417
Sortie en kiosque
le 2 avril 2021

S'abonner
Numéro actuel
Par Kahn Lusth | le 16 mars 2021

Canard PC 417 : Édito

News Hardware du CanardPC N°416

Système d’exploitation

Raspberry Pi OS, le drame

Raspberry Pi OS, le drame I

nternet est en émoi, à la limite de la rupture structurelle, depuis que la fondation Raspberry a installé un dépôt apt Microsoft dans le dos des utilisateurs. Ouais, comme ça, sans prévenir, alors que 99,99 % de ces derniers appartiennent à la communauté Linux dont on connaît la sensibilité sur le sujet de la transparence. Quant aux 0,1 % restants, ceux qui n’ont aucune idée de comment et pourquoi ils se sont retrouvés là, perdus en rase campagne, marchant en slip le regard hébété à la recherche d’un jeu AAA à lancer sur leur Raspberry, on pensera évidemment à une troublante expérience de « temps manquant ». Bref, l’objectif de la scandaleuse opération est de supporter facilement Visual Studio Code, ce qui n’est pas un mal en soi. Mais voilà, cela s’accompagne d’une télémétrie qui blablate avec les serveurs de Microsoft pour vérifier les mises à jour, avec identification lors de l’accès à certains services. Rappelons que Raspberry Pi OS n’est pas un OS 100 % ouvert, et que d’autres distributions existent pour ceux qui se sentent trahis.


GPU

Mine de presque rien

L’Iran subirait des coupures électriques non pas en raison d’attaques de missiles sur ses centrales, mais de l’explosion des implantations de fermes de minage de cryptomonnaie chinoises, attirées par un tarif du kWh particulièrement bas (0,027 dollar). Selon France24, les quatorze fermes les plus importantes consommeraient autant qu’une agglomération de 100 000 habitants, officiellement 300 mégawatts, mais plus probablement 450 mégawatts selon des experts indépendants. Gageons que les fermes ne tournent pas à la 1050ti.


Intelligence artificielle

Extension de l’Amazon de surveillance

Extension de l’Amazon de surveillance À

 l’instar d’autres entreprises l’ayant précédée, Amazon déploie actuellement des caméras utilisant de l’intelligence artificielle à l’intérieur des camionnettes de livraison, afin de surveiller les livreurs pendant l’intégralité de leur temps de travail. La société, dont la réputation de bienveillance à l’égard de ses employés/partenaires dépasse les limites de l’univers connu, présente l’initiative comme une formidable « amélioration de la sécurité de son réseau ». La caméra, fournie par Netradyne, analyse à la fois la route, les deux côtés du véhicule et le conducteur, afin de détecter seize problèmes en temps réel. Ces derniers vont du non-respect d’un stop au bâillement du livreur, en passant par la qualité de la conduite, le port de la ceinture, etc. Certains cas déclenchent des alertes audio dans l’habitacle, mais la plupart restent silencieuses. Par contre, une alerte qui ne se déclenche jamais est bien celle des questions d’éthique, certainement un bug du système d’exploitation.

 


Internet

SpaceX crée du lien

Plus de détails sur ce que SpaceX compte faire des constellations de satellites Starlink – à part polluer un peu plus le ciel –, avec le dépôt des plans à la FCC nord-américaine. En résumé : un service téléphonique VoIP, une batterie de secours de 24h pour continuer à passer des appels en cas de coupure électrique, un accès Internet haut-débit/téléphone au tarif réduit pour les personnes à faible revenu, le tout labelisé comme un service public.


GPU

Retour à la mine

Retour à la mine P

lus rien ne calme l’appétit des mineurs de cryptomonnaie, alors que l’économie telle que nous la connaissons – pour ne pas dire subissons – semble ne plus en avoir pour très longtemps. La nouvelle tendance printemps-été serait ainsi aux fermes constituées de PC portables embarquant des nVidia GeForce RTX 3060. Bon, j’avoue, en fait je ne sais absolument pas si c’est vraiment la mode du moment, je ne sors que très peu, mais c’est en tout cas l’inattendue solution présentée sur le blog chinois BTCer (ici pour les aventuriers), où des clichés exposent une vingtaine de machines montées par l’OEM Hasee. Installées en forme de « tente » pour un meilleur refroidissement, chaque parmentier vaut dans les 1 000 dollars. Au cours actuel de l’Ethereum, l’investissement de 20 000 dollars générera un revenu d’environ 78 000 dollars par an. Électricité, viande hachée et pâtes déduites – environ 3 700 dollars/an au tarif du kWh chinois –, la rentabilité semble donc être au rendez-vous. En tout cas, plus que le super placement de votre banquier à 0,15 % /an, avant imposition et moins les 781 454,21 euros de frais de dossier.


GPU

Clarifiez-moi ce bordel

N

Vidia a profité de la sortie des puces graphiques RTX 30 pour ordinateurs portables afin de revoir la dénomination du label Max-Q. Bon, jusque-là, ça va, y'a pas mort de caméléon. Auparavant associé aux performances, ce dernier réfère désormais aux technologies embarquées comme Dynamic Boost 2, Advanced Optimus, etc. Un changement d'approche qui laisse les potentiels acheteurs dans le flou, désormais privés d'un indice de performances facile à mémoriser pour choisir une machine. Alors... vous connaissez le Net, vous pensez bien que ça n'a pas manqué de râler et couiner, poussant nVidia à demander aux fabricants de spécifier clairement les fréquences base/boost et autres TGP sur les fiches produit, histoire de calmer le courroux populaire. Pas certain que cela soit beaucoup plus parlant qu'un simple label pour l'utilisateur non geek, mais pour les autres, assurément que n'en doutons point (quelle classe dans le verbe, quelle préciosité dans la tournure !).

 


GPU

Le Bitcoin vertement critiqué

Le Bitcoin vertement critiqué

Allez, une petite dernière sur la question du minage, avec l’appel d’un défenseur de l’environnement à faire tomber le Bitcoin – & co j’imagine – en hackant les pools, les interfaces et les marchés. Frank Leroy estime que la cryptomonnaie « ne rend pas service à l’humanité », car « utilisée pour la spéculation et de façon marginale pour l’économie réelle ». Ce, alors qu’elle entraîne parallèlement une énorme consommation énergétique. Ce n’est pas l’Iran qui dira le contraire.


Stockage

Qui supportera le stockage ADN ?

F

rançois Képès, biologiste cellulaire au CNRS et animateur du groupe de travail « ADN : lire, écrire, stocker l’information » de l’Académie des technologies, avance que d’ici 2040, « le modèle de stockage actuel sera devenu insuffisant et insupportable au plan environnemental », alors que les données à conserver seront 100 à 1 000 fois supérieures. Et de préconiser le stockage sur ADN, autrement dit, la conservation des données sur un « support moléculaire porteur d’information ». En espérant que ce besoin de stockage soit motivé par autre chose que par le flicage total d’une humanité cyborguisée jusqu’au trognon, l’ADN – ici utilisé en qualité d’agent chimique hors du corps (qu’on se rassure, ça viendra bien un jour…) – présente effectivement divers avantages : capacité, consommation énergétique presque nulle, stabilité sur plusieurs millénaires, implémentation de calculs avec des fragments d’ADN, pas d’obsolescence… Encore immature techniquement, Képès estime que l’archivage des mégadonnées sur ADN sera économiquement viable entre 2025 et 2040.


Véhicule

Vers la légalisation des vols de voiture

Vers la légalisation des vols de voiture

Les « voitures volantes », ou plus précisément les gros drones dédiés aux déplacements urbains, commenceront leur phase de test en Europe dès 2022 dans le cadre d'« Air Mobility Urban », un projet soutenu par 17 acteurs européens et étasuniens. Par ailleurs, les exercices incluront du transport de fret, la livraison d’équipements médicaux et de marchandises, les opérations d’inspection d’infrastructures, le support des services d’urgence et enfin, sinon ça ne serait pas drone, la surveillance policière.


Informatique

Bientôt, l’informaquantique

I

BM a partagé sa feuille de route logicielle pour l’informatique quantique, où l’on apprend la sortie de l’environnement d’exécution (runtime) Qiskit d’ici la fin de l’année (retenez votre joie). Qiskit, qui servira de base pour les futurs développements logiciels quantiques ou pour une nouvelle marque de pâté pour chat, IBM hésite encore. Comme je vous sens totalement captivé, je continue tel un petit poney courageux avec quelques dates. 2020 : OpenQASM3 (exécution de circuits dynamiques). 2023 : bibliothèques et systèmes de contrôle supportant 1 000 qubits et plus. 2023 encore : environnements d’exécution préétablis appelés à partir d’API basées sur le cloud. 2025 : les différences matérielles de l’informatique quantique n’auront plus d’importance grâce aux API et au cloud. 2030 : les entreprises et les utilisateurs exploiteront des milliards, voire des trillions de circuits quantiques par jour. 2030 +1 minute : la planète se mange un météore et finit en puzzle. Franchement, c’était bien la peine que Ducros il se décarcasse pour faire le salagou.