368
Sortie en kiosque
le 14 octobre 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 4 octobre 2017

Canard PC 368 : Édito

News Online du CanardPC N°354

Lord of the Rings Online

On ne va pas vous faire un destin


« M'ssieur Frodon ! », « Frodon ? » « FRODOOOON ! » Voilà, je viens de vous résumer l'essentiel des dialogues de Sam Gamegie dans la trilogie du Seigneur des Anneaux. Des répliques que vous n'entendrez toutefois pas en jouant à Lord of the Rings Online cet été, à l'occasion de sa mise à jour qui transportera les joueurs dans une réinterprétation médiévale-fantastique du 93, plus connue sous le nom de Mordor. En effet, Standing Stone Games a décidé de modifier la ligne temporelle de son prochain add-on en la déplaçant après la destruction de l'Anneau. Une modification étrange, puisque tout le jeu se déroule parallèlement aux aventures de la Communauté de l'Anneau, mais que les développeurs justifient en expliquant qu'il serait incohérent que des hordes de joueurs se promènent sur place, tandis que Frodon et Sam luttent dans une contrée inhospitalière et loin de toute civilisation amicale. Ça et sans doute le fait que personne ne voudra faire la queue pour jeter son « Anneau unique » dans le volcan du mont Destin.


Après avoir repoussé « indéfiniment » la version console de H1Z1 en septembre dernier, Daybreak vient de réaffirmer que le projet n'était pas mort pour autant. Cela dit, les développeurs n'ont pas pour autant confirmé que celui-ci était toujours en vie. Comme quoi.


World of Warcraft

Tarren un peu tes conneries ?

L

es tatoués de World of Warcraft se souviennent sans doute avec émotion des batailles de joueurs improvisées à la frontière de Southshore (Alliance) et Tarren Mill (Horde). Ou Austrivage et le Moulin-de-Tarren, après que Blizzard a pété les plombs et décidé de traduire son jeu à 133 %. En tout cas j'aime le croire, puisque mon expérience personnelle s'est résumée à une petite phrase, balancée dans le canal général d'un serveur roleplay, par un joueur qui avait autant de cœur à l'ouvrage que de lacunes en orthographe et qui disait : « Nous somme attaquais à Tarren Mill ! Venais aidé vos frere qui meure ! » Mais je digresse et j'en oublie presque l'essentiel, à savoir que cette zone, défigurée par les évolutions du secteur au fil des différentes extensions, va revenir en tant que carte de PvP officielle. Certes, le cadre imposé par ce mode de jeu n'offrira jamais la même sauvagerie qu'un assaut chez les voisins « juste pour fair chié », mais impossible de nier que les développeurs savent brosser leurs anciens joueurs dans le sens du poil.

 


Le studio en charge de Chronicles of Elyria vient de recruter Steve Hoelle, un développeur que personne ne connaît mais qui aurait tout de même travaillé sur Star Wars : The Old Republic, Warhammer Online et Vanguard. Soit un type qui sait déjà parfaitement ce qu'il ne faut pas faire.


Coup de dur chez les mous

Un lien vaut mieux que deux tu l'auras

P

ourquoi vous fatiguer à faire connaître un jeu grâce aux médias quand vous pouvez assurer votre pub avec un minimum de moyens et en plus faire chier un maximum de monde ? Dernier exemple en date : Ashes of Creation, qui semble bien parti pour s'imposer avec des forceps numériques, comme en témoigne la description d'un des pans de son économie. On commençait déjà à suer en apprenant que le titre proposerait d'emblée un système de parrainage via un lien à partager sur Internet. C'était gênant mais pas spécialement inquiétant, jusqu'à ce que les développeurs expliquent le plus sérieusement du monde que les joueurs pourraient être rétribués si leurs filleuls dépensaient de l'argent dans leur boutique. En d'autres termes, poussez quelqu'un à s'inscrire et gagnez 15 % des sommes dépensées par ce dernier, en monnaie de singe à claquer dans la boutique ou en argent réel. Canard PC recommande à tous les propriétaires de forums de se préparer au pire et d'équiper leurs modérateurs de matraques électriques, face au déluge de liens pourris qui s'annonce.


En fouinant dans le code du dernier patch de Final Fantasy XIV, des joueurs ont découvert des références à une nouvelle classe de personnage, désignée par le terme « SAM ». La prochaine extension du titre pourrait donc permettre de jouer un samouraï. Ou un expert en samba qui s'est égaré.


Robe grise / grise robe

Ember et contre tous

E

t le prix 2017 de l'homme qui ne doute de rien est attribué à... Mark Kern, pour son incroyable performance sur Em-8ER ! Oui, c'est un peu tôt mais difficile de croire que le bougre puisse être détrôné, comme en atteste sa dernière réflexion au sujet de son jeu. Pour ceux qui prennent le train en marche, ce développeur était autrefois à la tête de Red 5 et, donc, de Firefall. Hélas, après une idylle de courte durée, Mark l'embrouille fut débarqué de force par son équipe qui lui reprochait un tas de choses, par exemple dilapider l'argent du studio ou, plus sobrement, saboter Firefall à grands coups de haches avec des décisions incohérentes. Depuis, Mark Kern a donc relancé le développement de son propre jeu en profitant des largesses du financement participatif, avant de déclarer il y a peu que tous les possesseurs de packs « fondateur » sur Firefall bénéficieraient gratuitement d'une équivalence sur Em-8ER. Mais bien sûr. Venez jouer chez celui qui a fait foirer le titre dans lequel vous aviez investi. Ça va bien se passer.

 


Sorti de nulle part, Ship of Heroes est en train de foutre la honte à tous ceux qui cherchent à remplacer City of Heroes depuis des années puisque le jeu dispose déjà d'un système de création de personnage plutôt abouti. Allez, les City of Titans et autres Valiance Online, on s'active.


Les garriotteries

Ils marchent à la Garriott

D

ans un entretien accordé au site Polygon, Richard Garriott s'est épanché sur les problèmes rencontrés par Shroud of the Avatar depuis le lancement de son accès anticipé sur Steam. Ou plutôt, sur le tabassage en règle du jeu infligé par tous ces joueurs qui ont eu l'impression de s'être pris 36,99 euros dans l'arrière-train, sans même pouvoir payer en plusieurs fois. Ainsi, face au journaliste qui se demandait si le développement du titre ne serait pas un peu plus compliqué que prévu, Garriott a répondu : « Tout se passait plutôt bien, jusqu'à notre arrivée sur Steam. Ensuite, nous nous sommes retrouvés face à un autre type de client, qui n'a pas été avec nous dès le début. Il a constaté que le jeu semblait inachevé, non poli, avec seulement quelques armes et une interface pas terrible et nous en payons le prix. » De là à dire que les premiers joueurs de Shroud of the Avatar ont eu le temps de se faire une raison...


Parce que mourir en paix était visiblement trop demander, Asheron's Call a vu ses dernières heures d'existence perturbées par de multiples attaques DDOS. Selon les plus fins limiers du Net, elles auraient été lancées par un joueur mécontent de la fermeture du titre.


The Elder Scrolls Online

L'île aux à fond


Après un intense teasing à coups d'images de volcans et de sous-entendus érotiques qui ont rendu ses fans plus moites qu'un marécage, les développeurs de ZeniMax viennent de révéler le prochain chapitre de The Elder Scrolls Online. Oui, un « chapitre » car à 40 euros le morceau, difficile de parler de DLC, sauf bien sûr si cela signifie « dans le cul ». Pour un tel prix, le jeu vous ouvrira les portes de Vvardenfell, la célèbre île de Morrowind sur laquelle vous avez peut-être déjà usé quelques paires de bottes, dans le jeu du même nom. Au programme, une nouvelle classe, le gardien, dont la particularité sera d'être accompagné d'un ours, une nouvelle arène PvP qui opposera trois équipes de quatre joueurs et surtout, une île qui devrait être une réplique fidèle de celle aperçue dans le troisième épisode des Elder Scrolls, grâce à une réutilisation de son « empreinte géographique ». De quoi se garantir un bon paquet d'heures de jeu, d'autant que cette zone sera immédiatement accessible sans distinction de niveaux puisque ses aventures s'adapteront aux joueurs. Tout ça pour le 6 juin prochain avec, bien entendu, une ribambelle de merdouilles cosmétiques et même une curieuse pointe d'envie.


Selon un récent communiqué, Bitbox table sur une fenêtre de lancement aux alentours de fin 2017 pour la version MMO de Life is Feudal. À ce niveau, autant parler d'une rampe de lancement.