385
Sortie en kiosque
le 1 août 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 12 juillet 2018

Canard PC 385 : Édito

News Hardware du CanardPC N°371

Réalité virtuelle

Focus, certes, mais sympa

Focus, certes, mais sympa H

TC a présenté le Vive Focus durant la Vive Developers Conference, un nouveau casque de réalité virtuelle qui vise à ne pas laisser l’Oculus Go, attendu début 2018 au tarif agressif de 199 dollars, sans concurrence. Les deux casques optent pour la même approche, celle de l’indépendance matérielle, puisqu’ils fonctionnent de manière autonome, sans fil, sans PC, sans smartphone, bref, des joujoux pensés pour les sans-dents. Livré avec un contrôleur trackpad-gâchette, le Vive Focus est équipé d’une dalle Amoled (résolution inconnue), d’un Soc Qualcomm Snapdragon 835 et de capteurs embarqués pour détecter les mouvements de la tête à six degrés de liberté. Pour l’heure, ce sont les seules informations techniques que HTC a daigné livrer à la plèbe. Compatible avec la nouvelle plateforme ouverte VR « Vive Wave », le Vive Focus sera tout d’abord lancé en Chine, un jeudi, avec pour cible le marché professionnel chinois. Une quarantaine de sociétés sont déjà partenaires de la plateforme, Qualcomm et Unity Technologies en tête, accompagnées d'une grosse brochette de studios de développement chinois. Un doute me taraude : ai-je bien précisé que le Vive Focus s’adressera d’abord aux gens de Chine ?


GPU

Nvidia étendrait son Ampere

Les Allemands de Heise online pensent savoir que la prochaine architecture graphique de Nvidia s'appellera Ampere et sera présentée durant la GPU Technology Conference de mars 2018. Ampere, en référence à André-Marie Ampère, à qui nous devons la découverte de la double fourchette à spaghettis, comme chacun sait. Quant à en savoir plus sur cette nouvelle architecture (7 nm ? 10 nm ?), vous serez gentils de repasser quand on en saura plus, pour autant que l’info se vérifie.


Industrie

La quinzaine du non

La quinzaine du non A

près que Broadcom a annoncé son intention de racheter Qualcomm pour la bagatelle de 130 milliards de dollars, on pensait l’affaire entendue. On s'attendait donc à la naissance d’un nouveau géant de la puce, proche d’Intel en valorisation boursière. Eh bien, que nenni bonnes gens, le conseil d’administration de Qualcomm a décliné l’offre, estimant qu’elle n’était pas à la hauteur de la valeur de l’entreprise. Comme dans toute bonne négociation, l’idée consiste à faire monter les enchères, Qualcomm estimant avoir le vent en poupe dans de nombreux secteurs comme la 5G, l’IoT, le mobile, l’automobile, etc. Continuons sur le thème du « non » avec Toshiba qui a démenti des négociations en cours pour vendre son activité PC à Lenovo ou Asustek. Ce, contrairement à une information publiée par le journal Nikkei. Tant qu'à faire, Toshiba a également démenti que cette division – qui n’a participé qu’à hauteur de 3,5 % du revenu net de Toshiba entre avril et septembre – soit en vente. Si vous avez un Livret A dont vous ne savez que faire, vous pouvez faire une offre quand même, pourquoi pas. Ou sinon vous pouvez prendre 3 540 abonnements d’un coup à Canard PC, c’est bien aussi.


Sécurité

C’est dans la boîte

Depuis octobre, les boîtes noires chargées de surveiller les « modes de communication spécifiques utilisés par les terroristes », de « manière ciblée », sont entrées en fonction chez les FAI. L’information a été délivrée par Francis Delon, président de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement. Un organisme « garde-fou » mais qui, ne l'oublions pas, n’a évidemment qu’un avis consultatif. Bienvenue dans un monde plus sûr.


Sécurité

Bonne année, bonne santé, bon hack

Bonne année, bonne santé, bon hack D

enis Makrushin, chercheur en sécurité chez Kaspersky Lab, nous a fait part des principales menaces qui, selon lui, attendent les systèmes informatiques en 2018. Au sein de cette joyeuse troupe, les attaques visant la santé devraient connaître un grand succès : « Chaque connexion, chaque périphérique et chaque donnée transitant entre les réseaux de l'écosystème du système de santé est potentiellement menacé par une cyberattaque. Les données de santé sont extrêmement précieuses sur le marché noir et les systèmes médicaux sont d'une importance vitale, ce qui en fait des cibles de choix pour l'extorsion. » Au-delà de l’approche purement crapuleuse des attaques (ransomwares), l’expert évoque également les risques de pure malveillance : le hacking de pacemakers et autres implants connectés n’aura d’autre motivation que le plaisir de nuire. Cette prédiction n’est que la première de Kaspersky Lab pour 2018, qui enchaînera sur d’autres menaces en rapport avec l’automobile, la sécurité industrielle, les cryptomonnaies, les services financiers et autres fraudes. De quoi commencer l'année dans la joie et la bonne humeur.


Tablette

Apple se réclame pro-tablette

A

ccordons-nous un plaisir gourmand en revenant sur une publicité Apple, non pas pour taper dessus (même si la tentation est grande) mais pour réfléchir au message finement véhiculé au tractopelle. Destinée à vanter l'omnipotence de l’iPad Pro, la vidéo présente la captivante journée d’une ado tête à claques, incapable de lever le nez de sa tablette plus de deux secondes, absorbée qu'elle est par ses activités iSociales, la prise de clichés de mantes religieuses, le dessin de machins, la mise en page de trucs, la lecture de bidules et le tapotage de textes. Tout cela pour arriver au dialogue final où, alors que tête à claques iPadise comme une tox', sa mère lui demande : « Que fais-tu avec ton ordinateur ? » Et la fille de répondre : « C’est quoi un ordinateur ? » Si le message n’était pas limpide, la description officielle de la vidéo Youtube lève toute ambiguïté : « Avec l’iPad Pro + OS11, un monde post-PC pourrait être plus proche que vous ne le pensez. » Dommage qu’Apple désactive systématiquement les commentaires, on aurait pu rigoler. Et je pense non seulement aux réactions haineuses des pécéistes, mais aussi à celles désabusées des macqueux, qui apprécieront d’être assimilés au troupeau de ringards qui utilisent encore un ordinateur. C'te honte.


Mémoire

Gardons ça en mémoire

Gardons ça en mémoire

Les premières barrettes DIMM utilisant des puces mémoire 3D XPoint seront livrées durant le second trimestre 2018. C’est Intel en personne qui a lâché l’info, à l’occasion de la conférence UBS Global Technology. Inutile d'économiser pour installer les précieuses dans votre bousin de bureau, les premiers servis seront les supercalculateurs et autres serveurs. Rappelons que la mémoire 3D Xpoint, conçue par Intel et Micron, promet une vitesse de fonctionnement et une longévité supérieures à la mémoire Flash.


Ordinateur

Quantiquement vôtre

I

BM communique fièrement sur ses avancées en matière de calcul quantique : les systèmes de 20 et 50 qubits (prochainement commercialisés) ont réussi à conserver l’état quantique pendant 90 microsecondes. Pour le commun des mortels, ce n’est peut-être qu’un détail, mais pour les chercheurs d’IBM, ça veut dire beaucoup. Il s’agit d’une étape importante vers un calcul quantique plus efficace, puisque cette fenêtre de cohérence de 90 microsecondes, un record, représente la durée pendant laquelle le calcul est possible. Passé ce délai, les superpositions de 0 et de 1 qui font tout le charme d’un qubit et lui permettent d’effectuer des opérations bien plus rapidement qu'un processeur binaire, disparaissent, le qubit redevenant un bit classique à l’état de 0 ou de 1. L'IBM Q (20 qubits)sera accessible aux clients intéressés avant la fin de l’année, grâce au cloud. Rappelons pour conclure qu’IBM n’est pas le seul à travailler sur l’ordinateur quantique, en citant Google (49 qubits attendus fin 2017), D-Wave Systems (qui fait l’objet d’une controverse) ou encore Microsoft (via une simulation sous Azure).


Mobilité

Intel veut s5G Qualcomm

Intel veut s5G Qualcomm

Le site Fast Company rapporte qu’Apple fonderait de grands espoirs sur Intel, dont il ferait à terme son unique fournisseur de puces 5G. C’est que l’ambiance avec Qualcomm est devenue assez détestable, avec en toile de fond une brochette de procès en cours. Intel disposerait ainsi d’une petite armée d’ingénieurs pour peaufiner son offre 5G,  le modem XMM 8060 récemment présenté étant le premier de son espèce. La production en masse du XMM 8060 débutera mi-2019.


Biométrie

Est-ce une bonne Face ID ?

Q

uelques semaines après la sortie de l’iPhone X d’Apple, la fiabilité de Face ID, le système de reconnaissance faciale intégré à l’appareil pour remplacer Touch ID, pose question. Il y a tout d’abord ce contournement opéré par la société de sécurité informatique vietnamienne Bkav, qui déclare n’avoir eu besoin que de cinq jours pour trouver une faille. Pour faire court, l’astuce a consisté à réaliser un masque 3D du propriétaire, sur lequel ont été apposés un nez en silicone et une impression 2D des yeux et de la bouche. Notons que Bkav n’est pas neutre dans l’histoire, puisqu’elle commercialise elle-même un smartphone embarquant un lecteur d’empreintes digitales qu’elle estime plus performant pour protéger l’accès à l’appareil. Mais voici que Face ID montre une nouvelle fois ses limites avec cette mère de famille dont l’iPhone X se déverrouille sans vergogne en présence du visage de son fils, vidéo à l’appui. Apple explique que la probabilité qu’une personne choisie au hasard déverrouille l’appareil est d’une pour un million, contre une pour 50 000 avec Touch ID. Mouais… En cas de doute, rien de tel qu’un bon code à papa pour se protéger, genre 1234.


Puce

Ça wafer mal

Ça wafer mal L

oin de moi l’idée de casser l’ambiance féérique de cette période pré-paiement-en-4-fois-noëlesque, mais commencez à intégrer le fait que nous sommes partis pour subir une vague d’augmentation du prix des puces informatiques. Après la hausse démesurée des tarifs de la DDR4 ces dernières années (la production ne pouvant répondre à la demande, nous explique-t-on la bouche en cœur), voici que le PDG de SUMCO joue à son tour l’oiseau de mauvais augure. Ce fabricant japonais de wafers, responsable des deux tiers de la production mondiale, explique que le prix d’une galette de 300 mm augmentera une nouvelle fois de 20 % en 2018, et que le phénomène continuera en 2019. Problème, un wafer sert à fabriquer tout un tas de gadgets rigolos élevés au grain de silicium, comme des CPU, des GPU, de la DRAM et des gaufres. Et en bout de chaîne, c’est évidemment l’utilisateur qui paye la note. À l’instar de la DRAM, il semble que les fabricants aient sous-estimé le niveau de la demande de wafers, aboutissant à une pénurie de silicium. Bref, l’excuse habituelle. Donc, en résumé, soit ces gens nous font systématiquement payer leurs erreurs stratégiques, soit ils nous baratinent une fois de plus en organisant la pénurie. Connaître la réponse n’a pas d’importance, dindons nous sommes, dindons nous resterons.  


Mémoire

Six, ça marche

Samsung commence la fabrication de modules mémoire GDDR6 à 16 Gbit/s, qui, accompagnés d’un bus 384-bit, autorisent un débit total de 768 Go/s (512 Go/s avec un bus 256-bit). Les modules de 2 Go (peut-être gravés en 18 nm, à confirmer) sont alimentés par 1,35 volt, contre 1,5 volt pour de la GDDR5 à 8 Gbit/s. Les premières cartes graphiques embarquant de la GDDR6 arriveraient fin 2018. À titre de comparaison, la Nvidia Tesla P100 HBM2, 1,4 Gbit/s, bus 4096-bit, débite du 720 Go/s et la Tesla V100 HBM2, 1,7 Gbit/s, bus 4096-bit, du 901 Go/s.


Sécurité

Hack ton 757

Hack ton 757 L

e 19 septembre 2016, le département de la sécurité intérieure des États-Unis (DHS) s’est livré à un test de sécurité informatique sur un Boeing 757. Les conclusions en ont été révélées début novembre. Pour faire court, les experts de l’agence (assistés par des chercheurs universitaires et privés) ont réussi « une pénétration à distance et non coopérative » des systèmes de l’appareil. « Non coopérative » dans le sens où aucun complice n’était à l’intérieur du 757 pour faciliter le hack, le DHS n’ayant recouru qu’aux ondes des communications par radiofréquence. Précisons que l’appareil était en stationnement, et que, selon Boeing, le piratage n’a touché que le système de communication de l’avion. Pas certain que cela suffise à rassurer les usagers, ni les pilotes d’ailleurs, puisque le DHS conserve secrets les détails de la faille et qu’un patch des appareils n’est certainement pas à l’ordre du jour. Chris Roberts, un hacker dont nous avions de ligne déjà parlé pour avoir titillé le système de divertissement en vol d’un appareil en 2015, pense que la brèche est connue depuis longtemps et concerne le système de communications codées de l'avion (ACARS). Qui, mine de rien, a un accès total au système de gestion de vol et à l'unité de gestion des communications. Voilà, voilà…

 


Sécurité

Insécurité USocialeB

… SKUH AILUh duyzaedg ezyd… Si vous n’avez pas fait de malaise vagal après la lecture de ce titre, eh bien bravo. Moi, rien que de le trouver, je me suis évanoui sur mon clavier. Bref, dans la famille faille de sécurité à n’en plus finir, les gens de Positive Technologies ont tiré la carte du hacking par port USB en utilisant une déficience de l’Intel Management Engine, lui-même victime d’une boulette dans l’OS Minix qu’il exploite. La faille concerne tous les CPU Intel jusqu’au Skylake.


Santé

Qui va avaler la pilule ?

Qui va avaler la pilule ? C

haque jour qui passe est une nouvelle occasion de s’extasier sur les bienfaits de la technologie, avec aujourd’hui l’autorisation donnée par la Food and Drug Administration étasunienne (FDA) pour que la société Abilify commercialise l’Abilify MyCite. Cette pilule, prescrite par un médecin dans le cadre de pathologies psychiques, telles que les troubles bipolaires ou la schizophrénie, a pour originalité d’embarquer non seulement de l’aripiprazole, un antipsychotique atypique, mais également un capteur qui permettra de contrôler qu’un patient a correctement suivi sa prescription (heure de prise, dosage). L’information est transférée de la pilule à un patch porté par la personne, puis à son smartphone grâce à une connexion Bluetooth. Le système enregistre également le rythme cardiaque et les cycles du sommeil. Les données recueillies sont non seulement destinées aux médecins, mais aussi aux assureurs de santé, dans le cadre de la prise en charge du traitement. Ces derniers, emballés par ce concept d’espionnage stomacal, se plaignent effectivement des coûts engendrés par les traitements non suivis, sortez les mouchoirs. Toute question d’ordre éthique ou concernant le libre arbitre du patient (sans oublier les dérives possibles de cette approche coercitive de la médecine), est manifestement superflue.


GPU

Nvidia remixe ses M

N

vidia a discrètement officialisé deux nouveaux GPU pour ordinateur portable, la MX110 et la MX130. Inutile de s’emballer pour autant puisque ces puces, censées assister une solution graphique intégrée souffreteuse, sont en réalité des Maxwell rebaptisées. Preuve que la réincarnation existe, la MX110 est une 920MX (28 nm, GM108/256 cœurs CUDA, 965/993 MHz, mémoire 1800 MHz, TDP de 5 à 12 watts) et la MX130 une 930MX (28 nm, GM108/384 cœurs CUDA, 952/1020 MHz, mémoire 2000 MHz, TDP de 15 à 30 watts). Nvidia indique que la puissance de la MX110 est de 1,5 fois (max) celle d’une puce Intel HD Graphics 4400, et de 2,5 fois (max) pour la MX130. Des puces qui n’auront d’autre ambition que d’intégrer des portables d’entrée de gamme. Puisqu’il nous reste encore un peu de place, terminons mollement en faisant un grand écart facial du point de vue des performances : le caméléon va mettre à jour son supercalculateur SaturnV, dédié à l’IA, avec 660 nodes DGX-1 constitués de huit GPU GV100, soit 5 280 puces Volta au total. De quoi taquiner l’exaflops en FP16 et le 40 pétaflops en FP64.


Mémoire

Pendant ce temps, chez Micron

Pendant ce temps, chez Micron

Après les modèles 8 et 16 Go, et en attendant la 3D XPoint, le fabricant Micron a présenté une nouvelle génération de barrettes NVDIMM-N, ces mémoires destinées à s’épanouir au sein de serveurs. D’une capacité de 32 Go, cette barrette a pour particularité de réunir de la DDR4-2993 ECC et de la NAND. En cas de coupure de l’alimentation, le contenu de la DRAM est transféré fissa fissa vers la NAND, afin d’éviter les pertes de données. Oui, fissa fissa, comme je vous le dis.


Foire à news

En vrac

Le Raspberry Pi 3 Model B bientôt commercialisé au Brésil disposera d’un PCB non pas vert, mais bleu. Une information de première importance dont il sera primordial de faire bon usage.
• Selon les calculs réalisés par l'ingénieur Dan Luu, sur la base des données publiées par Google, un milliard des deux milliards d’appareils Android en circulation ne sont pas à jour, car tournant sur Android 6 ou inférieur.
• Le constructeur automobile PSA et Huawei vont coopérer dans le cadre du développement de voitures connectées, afin que PSA dispose de sa propre plateforme IoT.
• Comme prévu, les casques de réalité mixte Windows 10 sont désormais accueillis à bras ouverts sur SteamVR. Un test de performance est également proposé par la plateforme.
• C’est ballot, le fabricant de drones chinois DJI a laissé traîner ses clés de sécurité sur un projet Github, et ce pendant au moins deux années.
• Amazon peaufine ses boutiques robotisées aux États-Unis, appelées « Amazon go ». Amazon gringo aurait été plus à propos, mais bref. Rappelons que le concept implique au client d’être traqué en permanence par des caméras intelligentes.
• La Video Electronics Standards Association a officialisé la version 2.0 de DisplayID, reposant sur le concept « de blocs de données » et améliorant « l’expérience client de type plug-and-play ». C’te classe.


Réalité virtuelle

VR le fendage de poire

VR le fendage de poire

LG a déposé un brevet en rapport avec un casque de réalité virtuelle pouvant se scinder en deux, afin que son usage soit plus aisé. L’illustration jointe au brevet montre ainsi un casque porté autour du cou, ouvert sur l’avant au niveau de l’arête du nez. À première vue, je préférerais porter un collier de moules que ce truc, mais passons. L’improbable périphérique, au nom d’UltraGear, pourrait être présenté d’ici l’année prochaine (date trouvée selon une méthode d’haruspication personnelle basée sur la slipodomancie).


Technologie urbaine

La viville à Bibill

L

a différence entre Bill Gates et les manants que nous sommes, c’est que pendant que nous jouons aux apprentis Le Corbusier dans une simulation urbaine, Bilou, lui, achète carrément 100 km² de terres avec l’objectif d’y bâtir une vraie ville intelligente. C’est à une petite heure de Phoenix, Arizona, que la cité connectée accueillera « une communauté avant-gardiste, fondée sur la communication et les infrastructures technologiques de pointe, conçue autour des réseaux à haut débit, des centres de données, de nouveaux modèles technologiques de distribution et de fabrication, de voitures et centres logistiques autonomes ». Cette chose certifiée sans gluten porte déjà un nom, Belmont, et sera constituée de 80 000 unités résidentielles réparties sur 200 000 hectares ; 1 500 hectares seront consacrés aux bureaux et commerces, 190 aux écoles. Reste que cette expérience urbaine n’est pas sans soulever des inquiétudes sur le plan environnemental, puisque l’Arizona est pauvre en réserves naturelles d’eau. D’autres expériences de villes intelligentes existent déjà, comme celle lancée par Sidewalks Labs (Google) à Toronto, afin de gérer le quartier de Quayside. Sinon, pour les problèmes d’eau de Belmont, j’ai une solution : il suffira de faire venir Jean-Paul.