384
Sortie en kiosque
le 1 juillet 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 20 juin 2018

Canard PC 384 : Édito

News Hardware du CanardPC N°379

Internet

Vers un Internet plus Muské

Vers un Internet plus Muské L

e projet Starlink de SpaceX, consistant à fournir Internet en très haut débit aux zones aujourd’hui délaissées depuis l’espace, a été autorisé par la Federal Communications Commission nord-américaine (FCC). Une constellation de 4 425 microsatellites sera ainsi déployée en orbite basse, exploitant les fréquences des bandes Ku (11/14 GHz) et Ka (20/30 GHz). À terme, l’objectif est bien de fournir « une connexion internet mondiale », aussi bien en milieu rural qu’urbain, afin que personne ne puisse échapper aux publicités ciblées de Google, aux statuts Facebook et aux photos de dessert Instagram. La FCC a accordé un délai de neuf années à SpaceX pour déployer la constellation, mais la firme estime avoir besoin de plus de temps. Pour autant, 1 600 satellites seront déjà envoyés dans les six prochaines années, et le service activé dès que de 800 à 900 de ces bestioles batifoleront dans les cieux. Rappelons que SpaceX n’est pas la seule agence spatiale sur le coup, avec notamment le projet OneWeb dans lequel Richard Branson a investi quelques dollars.


Industrie

Foxcome Belkin, si señor

Foxconn Interconnect Technology (FIT), une filiale de Foxconn fabriquant des câbles, antennes et autres connecteurs pour renards, vient d’acquérir le nord-américain Belkin (Linksys, Phyn, Wemo) et ses 700 brevets, pour la somme de 866 millions de dollars. La vente doit maintenant être validée par l’administration états-unienne, certainement sensible aux 10 milliards de dollars que Foxconn investit dans la construction d’une usine robotisée dans le Wisconsin, capable de résister aux attaques de Dogmen.


GPU

Titan IV, XCIX

Titan IV, XCIX T

he Register a recueilli les propos d’un ingénieur anonyme expliquant que la Titan V de Nvidia fournit des résultats variables à des calculs scientifiques identiques, sous certaines conditions. Un problème loin d’être anodin pour des applications exigeantes qui ne supportent pas l’approximation. Le mystérieux ingénieur indique que, sur les quatre Titan V utilisées dans le cadre d’une simulation d’interaction entre une protéine et une enzyme, deux livraient des résultats erronés une fois sur dix. Les résultats incorrects seraient imputables à des erreurs de lecture de la mémoire HBM, inhérentes aux exigences de performance, et non pas à des erreurs de calcul en tant que telles. Nvidia a invité les personnes concernées par ce problème à les contacter. Le Caméléon explique par ailleurs que sa gamme Tesla est conçue pour des simulations de haute performance, puisqu’à la différence de la Titan V, elle intègre la technologie error-correcting code memory (ECC) prévue pour palier ce type de mésaventure. La Titan V étant orientée calculs IA, apprentissage profond et jeu, l’absence d’ECC n’aurait ici pas de conséquence néfaste.

 


Microsoft

Toilette de printemps

Microsoft se réorganise, avec notamment le départ de Terry Myerson, en charge de la division Windows and devices, qui sera abandonnée. À la place, Microsoft intégrera trois entités, la « cloud + AI platform », la « AI + research » et « experiences & devices », en charge d’unifier les matériels aux logiciels et services. Windows conservera une unité dédiée, de même que la Xbox, Surface et Hololens.


Intelligence artificielle

Prix(se) de conscience

Prix(se) de conscience N

vidia a profité de sa GPU Technology Conference pour présenter une nouvelle version du DGX, un serveur prêt à l’emploi dédié core et RAM (je sais, je la fais à chaque fois, mais que voulez-vous, je l'aime bien) aux calculs d’apprentissage profond si chers aux IA. La DGX-2 promet ainsi la coquette puissance de 2 pétaflops, fournie par les Tensor Cores présents dans 16 GPU Tesla V100 désormais équipés de 32 Go de mémoire HBM2. C’est également la fête du slip du côté de la bande passante, avec 2,4 To par seconde au total et un temps d’accès jusqu’à 5 fois plus rapide que la génération précédente. Sur ce point, Nvidia parle ainsi de performances multipliées par douze (max) par rapport au DGX. Merci qui ? Merci la nouvelle structure réseau NVSwitch chargée d’interconnecter les GPU en remplacement du PCIe. Dans le cas où l’idée d’acquérir un DGX-2 vous traverserait l’esprit pour remplacer votre DX2-66, rien de plus simple, il suffira de disposer de 400 000 dollars. À ce prix, Nvidia n’est pas chien, en plus des 16 GPU vous disposerez d’une guirlande clignotante, d’une boîte à meuh, de deux processeurs Xeon Platinum, d'1,5 To de mémoire et de 30 To de stockage en cartouches Syquest. À moins que ce ne soit en SSD NVMe, je confonds toujours.


CPU

Quantum va bien pour Microsoft

U

ne équipe constituée de chercheurs du Niels Bohr Institute danois et de Microsoft annonce avoir isolé des fermions de Majorana. Même si vous aurez certainement lu « fermes de Marijuana » pour une raison que j’ignore, sachez que ces particules (dont l'existence a été théorisée par le physicien Ettore Majorana en 1937) ne sont pas destinées à un usage thérapeutique le samedi soir entre amis, mais à la réalisation d'ordinateurs quantiques. Il s’agirait même d’une avancée importante pour la fabrication de processeurs qubits plus fiables car, contrairement aux CPU quantiques de Google, IBM et compagnie, sur le papier, les qubits constitués de particules de Majorana bénéficieraient d’un taux d’erreur largement inférieur grâce à leur stabilité. L’équipe doit maintenant démontrer sa capacité à fabriquer des qubits Majorana, car tous ne sont pas convaincus de leur réelle efficacité. Le professeur John Morton de l’University College London, dont les travaux portent sur des qubits à base de silicone, fait ainsi partie des sceptiques, redoutant un effet d’annonce. Pour sa part, Microsoft promet la commercialisation de son premier calculateur quantique d’ici cinq ans.

 


Drone

Le drone, SF Express pour livrer

Le drone, SF Express pour livrer

Les autorités chinoises ont donné le feu vert à la société SF Express pour mettre en place un réseau de livraison par drone, une première dans le pays. L’entreprise commencera son activité dans la zone de Ganzhou, mais compte étendre son service à d’autres régions chinoises, puis à l’étranger, puis à Montargis avant de descendre vers Batilly-en-Puisaye. Un déploiement du service du côté de Sainte-Colombe-sur-Loing n’est pas à exclure.


Transport

Impact avec l’IA

U

n accident mortel impliquant une Model X de Tesla est survenu fin mars en Californie. Le véhicule s’est encastré dans un séparateur de voies alors que le pilote automatique était engagé. Cet événement a relancé le débat sur la fiabilité des véhicules dit autonomes, alors que ces systèmes n’en sont encore qu’au stade de l’assistance à la conduite. C’est d’ailleurs le mantra défensif favori de Tesla qui, à chaque accident, explique que, pilote automatique engagé ou pas, l’usager doit garder ses mains sur le volant et rester attentif à la conduite, le système ne pouvant garantir un risque zéro. Soit, mais le fait d’appeler autopilot ce qui n'est donc qu'une assistance à la conduite n’aide pas à faire passer le message – d’autant que l’IA fonctionne sans accroc la plupart du temps. Dans le cas présent, Tesla relève que le conducteur n’a pas réagi aux alertes visuelles et sonores lui demandant de garder les mains sur le volant pendant le trajet, et qu’il a disposé de cinq secondes et 150 mètres pour réagir avant l’impact. Ce qu’il n’a pas fait. Enfin, Tesla indique que la portion de route concernée a été empruntée 80 000 fois par des Tesla depuis 2015, jusqu’alors sans accident.


Mémoire

Six mémoire m’était comptée

Six mémoire m’était comptée

D’après Gamers Nexus, SK Hynix commencera à produire des modules mémoire GDDR6 en juin 2018, soit près de six mois après Samsung. Côté spécifications, il est question de puces de 8 et 16 Go offrant des transferts jusqu'à 16 Go/s pour une consommation inférieure à la GDDR5. À l’inverse, à sa sortie le tarif serait 20 % plus élevé que cette dernière. Enfin, la rumeur prétend que ces mémoires équiperont la prochaine génération de GPU Nvidia. Attendons de voir.


GPU

ASIC soit-il

L

e temps de la pénurie de cartes graphiques et des tarifs gonflés par l’appétit des mineurs de cryptomonnaies est (peut-être) compté, avec l'arrivée prochaine des cartes application-specific integrated circuit (ASIC) dédiées au minage d’Ethereum. C’est du moins ce qu'affirme Christopher Rolland, analyste pour la firme wallstreetienne Susquehanna. Relatant son dernier voyage en Asie, il explique dans une note adressée à ses clients que le fabricant Bitmain, spécialiste de l’ASIC, s’apprête à commercialiser une solution Ethereum au second trimestre 2018, tandis qu’au moins trois autres compagnies travaillent également sur des produits dédiés à cette cryptomonnaie. Pour cette raison et selon ses estimations, la demande en GPU diminuera à hauteur de 20 % des revenus actuels d’AMD, de 10 % pour Nvidia. Si le caméléon devrait encaisser cette baisse assez facilement grâce à sa mainmise sur le marché du jeu, la situation risque d’être plus tendue pour AMD, dont les derniers GPU n’ont pas réussi à détrôner Nvidia dans le cœur d'une majorité de passionnés.