360
Sortie en kiosque
le 15 mai 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 3 mai 2017

Canard PC 360 : scène déménage

News Online du CanardPC N°357

EVE Online

L'amour du ISK

C'est la fin d'une époque, voire d'une ère. Dans le but d'alléger les dépenses des moins fortunés (ou des plus acharnés), EVE Online utilise des PLEX, des objets acquis contre de l'argent réel qui peuvent ensuite être activés pour obtenir un mois d'abonnement. L'astuce, c'est la possibilité pour les joueurs de les échanger contre des ISK – la monnaie du jeu –, ce qui leur procure une valeur moyenne souvent utilisée pour déterminer le coût « réel » d'un vaisseau. Bref, avec ce système, tout le monde est content. Du moins pour l'instant, car CCP vient d'annoncer que le PLEX sera prochainement transformé en monnaie de singe et que les joueurs récupéreront l'équivalent de 500 PLEX pour chaque jeton présent dans leur inventaire, soit l'équivalent du futur prix d'un mois d'abonnement. L'objectif ? Rendre cette monnaie « plus flexible » parce que manifestement, il vaudra mieux être glissant et souple pour encaisser la nouvelle sans crier de douleur. Mais la véritable information est à n'en pas douter l'apparition du « PLEX Vault », une fenêtre de l'inventaire qui permettra d'échanger sa monnaie sans devoir la charger dans des vaisseaux, au risque de tout perdre. Bien sûr, les développeurs précisent que les grandes andouilles pourront toujours continuer de faire comme avant, mais nul doute que cette méthode pourrait rapidement disparaître. Enfin, aucune date n'est encore précisée pour l'arrivée de ces nouvelles fonctionnalités mais le studio affirme que de nouvelles informations apparaîtront en avril, à l'occasion de l'EVE Fanfest.


Vous venez d'entendre une série de petits couinements ? Il s'agissait sans doute du rire de Netsabes, qui vient d'apprendre le gel du développement de Smite Rivals, le Clash of Clans de Hi-Rez Studios. Oui, deux mois après son annonce.


Coup de mou chez les durs

Ils vont se tenir à carreau

E

mportés dans une spirale financière infernale, les développeurs de Pathfinder Online font leur maximum pour garder la tête hors de l'eau, quitte à ce que leur directrice cherche ouvertement un repreneur en admettant « ne pas comprendre grand-chose » au business des MMORPG. Voyant qu'aucune aide ne venait, le studio a pris le taureau par les cornes en publiant une feuille de route, bien décidé à ne pas attendre la fin en broyant du noir. Étalé sur un an, le programme promet un tas de choses : mise en place d'une équivalence du PLEX d'EVE Online, nouveaux ennemis, création d'un système d'enchantement... Oui, c'est très vague mais difficile de reprocher aux développeurs de vouloir décrocher la lune, là où beaucoup donneraient leur langue au chat. À terme, Goblinworks espère que ces nouveautés attireront suffisamment de nouveaux joueurs, pour permettre à Pathfinder Online de survivre. Et moi, je vais jeter tout de suite ce livre, Les Expressions françaises pour les nuls, parce que j'ai l'impression de vous raconter des salades.

 


Lentement mais sûrement, la PlayStation 3 se fait pousser vers la sortie. Suite à l'arrêt de sa production, Square Enix en remet une couche en expliquant que Final Fantasy XIV ne sera plus jouable sur cette console à partir du 20 juin, date de sortie de son extension, Stormblood.


Potins de chambre

Le bulletin météore

I

maginez que vous vous réveilliez un matin en apprenant qu'une météorite va éclater notre planète comme une vieille pastèque, mettant fin à des années de guerre et de variété française. Que feriez-vous ? Personnellement, je pense que j'irais sur le toit d'un immeuble pour attendre le corps céleste avec une batte de baseball, juste au cas où. Mais certains pensent qu'une émeute générale serait inévitable, tandis que d'autres prévoient que ça forniquerait plus que dans une soirée « latex et boules de pétanque ». Et il se pourrait que ces gros dégueulasses aient raison puisque, selon une étude menée sur ArcheAge, l'être humain deviendrait plus sociable lorsque la fin approche. Difficile de faire le lien avec un MMORPG, mais des chercheurs affirment pourtant que le principe de mimétisme rend les comportements des joueurs proches de ceux qui pourraient être constatés dans la réalité. Ainsi, l'analyse de « millions de données » glanées pendant les derniers jours de la bêta d'ArcheAge aurait permis de constater que, face à une apocalypse annoncée, nous avons tendance à abandonner nos tâches quotidiennes pour nous regrouper et attendre la fin, sans pour autant faire un tas d'emotes salaces.


Ship of Heroes, le cinquième successeur spirituel de City of Heroes développé par des fans, vient d'annoncer le montant qui sera demandé sur son Kickstarter du 4 avril : pas moins de 400 000 dollars. Même si un développeur aurait murmuré : « Je veux bien descendre à 300 000 dollars mais je me tranche la gorge. »


Shroud of the Avatar

La soupe aux shroud

C

hez Shroud of the Avatar, les téléthons sont une pratique courante. Non, rien à voir avec les enfants malades ou tous ces trucs qui foutent les glandes à des niveaux intergalactiques, ces événements consistent à animer une soirée diffusée sur Twitch dans le but de ramasser un peu plus d'argent. Ainsi, le dernier téléthon a permis au studio de récolter la modique somme de 142 000 dollars, en offrant des « cadeaux » aux joueurs qui ont donné un minimum de 5 dollars. Grâce à leur argent savamment dépensé, les donateurs se retrouvent donc avec des masques, un bouclier de feuilles, une armure d'épines purement cosmétique, des lanternes et quelques autres babioles que la décence m'interdit de vous décrire. Malheureusement, la pièce maîtresse débloquée à partir de 150 000 dollars vient d'être remisée au grenier, sans doute pour un prochain téléthon. Il s'agissait d'un familier en forme de champignon qui devait diffuser ses spores pour donner l'impression aux joueurs que leurs personnages étaient complètement bourrés.

 


Dans leur dernier streaming, les développeurs d'Elite Dangerous ont admis que les stations explorables à pied n’apparaîtraient pas dans le jeu avant « un avenir lointain ». Les joueurs ne sont pas contents, mais difficile de savoir s'ils ont les « mégaboules » ou les « maxiglandes ».


World of Warcraft

Ne suivez pas le guide

Parmi les nombreux métiers qui ont précédé ma carrière de journaliste, guide de donjon sur World of Warcraft est sans doute celui dont je garde le souvenir le plus ému. En échange de quelques pièces d'argent, mon personnage embarquait les joueurs de bas niveau dans les premiers donjons pour leur permettre de les boucler au pas de charge, tout en profitant de quelques anecdotes croustillantes du genre « saviez-vous que ce groupe d'ennemis était situé 200 mètres plus loin lors de l'ouverture du donjon en décembre 2004 ? ». Oui, c'était chiant comme un jour de pluie. La pratique semble aujourd'hui s'être développée au point que des joueurs proposent ce genre de services contre de véritables euros-dollars. Ce qui n'est pas au goût de Blizzard, qui a claqué un gros banhammer dans les gencives de ces malandrins, au motif d'une « violation flagrante des conditions d'utilisation de World of Warcraft ». C'est drôle, ça me rappelle ces années où ce même studio collait des bans à ceux qui achetaient de l'or chez des revendeurs, avant que les jetons d'abonnement ne fassent leur apparition et rendent cette pratique caduque.


Tera, le MMORPG plein de combats dynamiques et de « pour la huitième fois, ce ne sont pas des petites filles mais des créatures en tenue sexy ! » est annoncé pour la fin de l'année sur PS4 et Xbox One, dans une version free-to-play. Un marché en effet plus habitué à ce genre de direction artistique.


Hearthstone

Prix la main dans le sac

Dans le petit monde du jeu vidéo, le calcul d'une équivalence de prix entre l'Europe et les États-Unis se base sur une opération incroyablement simple, à la limite de la magie noire. Celle-ci consiste, tant que la monnaie européenne est plus forte, à appliquer un taux de conversion d'un dollar pour un euro. Certes, on peut se consoler en sachant que l'écart est moins important qu'il n'y paraît puisque les prix américains sont annoncés hors taxes, mais l'impression de se faire tripoter la prostate n'en est pas moins présente. Un problème que Blizzard évitait d'ailleurs sur Hearthstone(1), avant de déclarer il y a peu que les joueurs paieront désormais en équivalence américaine. La raison ? « S'aligner sur les conditions des marchés locaux et régionaux », d'après le community manager qui est venu annoncer la triste nouvelle avec un air de « passe-moi le sel ». Et si l'augmentation d'une trentaine de centimes pour deux paquets de cartes vous fait mal, imaginez que ce doivent ressentir les pays d’Asie et d’Afrique, qui subissent parfois des augmentations de 30 %. À l'heure où de plus en plus de joueurs s'inquiètent du prix d'entrée « exorbitant » de Hearthstone, pas sûr que cette décision tombe à point nommé.

Note 1 : Les conversions d'un dollar pour un euro, hein...


Autrefois connu comme une sorte de Neverwinter Nights multijoueur, Shards Online a évolué au point de devenir un véritable MMORPG et a été renommé pour l'occasion Legends of Aria. Voilà qui ruine tous mes jeux de mots à base d'échardes et d'écharpes.