396
Sortie en kiosque
le 1 juillet 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 17 juin 2019

Canard PC 396 : Édito

News du CanardPC N°359

Ma cité va glacer

Ma cité va glacer Lorsque j'ai entendu parler de This War of Mine pour la première fois, ce « jeu dans lequel on incarne des civils devant survivre à la guerre en faisant des choix moraux », je me suis dit que ça allait encore être une belle merde de jeu intello-prétentieux. Et finalement, j'ai passé plus de 80 heures devant cette petite merveille vidéoludique. Alors pour ce nouveau titre du studio polonais 11 bit, je ne ferai pas la même erreur. Je vais directement m'exciter comme un chiot sous crack. Frostpunk – c'est son nom – sera un city-builder dans lequel on développera une ville peuplée par les derniers survivants humains d'une apocalypse glaciaire. Il faudra lutter contre le climat, mais aussi gérer le comportement des survivants au bord du désespoir. Le jeu va nous « déchirer le cœur », promet son lead designer, en abordant des sujets aussi délicats que le cannibalisme. Soixante personnes y travaillent déjà, ce qui devrait en faire un titre encore plus abouti et ambitieux que This War of Mine (dont l'équipe était cinq fois plus petite). Frostpunk pourrait sortir dès le second semestre 2017, alors je cours partout, je jappe, je remue la queue et j'émets de petits jets d'urine sur les meubles.

 


Télex Histoire de préparer le terrain pour son édition remasterisée, prévue cet été, Blizzard a rendu gratuit Starcraft, premier du nom, téléchargeable sur starcraft.com ou sur Battle.net. Une bien belle occasion de se rappeler qu’un jeu est toujours meilleur dans nos souvenirs que dans la réalité.

Ils Excel en tableur

Si, parmi les gens qui peuplent vos réseaux sociaux, se cachent des citoyens d'outre-Quiévrain, vous avez probablement vu passer l'information : une Belge, Joke Vrancken, a remporté la médaille de bronze des championnats du monde d'Excel, oui oui, le tableur. Et les articles de nous parler de son travail de data analyst, de la difficulté de la finale internationale, de la place des femmes dans les métiers de l'informatique. Et nulle part ne sont soulignés les véritables scandales qui se cachent derrière cette compétition. 1) il n'y avait pas de sélection française, réduisant ainsi à néant les chances de gagner de notre beau pays ; 2) le lauréat, un Canadien, a en fait gagné le droit d'aller travailler sur la prochaine version d'Excel, à Seattle ; 3) la finale n'était pas présentée par Olivier Minne.

Un 4X spatial sort du four

Un 4X spatial sort du four Après un peu plus de cinq mois de maturation en accès anticipé, Endless Space 2 arrivera en version 1.0 le 19 mai sur Steam. Que les radins soient prévenus, son prix passera alors de 30 euros actuellement à 40 balles, Amplitude étant de ces rares studios à vendre ses jeux en accès anticipé moins cher que la version finale (car il faut bien se faire pardonner les bugs). Si tout se passe bien, et d'après ce que nous en avons déjà vu ces dernières semaines, Endless Space 2 ​va être un très sérieux prétendant au titre de meilleur 4X spatial de l'année. Si tout se passe mal, on devra se contenter de retourner sur Stellaris et ses milieux de partie toujours mous du genou ou pire, sur Master of Orion. Autant dire que nous avons déjà notre petite préférence.

La part du Pewdiepie

La part du Pewdiepie Depuis quelques mois, Felix Kjellberg, mieux connu sous le pseudonyme de Pewdiepie, le Suédois aux 54 millions d'abonnés sur YouTube, râle autant qu'il s'inquiète du devenir de sa plateforme de diffusion. Et, au passage, de l'évolution de ses revenus. Depuis qu'il a payé, en janvier, 5 dollars à deux Indiens pour tenir une pancarte qui disait « Mort à tous les juifs » (il s'est depuis dit « très désolé »), la filiale de Disney avec laquelle il était en contrat, Maker Studios, l'a laissé tomber et des annonceurs se sont inquiétés d'apparaître sous ses vidéos (et sous celles de représentants du Ku Klux Klan aussi, au passage). Devant la fronde des annonceurs, YouTube a décidé de leur accorder davantage de garanties. Pewdiepie, lui, a décidé de préparer sa sortie. Pour l'instant, il s'agit d'une sorte de talk show hebdomadaire sur Twitch. Pendant la deuxième émission, 20 000 spectateurs lui ont donné 2 000 dollars. Pour celui qui avait touché quelque chose comme 15 millions de dollars en 2016, ça doit faire drôle.

 


Les Bordelais de Motion Twin ont tout de même un sacré sens du timing. Le 10 mai, soit trois jours après le second tour des élections présidentielles, ceux qui auront soif de violence et d’hémoglobine pourront se jeter sur l’accès anticipé de Dead Cells, leur rogue-like castlevaniesque.

Nécro spirituel

Ça y est, la bêta du nécromancien de Diablo III a débuté et Blizzard choisit des joueurs au hasard pour tester le nouveau personnage. Après lui avoir fait gagner quelques niveaux d'expérience et déterrer quelques quintaux d'ossements, qu'en avons-nous pensé ? Tout d'abord, que cette nouvelle classe est très polyvalente : on peut aussi bien en faire un pur invocateur, un pseudo-sorcier (les malédictions et les lance d'os sont de retour, et sont très efficaces pour calmer les ardeurs des foules ennemies) ou un combattant de corps-à-corps, avec du drain de vie en pagaille et des compétences passives qui ajoutent de l'armure. Que ceux qui le craignaient trop proche du féticheur se rassurent : ses invocations fonctionnent de façon très différente. Les squelettes et autres golems sortent de terre de façon automatique, la compétence active permettant seulement de leur désigner une cible ou d'activer leurs capacités spéciales. Le résultat est plutôt amusant à jouer, mais on évitera de trop s'enthousiasmer avant de savoir à quel prix il sera vendu, pas encore annoncé mais dont on imagine qu'il sera plus près de 30 euros que de 5.

Le high-score fait vivre

Le high-score fait vivre Les plaisanteries les plus courtes sont toujours les meilleures, c'est en tout cas ce que disait mon grand-père dont le sens de l'humour connaissait des limites temporelles. Ce n'est pas 0x00000FF, développeur d'un méchangiciel (j'avoue, je n'écris de news sur les malwares que pour le plaisir d'écrire « méchangiciel »), qui contredira la sagesse grand-paternelle. Le mystérieux bidouilleur a en effet lancé Rensenware. Comme son nom l'indique, Rensenware est un rançongiciel, un logiciel malveillant qui, comme beaucoup, chiffre certains de vos fichiers et exige de vous quelque chose pour les remettre dans leur état d'origine. En principe, ces gens vous demandent de l'argent. Rensenware, lui, requerrait un score de 200 millions en mode lunatic (zinzin) dans Touhou Seirensen : Undefined Fantastic Object, un shoot-them-up de l'enfer. 0x00000FF, qui n'imaginait pas que sa création sortirait du cercle fermé des fans de Touhou, a présenté des excuses et mis en ligne un antidote.

Ce sont les druides que vous cherchez

Ce sont les druides que vous cherchez Deux des créateurs de Legend of Grimrock bossent sur un nouveau jeu. Oui, ils sont allés raconter à PC Gamer qu'après quatre ans sur Legend of Grimrock, ils avaient bien besoin d'un break, mais peut-être qu'ils devraient remettre en question la qualité de leur titre, perso je joue à Arma 3 depuis quatre ans et je ne suis pas lassé, non mais qu'est-ce que c'est que cette attitude de merde ? Enfin bref, leur nouveau jouet s'appelle Druidstone et il s'agit d'un jeu de rôle avec peu de puzzles et de dialogues, mais avec beaucoup, beaucoup de combats tactiques au tour par tour en vue de dessus, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Les développeurs ont aussi lâché qu'on y incarnera un druide amnésique qui doit explorer une forêt parsemée de ruines, et que la sortie était prévue pour « dans longtemps, ouh là là ! ». Forcément, à force de faire des breaks...

 


Télex Hellblade, le nouveau jeu du studio Ninja Theory, sera disponible sur Gog à sa sortie, prévue cette année. Une bonne nouvelle pour la plateforme qui veut faire son trou et ne plus se limiter aux « bons vieux jeux ». Et puis comme ça, s’il ne se vend pas, on pourra toujours mettre ça sur le dos de l'absence de DRM.

Le Néo vend

On le sait, le monde du travail ne laisse pas assez leur place aux personnes souffrant de troubles mentaux. C'est pourquoi nous accueillons avec joie cette nouvelle : d'après The Independant, « au moins deux » milliardaires de l'informatique auraient entrepris de financer un projet visant à libérer l'humanité de la simulation dans laquelle elle serait enfermée. Ce n'est finalement pas très étonnant. « Dans la Silicon Valley, l'hypothèse que notre monde ne soit qu'une simulation informatique est une obsession très répandue », précise le New Yorker dans un autre article. Bien sûr, personne ne sait comment les milliardaires en question comptent tester cette hypothèse, et encore moins le moyen prévu pour nous sortir de la Matrice. Mais qu'importe. L'important est qu'en 2017, on peut être à la tête d'une grande entreprise et gagner des fortunes tout en gambadant joyeusement aux frontières de la psychose.

Une lueur dans le donjon

Une lueur dans le donjon Jusqu'à tout récemment, il était certes possible de modder Darkest Dungeon – on en avait même parlé longuement dans le Canard PC n° 334 –, mais il fallait pour cela plonger les mains dans le cambouis et suivre de périlleuses notices d'installation. C'était suffisamment lourdingue pour que Saint Newell nous prenne en pitié : désormais, Darkest Dungeon dispose d'un workshop sur Steam où l'on peut trouver et installer des mods en deux clics. Notre conseil conso : dans la jungle des mods branlants et peu inspirés qui rajoutent une nouvelle classe de personnage, il y a une bouée de sauvetage (bon, dans la jungle ça ne sert à rien, mais vous pigez l'idée) : un type répondant au doux nom d'ActionJack, qui officiait déjà sur le NexusMods de Darkest Dungeon et dont les productions valent souvent le détour.

Siège social

Siège social Combien faut-il de joueurs pour construire une croix gammée géante ? Cette question – et beaucoup d'autres – trouvera sa réponse après l'été, quand Besiege offrira un mode multijoueur grâce à une mise à jour gratuite. Bon, outre des croix gammées géantes et d'immenses pénis en bois, il paraît qu'il sera aussi possible d'y construire d'énormes machines de guerre pour s'entretuer, ou bien de coopérer (avec jusqu'à sept potes) pour détruire un château fort. Château qui pourra d'ailleurs être construit par un autre humain grâce à un nouvel éditeur de niveau. Enfin bon, on ne se leurre pas, il y aura surtout des croix gammées et des pénis en bois.

 


Plus que deux mois avant les grandes vacances, on sentait poindre l'angoisse… Mais c'est bon, la prochaine aventure du Professeur Layton devrait être disponible le 20 juillet. Je vous vois pleurer parce que vous n'avez pas de 3DS, mais sachez qu'en Europe elle sera disponible d'abord sur iOS et Android.

Dalaaaarme...

On savait déjà que l'univers de Dallas était impitoyable et qu'il glorifiait la loi du plus fort. On sait désormais qu'il est très mal sécurisé. La preuve, dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 avril 2017, un hacker a réussi à déclencher les 156 sirènes de la ville, censées retentir en cas de tornade. Les responsables ont plusieurs fois tenté de les couper, mais elles se remettaient à sonner rapidement, ce qui a contraint la municipalité à reconnaître que oui, en effet, ce n'était peut-être pas un simple « dysfonctionnement » mais bel et bien le fruit d'une intrusion informatique. À l'heure où nous mettons sous presse, car nous mettons sous presse nous-mêmes, oui monsieur, le ou les auteurs courent toujours.

Xenonauts 2 : plein le, euh, dos pour pas un rond

Xenonauts 2 : plein le, euh, dos pour pas un rond Sympathique. C'est le premier mot qui me vient à l'esprit quand je pense au studio Goldhawk et à son travail sur Xenonauts, modeste mais chouette réinterprétation du classique UFO : Enemy Unknown, sorti en 2014. Et ce n'est pas près de changer. Car non seulement les développeurs britanniques planchent sur une suite, mais en plus, au lieu de passer par un accès anticipé payant, comme tout le monde ou presque, ils mettent leur alpha en libre accès sur Gog (http://cpc.cx/j4j). D'une car ils estiment que le contenu « n'est pas encore assez bon pour qu'[ils] le fasse[nt] payer », et de deux parce que « la communauté [leur] fournit un service en y jouant et [leur] livrant des retours. Et les remarques de gens qui ne sont pas disposés à payer 25 dollars pour un accès anticipé ne sont pas moins précieuses que les autres ». Non, c'est rien, j'ai juste une poussière dans l’œil.

Swatter, hobby à risque

Swatter, hobby à risque Dans la longue liste de hobbies pour demeurés, à des kilomètres devant le trolling sur Twitter et la défécation sur paillasson, se trouve le swatting. Un amateur britannique de cette pratique, qui n'a de cesse de se répandre, va bientôt être jugé par un tribunal américain. Robert McDaid, 21 ans, s'était fait passer au téléphone pour Tyran Dobbs, un résident américain qui l'avait peut-être humilié à Hearthstone ou lui avait infligé un vilain rush zerg à Starcraft, affirmant détenir des armes et des explosifs et menaçant de tuer trois personnes s'il n'obtenait pas 15 000 dollars en cash. Le vrai Tyran Dobbs a vu le SWAT débarquer dans sa chambre. Touché par des balles en caoutchouc, le pauvre type souffre de blessures à la poitrine et d'une fracture du crâne. McDaid et son complice présumé encourent la bagatelle de vingt ans de prison, ce qui est vachement plus cher que quelques stages de gestion de la colère, ou des cours particuliers de Hearthstone et de Starcraft.

 


Télex Puisque Dishonored 2 est toujours vendu soixante énormes euros, Bethesda en a sorti une démo gratuite avec les premiers niveaux dans leur totalité, histoire que vous puissiez tâter de la bête avant de craquer le PEL. Comme le jeu n'est hélas pas exempt de problèmes techniques, c'est aussi l'occasion rêvée de voir s'il tournerait bien sur votre machine.

Dessinez, c'est googlé

Vous n'avez jamais su dessiner ? Ça vous a toujours frustré ? Rassurez-vous, Google a la solution. Grâce à Autodraw (www.autodraw.com, encore un nom de domaine, on se demande comment Google fait pour tous les payer, ils doivent avoir beaucoup d'argent), n'importe qui peut désormais, en trois coups de souris ou de doigt si vous utilisez un smartphone, dessiner des cliparts génériques dignes de Microsoft Word 97. Tout ça grâce à la magie d'un réseau de neurones (probablement celui qu'on a tous entraîné en jouant à QuickDraw) qui analyse nos gribouillis crasseux pour identifier ce qu'on a bien pu vouloir dessiner et, après s'être gratté la tête quelques nanosecondes (les réseaux de neurones ont de toutes petites têtes, ça va vite), nous propose plusieurs suggestions. Ça marche assez bien même si les dessins de teub sont toujours interprétés comme des sucettes, sans doute un hommage à la grande France Gall.

Dans ton U

Dans ton U Chez Nintendo, on annonce les dates de sortie par grappes. C'est appréciable car cela me permet de faire une grosse news d'un coup plutôt que quatre petits télex, et il faut savoir reconnaître ce genre de petits signes dans la vie. Merci monsieur Nintendo. Bref, sur Switch, c'est le 16 juin que sortira Arms, un jeu de baston en 3D avec bras élastiques, dont Nintendo espère clairement qu'il connaîtra le même succès que Splatoon. En parlant de poulpe, Splatoon 2 sortira lui le 21 juillet sur Switch. Sur 3DS, car la console existe encore, Hey ! Pikmin (une déclinaison plateformesque de la série) arrivera le 28 juillet, tandis que le jeu de rôle Ever Oasis sortira le 23 juin. Enfin, le Dr Kawashima fera son retour le 28 juillet avec L'infernal programme d'entraînement cérébral. Mais attendez... Et la Wii U, monsieur Nintendo ? Ils sont où, les jeux Wii U ?

 


EA vient d'annoncer que Star Wars : Battlefront 2 sera disponible le 21 novembre, juste avant la sortie du prochain film de la saga, car comme on dit, « tant qu'une vache donne du lait, on ne va pas en faire des steaks ». Contrairement à son prédécesseur, Battlefront 2 comprendra une campagne solo et ne devrait pas proposer de season pass, ce qui évitera aux couillons qui ont cru bon de payer le jeu deux fois son prix de recevoir tous les trois mois une nouvelle carte sur laquelle jouent trois pelés et un tondu.

Règlement de comptes à OK Google

Le futur, enfin le présent que nous préparent les objets connectés s'annonce chaque jour plus terrifiant. Après les ours en peluche qui enregistrent les enfants, après le vibromasseur qui transmet les statistiques d'utilisation au fabricant, après le four qui refuse de s'éteindre depuis la mise à jour d'un certificat de sécurité, voici... la publicité qui déclenche volontairement les assistants connectés. Le dernier spot de Burger King (le fast-food des gens trop cool pour McDo' mais pas assez pour Five Guys) s'achève en effet par un gros plan où le comédien, après avoir expliqué qu'il n'avait pas le temps de détailler la succulente recette du Whopper Burger, s'approche de la caméra et demande : « OK Google, qu'est-ce qu'un Whopper Burger ? » De quoi déclencher immédiatement les assistants Google Home présents à proximité. La blague n'a pas beaucoup fait rire Google, qui a modifié son logiciel pour qu'il ignore la publicité, révolté à l'idée qu'on puisse utiliser une voix pour déclencher un assistant numérique contrôlé par la voix.

 


Gu Wenlong, 32 ans, est le leader de l'Armée rouge, une brigade nationaliste chinoise qui tue tous les étrangers qu'elle croise dans H1Z1. Une pratique d'après lui plutôt saine puisque « dans la vie, les différences culturelles entre provinces empêchent la naissance d'une identité chinoise. Dans le jeu, la langue nous réunit. » Décidément, ce monde est bien triste : il y a encore des gens qui jouent à H1Z1.

1-soumis

À l'heure où vous lirez ces lignes, petit chanceux, vous connaîtrez les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, vaste couillonnade dont l'absurdité plonge chaque jour un peu plus le pays dans l'angoisse. Mais nous autres, rédacteurs, toujours coincés dans la première moitié d'avril, sommes encore dans le noir. Pour oublier notre triste sort, nous pouvons par exemple jouer à Fiscal Kombat, un jeu créé par des admirateurs de Jean-Luc Mélenchon qui se sont rencontrés sur le forum de jeuxvideo.com. Soyons francs, comme dirait Dupont-Aignan : le jeu n'est pas terrible, tant au niveau du gameplay (attraper des gens et les secouer pour récupérer leur argent) que du propos simpliste (attraper des gens et les secouer pour récupérer leur argent). Il n'en demeure pas moins intéressant. C'est en effet la première fois en France qu'un jeu vidéo créé par des militants, en dehors de toute structure officielle, est utilisé comme support de propagande lors d'une campagne électorale. Maintenant, si ladite campagne pouvait se terminer avant que tout le monde ne soit devenu fou, ce ne serait pas mal non plus.

 


Télex Traditionnellement, les rachats d'entreprises sont le privilège des gros éditeurs, qui se goinfrent du sang des employés. Imaginez donc notre surprise quand Nicalis, petit éditeur d'indés (Cave Story, The Binding of Isaac : Afterbirth, 1001 Spikes et le vaporware 90's Arcade Racer), a annoncé avoir racheté Cowboy Color et Supervillain Studios, deux micro-développeurs. Peut-être que Nicalis se contentera de boire leur sang à la paille ?

120 minutes pour vivre

Comment rattraper son retard quand on est bon dernier dans tous les domaines ? En misant sur les clients, en jouant de son côté proche du peuple, en faisant un geste dans la bonne direction. Pour Microsoft, ça veut dire que tous les achats numériques sur la boutique de la Xbox One et celle de Windows 10 (si, si, il y a des gens qui achètent des jeux là-bas, je connais moi-même un oncle qui a un ami à qui c'est arrivé) pourront bientôt être remboursés. La politique de la maison sera la même que chez Steam et Origin (qui, on vient de le lancer pour vérifier, existe toujours) : après un achat, vous aurez 14 jours pour demander à vous faire rembourser tant que vous n'avez pas dépassé les deux heures de jeu. Réglo, sauf pour les indés et les développeurs de Call of Duty qui font des jeux qui durent moins de deux heures.

 


Fin 2015, quand Activision Blizzard a racheté King, l'éditeur de Candy Crush Saga, on se disait que ça tombait bien, qui se ressemble s'assemble, ce genre de choses. Mais quand même, on ne s'attendait pas à cela : en ce doux mois d'avril, King recrute des développeurs pour bosser sur un nouveau Call of Duty. Candy Ops ? World War 2 Saga ? Aura-t-on enfin des flingues qui tirent des sucettes ? Faudra-t-il assembler trois bonbons de la même couleur pour tuer un terroriste ?

L'upload qui valait trois milliards

Pas de chance pour les vidéastes allemands : leur CSA local, la Landesmedienanstalt (un nom bien pratique pour rallonger cette news qui autrement aurait été un peu courte), a décidé que Youtube et Twitch devaient suivre les mêmes règles que la radio et la télévision. Pour émettre ou retransmettre un programme, il faut une licence de diffuseur. Et pour obtenir une licence, il faut payer. Selon leur audience, les gros vidéastes allemands devront donc lâcher entre 1 000 et 10 000 euros pour continuer à faire des blagues et réclamer des likes et des abonnements. Pour le moment en tout cas, puisque la Landesmedienanstalt a d'ores et déjà déclaré que les règles évolueraient à l'avenir pour prendre en compte les différences entre télévision et streaming. Ce qui ne va pas l'empêcher d'encaisser les chèques dans l'intervalle.

Retraite anticipée

Depuis 2008 et l'arrivée de l'App Store, un peu plus de deux millions d'applications ont été publiées sur iOS, et jusqu'à présent elles fonctionnaient encore à peu près toutes. Certes, au gré des mises à jour, certaines vieilles apps étaient plus ou moins pétées, mais rien de bloquant, rien de définitif. Tout ça va changer avec l'arrivée d'iOS 11 en fin d'année : pour la première fois, l'OS d'Apple n'acceptera que les applications en 64-bit, laissant de côté les versions 32-bit, développées avant 2013. De nombreux classiques de l'App Store risquent donc de disparaître à jamais, à moins d'une improbable grosse mise à jour : Rolando, XCOM : Enemy Within, Space Invaders Infinity Gene, FTL, Neuroshima Hex, Stickets, Ridiculous Fishing, Enviro-Bear, Lyne, Knightmare Tower... Au total, près de 40 000 jeux (sur 200 000 apps encore en 32-bit) sont concernés.

« Encore un JRMM pour hyperjoueurs »

Régulièrement, la Commission de terminologie et de néologie du gouvernement français propose, pour s'adapter aux nouveaux usages et à notre monde contemporain à la modernité galopante, des termes francisés. La dernière fournée traite particulièrement de jeu vidéo, avec quelques évidences (joueur occasionnel pour casual gamer, niveau de jeu pour level, concepteur de niveau de jeu pour level designer)... et quelques expressions plus perchées. Ainsi, ne parlez plus de FPS ou de TPS, mais de JTS (jeu de tir en vue subjective) et de JTO (jeu de tir en vue objective). Les MMORPG se transforment eux en JRMM, tout de suite beaucoup plus clairs (jeu de rôle en ligne multijoueur de masse). Même les ARG ont désormais leur terme français : JRI, pour jeu vidéo à réalité intégrée. Le pompon est décroché par les hardcore gamers, qui deviennent des hyperjoueurs.