pas les mêmes et, à bien des égards, ils pourraient paraître choquants aujourd'hui. Pourtant, malgré leur rudesse, leur espérance de vie ridicule et leur intelligence limitée, nos arrière-arrière-arrière-grands-parents étaient capables de bien des prouesses qui, petit à petit, ont façonné le monde dans lequel nous vivons.

Red Dead Redemption 2 - Légende du voyage

Au commencement était GTA IV. Et Rockstar dit : « Tes contrôles seront lourds, ton système de visée hasardeux et tu conduiras tes véhicules dans la douleur. » Et le peuple fut malheureux. Rockstar fit alors descendre Red Dead Redemption et GTA V sur la Terre, et les gens y jouèrent, car ces jeux étaient simples et drôles et maniables. Mais Rockstar n’était pas satisfait. Il vit que cela n’était pas bon. Du haut des cieux, sa voix résonna : « Voici que je vous livre Red Dead Redemption II et sa maniabilité atroce. Prenez et mangez-en tous, car de toute façon, vous n’aurez rien d’autre. » Et le peuple mangea. (Ezéchiel 4, 15-22)

The Longing - Le Beckett à l'air

Parfois, venu de nulle part, débarque un machin si génial qu'on se dit qu'après lui le jeu vidéo ne sera plus le même. Un titre qui repousse tellement les limites, qui redéfinit à tel point nos attentes, que tous ceux qui viendront ensuite nous sembleront des moulages en creux, des espaces négatifs où l'on ne verra que ce qui leur manque. Comment se satisfaire des dialogues d'un jeu de rôle ordinaire après Disco Elysium ? Comment apprécier un open world stérile et répétitif de 60 heures après un jeu dont le seul objectif est d'attendre 400 jours ?

Erik Estavillo, le plaignant en série - Le point commun entre World of Warcraft, Depeche Mode et Winona Ryder

Au cours de ces dix dernières années, l’Américain Erik Estavillo s’est bâti une sale réputation en portant plainte contre les plus grosses sociétés de jeux vidéo. De Nintendo à Sony en passant par Activision et Epic, celui qui s’est lui-même surnommé le « serial-plaignant » a beaucoup de choses à reprocher à l’industrie vidéoludique : des bannissements injustifiés, des pratiques mensongères, des consoles défectueuses et des personnages qui se déplacent trop lentement, entre autres. Autant de motifs considérés comme risibles par l’essentiel de la presse spécialisée, mais qui soulèvent tout de même quelques questions alors que les studios multiplient les moyens d’inciter les joueurs à dépenser leur argent – et que l’OMS vient de reconnaître l’addiction aux jeux vidéo comme un trouble mental.

Jouer en VR en 2021, c'est souvent triturer des tas d'options graphiques aux noms incompréhensibles pour tenter d'atteindre les sacro-saintes 90 ou 120 images/seconde.
La réalité virtuelle en 2021 - Quel futur pour le futur du jeu vidéo ?

Bonjour, bienvenue dans notre rubrique annuelle « La VR c'est sympa, mais bon ». Après un long confinement propice aux dépenses high-tech, la sortie de Half-Life : Alyx et l'apparition de nouveaux casques haut de gamme, faisons le point sur cette technologie, l'éternel « futur du jeu vidéo » qui, cinq ans après son arrivée sur le marché, attend toujours le grand soir.

Atari Retro TV Handheld (PQube)
Le tour du gadget

Profite bien de tes derniers mois DCS, dès que Flight Simulator sera sorti tu ne seras plus le générateur de fonds d'écran par excellence.
DCS World : F-16C Viper - Retour sur 18 mois de paroles en l'air

Pas même un an et demi après l'arrivée en accès anticipé de son F/A-18 Hornet, toujours pas entièrement terminé, Eagle Dynamics lance un nouvel early access. Pour la modique somme de 70 euros, vous pouvez dès aujourd'hui être l'heureux acquéreur d'un F-16 à moitié fonctionnel. Et si vous êtes sur le point de tourner la page en vous disant « tout ça c'est sans doute très bien, mais la simulation de vol je n'en ai rien à carrer », détrompez-vous. La situation d'Eagle Dynamics, et de DCS World, dit beaucoup de choses sur le financement des studios de taille intermédiaire, et sur l'early access en particulier.

Deadstick : Bush Flight Simulator - De quoi s’astiquer le manche

Je vous vois, avec votre mauvais esprit conspirationniste. Vous vous dites qu’un jeu qui se présente comme un Bush Flight Simulator consiste sûrement à faire voler un Boeing 767 dans les fenêtres d’un gratte-ciel new-yorkais. C’est moche, ce genre d’humour. Un peu de respect, s’il vous plaît.

Microsoft Flight Simulator - Quelque part entre l'émerveillement et l'angoisse

Bien sûr que j'étais ému comme un enfant. Que de grosses larmes chaudes et salées ont roulé sur mes joues bourrues de joueur blasé. Comment aurait-il pu en être autrement ? Treize ans après avoir abandonné Flight Simulator, Microsoft m'a touché au cœur en annonçant enfin un nouvel épisode de ce qui reste sa plus belle contribution au jeu vidéo PC. Et quel nouvel épisode ! Leur bande-annonce fut probablement la plus belle chose à être montrée durant cet E3.

Flight Simulator - Hélice au pays des merveilles

« T’excite pas, ça va tourner à cinq images par seconde. » Je me répétais cette phrase devant chaque photo d’écran de Flight Simulator. Même les vidéos me poussaient à la méfiance, je sentais la bonne grosse arnaque du rendu précalculé dans une ferme de serveurs. Parce que c’était trop beau. Trop de détails. Trop de nuages. Trop d’ombres. Trop d’arbres. Trop de bâtiments. Puis Microsoft m’a collé devant une machine faisant tourner le jeu. Et j’ai pleuré.

IL-2 : Battle of Kuban - Crimée et châtiments

On a longtemps pensé que le simmeurNote : 1 était une espèce en voie d’extinction. Prédiction renforcée par la disparition manifeste et progressive de son habitat, la simulation hardcore. Mais à l’aube de cette année 2018, l’espèce se porte indéniablement mieux, comme en témoigne la vigueur de la licence IL-2 qui, avec Battle of Kuban et Battle of Bodenplatte, s’apprête à sortir ses troisième et quatrième extensions stand-alone.

Note 1 : Un simmeur est un humanoïde dont le corps est composé à 70 % d’eau et le bureau à 70 % de périphériques hors de prix, et qui, dans sa version aérienne, ne s’amuse jamais tant que quand il fait décoller, voler et atterrir (ou planter dans le sol) un aéronef plus ou moins antique.