379
Sortie en kiosque
le 15 avril 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 30 mars 2018

Canard PC 379 : Édito

News Hardware du CanardPC N°370

Sécurité

Ça sent le carnage

Ça sent le carnage S

teve Purser, directeur des opérations à l'Agence européenne pour la sécurité des réseaux et de l'information (ENISA), s'est exprimé sur la sécurisation de l'Internet des objets. Nous reprenons ses propos, tels que cités par ZDnet : « L’IoT change l'équation entre risque et occasion : on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre, alors ne nous attendons pas à pouvoir sécuriser les appareils de l’Internet des objets de la même façon que les PC. » Le message est clair, avec 20 milliards de périphériques connectés attendus pour 2020 et des délais de commercialisation raccourcis, harmoniser la sécurisation de tout ce « petit » monde constitue un défi. « Prenons une ampoule, par exemple... Comment faire pour sécuriser une ampoule ? », demande Peter. En ne la branchant pas, serais-je tenté de suggérer. Quoi qu’il en soit, l’une des solutions pour sécuriser l’IoT consisterait à ce que « les objets se sécurisent les uns les autres, avec les appareils qui contrôlent d'autres appareils ». Ainsi, un premier objet exécuterait une portion du code signée dynamiquement, la clé étant ensuite vérifiée par un second qui renverrait la validation au premier. En conclusion, Peter avoue que si « les freins et contrepoids » mis en place ne sont pas « adéquats », la situation pourrait être « un véritable cauchemar ».


Industrie

Tout ça, c’est de la Com(m)

Bloomberg nous apprend que, « selon des sources proches du dossier », Broadcom, le fabricant de solutions réseau et télécommunications, serait assez tenté de se goinfrer Qualcomm. D’une, parce qu’il le peut financièrement, et de deux, parce qu’il a une grosse bouche et un gros ventre. Le montant de l’acquisition s’élèverait à plus de 100 milliards de dollars, un record dans ce domaine d’activité. Aucun commentaire n’a été fait par les sociétés concernées, mais leurs actions ont immédiatement grimpé après l’annonce.


Puce

ARM au point, le point

ARM au point, le point L

a dernière conférence ARM Tech Con toi alors a permis à Intel et ARM d’annoncer des SoC pour smartphones gravés en 22 nm FinFET et 10 nm HPM, résultat d’une coopération démarrée durant l’été 2016 après un barbecue festif au camping naturiste des Pins Coquins. Si une gravure de puces en 22 nm, attendue en fin d’année, n’a rien d’extraordinaire à l’heure où TSMC et Samsung produisent déjà des choses en 10 nm, Intel promet que, comparé au 28 nm, son SoC 22 nm offre 30 % de performances supplémentaires pour un die 20 % plus petit, tout en réduisant les fuites de courant d’un facteur 100. Encore une victoire de la sphaigne. D’autre part, le Cortex 10 nm aura pour avantage d’embarquer 100 millions de transistors (environ le double des modèles TSMC et Samsung) tout en ne consommant que 0,25 mW/MHz pour une fréquence de 3,5 GHz. Pour en revenir à ARM, ce dernier a également présenté le Mali-D71, un processeur d’affichage chargé d’accompagner les GPU Mali pour limiter leur charge de travail. Pensé pour la réalité virtuelle avec 120 images par seconde en 4K UHD, ARM précise que le Mali-D71 permet une réduction de la consommation de 30 % comparé aux solutions 4K existantes.


IA

Allô Gérard ? Tu me vois là ? Allô ?

Cisco propose aux mauvais en organisation de vidéoconférences un nouvel assistant virtuel pour les décharger de cette pénible tâche. Cisco Spark Assistant est une technologie d’apprentissage automatique, de reconnaissance vocale et de gestion des dialogues conçue par Mindmeld, acquise par Cisco début 2017 pour 125 millions de dollars. L'IA invitera automatiquement les personnels en rapport avec le thème de la réunion et les objectifs de l’entreprise, fournira des comptes rendus et attribuera des actions à effectuer. Nettoyer le frigo par exemple.


Véhicule autonome

L’autopilote, c’est ouais moyen…

L’autopilote, c’est ouais moyen… W

aymo, la division de Google responsable du développement des véhicules autonomes, a décidé de retirer définitivement la fonction pilote automatique de son cahier des charges, cette dernière s'avérant trop dangereuse. Les essais ont démontré le manque de réactivité des conducteurs dès qu’il est nécessaire de reprendre le contrôle du véhicule en situation d’urgence. Trop occupés à utiliser leur smartphone, se remaquiller les cils des pieds ou lire Canard PC , ils perdent conscience de leur environnement routier et se révèlent incapables de retrouver leurs réflexes lorsque c'est nécessaire, malgré les systèmes d’alerte mis en place. « Ce qu’on a découvert est plutôt inquiétant », précise Waymo, qui de fait concentre à présent tous ses efforts sur un véhicule 100 % autonome, ne nécessitant aucune attention humaine. Sans transition, ou presque, concluons en rappelant que Baidu, l'alter ego chinois de Google, travaille également sur une plateforme dédiée aux véhicules autonomes nommée Apollo. Un premier véhicule sera lancé dès 2019, capable d’assister la conduite dans certaines circonstances précises, comme un embouteillage.


Foire à news

En vrac

L

enovo, qui ne se trouve pas assez gros, vient d’entamer l’acquisition de la branche PC de Fujitsu, pour un montant final de 190 millions d'euros.
Le magazine Le Point rapporte qu’entre « mars et mai 2017, un million d’abonnés de SFR (Altice) ont été exposés à des menaces importantes, parce que les serveurs et les box de l’opérateur étaient mal sécurisés ». Des failles corrigées depuis, assure SFR.
Android dispose de la nouvelle fonctionnalité Fast Pair, afin d'appairer rapidement les périphériques Bluetooth.
La députée Typhanie Degois s’inquiète des conséquences sur l’aéromodélisme de la nouvelle réglementation concernant les drones, puisqu’elle s’applique à tous les « aéronefs circulant sans personne à bord ».
Le champion de moto Valentino Rossi a puni la Motobot de Yamaha en bouclant un tour en 85 secondes, contre 117 pour la machine. Pour combien de temps encore ?
HP est devenu le nouveau propriétaire de la division Printing de Samsung, une opération à 1 milliard de dollars.
Digitimes (restons prudents) indique que Nvidia interdirait à ses partenaires de vendre des Geforce aux fabricants de supercalculateurs et serveurs, afin de ne pas nuire aux Quadro et Tesla.


CPU

Une nouvelle EPYC

Une nouvelle EPYC

L’équipe d’élite de Canard PC Hardware a demandé au monde de ne pas colporter l’un de ses tweets, où elle annonce qu’AMD fomente un CPU Ryzen EPYC de seconde génération embarquant pas moins de 64 cœurs et de 256 Mo de mémoire cache L3. Ajoutons à la liste 128 lignes PCIe-4 et la gestion de 8 mémoires DDR4-3200, avec un TDP de base de 225 watts (240 watts maximum). Pour reprendre la consigne, on compte sur vous pour ne pas diffuser l’information, dans cette affaire la discrétion la plus totale est de mise. La vie de caniches est en jeu, bordel.


Refroidissement

Ça jette un froid

D

es ingénieurs de l’université pas facile à trouver de Purdue, États-Unis, ont dévoilé une nouvelle technologie promettant de dissiper la bagatelle de 1 000 watts/cm², afin de répondre aux besoins de fraîcheur printanière des prochaines générations de puces hautes performances. Leurs premières publications en la matière remontent à 2008, mais l’arrivée de la Darpa (l'agence américaine de recherche militaire) dans le projet en 2013, accompagnée de deux millions de dollars pour entretenir l’amitié, a permis d’aboutir à un concept qui œuvrera autant pour le bien des supercalculateurs que pour celui de l’électronique des radars. Le système de refroidissement, présenté par les chercheurs comme le Graal du microrafraîchissement, repose sur des microcanaux d’une dimension de 10 × 250 µm, disposés sur un die, dans lesquels circule le liquide HFE-7100. Développé par 3M et constitué non pas de Cacolac mais de méthoxyheptafluoropropane, il est non conducteur et entre en ébullition à seulement 61 °C, un avantage puisque la vapeur est meilleure dissipatrice que le liquide. Comme de coutume, une déclinaison grand public de la technologie se fera attendre, car en l’état, le HFE-7100 se négocie à environ 107 dollars le litre. De quoi en refroidir plus d’un.


Robotique

Alors, heureuse ?

Alors, heureuse ?

Sophia, une robote humanoïde conçue par Hanson Robotics et dont l’IA souhaite « vivre et travailler avec les humains », est la première de son espèce a avoir obtenu une nationalité, une vraie s’entend, à l’instar d’un humain de chair et d’os. C’est l’Arabie Saoudite qui lui a octroyé cet « honneur », ce qui n’a pas manqué d’en énerver plus d’un·e sur les réseaux sociaux, pour tout un tas de raisons en rapport avec le traitement réservé aux femmes dans ce pays.


Smartphone

Ceci n’est pas de l’upcyclimse

P

arce que nous sommes sous l’emprise psychologique des dealers de téléphones intelligents, et que ne pas posséder l’appareil millésimé de l’année constitue une impossibilité pour la plupart d'entre nous, on se retrouve rapidement à empiler des smartphones dans un tiroir en attendant de construire une usine de recyclage en kit dans la salle de bain. C’est ici qu’intervient le programme Galaxy Upcycling lancé par Samsung sur Github, une opération chargée de partager des idées de recyclage pour les vieux Galaxy et de présenter le fabricant sous un jour favorable en cette époque d’obsolescence programmée. Des projets « clé en main » seront ainsi librement accessibles, publiés aussi bien par Samsung que par la communauté. À titre d’exemple, on parle d’un Galaxy transformé en chouette-espionne pour identifier les visiteurs ou encore d’un ordinateur d’aquarium pour prendre des photos des bestioles, allumer l’éclairage, contrôler la température, le pH, la distribution de nourriture, etc. Plus inattendu, les collectionneurs maladifs de Galaxy S5 pourront monter une ferme de minage de Bitcoin à l’aide d’une quarantaine d’entre eux. Certes, les 104 Mhash/s générés sont totalement irréalistes pour miner cette monnaie, mais pour d’autres plus simples et plus en vogue comme la coincointhuneàtontonfishou, pourquoi pas.


Santé

L’œil bionique en vue

L’œil bionique en vue L

a société Pixium Vision, spécialisée dans les systèmes de restauration de la vision, vient d’obtenir l’autorisation de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) afin tester un œil bionique sur cinq patients souffrant de dégénérescence maculaire liée à l’âge. OK, OK, plutôt que d’œil bionique, il serait plus adéquat de parler d’implant sans fil, puisqu’il ne s’agit pas de remplacer l’œil en le décapsulant d’un coup de petite cuillère. Baptisé Prima, l’implant constitué de 378 électrodes est ainsi disposé sous la rétine, afin de recevoir la lumière infrarouge envoyée par une paire de lunettes spéciale. Cette lumière est ensuite transformée en courant électrique qui sera naturellement acheminé au cerveau par le nerf optique. L’implant ne nécessite pas d’alimentation externe puisque la lumière reçue sert également de source d’énergie. L’intervention chirurgicale d’implantation dure environ 90 minutes, contre trois à huit heures pour les précédents dispositifs. L’une des difficultés de la technique est que le langage électrique à utiliser varie selon les patients, ce qui nécessitera d’adapter le fonctionnement de Prima à chaque personne.


Réalité virtuelle

Microsoft s’ouvre à OpenXR

Après Qualcomm, Intel, Oculus, Samsung ou encore AMD, c’est au tour de Microsoft de rejoindre l’aventure Open XR, une API ouverte destinée à la réalité virtuelle et conçue par The Khronos Group ; consortium à qui nous devons de nombreuses autres API ouvertes comme Open GL ou Vulkan. Si l’éditeur possède déjà une plateforme maison, Windows Mixed Reality, le support d’Open XR par Windows a pour objectif de faciliter la vie des développeurs afin d’augmenter la quantité de contenus VR sur l’OS.


Puce

AMD dévoile ses cores beaux

AMD dévoile ses cores beaux A

MD a officiellement annoncé les puces Raven Bridge, des APU pour le moins attendus puisqu’ils marquent le retour du fabricant dans l'arène du PC portable. Précisons toutefois qu’il ne s’agit pas encore de lâcher les corbeaux dans la nature : l’arrivée des puces est prévue fin 2017, début 2018. Si les Raven Bridge inaugurent bien un nouveau die Zen, on retrouve, fort logiquement, des têtes connues une fois le capot ouvert. Le Core Complex (CCX) d’abord, qui regroupe quatre cœurs physiques pour 8 threads, 64 Ko de mémoire cache L1, 512 Ko de L2 et 1 Mo de L3 par cœur. Le GPU ensuite, qui reprend l’architecture Vega avec 8 à 10 unités de calcul activées, loin des 54 et 64 des Radeon Vega idoines. AMD promet toutefois la fluidité en 1080p sur des titres comme Dota 2, Overwatch, CSGO et LoL. Côté côt codecs, inutile de parler poulet pour constater que les spécifications sont identiques aux Vega de bureau avec l’encodage H.264/H.265 (1080p/120 IPS, 1440p/60 IPS, 4K/30 IPS) et le décodage 4K à 60 IPS. La gestion des écrans enfin, avec du 4K à 60 Hz SDR pour la dalle du portable et du 4K à 60 Hz SDR/HDR pour l’écran externe. Terminons avec l’annonce de deux références, le Ryzen 5 2500U (3,6 GHz, 4C/8T, huit unités de calcul GPU, TDP 15 W) et Ryzen 7 2700U (3,8 GHz, 4C/8T, dix unités de calcul GPU, TDP 15 W).

 


Industrie

L’dsargent des autres

Inutile de vous inquiéter pour Samsung ou Apple, ces derniers ont encore gagné un maximum d’argent, merci qui, merci nous. Le premier a pulvérisé son record personnel avec près de 8,64 milliards d’euros de bénéfice net engrangé au dernier trimestre, dont 70 % proviennent de la vente de composants. Pour Apple, c’est encore mieux, avec un bénéfice net de 9,21 milliards d’euros, en grande partie généré par les services (applications, musique, vidéo, vente de cookies et de jus de citron).


Clavier

Une gestion de crise lumineuse

Une gestion de crise lumineuse C

’est au tour de Logitech de faire preuve de bonne volonté face à l’obsolescence programmée. Tout a commencé avec un article énervé de 01Net au sujet du clavier solaire K750, dont la batterie rechargeable, une banale ML2032 éreintée par plusieurs années de bons et loyaux services, avait tiré sa révérence. Problème, celle-ci n’a jamais été considérée comme remplaçable : aucune trappe d’accès n’a été prévue sur la coque. Un moyen comme un autre de pousser à l’achat d’un nouveau clavier « écologique », nonobstant la pollution engendrée par un déchet électronique dont le comble est d’être fonctionnel. Un choix de design qui peut s’expliquer par l’âge du K750, introduit en 2010, à une époque où le sujet n’était pas aussi sensible qu’aujourd’hui. Suite au papier, Logitech a intelligemment réagi en reconnaissant ses erreurs et en autorisant le SAV à assister les utilisateurs souhaitant changer l’accumulateur. « Notre tort actuel est de ne pas être revenus en arrière sur nos produits toujours en gamme pour détecter cette erreur et trouver les solutions », explique le fabricant. Conclusion heureuse de l’histoire, des modes d'emploi seront bientôt fournis pour que l’opération s’effectue « sans trop endommager » le K750, alors que la ML2032 sera vendue dans la boutique en ligne. Un exemple à suivre.


Smartphone

Un lancement qui n’XL pas

L

es contrariétés se multiplient pour les nouveaux Pixel 2 de Google, plus précisément le XL, au point que le smartphone semble touché par une malédiction vaudou enrichie aux extraits de rite satanique. OK, j'en rajoute, mais attendez de lire. Commençons par les écrans OLED, dont certains présentent des pixels bloqués sur le blanc après seulement quelques jours d’utilisation. D’autres problèmes ont été signalés, notamment de rémanence d’image (brûlure ou burn-in), rappelant l’époque héroïque des moniteurs à tube cathodique. Maintenant que nous sommes chauds la braise, ajoutons à la liste des anicroches celle altérant la qualité audio des Pixel 2 XL fabriqués par LG (l’autre fabricant étant HTC). Il est question d’un bruit de fond foireux lors d’un enregistrement vidéo, de « clics » et d’un déséquilibre du volume entre les deux haut-parleurs (un patch est prévu, précise Google). Terminons enfin avec le dernier cafouillage en date, à savoir des Pixel 2 XL vendus… sans Android. Dans un sens, c’est pratique un Pixel 2 XL sans système d’exploitation : puisque ça ne démarre pas, ça limite le risque de se retrouver confronté aux autres problèmes.


Industrie

Histoire sans fin

Histoire sans fin

Devinez quoi, Qualcomm attaque Apple en justice. Bah, cela ne fait que la 1 362e fois en deux semaines, ça va, on est dans les quotas. Cette fois, le fabricant accuse la Pomme d’avoir livré des informations techniques à Intel, un concurrent donc. En cause, le logiciel chargé de permettre aux puces de communiquer avec les autres systèmes du smartphone, dont Intel se serait inspiré pour améliorer son offre, aidé par Apple. Prochain épisode de la telenovela, Qualcomm apprend qu’Apple est son père et Intel sa sœur.


Sans-fil

Quant à la torsion de photons…

U

tiliser la lumière pour transporter des données, tout le monde connaît, c’est ce qu’on appelle la fibre optique. Maintenant, lorsqu'on évoque une technologie impliquant une torsion de la lumière pour transmettre des données sans fil en très haut débit dans un espace ouvert, si cela vous parle, soit vous affabulez pour vous donner un genre, soit vous avez lu l’article « Free-space propagation of high dimensional structured optical fields in an urban environment » publié par Science Advances, soit vous êtes le Dr Martin Lavery, à l’origine de la technologie et directeur du groupe de recherche en photonique structurée de l'université de Glasgow, et vous lisez cette rubrique pour parfaire vos connaissances scientifiques. À l’instar de plusieurs prix Nobel de ma connaissance, ajouterais-je humblement, mais passons, je ne voudrais pas passer pour un mytho. La trouvaille de Martin consiste donc à opérer un « moment angulaire optique » faisant que les photons, après avoir traversé un hologramme spécial – genre moule à pâtes torsadées, pour rester scientifique –, transportent des données supplémentaires en plus des 0 et 1 : a0, b1 ou c0 par exemple, de quoi augmenter considérablement les débits possibles. Un test d’une portée de 1,6 km a été effectué en Allemagne, semble-t-il encourageant, même si la gestion des turbulences atmosphériques pose encore problème.


Apple

Achète, on te dit

Achète, on te dit

Tim Cook, PDG d’Apple, ne trouve pas que l’iPhone X (vendu en France 1 160 euros) soit trop cher. Ah ça non les pauvres, ça va bien deux minutes les excuses, quand on veut, on peut. Et ce multimillionnaire de Tim d’expliquer que, puisque beaucoup payent leur téléphone mensuellement, aux États-Unis tout du moins, acquérir le précieux est « moins onéreux qu’un café par jour dans l’un de ces beaux endroits où l’on vend des cafés ». La question reste de savoir quelle dépendance doit l’emporter sur l’autre.


Mémoire

Paye ta mémoire

A

lors que le prix des barrettes mémoire ne cesse d’augmenter, Samsung a annoncé la reconversion de plusieurs lignes de production de NAND 2D en DRAM, d’ici 2018. Pour autant que cela ait un effet positif sur les tarifs à la caisse (et rien n’est moins sûr, comme nous allons le voir), l’éventualité d’une baisse n’interviendra pas avant le second semestre 2018. Mais pourquoi un tel pessimisme ? Même si le volume de production augmente, tant que la demande restera supérieure à l’offre, au mieux les prix se stabiliseront, au pire ils continueront leur ascension de l’Annapurna. Et justement, c’est bien ce que les prévisions de DRAM Exchange laissent entendre, avec une demande qui augmenterait de 20,6 % en 2018, pendant que la production ne progresserait que de 19,6 %. Par ailleurs, n’oublions pas une autre hypothèse (purement spéculative, soyons clairs) qui pourrait expliquer le problème : celle d’une éventuelle entente entre les trois plus gros acteurs du marché que sont Samsung, HK Hynix et Micron, afin de maintenir artificiellement le déséquilibre entre l’offre et la demande. Le genre de margoulinerie dont les industriels sont très friands, comme le passé l’a prouvé à de multiples reprises.