399
Sortie en kiosque
le 1 octobre 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 16 septembre 2019

Canard PC 399 : Édito

News Online du CanardPC N°361

Potins de chambre

Le coup du lapin

Dans Second Life, les joueurs ont la possibilité de fabriquer leurs propres objets pour ensuite les écouler dans l'espoir de toucher le pactole. Maisons, chaussures, pénis de 20 kg, tout peut être vendu et les lapins domestiques n'échappent pas à la règle. Du moins jusqu'à aujourd'hui, puisque ces petites bestioles viennent d'être interdites à la vente, en raison d'une embrouille judiciaire. Après des années de procédure, les créateurs de la société Ozimals viennent en effet de recevoir une lettre très officielle qui leur impose d'arrêter leur commerce, en vertu du fait que leurs lapins utiliseraient des propriétés intellectuelles qui ne leur appartiennent pas. Conséquence, tous les animaux fabriqués par l'entreprise ont été effacés du jeu. Seuls les lapins ont obtenu le droit d'y rester (pour une obscure raison juridique), mais pas leur nourriture. Seuls ceux dotés de la capacité everlasting pourront continuer à gambader au milieu des partouzes virtuellesNote : 1. Les autres, désormais incapables de se nourrir, seront bientôt à court de bouffe et condamnés à « hiberner » à tout jamais. Oui, un peu comme le poney du centre équestre de mon enfance qui était « parti faire un gros dodo pour se reposer », après s'être mangé un tracteur en marche arrière.

Note 1 : C'est bon, on sait tous pourquoi ce jeu est toujours aussi populaire...

Final Fantasy XIV n'en finit plus de péter le feu, puisque ses développeurs viennent d'annoncer que la création de personnages sera désormais interdite sur cinq de ses serveurs. L'objectif ? Décongestionner ces derniers, pour éviter les files d'attente lors de la sortie de Stormblood, la prochaine extension du titre.

Chez pépé

Les objets faits triche

Généralement, lorsque Papy Ultima Online s'exprime, c'est pour nous dire un truc du genre « moi de mon temps... », suivi du bruit caractéristique d'une bouche qui mastique pour remettre son dentier en place. Et je suis très heureux de ne pas avoir à vous lire cette phrase à voix haute. Mais aujourd'hui, le Grand Ancien du MMO a carrément tapé du poing sur la table, en expliquant avoir viré un petit salopiaud qui trichait. Le problème, c'est que le tricheur n'était autre qu'un event moderator, une personne chargée d'encadrer les événements du jeu. Un rôle qui exige de jouer avec un compte doté de super-pouvoirs, dont l'ex-modérateur a profité pour se créer tout un tas d'objets uniques. Les reliques étaient ensuite transmises à d'autres personnages qui lui appartenaient, dont les maisons se sont transformées peu à peu en véritables musées. L'employé vient finalement d'être renvoyé et la communauté se déchire désormais sur une question essentielle : faut-il détruire ou conserver tous ces biens illégaux qui, d'une certaine façon, appartiennent à l'histoire du jeu ?

 


Après des années de développement, Valiance Online tient le bon bout. Selon les développeurs de cet énième successeur spirituel de City of Heroes, leur MMORPG pourrait prochainement entrer... en alpha. Soyez polis et hochez la tête en souriant d'un air entendu.

Premiers cris

Enfin un MMORPG comme les autres

A

shes of Creation est un nom à noter bien en évidence dans votre petit calepin des MMORPG qui cartonnent. À peine arrivé sur Kickstarter, ce projet issu des cerveaux malades d'anciens développeurs de Daybreak a immédiatement trouvé son public, au point d'avoir dépassé la barre des deux millions de dollars à 12 jours de la fin de sa campagne. Côté promesses... eh bien, comment dire... Oui, c'est un peu gênant, car Intrepid Studio nous vend le MMORPG idéal, celui dont tout le monde rêve depuis 20 ans. Les quêtes des joueurs auront de vraies conséquences sur le monde, chacun sera libre de construire ce qu'il veut comme il l'entend, tandis que les joueurs devront se débrouiller seuls sur pratiquement tous les plans. Alors oui, on est curieux de voir jusqu'où ce projet va aller, mais une petite voix me murmure depuis le début de cette news « Souviens-toi de Darkfall, d'ArcheAge, de Black Desert et du yaourt périmé que tu as mangé hier soir... » Oh oui, petite voix. Je me souviens très bien de leur goût qui n'était jamais très fidèle aux promesses faites sur leur emballage.


Exile Online, le MMO cyberpunk qui avait foiré son Kickstarter il y a un an, vient de lancer un Go Fund Me pour se refaire. Après quatre jours de campagne, sept personnes avaient donné 210 livres. Impossible de trouver une chute à cette news sans se montrer extrêmement cruel.

Premiers cris

Magic, Magic, Magic, voilà Magic.

Selon certains bruits de couloir – qui, admettons-le, ressemblent surtout aux sons émis par un clochard en train de dégueuler sa vinasse –, Cryptic Studios serait en train de bosser en douce sur un nouveau titre. À l'origine de cette rumeur, une offre d'emploi qui explique que le studio est à la recherche d'un directeur artistique, capable de travailler « sur une licence de fantaisie extrêmement connue » et de contribuer à « diversifier et repousser les limites du MMORPG traditionnel ». Oui, difficile de voir un lien concret avec Magic, mais les plus fins limiers du Net croient dur comme fer à cette théorie, qui semble pourtant oublier que Wizard of the Coast a fondé son propre studio de développement en y collant un ancien ponte de Turbine et quelques employés de Cryptic. En toute logique, nous pouvons d'ores et déjà imaginer que celui-ci s'occupe du gros œuvre, pendant que les gars de Cryptic modélisent des tonneaux et des chaises comme de vulgaires sous-traitants..

 


Tiens, ça faisait longtemps qu'on était sans nouvelles de Star Citizen. Voyons voir. La précommande d'un « concept de vaisseau » rapporte 400 000 dollars... Le budget du jeu vient de dépasser les 150 millions de dollars... Non, décidément, rien de bien nouveau chez Cloud Imperium.

Chez les cols blancs

Même pas mal

Funcom, qui vomissait du sang il y a encore six mois de ça, semble avoir largement profité des ventes stratosphériques de Conan Exiles. Selon le rapport financier du premier trimestre qui vient d'être adressé à ses investisseurs, le studio aurait généré des revenus cinq fois supérieurs à ceux de l'année dernière sur la même période. Période qui vient d'ailleurs d'être décrite comme la plus profitable de toute l'histoire de Funcom. Rien que ça. Confortablement assis sur leur montagne de pognon, les développeurs ont alors profité de cet instant de gloire pour confirmer la sortie du reboot free-to-play de The Secret World au 26 juin, tout en précisant que son arrivée sur Steam sera décalée au 31 juillet à cause de l'embouteillage créé par les extensions de The Elder Scrolls Online et Final Fantasy XIV. Enfin, ce rapport confirme qu'un nouveau titre basé sur l'univers du célèbre barbare est en préparation et devrait faire travailler 120 à 130 personnes, d'ici la fin de l'année.

C'est un risque inévitable lorsqu'on pratique le développement à rallonge : les développeurs de Shroud of the Avatar abandonnent DirectX 9 et envisagent d'utiliser DirectX 12, en complément du 11. Le plus étonnant, c'est que le studio n'a même pas organisé un énième Téléthon pour financer tout ça.

World of Warcraft

Bungie fout les jetons chez Blizzard

En annonçant que Destiny 2 serait vendu via Battle.netNote : 1, Bungie a foutu un bordel monstrueux sur les serveurs de World of Warcraft. Pour comprendre, il faut tout d'abord revenir en arrière, à l'époque où Blizzard a mis en place des jetons qui permettent au joueur d'acheter et de revendre des mois d'abonnement pour leur MMORPG. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce que l'arrivée de Destiny 2 foute un gros coup de pied dans la fourmilière pleine de frelons. En effet, les spéculateurs de tout poil viennent d'acheter des jetons en masse, persuadés que ces derniers pourront être utilisés pour s'offrir le prochain titre de Bungie ou, a minima, pour y acquérir des trucs et des machins in-game. La conséquence de cette frénésie d'achats s'est alors fait immédiatement sentir, puisque le prix des jetons d'abonnements est monté à 250 000 pièces d'or sur les serveurs européens et 140 000 sur les américains. Des chiffres qui, selon Blizzard, constitueraient des records absolus et poussent, une fois de plus, à s'interroger sur l'état de santé mentale de nos contemporains.

Note 1 : Ou sur « l'Application Blizzard », depuis que le logiciel a été renommé dans un excès de zèle et de tristitude.

Selon une étude, 42 % des spectateurs d'e-sport sur League of Legends, Dota 2 et Counter-Strike : Global Offensive ne jouent pas aux jeux. Cela peut sembler énorme mais au moins, ces fans ne font pas chier tout le quartier en klaxonnant à la moindre victoire de leur équipe.