368
Sortie en kiosque
le 14 octobre 2017

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 4 octobre 2017

Canard PC 368 : Édito

News du CanardPC N°354

Après Mordheim, Necromunda

Après Mordheim, Necromunda R

encontrés lors du What's Next de l’éditeur Focus, les développeurs québecois de Rogue Factor ont annoncé et présenté leur nouveau projet. Après Mordheim, le studio rempile avec les licences Games Workshop, puisque c'est désormais Necromunda qui va faire l'objet d'une adaptation. Basé sur l'univers de Warhammer 40,000, l'esprit de ce jeu de figurines est centré sur des escarmouches entre gangs d'une dizaine de personnes. À en croire les développeurs, le jeu sera dans la veine de Mordheim, avec des pelletées d'options de personnalisation des combattants et des combats tactiques au tour par tour – mais avec l'intégration d'une vue tactique, suite aux nombreuses remarques insistantes de leur communauté –, agrémenté d'un volet stratégique avec conquête et gestion de territoires. Début d'un commencement d'entame de prévision de date de sortie dans le courant de l'année.

 


C'est peut-être un détail pour vous, mais il y en a un ou deux que ça intéresse : la prochaine mise à jour de la PlayStation 4 lui permettra enfin de stocker des données sur un disque dur externe (USB 3.0, jusqu'à 8 TB).


Aimbot bien, ce petit jeu

De mon temps, les consoleux n'étaient qu'une bande de bouseux incapables de viser correctement avec leurs pads tout carrés. D'ailleurs, vous êtes en train de marcher sur une authentique peau de joueur Xbox 360, abattu sur les serveurs de Shadowrun qui ne faisait pas de distinction entre les supports. Mais ça, mon petit gars (ou ma petite garce), c'était avant que des salauds de développeurs ne viennent foutre leur nez dans l'ordre naturel des choses avec leurs technologies idiotes. Car, à en croire les créateurs de Gears of War 4, dont le multijoueur réunit PC et Xbox One, l'écart est devenu infime, au point que les scores moyens des utilisateurs de pad seraient équivalents à ceux des pécéistes. Oui, sans doute à cause de toutes les aides à la visée et autres saloperies qui s'occuperont bientôt de coller des headshots à votre place. Je vous le dis, on ne va pas vers le beau.


Kickstacalypse Now

Kickstacalypse Now E

n général, quand on veut se moquer d'un projet Kickstarter, on le résume d'une odieuse caricature, du genre « hark hark je suis connu et je ne sais pas du tout à quoi ressemblera mon jeu mais donnez-moi vos sous, arf arf ». Hélas, « hark hark, je suis Francis-la-saucisse Ford Coppola, donnez-moi 900 000 dollars » est tout sauf une caricature de la campagne du jeu Apocalypse Now. Ni vidéo de gameplay, ni description du jeu (au-delà du mot « RPG ») ne viennent préciser un peu la demande trop floue du richissime cinéaste, qui n'a récolté qu'un neuvième de la somme en une semaine. Eh oui, nous ne sommes plus en 2012, quand aligner des stars et un chapelet de promesses vagues suffisait à récolter des brouettes de billets. Nous sommes en 2017, et plus personne ne donne ses sous à des projets aussi louches. Attendez, qui a dit « Star Citizen » ?


Rêve reconductible

Rêve reconductible O

bsidian, le studio spécialisé dans les suites des jeux de rôle des autres, veut créer pour la première fois en treize ans la suite d'une de ses propres créations. D'ailleurs, c'est va, pas veut : à l'heure où j'écris ces lignes, Pillars of Eternity 2 : Deadfire approche le cap des 200 % financés sur la plateforme Fig. Deux millions de dollars froufroutants et virevoltants (ce sont des dollars, pas des pièces d'or sonnantes et trébuchantes) qui serviront à créer une suite prévue pour début 2018, eh oui, si tôt que ça. En même temps, les nouveautés annoncées n'ont pas de quoi faire traîner le développement pendant dix ans : il y aura un tout nouveau décor (l'archipel du Deadfire) et la possibilité de faire du bateau. Voilà, voilà.

 


C'est l'heure d'ôter vos chapeaux, de baisser la tête et d'afficher une mine sévère. Selon la branche japonaise de Nintendo, la Wii U n'est désormais plus produite pour l'archipel nippon. En toute logique, la console de Mario ne sera donc bientôt plus qu'un souvenir à raconter au coin du feu pour faire peur aux enfants.


Il y a Denuvo chez les pirates

Après avoir fait pleurer toute une bande de hackers chinois, le DRM Denuvo a fini par perdre de sa superbe. Une démo de Doom qui sert de porte d'entrée par-ci, un Rise of the Tomb Raider un peu trop rapidement cracké par-là... Rien de bien méchant, compte tenu du fait que cette protection sert essentiellement à rendre les jeux incrackables pendant les quelques mois qui suivent leur parution. Mais aujourd'hui, le logiciel vient de se prendre un gros taquet dans les dents, avec Resident Evil 7 qui s'est retrouvé en libre téléchargement moins d'une semaine après sa sortie. Cinq jours pour être exact, ce qui aura donné aux pirates de CONSPIR4CY l'occasion d'un gros coup de projecteur dans les yeux. Finalement, Denuvo aura pris quelques jours pour préparer un argument imparable, en expliquant que c'est toujours mieux que si le jeu était sorti sans protection. Cent balles que le communiqué a été envoyé par deux responsables ivres morts qui se sont dit « ça va les faire marrer ».


Breath of the Wild

Breath of the Wild I

l faut croire que travailler cinq minutes par semaine sur Beyond Good & Evil 2 n'a pas entamé le courage et la productivité de Michel Ancel, qui entend bien nous prouver que son Wild respire encore. Développé par Wild Sheep – un studio indépendant monté par le même Michel Ancel, qui n'avait peut-être pas envie de bouffer du Rayman et des lapins golmons pendant encore 20 ans – et aidé par Pastagames et leur moteur 3D maison appelé Linguini, Wild est un jeu en monde ouvert situé à la période néolithique, où l'on pourra incarner divers animaux, de l'oiseau au serpent en passant par le loup. Comme pour rassurer les 99,9 % de joueurs qui se foutent royalement de Beyond Good & Evil et se demandent ce qu'il fabrique, Ancel a posté une photo de Wild sur son compte Instagram et promet d'ores et déjà d'essayer d'en soumettre d'autres régulièrement. Pas plus de date de sortie que la dernière fois qu'on vous en a parlé (c'était l'illustre Netsabes dans le Canard PC no 328) et, même si l'on reste méfiants, le projet reste sacrément sexy.


Pros de boucher

Pros de boucher L

a première saison du nouveau Hitman avait beau être excellente (9/10 dans le Canard PC no 351), il manquait quelque chose pour les joueurs qui avaient retourné cinquante fois ses six missions : du challenge. Dans notre test, on avait même pointé du doigt l'indulgence excessive du jeu. Un défaut qui appartient désormais au passé, puisque atteindre le niveau de maîtrise maximal dans une mission débloque dès à présent un mode de difficulté « Professionnel » où par exemple les ennemis sont moins neuneus et plus perceptifs, où les caméras envoient des patrouilles si elles vous chopent et où il est impossible de voler des vêtements après avoir troué leur porteur à la sulfateuse. On regrette que dans ce mode, une seule sauvegarde soit autorisée, mais ça nous apprendra à nous plaindre. Qui sème le vent...

 


Télex

Steam vient enfin d'apporter une solution pour tous ceux qui rêvent de déplacer leur dossier Arma 3 (436 Go avec les mods) vers leur SSD : après avoir créé un dossier d'installation Steam dans le disque dur de votre choix, il suffit désormais de plonger dans les options d'un jeu (« Fichiers locaux » ) pour le déplacer en un clic. Et ça n'aura mis que treize ans à être implémenté.


Ils vont vous péta

Inutile de présenter la PETA, célèbre association de défense des causes animales qui s'illustre souvent par des déclarations capillotractées, du genre à foutre les développeurs de Super Meat Boy et l'éventreur de bébés phoques dans le même sac. Signe que rien ne change en ce début d'année, en dehors d'un petit chiffre sur nos calendriers, l'association vient de s'en prendre à Games Workshop, en demandant à la firme de ne plus utiliser de la fourrure pour habiller ses personnages, afin de ne plus contribuer à la banalisation du port des peaux de bêtes. Une déclaration louable sur le fond mais qui risque de se heurter à quelques réticences le jour où les livres Warhammer 40,000 s'ouvriront par : « Dans les ténèbres d'un lointain futur, il n'y a qu'une guerre citoyenne, solidaire et respectueuse de toutes les espèces. »


Xonic cycle

Xonic cycle L

es fans de jeux musicaux et de consoles de la rédaction sont extatiques. Enfin, LE fan de jeux musicaux et de consoles de la rédaction est extatique : Superbeat Xonic sort sur PlayStation 4 et Xbox One au printemps. Si ce nom ne vous dit rien, difficile de vous en vouloir : il s'agit d'un très sympathique jeu de rythme développé par les Coréens de NuriJoy (d'anciens développeurs de la série DJMax) sorti début 2016 sur PlayStation Vita et noté 7/10 dans notre numéro 331. Injustement boudé par le grand public à cause de sa plateforme (rappelons-nous qu'à Noël 2015, toutes les PlayStation Vita ont spontanément explosé pour éviter vagues de déshonneur et de suicides dans les locaux de Sony), il reste un chouette jeu musical, plus pointu et jouissif qu'une bonne partie de la concurrence. N'oubliez pas d'y jeter un œil au printemps prochain.


Ça passe sur PC

Ça passe sur PC F

aute de version PC disponible à temps, nous avons dû tester dans notre édition précédente Resident Evil 7 sur PS4 (comme si l’expérience n’était pas suffisamment traumatisante à la souris). Il subsistait donc un doute sur les qualités techniques et ergonomiques de l’édition PC. Nous sommes maintenant en mesure de l’affirmer, sur PC, ça se passe bien. Alors certes, il faudra une configuration correcte pour en profiter pleinement (avec une GTX970, il nous a fallu accepter quelques concessions), mais la bonne nouvelle, c’est que Capcom propose une pléthore d’options graphiques et de taquets à ajuster pour permettre à chacun de faire sa sauce et de profiter d’un frame rate correct (les ombres et les reflets pèsent lourd). Vous pouvez même espérer dépasser les 60 FPS. Attention cependant aux sno esthètes, il est impossible de jouer en 21:9.

 


Signe que le monde du jeu vidéo vieillit, nous avons de plus en plus souvent à écrire sur la disparition de ses premières figures. Masaye Nakamura, fondateur de Namco, a bâti sa gloire sur des chevaux de bois et le succès fulgurant de Pac-Man. Il est mort à l’âge de 91 ans.


Douche écossaise

Les ventes d’ordinateurs diminuent. Voilà, je vous dis ça froidement, il fallait que vous le sachiez. Cela dit, s'il s’est globalement vendu moins de PC en 2016 qu’en 2015, ce constat reste à nuancer. Parce que vous le savez bien, un PC de bureau, c’est potentiellement un couteau de Jeannot. Cette année on rachète une carte graphique, la suivante un disque dur et celle d’après un micro-casque. Et si au lieu de regarder les PC, on regarde les ventes de matériel informatique, la tendance change (en tout cas pour le matériel estampillé gamer mais je ne sais pas ce que ça veut dire précisément). En tout cas, selon Jon Peddie Research (qui vend très cher des rapports très fournis sur des sujets très complexes qui intéressent les gens qui gagnent très beaucoup) pour la première fois en 2016, les joueurs ont dépensé plus de 30 milliards de dollars. Et ça m’arrange, parce ce que ça implique que peut-être qu’il restera encore des lecteurs l’année prochaine.


Un éléphant, ça trump énormément

Un éléphant, ça trump énormément O

n s’est beaucoup intéressé aux conséquences du Brexit sur l’industrie des jeux vidéo, mais un autre événement géopolitique aura, à n’en pas douter, des répercussions. Moins de dix jours après sa prise de fonction, Donald Trump était déjà parvenu à mettre les organisateurs de la Game Developers Conference, l’un des principaux rassemblements de la profession, en rogne. Alors certes, ce n’est pas la pire de ses conséquences, mais le muslim ban, qui interdit aux ressortissants d’une grosse demi-douzaine de pays arabes d’entrer sur le territoire américain pendant une période de trois mois, met en péril la participation de tas de gens à la GDC, qui doit se tenir dans le courant de ce mois de février. Du coup, les organisateurs prévoient de rembourser les participants interdits d’entrée sur le territoire, et se disent déjà que quatre ans, ça va être très long.


On ne vit que deux fois

On ne vit que deux fois L

e saviez-vous ? Le tournage du prochain film Tomb Raider (avec Alicia Vikander en Lara Croft et Dominic West – oui, le McNulty de The Wire – en papa Croft) vient de démarrer, pour une sortie prévue en mars 2018. Mais Hollywood en veut encore plus : deux gros studios ont ouvert ces dernières semaines des filiales dédiées aux jeux vidéo. D'abord Annapurna Interactive, par les producteurs de Zero Dark Thirty, Sausage Party et Her, qui commence timidement en éditant dès ce printemps Gorogoa et What remains of Edith Finch, deux gros jeux indés. Et puis surtout FoxNext, par la 20th Century Fox, qui veut produire des jeux mobiles, des jeux PC et des « expériences de réalité virtuelle ». S'ils étaient sympas, ils commenceraient par rééditer No One Lives Forever, que Fox Interactive avait édité en 2000 peu avant de disparaître en 2003. Allez les gars, un beau geste, faisez pas les rats.

 


Si, d’aventure, la sortie au cinéma de huit films Marvel par an (comptage réalisé par l’Institut français de la mauvaise foi) ne vous suffit pas, alors vous serez ravi d’apprendre que l’éditeur a signé un partenariat avec Square Enix pour une série de jeux Avengers. Le premier d’entre eux, sur lequel on en saura plus en 2018, sera l’œuvre conjointe des studios Crystal Dynamics et Eidos Montréal.


Partout et pourtant nulle part

Viré de Rockstar North il y a bientôt deux ans, Leslie Benzies, l'ancien patron du studio à qui l'on doit Grand Theft Auto V, prépare son retour. En attendant l'issue du procès qui l'oppose à son ancienne boîte (à laquelle il réclame environ 150 millions de dollars), l'Édimbourgeois fait fleurir les entreprises dans son Écosse chérie : il est désormais à la tête de six boîtes, la plupart fondées ces derniers mois. Parmi elles, notons VR-Chitect, Royal Circus Games, Starship Group ou encore Everywhere Game. Tiens, ça tombe bien, Everywhere est aussi le nom de son premier projet (dont on ne sait rien d'autre, sinon que ce sera un jeu utilisant le moteur Lumberyard d'Amazon), pour lequel il a recruté deux autres anciens de Rockstar North. À ce rythme, sa vengeance sera froide, très froide. Si froide que tout le monde l'aura probablement oublié d'ici là.


Trop d'amour à offrir

Trop d'amour à offrir S

i vous n'avez pas encore entendu parler de Platformica, alors ceci est probablement votre dernière chance, car Valve a retiré ce jeu de son catalogue après avoir eu la preuve que son développeur, Lunyov Artem Pavlovych, avait posté un tas de fausses reviews positives depuis des comptes d'utilisateurs tout aussi factices. Le brave schizophrène de la gentillesse s'est alors rendu sur les forums de Steam pour avouer sa tricherie et expliquer qu'il avait « ruiné deux ans de travail en un après-midi » et qu'il n'a eu que ce qu'il méritait. À côté de ces développeurs qui menacent de poursuivre en justice les auteurs de vraies reviews négatives sur leur jeu, voire de les retrouver pour leur péter les genoux avec une barre à mine, celui-ci paraîtrait presque sympathique, dites donc.


Simul-hater de vol

Simul-hater de vol Q

uelques nouvelles de Ace Combat 7 ? Mais bien sûr, le lecteur est roi, à votre service : on a récemment appris que le nouvel opus de la saga de piou-piou aérien, qui verra s’affronter le Royaume d’Erusea et la Fédération oséenne (si vous n’y comprenez rien, hochez la tête, ça suffira), se nommera Skies Unknown, qu’il sortira entre février et décembre 2017. Et s’il a tout d'abord été annoncé uniquement sur PlayStation 4, il sera finalement disponible également sur Xbox One et PC. Une bien bonne nouvelle pour notre camarade ackboo : quand il aura fini de faire des allers-retours Honolulu-Montargis à bord d’un Boeing 747 sur X-Plane 11, il pourra enfin piloter de vrais avions d’homme, qui font demi-tour en une demi-seconde et embarquent 192 missiles air-air.

 


Télex

Codemasters vient d'annoncer, attention la grosse surprise, un nouveau jeu de rallye. Dirt 4 va tenter de « mélanger le côté réaliste de Dirt Rally avec le fun et l'adrénaline des Dirt 2 et 3 ». Sortie prévue sur PC et consoles en juin 2017.


La loi du plus fort

Par les temps qui courent, toute bonne nouvelle en provenance des États-Unis est bonne à prendre. Par exemple, début janvier, cinq États américains ont annoncé un projet de légiférer sur un « droit de pouvoir réparer » ses appareils électroniques. Si de telles lois venaient à être votées, les constructeurs (notamment de smartphones, d'ordinateurs portables, d'appareils photo, de gadgets connectés...) devraient permettre aux consommateurs d'acheter, directement ou en passant par des revendeurs spécialisés, des pièces détachées permettant de réparer leurs cochonneries et donc de ne plus avoir à acheter un nouvel appareil à 500 euros dès qu'un condensateur à 2 centimes pète. N'allons pas pour autant mettre la charrue, réparée ou pas, avant les bœufs, ces propositions de loi ne sont pas encore votées. Cela fait trois ans que l'État de New York, sous la pression du groupe repair.org, tente de faire passer un texte similaire sans succès. La dernière fois, il a été retoqué à la dernière minute sous la pression de lobbies financés par Apple et d'autres constructeurs. Pas folle, la guêpe... euh... qui est dans la pomme.


Les rançons du succès

Les rançons du succès «

Ouais Watchdogs 2 c'est sympa mais bon, le scénar' est tiré par les cheveux, j'imagine mal des hackers capables de pirater le réseau d'une ville entière », me disait ma mère dimanche dernier en me servant une tranche de rôti. Ha ha, ma mère est une sainte, mais qu'elle est naïve ! Le 12 janvier dernier, 70 % des caméras CCTV de Washington (oui, la capitale américaine) ont été mises hors service par un virus. C'était un ransomware, cette nouvelle race de parasites très à la mode, qui exige des victimes qu'elles paient une somme en Bitcoin aux piratins si elles veulent retrouver l'usage de leurs appareils. Après trois jours passés sans leurs yeux électroniques, les officiels de la ville n'ont eu d'autres choix que de faire comme n'importe quel pèquenaud sous Windows : ils ont tout formaté, tout réinstallé et redémarré le système. Quinze jours plus tard, un hôtel de luxe autrichien a été victime du même genre de chantage. Le virus a bloqué les verrous électroniques de l'établissement, enfermant des centaines de clients dans leur chambre. La direction a payé la rançon fissa. Et les scénaristes de Watchdogs 3 doivent déjà avoir des calepins entiers remplis d'idées.


Des nouvelles du front

Des nouvelles du front F

aisons un petit point sur la toujours passionnante Guéguerre mondiale des consoles. Au premier janvier, Sony a annoncé avoir écoulé 53,4 millions de PlayStation 4 dans le monde. Microsoft, de son côté, a depuis longtemps cessé de donner des chiffres officiels (ouh, les mauvais perdants !) mais plusieurs analystes ont estimé, début 2017, qu'environ 26 millions de Xbox One avaient été vendues depuis la sortie de la console. Nous sommes donc sur un ratio d'une Xbox One pour deux PlayStation 4. Les fanboys Sony gagnent donc le droit de gonfler leur poitrail en se moquant de leurs ennemis microsoftiens héréditaires. Ha ha, regardez-les, quelle violence, quel mépris ! Signalons toutefois que l'écart entre les deux constructeurs est probablement faible sur les marchés américain et européen, la différence se faisant surtout sur le front japonais, où les performances de la Xbox One sont ridicules. Enfin, rappelons que pour ne pas être une victime de la guéguerre des consoles, il y a toujours la solution des sages : acheter un PC et cultiver avec passion le merveilleux sentiment de supériorité qui en découle.

 


Télex

Sorti en mai 2016, Overwatch vient de dépasser les 25 millions de joueurs enregistrés et les trois milliards de « lol noob XD » tapés dans la messagerie du jeu. Une belle réussite pour une petite start-up du nom d'Activision Blizzard qui était encore inconnue il y a quelques mois.


Les 3D sont jetées

Ils allaient révolutionner la façon dont on joue, et dont on regarde la télévision. Ils étaient les stars des rayons « image » des Darty et des Fnac, avec des exemplaires de démonstration installés bien en évidence pour appâter le chaland. Eux, c'étaient les écrans 3D, le futur-de-demain de l'année 2010. Sept ans plus tard, petits anges partis trop tôt, ils s'en sont allés rejoindre les Laserdisc et le CD-I au paradis des inventions qui n'ont pas trouvé leur public. Sony et LG, les deux derniers constructeurs à en fabriquer, ont en effet cessé leur production en ce début d'année « pour recentrer leurs efforts sur de nouvelles technologies comme le HDR, qui ont un appel bien plus universel » – traduisez : qui se vendent. Morale de l'histoire : bon courage pour faire adopter au public un dispositif d'affichage contraignant, peu convivial (les télés à 3D active nécessitent le port de lunettes, pratique quand on invite des potes à voir un film) et difficile à marketer (impossible de montrer l'effet 3D dans une pub, d'où la prolifération des démonstrations en magasin). Toute ressemblance avec une hype actuelle serait bien sûr purement fortuite.


Quand c'est bon, c'est bons duels

Quand c'est bon, c'est bons duels L

e temps passe, les amours volent, les vieilles personnes décèdent et Duelyst, lui, continue son petit bonhomme de chemin sur la route de l'excellence. Le jeu de Counterplay Games, surnommé celui-qui-aurait-déjà-dû-exploser-Hearthstone par chez nous, a (encore) bénéficié d'une grosse mise à jour qui met tout le monde d'accord. Depuis la dernière fois qu'on vous en a parlé, le jeu a gagné une nouvelle extension (Rise of the Bloodborn) et remplacé les défis quotidiens par une carte gratuite à récupérer chaque jour. Apparemment pas assez crevé après tout ce boulot, le studio vient également d'implémenter des combats de boss (un seul joueur contre un général spécial dirigé par l'IA et doté de pouvoirs inédits) et annonce déjà les chantiers à venir. La poursuite du développement des versions mobiles et consoles, mais surtout l'arrivée d'un nouveau mode, le continuous draft, qui permettra pour la première fois de mélanger plusieurs factions au sein d'un même deck. Duelyst ne semble pas près de s'essouffler. D'ailleurs, à ce rythme, on va finir par crever avant lui.


Mais où est donc or ni Cars 3

Mais où est donc or ni Cars 3 P

arfois, un événement nous fait réaliser à quel point nous ne sommes que des êtres riquiquis face aux grands de ce monde. Tenez, en mai dernier, Disney fermait Avalanche Software, responsable de Disney Infinity (à ne pas confondre avec Avalanche Studios, à qui l'on doit Just Cause et Mad Max), et annonçait arrêter tout développement de jeux en interne. Et puis paf, fin janvier de l'an 2017, voici que Warner Bros. annonce la réouverture d'Avalanche Software. Non seulement ça, mais en plus le studio est déjà au travail sur Cars 3, le jeu du film Pixar qui sortira à la fin du printemps. Autrement dit, un jeu Disney. Il y a sûrement là une logique, une histoire de gros sous, une « décision exécutive » qui doit bien avoir une justification, mais ça nous échappe. Vraiment, on est bien peu de chose.

 


L'un des derniers Mohicans vient de céder aux sirènes du dématérialisé. Jusque-là uniquement vendu en boîte, le fantastique SWAT 4 est dorénavant disponible sur GoodOldGames.

 


Télex

Malgré les succès de Limbo et d'Inside, le studio danois Playdead a vécu une grosse crise interne en 2016, qui a abouti à la mise à la porte de son cofondateur (qui a récupéré 7 millions d'euros dans l'affaire, il devrait s'en remettre). Nonobstant, Playdead a tweeté une première image de son prochain jeu, encore anonyme. Un développeur de jeu vidéo qui développe un jeu vidéo, ça c'est de l'actu !