368
Sortie en kiosque
le 14 octobre 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 4 octobre 2017

Canard PC 368 : Édito

News Online du CanardPC N°355

Chez les cols blancs

L'heure des comptes (et d'un sourire flippant)


Comme en chaque début d'année, les entreprises font leurs comptes pour savoir si les douze mois qui viennent de s'écouler ont été profitables. Oui, c'est arbitraire et on aurait plus vite fait de compter en cycles lunaires à l'occasion de grandes fêtes druidiques, mais le monde n'est pas prêt pour des réformes économiques aussi audacieuses. Aussi, Kakao Games vient de se gargariser en affirmant que le lancement occidental de Black Desert Online a mis trois plaquettes de beurre dans ses épinards, en contribuant largement à une hausse de 63 % de ses revenus annuels. Puis Blizzard a suivi le mouvement en dépeignant un trimestre record, propulsé par les résultats stratosphériques d'Overwatch et la stabilisation de World of Warcraft qui auraient permis une hausse de ses revenus de 42 %, sur le quatrième trimestre 2016. Soit d'excellents chiffres qui collent un peu la honte aux résultats mitigés de Nexon, avec une baisse de 4 % des revenus limitée grâce au gadin du yen japonais, tandis que Square Enix a vu sa branche en charge des MMO augmenter ses revenus de 32,7 % pendant que ses bénéfices, eux, reculaient de 5,8 %. Selon mon boucher qui me préparait son « fameux » steak haché, cet écart pourrait être dû aux investissements de la firme dans Stormblood, la prochaine extension de Final Fantasy XIV. Mais vu que son steak était dégueulasse, je pense qu'on ne peut pas lui faire confiance.


D'après les développeurs de Chronicles of Elyria, nos activités dans le jeu pourront faire prendre ou perdre du poids à nos personnages. De quoi promettre des moments de grand gameplay, lorsqu'il faudra faire courir son magicien pour lui éviter une obésité morbide.


Potins de chambre

Marcel «Ult1m8 D3strukt0r» Ventrichon souhaite être votre ami

F

acebook est un endroit formidable, où l'on peut partager ses émotions auprès de gens qui nous sont chers. Enfin, ça, c'est sûrement le genre d'histoires qui sont racontées aux investisseurs puisque mon expérience sur ce réseau social s'est résumée à pleurer devant la connerie humaine, puis à clôturer mon compte. Pourtant, beaucoup de gens s'en servent encore, à l'image des utilisateurs de Battle.net qui pourront bientôt s'y connecter directement. En effet, grâce à son dernier patch, le Steam de Blizzard (oui, oui...) permet désormais aux joueurs de lier leur compte à leur profil Facebook afin de trouver plus facilement des gens dans leur réseau qui partagent les mêmes jeux. Plus fou encore, Blizzard décrit cette future fonctionnalité comme « une nouvelle manière de se faire des amis sur Battle.net ». Alors, je ne voudrais pas paraître mauvaise langue, mais la dernière personne qui m'a ajouté en contact sur ce logiciel l'a fait pour insulter ma mère pendant un quart d'heure. Remarquez, il n'y a pas de mauvais moment pour apprendre de nouveaux gros mots.

 


Cloud Pirates, le World of Tanks avec les vaisseaux d'Allods Online, vient tout juste d'arriver en early access. Et comme on vous le dit sans arrêt : quand on ne connaît pas, on ne touche pas.


Warframe

+12 en Techno Parade

D

ans l'imaginaire collectif, un barde est un joueur d'instrument médiéval, qui fait « Chtoing ! Zong ! Chtong ! » avec sa mandoline. Oui, désolé. Je ne sais pas jouer de cet instrument. Mais votre vision de petit Occidental pétri de certitudes est sur le point d'être modifiée à tout jamais par la mise à jour « musicale » deWarframe, qui sera peut-être déjà disponible lorsque vous lirez ces lignes. Pour l'heure, les détails ne sont pas nombreux mais il semblerait qu'une classe de « cyber-techno-barde-2.0 » (le nom n'est pas encore communiqué) soit sur le point de faire son apparition dans le jeu. Intrigant sur le papier, ce nouveau personnage devient carrément intéressant lorsqu'on apprend que les joueurs pourront composer leurs propres pistes musicales, en sachant que chaque son doit offrir un bonus précis aux membres de l'équipe. Seule ombre au tableau : les bardes du futur font « Boom, tss ! Boom, tss ! Boom, tss ! Wowowowob ! » à l'aide d’enceintes portatives, ce qui laisse penser que la dubstep remplacera toute forme de bon goût musical dans un avenir proche.


Après avoir annulé Hero's Song et fermé Pixelmage Games, John Smedley vient de rebondir en trouvant une place chez Amazon Game, qui lui a confié la direction d'un studio. Pour le moment, aucune information n'a filtré sur son prochain jeu, mais on espère que les modalités de remboursement seront souples.


Coup de mou chez les durs

Mequoi ?

L

es plus vigilants d'entre vous l'auront sans doute remarqué : nous n'avons pas parlé de Mekria Online dans notre dernier numéro. Pourtant, nous avons essayé. Dès le lancement de son Kickstarter, nous avons ouvert sa page, puis lu son contenu avec tout le soin et le professionnalisme qui caractérisent une publication sérieuse. Ensuite, nous nous sommes réunis. D'abord, à mon bureau, où les plus éminents spécialistes du MMORPG de la rédac (soit deux personnes) sont venus débattre de la chose, avant d’entamer une conf' call avec d'autres spécialistes, comme Axelle Raid. Finalement, nous nous sommes dirigés vers le troquet du coin où des litres d'alcools forts nous ont aidés à comprendre qu'on n'avait rien compris. Petite consolation, nous ne sommes pas les seuls puisque les développeurs ont péniblement accumulé 2 000 dollars en deux semaines, avant d'annuler leur campagne en annonçant que celle-ci reviendrait « prochainement » sous une forme plus compréhensible. De quoi rassurer Moquette, qui était à deux doigts de prendre des cours du soir pour se mettre au sanskrit.

 


De son côté, Valiance Online, l'un des successeurs spirituels de City of Heroes, s'en sort bien mieux qu'Em-8er puisque les développeurs jouent actuellement à la version alpha du titre.


World of Warcraft

Ça fout les jetons

À

l'origine, les jetons sont des objets que les joueurs de World of Warcraft peuvent acheter avec de vrais euros, pour ensuite les activer quand bon leur semble afin de bénéficier d'un mois d'abonnement au jeu. Le twist repose sur le fait que, bien entendu, ces jetons peuvent être échangés entre joueurs et surtout vendus contre de l'or sur l’hôtel des ventes. En somme, Blizzard a légalisé la vente d'or, sans doute motivé par la petite commission qui apparaît magiquement sur ses comptes bancaires lorsqu'un joueur achète un jeton pour le refiler à un autre qui n'aurait peut-être pas payé son abonnement avec de l'argent réel. Et, maligne comme un singe défoncé au speed, la firme californienne vient d'étendre l'achat par jetons à... tout le reste de son catalogue. Un jeton peut donc désormais être échangé auprès de Blizzard afin de remplir son compte Battle.net d'une somme d'argent équivalente, à dépenser sur tous ses titres. Enfin, tous sauf World of Warcraft qui, pas fou, continue d’exiger le sacrifice d'une carte bleue ou d'un jeton pour obtenir des mois d'abonnement.


Em-8er, le prochain jeu de Mark Kern, avance bien. Enfin, « bien », à condition d'estimer que la présentation d'une poignée de textures pour le sol représente une belle avancée. Oui, il leur reste encore un tout petit peu de boulot.


Coup de dur chez les mous

Sauve qui peut


À la limite de l'inexistence médiatique il y a encore quelques mois, Asheron's Call semble désormais bien parti pour devenir le feuilleton de l'année. Pour rappel, ce MMORPG a brusquement fermé ses portes suite au repositionnement de Turbine qui a refilé tous ses MMO pour se lancer dans le porno. Oui, c'est comme ça qu'on appelle le secteur du jeu mobile dans la rédac. Or, si Lord of the Rings Online a trouvé un repreneur grâce à ses développeurs qui ont fondé Standing Stone Games sous la houlette de Daybreak, Asheron's Call est pour sa part resté seul sous la pluie. Bien sûr, les joueurs ont tenté un tas de choses pour que le titre ne ferme pas ses derniers serveurs, d'une tentative de rachat auprès de la Warner à la vidéo d'un pépé tout triste de ne plus pouvoir jouer. Hélas, aucune de ces méthodes n'a porté ses fruits, mais les joueurs viennent d'abattre une nouvelle carte en faisant émerger un nouveau groupe, appelé « Les vrais sauveurs d'Asheron's Call ». Sans doute parce que tous les autres ne sont que des cons. Terminé les discussions stériles, les pleurs et autres supplications, puisque ces grands malades sont immédiatement passés à l'acte en effectuant un data mining massif qui serait le point de départ d'un projet, dont l'objectif est de ressusciter le titre grâce à un émulateur et des serveurs privés, à la manière de Nostalrius et Elysium pour World of Warcraft. Par contre, personne ne sait pourquoi tout le monde se passionne soudainement pour un MMORPG vieux de 17 ans qui, jusque-là, crevait dans son coin.


Selon les derniers chiffres, Zenimax aurait vendu 8,5 millions d'exemplaires de The Elder Scrolls Online. Par contre, désolé, mais impossible de demander le nombre de joueurs actifs sans se ramasser une grosse baffe dans la gueule.