364
Sortie en kiosque
le 22 juillet 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par La Rédaction | le 9 juillet 2017

Canard PC 364 : Numéro double de l'été

News du CanardPC N°348

La mort dans LAN

La mort dans LAN Phillip Klemenov, dit Phizzurp, est mort dans un accident de voiture le 2 octobre dernier, à l'âge de 24 ans. Une nouvelle bien triste mais bien ordinaire, qui n'aurait dû faire qu'une ligne ou deux dans la presse locale. Seulement voilà, Phillip Klemenov était un joueur pro de Call of Duty suivi par un nombre assez conséquent de fans. C'est pourquoi ses funérailles ont été diffusées sur sa chaîne Twitch, où elles ont été regardées par plus de 9 000 personnes, qui ont laissé dans les commentaires de petits messages pour la famille, ou évoqué des souvenirs de bons moments passés à regarder les streams du défunt. Seul faux-pas dans ce beau moment de communion virtuelle, la grosse pop-up affichée par Twitch pour inviter les nouveaux venus à s'abonner. On pouvait y lire, en lettres énormes au-dessus du cercueil de Klemenov, « enjoying the show ? Follow this channel to get notifications when it goes live ! »

 


Alors qu’on le pensait grillé, foutu et banni à vie du jeu vidéo après avoir essayé de nous en dégoûter avec son Devil’s Third sur Wii U, Tomonobu Itagaki réveille Valhalla Games Studios pour enregistrer une nouvelle IP appelée Fog of War qui, on l’espère, mettra en scène un dieu nordique très énervé en exclusivité sur Ouya.

Celui qui conduit, c'est celui qui a du pognon.

Dans un futur ultra-connecté, comment vont trancher les véhicules autonomes au moment des futurs mais inévitables accidents ? Le pragmatisme voudrait que la valeur des vies en jeu soit déterminée selon un tas de critères qui pourraient aller de l'âge à la profession, afin de permettre à la bagnole de se foutre dans le ravin avec un balayeur à l'intérieur pour épargner un médecin qui traverse la route sans regarder. Mais dans un monde encore plus pragmatique, une bagnole qui préfère tuer son ou ses occupants pour épargner « on ne sait qui » risque de ne pas bien se vendre, ce qui explique sans doute la réponse de Mercedes au site caranddriver.com qui a questionné l'entreprise sur le sujet, affirmant que « si au moins une personne peut être sauvée, alors sauvez celle qui est dans la voiture ». En bref, épargnez qui vous voudrez, mais épargnez-moi.

Deded

Deded Il y a dix-huit mois, le Kickstarter lancé par la start-up Megabots pour financer la fabrication d'un mecha de combat s'achevait triomphalement avec plus de 500 000 dollars récoltés. En même temps, le projet donnait envie : Megabots promettait, sitôt son mecha terminé, de l'envoyer combattre à mains nues le puissant robot Kuratas de la société japonaise Suidobashi. Tout allait donc pour le mieux dans le plus idiot des mondes jusqu’à ce que, début octobre, Megabots déclare forfait avant même que le combat n'ait pu avoir lieu. Ses ingénieurs se sont en effet aperçus lors des premiers tests du robot que, s'il avait contenu un pilote humain, ce dernier aurait été « broyé, ce qui l'aurait grièvement blessé ou tué ». Mais il en faut plus pour décourager les gens de Megabots, qui promettent de revenir bientôt avec un nouveau prototype de 10 tonnes (contre 6 actuellement) équipé d'un moteur V8. Immortan Joe n'aurait pas rêvé mieux.

Parle à mon bot

Parle à mon bot Sarah Nyberg, comme beaucoup de gens, et surtout de femmes, se faisait régulièrement emmerder sur Twitter par des trolls d'extrême-droite. Plutôt que de fermer son compte, ou de s'énerver, elle a créé un bot Twitter, @arguetron. Ce petit programme, qui répond au nom de Liz, poste toutes les dix minutes environ un petit message vaguement engagé, du genre « la discrimination positive ne nuit pas aux blancs », ou « les masculinistes sont dangereux ». Bien sûr, des trolls débarquent rapidement pour l'insulter ou lui faire la leçon. Liz leur répond alors avec des messages préenregistrés : « prouve-le », « est-ce que tu crois que je vais avaler ça ? ». Ces réponses ont beau être totalement automatiques, cela ne suffit pas à décourager les interlocuteurs du bot, qui refusent de le lâcher. Le record est détenu par un utilisateur qui a passé près de dix heures à hurler sur le bot, qui répétait les mêmes phrases en boucle. Comme quoi Twitter pourrait être entièrement automatisé sans que ça ne change quoi que ce soit.

 


Il paraît que les blagues les plus courtes sont les meilleures, ce qui ne semble pas vraiment inspirer le studio MDHR qui vient de repousser (une fois de plus) leur excitant Cuphead, maintenant prévu pour mi-2017.

Tournez les valves

Depuis février, l’autorité de régulation des jeux d’argent de l’État de Washington (où réside Valve) tente de prendre contact avec le développeur de Dota2. Leur but : faire cesser, ou à tout le moins réguler, les paris en ligne avec des skins de jeux Valve, comme Counter-Strike : Global Offensive. L’autorité de régulation estime le marché en milliards de dollars. Sans la moindre réponse de la boîte de Gabe Newell depuis des mois, l’autorité de régulation a décidé d’ordonner à Valve de retirer avant le 14 octobre tout moyen de partager des skins… et à l’heure où j’écris ces lignes, Valve a une nouvelle fois fait le mort. Ironie de l’histoire : Valve, qui tente depuis quelques mois de dégager les sites de paris basés sur des skins, avait envoyé de menaçants courriers d’avocat à des dizaines de ces sites… qui eux aussi ont décidé de faire la sourde oreille. Et pendant ce temps, tout ce beau monde continue de palper.

Minter is coming

Minter is coming Vous ne connaissez peut-être pas Jeff Minter mais lui, pour sûr, vous a déjà observé pendant votre sommeil en chantant des comptines en araméen. Ce sympathique hippie à la cinquantaine bien entamée, qui nourrit une obsession étonnante envers les lamas et les expériences psychédéliques, est accessoirement un game-designer de légende (le chouette Tempest 2000, l’encore plus chouette Space Giraffe et le chouetissime TxK, c’est lui). Alors qu’on le pensait calmé, il suffisait d’un rien pour relancer la machine à nawak puisque après Minotaur Rescue VR sur Oculus Rift, Minter vient d’annoncer Polybius (inspiré de la légende urbaine d’une borne d’arcade qui lave le cerveau – cpc.cx/Polybius), un jeu PSVR qui ressemble… eh bien, qui ressemble à un bon gros trip sous champis accompagné d’une vinaigrette aux acides, hein, on va pas se mentir. Comme toujours chez Minter, il y a fort à parier que derrière son enrobage kitsch-glitch se cachera un jeu profond, prenant et hypnotique, qui vous enverra au CHU le plus proche en un quart d’heure.

Vaudouville

Vaudouville Le monde moderne est parfois stoppé dans sa course par des moments hors du temps. Des retours fugaces, parfois tristes et souvent très gênants de vieilles gloires du passé. Les Inconnus il y a quelques années, Renaud qui galoche un CRS ou le reboot de la série McGyver, par exemple. Mais alors là, pour être tout à fait francs, même nous on y pige plus rien. Voodoo Vince (un obscur 7/10 oubliable sorti en 2003 sur Xbox) va avoir droit à son remaster sur Xbox One et PC. On y incarnera toujours Vince, une poupée vaudou qui utilise vaguement ses pouvoirs magiques pour tuer ses adversaires dans un jeu de plateforme en 3D qui, on peut déjà le deviner, a dû à peu près aussi bien vieillir que Renaud ou les Inconnus. Difficile de savoir à qui s’adresse le titre aujourd’hui mais après tout, pourquoi pas, pour un héros masochiste qui ne demande qu’à en prendre plein la gueule, c’est plutôt raccord.

 


The Game Bakers, les sympathiques parents de l’excellent Furi (9/10, Canard PC n° 343) viennent d’annoncer la sortie de leur bébé sur Xbox One. Au-delà du pouffement gêné à l’évocation du radiateur de Microsoft, on découvre surtout la présence d’un boss inédit, qu’on espère tout de même finir par récupérer sur PS4 et PC.

Tout rouge

Que fait-on chez Rockstar ? Au lieu de porter Red Dead Redemption sur PC, comme le peuple le réclame depuis des années, on travaille plutôt sur la suite. Voici donc que Red Dead Redemption 2 est annoncé pour la fin d'année prochaine. Du jeu, on ne sait pas grand-chose, si ce n'est que ce sera plus joli, qu'il y aura des chevaux et des hommes (mais pas de femme dans les personnages principaux, ce qui fait réagir dans les chaumières), de grandes plaines, de beaux paysages et des armes à feu. Ce qu'il n'y aura toujours pas, en revanche, c'est une sortie sur PC : pour l'instant, RDR2 n'est annoncé pour la fin d'année prochaine que sur Xbox One et PlayStation 4. Ne reste plus qu'à espérer que quelqu'un chez Rockstar voie la lumière et se décide à sortir un portage PC quelques mois plus tard, comme ça avait été le cas pour GTA V.

Saint Sang Sein Gemmes

Saint Sang Sein Gemmes Alors qu’on l’attend avec une ferveur proportionnelle au niveau de je-m'en-foutisme de la branche jeux vidéo de Konami, Bloodstained : Ritual of the Night (une suite spirituelle de l’excellent Castlevania : Symphony of the Night par son propre créateur, Koji Igarashi) fait sa diva. Après avoir annoncé un retard en septembre dernier (pour une date de sortie prévue autour du premier semestre 2018), le studio a annoncé un mariage de raison avec 505 Games. Si l’on peut déjà s’inquiéter en survolant un listing du palmarès de l’éditeur – qui distribue à vue de nez trois bons jeux dans une océan de dauberies –, on peut surtout grincer des dents quand on se souvient que le studio a quand même engrangé 5,5 millions de dollars pour développer son jeu. L’occasion idéale pour partager ces quelques mots de Jonathan Blow (Braid, The Witness), sur la potentielle toxicité des « éditeurs pour indés » dans la jungle de Steam : cpc.cx/BlowSteam

Bande de hippies

Bande de hippies Entre l’adolescence et le premier vrai travail, chaque humain normalement constitué passe par une période de découverte du monde et d’espoir fou : il croit que l’humanité peut changer, peut mieux faire, peut créer de belles choses simplement pour le plaisir, il visite des expos d’art contemporain par curiosité sincère et pas seulement pour faire un selfie… Bref, il est absolument inutile à la société mais considère que ce n’est pas grave. Eh bien, il existe des festivals de jeux vidéo qui perpétuent ce glorieux esprit, et les prochains sont prévus pour bientôt : Zoo Machines (une gamejam foutraque et joyeuse) aura lieu du 10 au 12 novembre à Tourcoing, suivi trois mois plus tard par le festival Screenshake (dédié aux jeux indés et surtout aux jeux bizarres), du 10 au 12 février à Anvers (en Belgique, oui). Et ça ne s’arrête jamais, puisqu’il y a encore A Maze à Berlin fin avril. C’est quand même beau, la jeunesse.

 


Télex À l'heure où vous lirez ces lignes, un jeu vieux de cinq ans sera disponible. Voilà. Dit comme ça, ça ne ressemble pas vraiment à une information et pourtant c'en est une : Skyrim Special Edition, la version ravalée du jeu de Bethesda, est en vente depuis le 28 octobre sur PC, PS4 et Xbox One.

Front désuni

Avouez que c'est pas de pot : trois jours après la parution du dernier Canard PC, où l'on trouvait une autopsie de son fabuleux Sleeping Dogs, le studio canadien United Front a fermé ses portes. En cause : l'annulation du free-to-play Triad Wars en début d'année par Square Enix, mais aussi (et surtout) l'échec de Smash+Grab, dont Kahn Lusth ne disait pas que du bien dans le même Canard PC. Pas salauds, les développeurs ont annoncé le remboursement de tous les achats de Smash+Grab. Résultat, on peut désormais dire adieu pour toujours à Sleeping Dogs 2, et ça me rend tout triste : malgré les années, je gardais l'espoir que viendrait un jour un jeu capable de proposer à la fois une ville aussi belle et des combats aussi violents. Je... non, je ne pleure pas, c'est juste une allergie, je vous assure.

Évolution inversée

Évolution inversée Depuis quelques mois, la rumeur buzze sur les réseaux sociaux : et si Gabe Newell était un chaman démoniaque ? Après tout, depuis que Turtle Rock Studios a quitté le giron de Valve, il est suivi par une scoumoune si terrible qu’elle ressemble à une malédiction. Pensez donc : après avoir signé Evolve chez THQ, paf, l’éditeur ferme. Ils passent chez 2K, et paf, le jeu se plante. Ils relancent en free-to-play, et paf, le jeu se re-plante. Alors voilà, les deux nouveaux jeux de Turtle Rock (ils devaient sortir fin octobre) sont des « expériences » courtes pour Gear VR, le mini-casque VR en plastique pour téléphones Samsung qui n’explosent pas. À ce rythme, la prochaine étape, c’est un jeu sur Apple Watch puis un free-to-play sur Ouya.

Le petit prince du rail

Le petit prince du rail Le studio Stygian Software vient d'annoncer que son excellent RPG old-school Underrail (9/10 dans le Canard PC du 15 janvier 2016) fera l'objet d'une extension baptisée Expedition, dont la sortie se situera au cours du premier semestre 2017. Exit les sombres couloirs de métro souterrain, place à… une… sombre… mer… souterraine. Oui, bon, quand on n'aime pas la lumière et les petits oiseaux, on ne se force pas, que voulez-vous. Il y sera question d'une nouvelle zone disponible dès la moitié du jeu original, de nouveaux monstres, équipements, factions, d'une augmentation du niveau maximum… Interrogé sur son ressenti après cette annonce, notre confrère Izual, qui considère Underrail comme le seul digne héritier de Fallout, a déclaré « waaghhhfleugeuleubeuleuh » avant de manquer de s'étouffer dans sa bave. Il est un peu notre thermomètre à RPG, ce jeune homme, et la prévision semble donc bonne.

 


La charrette de fin d’année est lancée : après Kingdom Hearts HD 2.8 Final Chapter Prologue (la suite de Kingdom Hearts SD 2.7 Penultimate Chapter Epilogue), après Gravity Rush 2 (la suite de Gravity Rush) et Syberia 3 (la suite de Syberia 2), c’est maintenant au tour de Squadron 42 (sûrement la suite de Squadron 41) d’être repoussé à l’an prochain. Ça alors, un jeu de Chris Roberts repoussé ? Quelle surprise.

« Mééheeuu on fait ce qu'on veut d'abord »

« Mééheeuu on fait ce qu'on veut d'abord » Dans le pénultième numéro de Canard PC, que vous avez lu car vous êtes un lecteur fidèle (si vous ne l'êtes pas, merci d'acheter ce numéro en double pour vous faire pardonner), nous évoquions succinctement le prochain jeu de 4A Games, connu pour ses Metro 2033 et Metro Last Light. Les craintes de voir le studio ukrainien bouder sa licence pour développer un machin en VR ont été confirmées depuis. Devant la réception tiède d'Arktika.1, jeu de pan-pan en réalité virtuelle – probablement un rail-shooter, donc – par sa communauté, le studio a publié un communiqué pour expliquer que ce n'était qu'un des deux jeux actuellement en chantier (mais le second ne serait toujours pas un Metro), que la VR, c'est super-immersif, c'est l'avenir et que c'est génial de figurer parmi les pionniers. Le post-scriptum expliquant que négocier une exclusivité avec Oculus a fait du bien à la trésorerie a dû, lui, sauter à la mise en page, c'est ballot.

Jason et les retardnautes

Jason et les retardnautes Parce qu'il n'est jamais trop tard pour faire – oui, on dit « bien faire » normalement, mais là on parle de l'industrie du jeu vidéo –, des développeurs ont lancé il y a un an un Kickstarter pour une adaptation vidéoludique du film Vendredi 13. Plus de 800 000 dollars récoltés pour ce jeu multi asymétrique (oui, comme Evolve, c'est ça…) et un premier report annoncé récemment. D'octobre 2016, la sortie estimée est passée au printemps 2017. Allez, on va dire que c'est pour la bonne cause puisqu'il s'agit d'intégrer un mode solo et de bosser sur l'IA des bots. Comme ça, s'il connaît le même destin qu'Evolve, au moins les joueurs pourront-ils jouer tout seuls plutôt que sangloter devant des serveurs vides. Allez, rien que pour la présence de Tom Savini dans l'équipe dirigeante, on leur souhaite toute la réussite possible.

Puzzle 23 pièces

Puzzle 23 pièces Notre âme d’enfant reste, malgré les années, désespérément sensible à la vision de jeunes gens qui tous ensemble, coordonnent leurs efforts dans un but commun. Dernière source d’émoi en date, la grande chasse au trésor organisée par une vingtaine de développeurs indépendants. Tout a commencé par la découverte, au début de l’année 2016, d’un étrange fichier image dans les dossiers de Crypt of the Necrodancer. L’œil avisé de certains internautes a ensuite reconnu une image semblable dans ceux de QWOP, de Mini Metro, de Quadrilateral Cowboy… la quête du Eye Sigil avait commencé. À force de travail d’équipe, ils sont parvenus à trouver dans les jeux une deuxième série d’images. Mi-octobre, les enquêteurs, regroupés sur Game Detective, avaient réussi à assembler une sorte de carte, dont ils se demandaient bien ce qu’ils allaient pouvoir faire. Les développeurs interrogés se sont évidemment contentés de réponses sibyllines. De son côté, il semble que M. Night Shyamalan ait prévu d’en tirer un film.

 


Comme quoi, pas besoin de faire un bon jeu pour être adapté au cinéma : une société de production hollywoodienne vient d’acheter les droits d’adaptation cinéma d’Aurion : The Legacy of Kori-Odan, jeu camerounais qui avait récolté un 4/10 dans nos pages. De son côté, Vincent Bolloré a annoncé l’adaptation des jeux mobiles Asphalt en mini-série mais exclusivement sur mobile. On cherche à comprendre.

Affichage de raison

Affichage de raison La publicité sur Internet, ses fenêtres pop-up, le native advertising et autres cookies qui permettent au Grand Capital de poursuivre les malheureux consommateurs jusque dans l’écran qu’ils regardent depuis leur lit, tout cela avait permis aux bons vieux panneaux publicitaires, ceux du métro et du bord de route, de paraître presque sympathiques. Certes moches, ils ont le mérite de disparaître dès qu’on marche dix mètres ou qu’on regarde son bouquin. Yahoo, histoire de rendre l’affichage moins inoffensif, vient donc de déposer des brevets pour des panneaux intelligents. Munis de micros, de caméras et d’outils d’analyse biométrique, ils pourraient comptabiliser le nombre de personnes qui les regardent, reconnaître leur visage ou leur voiture pour en déduire et ventiler ces données par catégories socio-professionnelles. Et en retour, cela permettrait à la firme d’adapter les annonces ou les annonceurs en temps réel. Allez, rassurez-vous, ce n’est encore qu’un brevet.

Je veux ma maman

Je veux ma maman C'est l'histoire de Miso, un gentil joueur d'Overwatch qui aime se streamer sur Twitch parce que bon, autant inclure le jeu vidéo dans son délire narcissique, surtout quand ça peut arrondir les fins de mois. Miso n'est pas un grand joueur, ce qui ne l'a pourtant pas empêché de gagner un match très déséquilibré, et donc très lucratif en termes de points pour un branquignol de son genre. Or, qu'a fait le brave Miso en découvrant qu'il venait d'accéder au top du classement nord-américain ? Non, il ne s'est pas déshabillé pour faire un hélicobite à ses 1 600 spectateurs mais a plutôt fait ce que font tous les gentils garçons : appeler sa maman pour lui raconter ce qui lui était arrivé. Brave petit. Ça va lui faire tout drôle quand il apprendra dans une quarantaine d'années qu'il a été déshérité suite à ce coup de fil.

Et bientôt contrôlés avec le cul !

Et bientôt contrôlés avec le cul ! Après des années de recherches, l'humanité vient enfin de trouver une réponse à cette question cruciale : comment desserrer ses doigts autour d'une manette de jeu sans que celle-ci ne finisse par éclater contre le carrelage ? Le prochain contrôleur du Vive, présenté au Steam Dev Days, pourra en effet être lâché sans conséquences grâce à un ingénieux bidule en plastique qui se pose sur le dos de la main. Plus étonnant encore, la manette serait aussi capable de détecter l'ouverture de la mimine, permettant ainsi d'attraper des trucs et des machins virtuels « comme en vrai ». Enfin, si la date de sortie et le prix sont toujours inconnus, Valve tient à rassurer les trois derniers utilisateurs du Vive en précisant qu'une ristourne leur sera offerte lors de l'achat.

 


Dual Universe, le MMO spatial développé par le studio français Novaquark et dont le concept se résume à deux mots (« liberté totale ») a validé avec succès son Kickstarter et récolté 566 000 euros. La sortie du jeu, dont on reparlera très bientôt, est prévue fin 2018. Donc possiblement avant Star Citizen. Oui, c'était facile.

Mutinerie et guerre moderne

Mutinerie et guerre moderne Vous n’avez probablement jamais entendu parler de Modern War, un free-to-play militaire sur mobile plutôt quelconque et édité par Gree. Mais pour Stephen Barnes, Modern War, c’est sa vie : il y passe des dizaines d’heures par semaine et y a dépensé deux millions de dollars américains (je l’écris en toutes lettres parce que ça me semble à peine croyable) en quatre années. Alors forcément, Stephen Barnes n’aime pas quand son favori change, et il le fait savoir : il vient d’organiser un boycott du jeu (en fait un boycott des dépenses dans le jeu, pour taper Gree là où ça fait mal) regroupant 6 000 joueurs et 144 équipes, dont 22 des 25 premières. Résultat : Gree a été forcé de rembourser certaines dépenses et d’ouvrir des lignes de communication avec les mutins. Pour le même prix, Stephen Barnes aurait pu se payer 0,7 % de Gree.

Wii U 2 : la vengeance

Wii U 2 : la vengeance Si, comme toute la rédaction, vous avez l'habitude de poser vos oreilles sur les rails et d'écouter le train de l'actualité arriver au loin, vous savez déjà depuis juillet, quand Eurogamer l'affirmait, que la NX, la prochaine console de Nintendo, est constituée d'un socle, d'un écran (où l'on insère de petites cartouches) et de petites manettes qui se collent sur les côtés de ce dernier pour former une console qui peut soit se brancher à la télé, soit être portable. Eh bien maintenant c'est officiel, et on sait en sus qu'il y aura dedans un processeur Tegra de Nvidia, qui fera tourner, en plus du prochain Zelda, un nouveau Mario 3D et de nouveaux Splatoon et Mario Kart. La Nintendo Switch – c'est son nom – sortira en mars. Et ses pads, eux, seront les « Joy-Con ». Chapeau, un nom encore plus nul que « mablette », fallait le faire.

Explosion sur le pas de tir

Explosion sur le pas de tir Il y avait vraiment quelque chose de pourri au royaume de Squad, le studio mexicain responsable de Kerbal Space Program. En mai 2016, d'anciens employés révélaient les salaires misérables pour lesquels ils avaient dû bosser et l'incompétence totale des deux patrons. Un mois plus tard, Felipe Falanghe alias HarvesteR, développeur principal et véritable inventeur de KSP, posait sa démission. L'hémorragie vient encore de s'aggraver puisque le 4 octobre, huit développeurs ont claqué la porte après avoir terminé la patch 1.2 du jeu. Ne resterait plus chez Squad que... deux programmeurs. Est-ce la mort programmé du génial simulateur de catastrophe spatiale ? Probablement pas. Les moddeurs – c'est eux qui ont fait le succès du jeu – continueront certainement de l'enrichir comme ils le font depuis cinq ans. Mais cette fuite des cerveaux montre que le studio mexicain (à l'origine, une boîte de com) est bel et bien incapable de gérer le succès de Kerbal Space Program.

 


Télex Une mission de Battlefield 1 nous fera prendre le contrôle d'un pigeon voyageur chargé de porter le message de tankistes pris au piège. Reste désormais à savoir si l'animal sera équipé de bombes, pour éclater le nez de ces salauds d'Allemands qui, Première Guerre mondiale oblige, n'étaient pas nazis mais quand même méchants.

 


Dans quelques siècles, quand le jeu vidéo fêtera son premier millénaire, on reviendra sur ses dates-clés : le reboot de Call of Duty en 2347, avec pour sujet la guerre civile américaine de 2017, ou encore Tetris VR XD, qui transformait la version classique en jeu d'orchestre soviétique. Mais la date majeure restera bien sûr ce mardi 18 octobre 2016, quand la chaîne américaine CBS a annoncé avoir commandé un jeu télévisé basé sur Candy Crush Saga.