388
Sortie en kiosque
le 1 novembre 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 18 octobre 2018

Canard PC 388 : Édito

News Online du CanardPC N°388

Shroud of the Avatar

La soupe aux Shroud

En juin dernier, Portalarium effectuait une suppression de postes qui visait à « ajuster la taille de l'équipe » aux besoins réels de Shroud of the Avatar. Le début de la fin, selon de nombreux joueurs qui n'ont pas pu s'empêcher de faire un parallèle entre cette décision et les mauvaises ventes du titre, souvent rattrapées à coups de téléthons et d'offres plus ou moins bancales, comme ces œuvres d'art réalisées avec le sang de Richard Garriott. Ces mêmes joueurs sont plus que jamais sur les dents : le studio vient de mettre en promotion les exemplaires dédicacés de Shroud of the Avatar, qui seront désormais vendus pendant un « temps limité » à 89 dollars au lieu de 139. Inquiétant, mais peut-être pas autant que la récente suppression de tous les postes du studio qui avaient le malheur de contenir « officer » dans leur titre. Portalarium est devenu un studio sans PDG, puisque Richard Garriott limite désormais son rôle à celui de directeur créatif, tandis que deux de ses collègues s'occuperont de « diriger l'équipe ». Une situation étrange, qui ne semble pourtant pas remettre en question les prochains patchs du titre, toujours prévus pour la fin de l'année et qui apporteront (entre autres) un outil pour créer ses propres donjons..


Vous voulez savoir où en est Em-8ER, le futur titre de Mark Kerns ? Aux dernières nouvelles, le développeur aurait modélisé huit personnages et chercherait actuellement à les texturer puis à les animer. Ah ben oui, j'ai jamais dit que j'arrivais avec de bonnes nouvelles.


Premiers cris

Du nouveau à l'horizontal

D

ans la plupart des MMO, les joueurs progressent verticalement. En d'autres termes, le jeu vous place dans une course à l'armement, avec l'espoir de finir au sommet. Un concept qui, apparemment, n'est pas du tout au goût des développeurs de Torchlight Frontiers, qui viennent d'annoncer que la progression dans leur jeu sera horizontale. La traditionnelle gonflette de chiffres devrait être remplacée par « la construction de différents types de pouvoirs qui ne seront pas invalidés par la prochaine nouveauté ». En d'autres termes, les joueurs devraient acquérir de plus en plus d'outils au fil de leur progression, afin de concevoir toujours plus de builds pour leurs personnages. Et pour avoir vu le résultat avec Path of Exile et son barbare qui saute partout en faisant la toupie, inutile de vous dire que cette annonce vient de faire grimper en flèche notre jauge d'enthousiasme pour ce titre.

 


Daybreak vient d'annoncer que « The Burning Lands », la vingt-cinquième extension d'EverQuest, sortira en décembre prochain. Apparemment, les joueurs pourront y explorer une terre qui brûle. Je sais. C'est beau le journalisme total.


Coup de mou chez les durs

Corsaire en phase terminale

A

près dix années de bons et loyaux services, et suite au départ du dernier développeur capable de tripatouiller son code, Pirates of the Burning Sea s'apprête à éteindre son dernier serveur. Petit problème, personne n'est capable de vous dire quand, puisque Portalus Games vient d'annuler l'extinction des feux qui était initialement prévue pour fin septembre. En effet, cette annonce vient de pousser certains joueurs à se montrer extrêmement généreux, incitant ainsi le studio à organiser la survie du titre autour d'un financement participatif. De cette façon, chacun peut désormais contribuer au financement des frais de fonctionnement du serveur, dans l'espoir d'offrir un sursis supplémentaire au jeu. Pour l'heure, le mois d'octobre a été financé avec succès et le studio espère que le mois de novembre sera rapidement validé, afin de lui laisser le temps de trouver un éventuel repreneur. Oui, pas sûr qu'on parle de Pirates of the Burning Sea pendant encore très longtemps avec un tel programme.


NCsoft vient d'annoncer que Wildstar fermera le 28 novembre et propose aux joueurs de rejoindre une fête qui leur permettra de « s'amuser pendant les dernières heures » de vie du titre. Et après tout, mieux vaut tard que jamais.


Potins de chambre

Il sert à quoi ce bouton ?

D

ans Elite Dangerous, les Fuel Rats sont une équipe de joueurs spécialisée dans le dépannage. Une panne d'essence ? Un moteur qui lâche ? Un petit message et un Fuel Rat viendra vous secourir, en échange de quelques crédits bien mérités. Certaines opérations ne se déroulent toutefois pas comme prévu : l'un de leurs clients s'est récemment fait foncer dessus par son dépanneur, entraînant ainsi la destruction des deux appareils. D'après une lettre d'excuses postée sur Reddit, le chat qui servait de « co-pattelote » dans le vaisseau de secours aurait en effet sauté sur le clavier du joueur tandis qu'il était en phase d'approche, déclenchant ainsi les boosters de son appareil et la colère du client qui a immédiatement retiré le dépanneur de sa liste de contacts. Une mauvaise expérience qui aura toutefois servi de leçon aux Fuel Rats, puisque leurs procédures d'approche imposent désormais que leurs appareils ne se positionnent plus face à celui de leurs clients.

 


Selon les analystes de SuperData, World of Warcraft aurait généré plus d'argent que League of Legends en août dernier, devenant ainsi le deuxième titre le plus rentable sur PC à cette période. Plus étonnant, le jeu aurait aujourd'hui autant de joueurs qu'en 2014.


Robe grise / Grise robe

Comme un Greed dans la nuit

Financé à hauteur de 100 000 dollars en 2012, Greed Monger est un projet de MMORPG qui a explosé en 2015, lorsque ses créateurs comprirent que les fonds récoltés étaient insuffisants pour mener le développement à terme. Fin 2017, un des responsables du projet a créé la surprise en publiant un billet sur son blog, dans lequel il expliquait qu'un « coup de chance avec les cryptomonnaies » allait lui permettre de rembourser les backers du titre, en profitant pour expliquer que son échec était dû à des collègues incompétents, aux trolls sur Internet, aux journalistes de jeu vidéo et peut-être même aux hommes-lézards qui nous gouvernent en secret. Une annonce qui, elle aussi, aura finalement fait pschitt : peu de temps après, la dégringolade des cryptomonnaies susmentionnées a fait perdre au développeur l'essentiel de ses économies virtuelles, le contraignant ainsi à se réfugier dans un énième et gênant silence radio. Mais tout est bien qui finit bien, puisqu'un nouveau site complètement pété vient d’apparaître pour mettre à disposition des joueurs une version « protoype v0.1 » du jeu qui fait bien rire tout le monde. Et comme l'aurait dit mon pépé : « On rigole, mais on ne voit toujours pas le fond du bol. »


Mike Morhaime vient de laisser sa place de président chez Blizzard à J. Allen « c'est qui ce mec » Brack et officiera désormais en tant que conseiller. Selon certaines sources, l'ancien taulier souhaiterait avoir du temps pour atteindre enfin le rang Légende sur Hearthstone.


Coup de très mou chez les plus trop durs

Une réputation en Bless

Sorti en mai dernier en accès anticipé, Bless Online a tout d'abord été mis en pièces par les joueurs qui lui reprochaient des promesses trop enthousiastes, bien éloignées du faible contenu proposé. Un mois plus tard, le studio se faisait de nouveau épingler par les joueurs, suite à des relations ambiguës avec certains influenceurs (certains d'entre eux furent bannis d'un programme de partenariat en raison, semble-t-il, de propos insuffisamment élogieux). Puis vint le mois de juillet, durant lequel Neowiz annonça une fusion de serveurs bien précoce, assortie d'une promotion à -67 % sur son titre qui ressemblait à un « pitié, venez jouer ». Bref, l'histoire de Bless Online se résume à une suite de gadins dignes de Pierre Richard et il semblerait que le studio soit sur le point d'arrêter les frais, puisque le jeu est en free-to-play depuis le 23 octobre et que les derniers serveurs coréens viennent de s'éteindre. Mais à qui la faute ? Apparemment, pas aux développeurs qui viennent d'annoncer que « de nombreux joueurs n'ont pas partagé le point de vue de l’équipe, selon lequel l’accès anticipé est une période propice au développement et aux changements ». Ah d'accord. Donc si plus personne ne joue à Bless Online, c'est parce que les joueurs n'ont pas compris le principe d'un early access. Remarquez, c'est toujours plus original que « c'est de la faute aux journalistes qui ont défoncé notre jeu ».


Armored Warfare sera prochainement doté d'un « serveur global et non, on n'a jamais dit que ce sera une fusion de serveurs, vous êtes méchants ». Au moins, les derniers joueurs pourront lancer une partie sans mourir de vieillesse avant d'avoir trouvé des adversaires.