364
Sortie en kiosque
le 22 juillet 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 9 juillet 2017

Canard PC 364 : Numéro double de l'été

News Online du CanardPC N°351

Vanilla, rappelle-toi...



Lors de l'épisode précédent, Blizzard avait demandé aux administrateurs de Nostalrius d'arrêter leurs conneries. Si ces quelques mots vous ont mis l'équivalent d'un ippon kumité dans le cerveau, permettez-moi d'être plus précis et de vous rappeler l'histoire en détail. En clair, Nostalrius était un serveur privé (et donc illégal) de World of Warcraft dont le but était de repartir à zéro pour ajouter ensuite le contenu des différents add-on au compte-gouttes. Soit un « serveur vanilla », comment disent ceux qui détestent le chocolat. Or, même si son accès était gratuit, Blizzard n'a pas apprécié de voir des inconnus poser leurs gros doigts tout sales sur ses propriétés intellectuelles et a exigé l'arrêt des opérations, avant d'inviter les développeurs à venir discuter dans ses locaux. Hélas, ni cette rencontre ni la Blizzcon n'auront entraîné l'ouverture du serveur vanilla officiel tant espéré par des milliers de joueurs, si bien que les créateurs de Nostalrius viennent de balancer son code source dans la nature, permettant ainsi à d'autres d'émuler le World of Warcraft de 2004. Pour le moment, le seul candidat au peloton d'exécution judiciaire se nomme Elysium et pourrait représenter une belle épine dans le pied de Blizzard, puisque les développeurs de ce nouveau serveur se trouvent en Russie.

À l'approche de l'hiver, les développeurs migrent vers des studios plus hospitaliers. Ainsi, des anciens de Cryptic viennent d'ouvrir Cold Iron pour créer un jeu d'action sur consoles et PC, tandis que des anciens de Blizzard, Riot Games et BioWare annoncent Dauntless, un RPG-coop-free-to-play-promis-j'arrête.

Les vaisseaux sans gains

Aujourd'hui, Ship of Heroes vient de rejoindre la liste des City of Titans et MMORPG super-héroïques qui envisagent tous de remplacer City of Heroes. Cette fois, les développeurs nous promettent un jeu proche de l'original, dans lequel la ville protégée par les joueurs... est un vaisseau qui se balade dans l'espace ? Afin de visiter des planètes ? La vache, qu'est-ce qu'ils mettent dans ce soda ? Un projet parmi tant d'autres, diront certains, mais son équipe constituée « d'anciens joueurs de City of Heroes, basés en Pennsylvanie » promet quelques rigolades, ne serait-ce que grâce au planning de développement très optimiste. Concrètement, le studio entend travailler sur un prototype jusqu'en avril 2017, date à laquelle une version basique du titre sera présentée pour lancer un Kickstarter, dont le montant n'est pas encore précisé. Nous allons donc observer silencieusement l'évolution du projet, avec un petit sourire et un grand popcorn.

 


Mark « j'ai tué Red 5 Studios » Kern vient de renommer Ember, son prochain titre, en Em-8er. Mieux encore, un développeur de Nostalrius vient d'être embauché sur le projet, ce qui lui évitera certainement d'expliquer à un juge ce qu'est un elfe de la nuit.

Lord British perd les os

À l'occasion d'un événement sur les serveurs de Shroud of the Avatar, Lord British est apparu en personne. Au milieu d'une haie d'honneur dressée par des joueurs, le célèbre avatar de Richard Garriott s'est offert une petite visite chez un joueur à la tête d'une taverne pour lui offrir... son propre squelette. Non, inutile d'imaginer une scène horrible durant laquelle British se serait disloqué pour donner ses os avant de partir en rampant. Toujours est-il que le propriétaire des lieux dispose maintenant d'une attraction qui devrait attirer un paquet de monde. Malheureusement, ce joyeux boxon digne d'Ultima Online n'était qu'un épiphénomène, issu d'un stream officiel dont l'objectif était d'inciter les joueurs à se cotiser pour débloquer de nouveaux objets, comme des ailes de glace ou une cornemuse qui crache des boules de neige. Les résultats de l'opération ? Un peu plus de 112 000 dollars récoltés et la mort de ma foi en l'humanité.

D'abord mort puis ressuscité, avant de re-mourir pour être re-ressuscité, Hellgate : London serait finalement contrôlé par un studio qui souhaite le relancer. Et comme si toutes ces profanations ne suffisaient pas, d'autres développeurs bossent sur Hellrift, un remake recréé de toutes pièces. Enfin, un re-remake, quoi.

Bienvenue à Cheatland

Bannir les tricheurs, c'est une chose, mais pourquoi s'attaquer aux consommateurs, quand le revendeur a pignon sur rue ? C'est à cette question que le parlement sud-coréen tente de répondre, grâce à l’amendement d'une loi qui va cibler les concepteurs d'aimbots et autres wallhacks. En effet, les studios sud-coréens dont les jeux sont victimes de cheats développés sur leur territoire recevront prochainement l'appui du gouvernement qui inculpera directement les petits saligauds, en leur promettant jusqu'à cinq années de prison, 40 000 dollars d'amende et un stage d'une semaine chez Kim Jong-Un. Et dire que pendant ce temps, mes demandes concernant la création d'une milice de la mort qui s'occuperait de traquer les tricheurs restent sans réponse de la part de notre gouvernement. Je vais donc profiter de ces derniers signes pour passer un message personnel : Juliette, noble représentante du jeu vidéo au CNC dont les paroles savamment distillées pèsent plus lourd qu'une matraque de CRS dans la gueule d'un étudiant, merci de transmettre ma demande à qui de droit, au nom d'une France sans tricheurs.

 


ArtCraft vient d'annoncer que les packs de précommande 2016 pour Crowfall seront bientôt retirés de la vente et remplacés par la version 2017, « légèrement moins bien ». Ah, et le studio annonce que l'opération sera réitérée chaque année, ce qui nous fait espérer une version « 1.0 #YOLO » pour les calendes grecques.

À trop vouloir s'impliquer

Comme vous le savez peut-être déjà, ArcheAge vient de lancer des serveurs Fresh Start dont le but est de faire recommencer les joueurs comme au premier jour. Bien sûr, l'idée que tout le monde reparte sur un pied d'égalité a du bon, mais nombreux sont ceux qui craignent de voir la boutique du titre ruiner toute forme de compétitivité à coups de potions d'XP et de ressources obtenues à la force de la carte bleue. Face à cette crainte, un joueur s'est empressé d’interroger le compte Facebook d'ArcheAge, afin de savoir si le prochain pack de merdouilles virtuelles à la mode serait aussi disponible sur les nouveaux serveurs. Une question à laquelle le community manager a répondu en expliquant que oui, « les serveurs Fresh Start auront un pack différent », car « axé sur le cosmétique et non sur la puissance ou le pay-to-win ». En somme, pas comme les précédents packs qui étaient pay-to-win. La date et le lieu des obsèques du community manager seront bientôt communiqués par Trion.

À l'heure où vous lirez ce magazine (ou notre site, si vous êtes entré dans l'Internet 2.0), Gigantic, « le moba sorti de nulle part » devrait être en bêta ouverte. Au programme : six héros à essayer chaque semaine et beaucoup d'efforts pour ne pas entrer en collision avec League of Legends, Dota 2 ou Smite.

La Brass coulée



Starfall, la nouvelle extension de Rift, est sortie. Enfin, sortie est un bien grand mot puisque le résultat s'avère aussi catastrophique que les prochaines présidentielles, avec des trous béants dans l'intelligence artificielle, des objectifs impossibles à atteindre et des bugs en pagaille. Je parle du jeu, hein. Bref, autant vous dire que ça manifeste sévère chez les joueurs et que les magasins spécialisés dans les fourches et les torches ne désemplissent pas depuis une semaine. Aussi, en guise de réponse, Trion a demandé à Lina « Brass » Carlson – autrefois connue pour son travail de « nain communiquant » chez SOE – de s'expliquer devant la foule. C'est donc avec une langue de bois de niveau 118 que la community manager vient de confirmer que l'extension était pétée jusqu'au trognon, tout en expliquant qu'une série de patchs arriveraient très rapidement pour corriger le tir. À l'heure où nous écrivons ces lignes, seul un énorme hotfix tente de colmater les plus grosses fuites pendant que Brass, encerclée par les joueurs en colère, nous fait un remake de Gimli au gouffre de Helm.

Arrivé il y a un an et demi à la tête de Daybreak, Russell Shanks vient de mettre les voiles à son tour. La direction serait donc temporairement confiée aux investisseurs du studio, en attendant qu'un véritable professionnel ou, mieux, un chien savant en reprenne les commandes.