386
Sortie en kiosque
le 1 septembre 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 22 août 2018

Canard PC 386 : Édito

News Hardware du CanardPC N°376

Mémoire

Et de quatre dans LC

Et de quatre dans LC A

près les mémoires NAND Flash SLC, MLC et TLC (qui stockent respectivement un, deux et trois bits par cellule), la mémoire QLC 3D à quatre bits par cellule (Quad Level Cell) est attendue pour cette année. Constituée de 64 (soixante-quatre !) couches, sa capacité peut grimper à 768 (sept cent soixante-huit !) gigabits, ouvrant la voie à des puces NAND d'1,5 To. En attendant que toute l’industrie du SSD se convertisse à la QLC 3D, Micron semble bien parti pour ouvrir le bal avec des SSD professionnels destinés aux serveurs et autres collectionneurs compulsifs de données, en raison des gros volumes de stockage autorisés par la mémoire. En ce qui concerne la durée de vie d'iceux, Micron explique avoir atteint celle de la NAND TLC, avec 1 000 cycles de programmation (enregistrement)/effacement. Les performances brutes ne sont pas encore communiquées, mais elles devraient se situer au niveau de la TLC. Les premiers SSD QLC 3D exploiteront une interface SATA III 6 Gb/s, en attendant des modèles PCI Express/NVMe offrant un meilleur débit.


Objet connecté

Oh My Pod !

La dernière polémique visant Apple concerne l’enceinte connectée HomePod. Un bug ? Non. Une faille de sécurité ? Non. Des traces blanches laissées sur les surfaces en bois ? Oui. Scandale ! Comme le reconnait l’aPomme, des marques « peuvent être laissées par des huiles qui se répandent entre la base anti-vibration en silicone et le bois ». Elles se nettoient à l’aide d’un produit adéquat (une giclée de salive bien dosée, ça marche avec tout), mais on attend les actions en justice d’utilisateurs traumatisés.


GPU

Quand Turing sonne à la porte

Quand Turing sonne à la porte T

out Internet s’émeut de l’arrivée surprise d’une nouvelle puce chez Nvidia, différente de Volta et Ampere. Annoncée dans un papier financier de Reuters, elle porterait le nom de Turing et consisterait en « un GPU pour joueurs devant être annoncé le mois prochain ». Stupeur, personne n’a jamais entendu parler de cette puce rendant hommage au mathématicien, ce qui a donné lieu à force spéculations pour percer le taraudant mystère. L’architecture Volta, on connaît, elle se trouve déjà dans la Tesla V100 et la Titan V pour professionnels. Ampere, c’est a priori plié, puisqu’il s’agirait du nom donné à la déclinaison « jeu » de l’architecture Volta, intégrée dans les prochaines Geforce GTX. En résumé, Volta pour les pros, Ampere pour le grand public, alors que viendrait faire une Turing dans l’histoire ? Selon les dernières rumeurs, Turing serait dédiée au minage de cryptomonnaie, afin de séparer les marchés et rétablir le calme sur celui des GPU pour joueurs, aujourd’hui totalement phagocyté par les mineurs, avec pour conséquence une forte augmentation des tarifs. Si ça ne tenait qu’à moi, c’est à coups de brochettes de poulet dans l’entrejambe que je réglerais le problème, mais chacun sa stratégie.

 


Puce

Qualcomme en 855

Qualcomm a lâché quelques miettes de biscotte au sujet du futur modem Snapdragon X24 LTE (catégorie 20), qui offrira un débit théorique maximum de 2 Gbit/s. Le fabricant a également évoqué une puce gravée en 7 nm qui, selon un partenaire, serait (attention à ne pas tituber sous l’effet de la surprise) le  Snapdragon 855 (SDM855), successeur du 845 qui équipera les smartphones haut de gamme de 2018. Reste à savoir qui fabriquera la puce, TSMC ou Samsung.


Intelligence artificielle

Un bien intelligent projet

Un bien intelligent projet À

l’instar d’autres grands noms de l’industrie comme Apple, Samsung, Huawei, Qualcomm et consorts, ARM a officialisé ses travaux sur la conception de puces dédiées aux calculs d’intelligence artificielle, regroupés sous le nom de Project Trillium. Le projet se divise en deux sections, machine learning (ML) et object detection (OD), chaque entité pouvant évidemment travailler de concert avec l’autre. Faut-il le rappeler, le ML a pour fonction d’apprendre automatiquement des choses, optimiser le découpage de carottes par exemple, l’OD de comprendre, suivre et identifier le contenu de l’image analysée, une carotte courant pour sauver sa peau par exemple. C'est un peu ça, la vulgarisation scientifique totale. Précisons que Project Trillium, a contrario des Cortex et Mali, consiste non pas en une puce, mais en une architecture destinée à intégrer ces derniers, avec l’objectif de démocratiser – à moyen terme – l’intelligence artificielle dans les SoC des smartphones d’entrée et milieu de gamme.


GPU

E.Toi, ça ne te mine pas le moral ?

E

n complément de la brève sur la mystérieuse puce Turing de Nvidia, rappelons que les joueurs ne sont pas les seuls à payer le prix de la voracité des mineurs de cryptomonnaies. Ces gens avides qui, achetant du GPU par palettes à la sortie de l’usine, en privent le reste du monde tout en faisant exploser les tarifs en raison de la pénurie engendrée. Les chercheurs du projet Search for Extraterrestrial Intelligence (SETI), pour ne citer qu’eux, expliquent être bridés dans leur travail de fourmi, ne pouvant augmenter la puissance des systèmes informatiques du télescope comme il le faudrait. Le Dr Werthimer, responsable au Berkeley SETI Research Center, redoute même un arrêt des recherches si la situation devait s’aggraver, le manque de puissance ne permettant plus l’analyse des multiples signaux reçus du fin fond de l’espace. D’un autre côté, scanner de lointaines galaxies pour capter de la télé-réalité remplie de poulpes et s’assurer que nous ne sommes pas la seule race crétine de l’Univers, c’est un combat d’arrière-garde. « On n’en est plus là », comme je le disais hier encore en mangeant une choucroute au rat avec un voisin reptilien.

 


Puce

AMD fidèle au joint

AMD fidèle au joint

AMD utilise de la pâte thermique entre le die et la capsule de protection (heat spreader) des puces Raven Ridge Ryzen 3 2200G et Ryzen 5 2400G, en lieu en place d’un joint Indium. Cela laisse penser qu’il a souhaité faire quelques économies sur leur fabrication. Quoi qu’il en soit, que le bon peuple des rouges se rassure, l’opération « mangeons des pâtes » ne sera pas étendue aux Ryzen de seconde génération Pinnacle Ridge (12 nm+ ou 12LP, Zen+, Precision Boost 2), attendus en avril prochain.


Système d'exploitation

Performances à la bien déclassé

C

’est assez guacamolesque ce que les gadjos de Microsoft préparent pour Windows 10, avec l’apparition dans la version Insider 17101 (Fast) et 17604 (Skip Ahead) d’un nouveau mode de gestion d’alimentation « ultimate performance ». Un nom particulièrement abscons, vous en conviendrez, qui ne laisse rien transparaître de sa fonction. Ou alors, à la réflexion, peut-être qu’« ultimate » fait référence en toute modestie marketing à quelque chose d’assez suprême et que « performance » est en fait un mot crypté où, en ne gardant qu’une lettre sur deux, on obtient efrac. Efrac qui, inversé, donne carfe, comprendre carafe. Ah bah voilà, tout de suite, un mode carafe suprême, là au moins ça a un sens. Comme le nom décodé l’indique, ce mode s’adressera en premier lieu aux machines qui utilisent Windows 10 Pro for Workstations ou Pro tout court (à confirmer), en réduisant au maximum les microlatences inhérentes aux routines d’optimisation énergétique. La consommation du système sera donc, de fait, supérieure, faudra pas venir pleurer quand vous recevrez la facture d’électricité.


GPU

Si je veux, jeu peut

Si je veux, jeu peut

Pour les puristes, jouer avec un iGPU Intel HD Graphics/Iris Pro fait partie des choses inconcevables. Ou alors pendant que personne ne regarde, au risque de se choper un syndrome post-traumatique à force d’abaisser tous les curseurs graphiques au minimum. Conscients du danger pour la santé, les derniers pilotes Windows d’Intel (16.65, CPU Skylake minimum) intègrent des configurations optimisées pour des titres populaires, comme World of Tanks, DOTA 2, BF1 et 4, et j’en passe. En gros, ils baissent eux-mêmes les curseurs à zéro.


Lunettes connectées

Ça Vaunt bien quelques lignes

I

ntel a dévoilé Vaunt, un prototype de lunettes connectées qui, à la différence des projets concurrents comme les Spectacles de Snap, ne vont pas nous faire passer pour des pervers. Les Vaunt n’embarquent en effet aucune caméra, aucun écran LCD, aucune zone de détection de mouvement et autres extensions donnant un look de cyborg mal dégrossi à celui qui les porte. Reliées à un téléphone par Bluetooth, leur fonction est uniquement de projeter de l’information ou des itinéraires, en monochrome (400 × 150 pixels), directement sur la rétine de l’utilisateur. Ne paniquez pas tout de suite, le système est inoffensif : une diode laser de faible puissance envoie de la lumière sur un réflecteur holographique situé sur le verre droit, l’image produite étant ensuite gentiment réfléchie sur la rétine. De plus, la projection ne fonctionne que lorsqu’une zone précise des lunettes est observée. Conçues par la division New Devices Group d’Intel, l’autonomie des Vaunt est pour le moment de 18 heures. Un microphone et un assistant virtuel seront intégrés dans un second temps, tandis qu’un kit de développement sera proposé pour les développeurs.