368
Sortie en kiosque
le 14 octobre 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 4 octobre 2017

Canard PC 368 : Édito

News Online du CanardPC N°367

Eve Online

Dark Saoule dans l'espace

Il y avait longtemps qu'Eve Online ne s'était pas illustré par une arnaque rocambolesque. L'attente a pris fin pour notre plus grand plaisir lorsque The Judge, un membre haut placé de l'alliance CO2, a décidé de trahir tout le monde en revendant des citadelles de son organisation à des corporations adverses, comme la Fédération Goonswarm. Un vol qui, dit comme ça, semble anodin mais qui, une fois les comptes effectués, monte aux alentours du 1,5 billion d'ISK et devient le plus gros braquage de toute l'histoire d'Eve Online. Le plus étonnant reste que The Judge n'était pas un odieux agent infiltré, mais juste un mec fatigué de bosser avec un type qui passait son temps à cracher sur CCP, le développeur du titre. Interrogé sur Twitter et Reddit à ce sujet, The Judge a en effet expliqué en toute simplicité que « gigX doit laisser CO2 mourir et s'en aller vivre sa vie » et qu'il ne pouvait pas détruire l'alliance sans marquer le coup, après s'y être investi à fond pendant des années. Une explication qui, comme on peut l'imaginer, ne fut pas du tout au goût dudit gigX. Il vient d'ailleurs d'écoper d'un ban permanent d'Eve Online, après avoir tenté de récupérer des informations sur sa Némésis, afin de la retrouver et de lui trancher les mains.


Sale temps pour Dofus, qui continue de fusionner ses serveurs. Après avoir regroupé cet été les utilisateurs de treize serveurs sur seulement deux machines, Ankama continue son nettoyage de printemps en en fusionnant six pour n'en garder que deux. Ce qui donne quinze serveurs de moins en trois mois. Ouch.


Hearthstone

Tout le monde s'en brawl

J

usqu'au 11 octobre prochain, Hearthstone sera en plein Oktoberbrawl. Derrière ce nom à la bonne odeur de bière et de bretzels se cache un événement qui mettra la communauté à contribution. Enfin, une partie d'entre elle, car seuls les abonnés à Twitch Prime auront l'honneur de recevoir les dos de cartes Oktoberbrawl, qui leur permettront de soutenir l'une des deux équipes de streameurs créées pour l'occasion. Le but de toute cette affaire n'étant pas d'amuser les joueurs mais de les transformer en machines à accumuler des points, le nombre de victoires des joueurs de l'équipe Ombre étant comparé chaque semaine à celui des joueurs de l’équipe Lumière. Le pourcentage de victoire de chacun des camps influencera à son tour la quantité de cartes reçues par les streameurs, qui les utiliseront pour créer des decks et s'affronter chaque vendredi. En somme, une fête où l'immense majorité des participants regarde les autres s'amuser. Oui, un peu comme dans une boum.

 


On aurait pu s'en douter, le premier jeu vidéo financé par Wizards of the Coast est Magic : The Gathering Arena et ressemble fortement à une contre-attaque face à Hearthstone. Formats de cartes rigolos, rythme soutenu et cris de rage des joueurs qui commencent avec une main pleine de terrains sont désormais au programme.


Premiers cris

Encore sauvage

W

em>Wild West Online, le MMO à la Red Dead Redemption qui fait paniquer tout le monde à cause de ses hypothétiques accointances avec Sergey TitovNote : 1, vient de lancer une alpha ouverte. Judicieusement réservée aux pi... aux cou... aux joueurs qui ont précommandé, celle-ci permet de chercher de l'or dans des mines ou des rivières pour ensuite le revendre en ville. Un passe-temps plus compliqué qu'il n'y paraît, puisque d'autres joueurs incarnent les bandits, dont le but est de vivre aux crochets des honnêtes joueurs comme de gros fainéants. Oui, c'est un peu maigre, mais le jeu propose également de récompenser les explorateurs avec des trésors cachés. Enfin, pas si cachés que ça, puisque le seul trésor que j'ai pu voir au cours d'un stream sur Twitch était tout bêtement planté au milieu du désert. Hein ? Comme Wild West face à la concurrence ? Vous êtes cruel, mais vous avez raison.

Note 1 : Créateur des ignobles Big Rigs et War Z / Infestation : Survivor Stories. Rien que ça.


Gelé depuis le mois de mars, le développement de Smite Rivals n'est pas près de reprendre. C'est du moins ce qu'a laissé entendre un développeur au journaliste de Massively OP venu lui parler lors de la PAX West, devant qui il a renversé la table en hurlant : « Quoi Smite Rivals ? Y'a jamais eu de Smite Rivals, OK ? Abruti de journalope qui invente des jeux. »


Warframe

Ostron où ça va...

P

our l'instant, Warframe repose sur un level design classique. Un début, une fin, des trucs à ramasser dans les coins... Bref, la routine quoi. Une façon de faire qui pourrait disparaître avec Plains of Eidolon, le prochain gros patch du jeu, qui proposera aux joueurs de revenir sur Terre afin d'aider le peuple des Ostrons, aux prises avec des délinquants intergalactiques. Vous l'aurez compris, la zone d'Eidolon ne sera pas constituée d'un enchevêtrement de couloirs et de salles, comme tous les autres niveaux du jeu, mais d'une zone ouverte de trois kilomètres carrés. Soit une nouvelle façon d'aborder Warframe qui devrait apporter un vent de fraîcheur aux joueurs, lesquels pourront aborder les quêtes comme bon leur semble, explorer les lieux pour y trouver des secrets, ou encore se rassembler pour combattre des boss gigantesques. Et tout ça « très très bientôt, mais on ne sait pas quand. Laissez-moi s'il vous plaît ! », selon le type en sueur et surchargé de caféine que nos pièges à développeurs ont attrapé.

 


Bossa, le studio responsable de Worlds Adrift, vient de lever dix millions de dollars grâce à une première ronde de financement. Ça, c'est la bonne nouvelle. La mauvaise, c'est qu'Atomico (un des investisseurs) en a profité pour rejoindre le conseil d'administration et bouffera tous les gâteaux pendant les réunions des développeurs.


Les potins de chambre

Le petit bonhomme obvious

I

nterrogé au sujet de Crowfall par le site Project Invest, Gordon Walton a livré son analyse au sujet de la réussite – du moins financière – de son jeu. Des explications qui auraient dû être intéressantes, le titre ayant reçu 2,7 millions de dollars de ses fans et 12,5 millions de dollars de plusieurs investisseurs. Autant vous dire que la déception a été grande lorsque Walton a révélé que le succès de Crowfall n'était dû qu'à l'honnêteté de ses développeurs, qui vendent un jeu et non un rêve, communiquent souvent et clairement, et s'appuient sur le financement participatif pour tester la viabilité du projet. Voilà, voilà, voilà. Oh et tant que je vous tiens, permettez-moi d'ajouter un autre précieux conseil qui pourrait vous aider à faire financer votre jeu : pour obtenir de l'argent, il faut vendre des choses. Mais ça reste entre nous, hein.


Après avoir dit à leurs joueurs qu'il valait mieux rire de la palanquée de bugs qui touchent actuellement Dark and Light, les développeurs sont allés encore plus loin en patchant leur dernier patch. Oui, c'est la seule chose à faire lorsqu'une mise à jour viande complètement votre jeu.


Star Citizen

Là-haut, dans les étoiles

Il fallait bien que ça arrive un jour : Chris Roberts s'est retrouvé enfermé dans une pièce avec un type qui lui a posé des questions. Contraint de répondre pour pouvoir s'en aller, le créateur de Star Citizen a donc livré des saillies lunaires au journaliste d'Eurogamer. Interrogé au sujet des dépenses faramineuses de certains joueurs, notamment pour certains vaisseaux hors de prix, Roberts s'est justifié en expliquant que le jeu vidéo a aussi le droit d'être un loisir de riches, au même titre que le golf ou la restauration de voitures anciennes. Mais le passage le plus croustillant est à n'en pas douter la sortie de piste de l'intéressé, agacé que son interlocuteur lui demande s'il vivait bien de gagner toujours plus de détracteurs, chaque fois qu'une date du calendrier de Star Citizen n'était pas respectée par le studio. Face à cette (énième, il faut bien le reconnaître) accusation, Roberts a affirmé qu'il en avait marre de donner des estimations au sujet de la date de sortie de l'alpha 3.0, avant de mettre ces histoires sur le dos des trolls d'Internet qui, eux, seraient virtuels, contrairement aux gens qui bossent dans les bureaux de Cloud Imperium. Oui, c'est ça. Aussi réels que des concepts de vaisseaux vendus à prix d'or.
Pour lire cette interview bien perchée (en anglais) : http://cpc.cx/kbG


Les développeurs de Black Desert ont pensé à tous les enragés qui ne peuvent pas jouer à un jeu vidéo sans se sentir obligés de sortir leur sexe pour le comparer à celui des voisins. Un serveur 100 % PvP permettra prochainement à tout ce petit monde de se meuler la trogne sans subir de pénalités.