399
Sortie en kiosque
le 1 octobre 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 16 septembre 2019

Canard PC 399 : Édito

News Hardware du CanardPC N°391

Sans-fil

Wi-Fi 6 je veux

Wi-Fi 6 je veux L

e dernier CES de Las Vegas a consacré la commercialisation prochaine des appareils compatibles avec la nouvelle norme Wi-Fi 802.11ax, ou Wi-Fi 6. Car oui, petit miracle, la Wi-Fi Alliance s’est enfin décidée à simplifier la nomenclature. Selon les conditions d’utilisation, le Wi-Fi 6 promet un gros progrès en termes de pénétration d’obstacles – il se jouera par exemple d’un tracto-pelle garé entre le routeur et la chambre, grâce à l’utilisation simultanée du 2,4 GHz et 5 GHz – mais aussi de débits, puisqu’ils sont annoncés quatre à dix fois plus lents qu’avec le « Wi-Fi 5 » 802.11ac. Oui, plus lents, mais n’oubliez pas que du point de vue de la Sécurité Routeure, c’est forcément une grande avancée. La Wi-Fi Alliance parle également d’une amélioration de la gestion des connexions en masse pour les lieux publics, d’une plus grande autonomie des appareils grâce à la fonction TWT (Target Wake Time, basculant la puce Wi-Fi en veille lorsqu’elle n’est pas sollicitée) ou encore du WPA 3. OK, OK, on se calme, le Wi-Fi 6 se veut bien quatre à dix fois plus rapide que le 5 – TP-Link promet ainsi du 1,95 Gbit/s max en backhaul avec le Deco –, c’était juste histoire de caser « Sécurité Routeure », parce qu’une occasion pareille, ça ne se représentera pas avant le Wi-Fi 7.


CPU

Sans IGP, sans réduc

Intel a confirmé que les tarifs des processeurs dépourvus de solution graphique intégrée – identifiables par le préfixe KF – restent alignés sur ceux équipés d’un IGP. Qu’on se le dise, l’objectif du fondeur n’est autre que de répondre à la pénurie de CPU pleinement fonctionnels, pas de nous faire économiser. Dans les faits, les CPU castrés sont les modèles classiques dont la gravure de l’IGP a foiré, rapport à un problème de faux contact dans la prise Peritel.


GPU

La Radeon de l’AMDuse

La Radeon de l’AMDuse A

MD a dévoilé la Radeon VII, un engin graphique équipé d’une puce Vega 20 gravée en 7 nm et catapulté nouveau vaisseau amiral de la famille, en remplacement de la Radeon RX Vega 64. Comparée à cette dernière, AMD annonce une augmentation de 29 % des performances en jeu et de 27 % à 62 % (OpenCL) en création de contenu. La puissance maximale est ainsi portée à 13,8 TFLOPS en FP32, générée par 13,2 milliards de petits poneys transistors très courageux (12,7 TFLOPS et 12,5 milliards de castors transistors pour la RX Vega 64, également courageux mais pas autant que les poneys transistors). En attendant que ces chiffres soient validés par des tests indépendants ce temps-là à Vera Cruz, on remarquera les 16 Go de mémoire HBM2 et l’interface idoine de 4 096 bits offrant 1 To/s de bande passante. Un débit qui laissera rêveuse la plus compulsive des machines à saucisse industrielles, c’est important de le signaler. Le TBP s’élève à 300 watts, à l’instar de l’Instinct MI50 puisque la Radeon VII semble en être l’adaptation pour le jeu. Disponible le 7 février dans la zone des 700 euros avec trois titres, l’objectif pour AMD est – en attendant mieux – d’occuper le terrain face à la Nvidia GeForce RTX 2080, avec en toile de fond l’exploitation de l’API DirectML de DX12 pour suppléer au DLSS du caméléon. Enfin, AMD n’a ni confirmé ni infirmé la rumeur de 5 000 unités produites, mais a validé l’existence de modèles customs, contrant ainsi nombre de rumeurs.

 


Mémoire

Un bien palpitant record

Alimentez votre soif de culture générale en apprenant que le nouveau record du monde d’overclocking de mémoire DDR4 est désormais de 5 608 MHz. C’est un certain Toppc, accompagné d’une carte mère MSI MPG Z390I Gaming Edge AC ITX, d’un Intel Core i9 9900K cadencé à seulement 816 MHz (2C/2T actifs) et d’une barrette Kingston de 8 Go, qui a décroché cette fréquence. Pas plus de quinze avant-bras transformés en puzzle 10 000 pièces suite à leur congélation au LN2 ont été nécessaires pour réaliser cet exploit.


Affichage

G-Sync est GratuitSync

G-Sync est GratuitSync N

vidia s’ouvre au monde de l’adaptative sync en rendant compatible le G-Sync des GeForce 10 et 20 (Pascal, Turing) avec les moniteurs FreeSync. Une bonne nouvelle, certes, mais il y a des mais, d’autant plus qu’on est encore en février. Tout d’abord, si dans l’absolu G-Sync s’avère compatible avec tous les écrans FreeSync, à l’exception des dalles de portables, certains semblent rester insensibles aux appels du pilote. Pour profiter au mieux de l’option, mieux vaudra disposer d’une interface DisplayPort 1.2a (au minimum ; le HDMI n’est pas supporté), afin d’être assuré que l’Adaptive Sync soit correctement implémenté dans un firmware respectueux des spécifications VESA. Sur 400 moniteurs testés par Nvidia, seulement douze ont reçu le tampon officiel « compatible G-Sync », répondant ainsi aux exigences du caméléon : absence de scintillement, de « blanking » et d’artefacts (généralement liés à l’overdrive), mais aussi un ratio du taux de rafraîchissement de 2,4:1 (60-144 Hz par exemple). Mais au fait, si G-Sync s’ouvre aux moniteurs FreeSync – norme gratuite, faut-il le rappeler –, comment Nvidia compte-t-il justifier le surcoût du G-Sync ? Eh bien, en le positionnant comme une option haut de gamme, plus performante que le FreeSync. Genre un FreeSync avec des LED.


Sécurité

La reconnaissance en manque d’elle-même

L

e sujet de la reconnaissance faciale et des dérives sur son emploi par les agences gouvernementales (et le secteur privé, c’est du poulet ?) inquiète de plus en plus de monde. Ainsi, le 15 janvier dernier, 85 organisations dont l’Electronic Frontier Foundation (EFF), l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) ou encore la Freedom of the Press Foundation – dont Snowden fait partie – ont adressé une lettre ouverte à Amazon, Google et Microsoft, les enjoignant à ne pas vendre ce genre de joujoux sécuritaires aux autorités. « Cette technologie offre à l’exécutif une capacité sans précédent de savoir qui nous sommes, où nous sommes, ce qu’on fait, et qui on connaît », peut-on lire. Bravo les gars, belle initiative mais sans vouloir casser l’ambiance, et au risque de me répéter, il vous a vraiment fallu toutes ces années pour arriver à cette évidence ? Parce qu’en l’état des États, bonne chance pour changer les velléités de ces messieurs, vendeurs comme acheteurs. Si les signataires ont observé un « début de prise de conscience » chez Google et Microsoft à travers de récentes déclarations – qui a dit de façade ? –, Amazon semble rester sourd aux préoccupations des alter-hippies connectés, qui lui en touchent une sans faire bouger l’autre. D’oreille, bien sûr.

 


Système d’exploitation

Windows 10 démobilisé

Windows 10 démobilisé

Microsoft a officialisé l’abandon de Windows 10 Mobile, à compter du 19 décembre prochain. Pour reprendre le communiqué, « seuls les modèles d’appareils éligibles pour Windows 10 Mobile, version 1709, sont pris en charge jusqu’à la date de fin ». Côté Lumia 640 et 640 XL, Windows 10 Mobile version 1703 sera supporté jusqu’au 11 juin 2019. Du coup, Microsoft conseille aux utilisateurs de migrer vers Android ou iOS. Spéciale dédicace à Casque.


Puce

Une idée pas Wiliote

W

iliot, a priori​, vous ne connaissez pas. Non, non, inutile de répondre, vous ne connaissez pas, s’agirait pas de me foirer mon intro. Donc, puisque vous ne connaissez pas, apprenez que Wiliot est une jeune pousse fabriquant des puces et que sa petite dernière intéresse du beau monde. Notamment Qualcomm, Samsung ou encore Amazon qui viennent d’investir 30 millions de dollars dans la société. La puce ARM en question possède la particularité de fonctionner sans batterie, s’alimentant grâce aux innombrables ondes radio environnantes, générées par les réseaux Wi-Fi, cellulaires et autres machins Bluetooth. Grande comme un timbre poste, elle ne consomme que quelques nanowatts chargés d’alimenter des capteurs de localisation, de mesure de la température/pression de l’air ou encore d’identification du produit sur lequel elle est implantée. Un vêtement ou une machine à débiter des courgettes, par exemple. « Nous pensons que les composants électroniques jetables basés sur des systèmes sans pile et à faible coût constituent la base des futurs systèmes de l’Internet des objets », expliquent les concepteurs. La production en masse est prévue pour 2020.


GPU

Un Navi sur la question ?

Un Navi sur la question ?

Restons prudents, mais AMD sortirait la première carte graphique intégrant Navi en juillet prochain, mettant l’architecture GCN à la retraite. Les premiers modèles proposés seraient positionnées sur l’entrée et le moyen de gamme, tandis que les Navi haut de gamme sortiraient en 2020. En attendant, les rouges amateurs de TFLOPS devront se contenter de la Radeon VII, dont nous parlons quelque part ici bas.


Robotique

Ford va droit Robutt

E

ntre deux crises d’angoisse concernant l'avenir de l’homme face à la révolution IA, détendons-nous avec Robutt, un robot industriel présenté par Ford dont la fonction consiste à « aider les sièges à survivre » aux séances de transpiration fessiales. Voilà, difficile de le dire avec des fleurs, mais Robutt est un robot qui « simule ce qui se passe lorsque les propriétaires montent dans leur voiture Ford alors qu’ils sont un peu en sueur ». En langage non-licornien, comprendre « quand ils suintent comme des vaches au niveau du fondement », après une session au donjon avec tata Jojo la fouetteuse ou, plus sportif encore, une partie de Pokémon Go sur un terrain d’entraînement de tanks. Robutt est composé d’un bras articulé affublé d’un coussin rembourré, imbibé de 500 cl d’eau chauffée à 36 degrés. Le test de résistance concerne autant les décolorations et autres traces dégueulasses laissées sur le siège, que la conservation de sa forme via 7 500 mouvements fessiaux pendant 3 jours, comparables à dix années de douloureux service. Bon, Ford, si jamais Robutt tombe en panne, n’hésitez pas à contacter Capt'ain Ta Race, un spécialiste du suintage fessial comme on n'en fait plus. Je ne vous dis pas le nombre de sièges qu’il nous a ruinés.