385
Sortie en kiosque
le 1 août 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 12 juillet 2018

Canard PC 385 : Édito

News Hardware du CanardPC N°382

Réalité augmentée

L’A65, sans péages

L’A65, sans péages L

es Allemands de Winfuture évoquent l’existence d’un prototype de casque de réalité augmentée développé par Google et fabriqué par les Taïwanais de Quanta, sous le nom de code Google A65. Une autoroute de l’information gasconne à prendre au conditionnel puisque, officiellement, Google continue de travailler sur du matériel de réalité augmentée (avec par exemple les Google Glass Enterprise Edition lancées l’an dernier). Le casque A65 serait autonome, reposerait non pas sur un SoC Qualcomm Snapdragon mais sur un Qualcomm QSC603 10 nm LPE (voire un QSC605, pour plus de surpuissance), bousin initialement destiné au marché de l’Internet des objets. Ce quadcore embarquerait deux cœurs Kryo 300 Gold (Cortex-A75) à 1,6 GHz et deux Kryo 300 Silver cores (Cortex-A55) à 1,7 GHz. La puce graphique consisterait en une Adreno 615, tout ce petit monde ayant pour mission d’afficher du WQHD (16:9, 2560 × 1440 pixels) sans trop suinter des aisselles. Par ailleurs, une puce Hexagon 685 serait intégrée pour accélérer les calculs d’apprentissage IA. Google Assistant serait également de la partie.


Stockage

Dis papa, c’est quoi un DVD ?

Stoppez les rotatives, EVGA abandonne les supports optiques fournis avec ses matériels. Désormais, les pilotes et autres applications seront stockés sur une clé USB de 8 Go. EVGA précise que remplacer le DVD par cette clé lui coûte « 20 fois plus cher », mais que, bon prince, les tarifs TTC n’augmenteront pas. Reste à connaître le prix dudit DVD pour prendre toute la mesure de l’effort commercial.


Mobilité

Movement of HTC people

Movement of HTC people H

TC va commercialiser un smartphone consacré à la blockchain, l’architecture sur laquelle reposent les cryptomonnaies. Baptisé Exodus, l’appareil sera traité comme un nœud par les réseaux concernés et servira de portefeuille virtuel capable de stocker du Bitcoincoin, de l’Ethereum en ski ou toute autre monnaie du même acabit. Et puisque la blockchain peut servir à tout, il est également prévu d’utiliser des « dapp » (applications décentralisées), afin que les « consommateurs conservent la propriété intellectuelle de leurs données (historique de navigation, identité, actifs, portefeuille, e-mails, messagerie…) sans avoir besoin de passer par des autorités centralisées », comme l’explique Phil Chen, en charge de la blockchain chez HTC. « Cela permettra un nouveau paradigme d'interactions, des jeux aux messageries en passant par les portefeuilles », ajoute-t-il sans rougir de honte. Notez qu’HTC n’est pas le seul à explorer la voie de la blockchain, puisque le fabricant Sirin Labs produira un autre smartphone chain-compatible, le Finney. La date de commercialisation de l'Exodus n’est pas encore annoncée mais il peut d'ores et déjà être réservé et acheté en cryptomonnaie.

 


Véhicule autonome

Une nouvelle hors-piste

Le CSAIL, une branche du MIT spécialisée dans l’intelligence artificielle, a conçu le système Maplite, permettant aux véhicules autonomes de se déplacer sur des axes routiers non préalablement cartographiés en 3D. La trajectoire idéale est calculée en temps réel à l’aide du Lidar et de données GPS classiques pour fixer la destination (Google Maps), avec une détection de la voie efficace à environ trente mètres. Pour l’heure, Maplite ne fonctionne pas avec les routes de montagne, car il ne prend pas en compte l’altitude.


Intelligence artificielle

Un Duplex qui laisse perplexe

Un Duplex qui laisse perplexe S

undar Pichai, PDG de Google, a profité d’une entrée gratuite à la conférence I/O 2018 pour présenter Google Duplex, un agent conversationnel vocal (chatbot) dont le réalisme floute un peu plus encore la frontière entre l’humain et la machine. L’un des deux exemples livrés à l’assistance (conquise) consistait en une prise de rendez-vous chez le coiffeur par un Google Assistant. Après avoir identifié la demande et les contraintes d’horaire et de date, l’intelligence artificielle a utilisé Google Duplex pour appeler un salon et prendre RV, en se faisant passer pour un humain. La voix numérique était si crédible qu’à aucun moment la personne à l’autre bout du fil n’a compris qu’elle discutait avec une machine. Précisons toutefois qu'un doute plane sur la validité de la performance (certains pensent à une mise en scène de la part de Google), et que le second exemple, une réservation dans un restaurant, a été moins concluant. Quoi qu’il en soit, sur le fond, Google Duplex pose de sérieux problèmes éthiques. Afin de calmer les esprits, la pieuvre a indiqué qu’à l’avenir, le chatbot s’identifiera en début de conversation en commençant systématiquement par « Hello Dave » (ou « Fenouillet farceur », Sundar n’a pas encore décidé).


Intelligence artificielle

Souriz, t’es éduqué !

R

euters nous apprend l’existence du joyeux système de reconnaissance faciale installé dans un collège de la ville de Hangzou, en Chine. L’idée n’est pas tant de repérer à la source les apprentis terroristes et autres dissidents en devenir que d’identifier le comportement des élèves en fonction de l'expression de leur visage. Le système détecte certaines émotions comme la confusion, la peur, la joie, le dégoût et la colère, en plus de l’activité en cours, comme la lecture, l’écoute ou... la sieste. Impossible donc de roupiller discrètement en se planquant dans un coin de la classe, la technologie veille au grain. Selon l’établissement, le système conçu par la société Hikvision Digital Technology permet « d’améliorer les interactions entre les professeurs et les élèves », un score d’attention propre à chacun étant fourni à l’enseignant en temps réel. Le directeur adjoint explique qu’après un mois de test, les étudiants ont commencé à « accepter la surveillance et à améliorer leur comportement ». Espérons que la version 2.0 intégrera un fouet robotique, pour une expérience éducative encore plus épanouissante et festive.

 


Intelligence artificielle

Allez mon Totor, va chercher !

Allez mon Totor, va chercher !

Qu’on se le dise, Facebook AI Research (FAIR) et le Georgia Institute of Technology unissent leurs efforts pour entraîner des IA à « voir, planifier, raisonner ». Ainsi, l'une de leurs créatures apprend actuellement à localiser et identifier des objets en arpentant un environnement virtuel 3D, en réponse à une simple question posée. Par exemple : « où se trouve la bougie ? », « de quelle couleur est l’aquarium ? » ou encore « où se cache Sarah Connor ? ».


Impression 3D

La taxe 3D ne serait pas qu’une impression

F

aut-il s’en étonner ? Une redevance « copie privée » est envisagée pour l’impression 3D, dans le cadre de la résolution européenne « impression en trois dimensions, un défi dans les domaines des droits de propriété intellectuelle et de la responsabilité civile ». Le Parlement européen votera (ou aura voté, selon votre position dans l'espace-temps) cette résolution le 31 mai prochain. Ladite résolution a été rapportée par l’eurodéputée Joëlle Bergeron, une Française soucieuse « du cryptage et de la protection des fichiers, afin d’éviter le téléchargement et la reproduction illégale de ces fichiers ou objets protégés ainsi que la reproduction d’objets illicites. » Il est également envisagé « d’inclure des moyens d’identification permettant de différencier les objets produits de manière traditionnelle des objets fabriqués par impression 3D » afin de garantir la qualité et d'éviter « d’éventuels dangers ». Quant à la très probable taxe, si l’on se réfère à la stratégie adoptée en son temps pour la musique et le cinéma, on peut s’attendre à ce qu’elle soit appliquée sur les consommables. Comme ça, pas de jaloux, tout le monde crachera au bassinet, quels que soient les usages.


Transport

Livraison d’humains express

Livraison d’humains express

Elon Musk a livré quelques informations sur le projet de tunnels à grande vitesse de sa Boring Company. Il a notamment évoqué un trajet San Francisco-Los Angeles ne nécessitant qu’une trentaine de minutes (contre six heures par la route), et coûtant un dollar par passager. En l’état du projet, les usagers embarqueront jusqu’à seize dans une navette accessible depuis une station de surface, circulant ensuite dans les tunnels à une vitesse de 200 km/h.


Tablette

Le survolte-face de Microsoft

S

i les sources de Bloomberg (présentées comme « proches de Microsoft ») s’avèrent fiables, une nouvelle tablette Surface sera commercialisée au second semestre de cette année. 20 % plus légère que le modèle actuel (on a manqué le 19,5 de peu), cette ardoise de 10 pouces serait vendue sous la barre des 400 dollars, afin de contrer la dernière génération d’iPad proposée à 359 euros « seulement » (l’objectif d’Apple est ici de récupérer le marché nord-américain de l’éducation, aujourd’hui perdu au profit des Chromebooks). Cette Surface serait équipée d’un port USB-C pour la charge et disposerait d’une autonomie de dix heures, certes inférieure à la Surface Pro, mais au niveau de la concurrence. On nous parle également de Windows 10 comme OS, de composants Intel, d’un stockage de 64 à 128 Go, du LTE en option, de bords arrondis (le truc de dingue), de la conservation de la béquille (un Ivan Le Fou est proposé en option), ainsi que divers accessoires au tarif abordable pour accompagner la bestiole au quotidien : stylet, souris, clavier, démonte-chenilles pour T-14 Armata, slip en poil de chèvre naine des marais et boîte-à-meuh qui fait « coin » (restons corporate).