379
Sortie en kiosque
le 15 avril 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 30 mars 2018

Canard PC 379 : Édito

News du CanardPC N°372

Netflic

Netflic «

Une bonne publicité, c'est une publicité qui montre que l'entreprise s'intéresse à ses clients », a dû se dire le community manager de Netflix avant de se fendre d'un tweet, dans lequel il se moquait des 53 personnes qui ont regardé A Christmas Prince, un téléfilm pourri, chaque jour depuis trois semaines. Contre toute attente, sauf celles des gens un minimum sensés, les internautes n'ont pas beaucoup apprécié de voir une entreprise se moquer ainsi publiquement des clients sur lesquels elle accumule des montagnes de données. Espérons toutefois que la pratique se généralise : plus les entreprises admettront ouvertement qu'elles fliquent leurs clients, plus ces derniers seront prudents avec leurs données personnelles. Après tout, Hadopi a constitué la plus belle publicité qui soit pour les VPN.

 


Pokémon GO va connaître une mise à jour qui permettra l'apparition de pokémons en fonction de la météo. Des pokémons eau pendant les averses, des pokémons spectres sous le brouillard. En cas de tempête de grêle, on prédit la multiplication d'enfants morts écrasés en allant chasser des monstres imaginaires.


Ça Soule

Vous avez forcément entendu au moins une musique composée par Jeremy Soule. Guild Wars 2, Skyrim, Dawn of War... N'importe quel joueur peut reconnaître au moins un de ses titres les yeux bandésNote : 1. Fort de sa notoriété, le musicien a donc kickstarté The Northerner en 2013, un album qu'il devait terminer en quelques mois seulement. Hélas, 127 000 dollars et quatre années de travail plus tard, The Northerner n'est toujours pas disponible. La raison ? Soule utiliserait pour cet album une « nouvelle technologie musicale » dont il supervise le développement et qui prend du retard. Mais si l'on en croit son dernier mot d'excuse, promis juré craché, l'album sera disponible le 20 décembre. De cette année, hein.

Note 1 : Oui, car si vous vous bouchez les oreilles, vous n'entendrez plus rien.


Le bâton, le bâton, le bâton !

Le bâton, le bâton, le bâton ! I

l y a des gens qui donnent le bâton pour se faire battre et il y a Chris Roberts qui le fabrique, le taille en pointe, le hérisse de clous, nous le tend et se retourne, une cible peinte en rouge sur le fessier nu en criant « Mfmpfff fpfomppffm » (ce qui signifie « Vas-y frappe-moi, plus fort, t’as de la marmelade dans les bras ou quoi ? », mais avec un bâillon-boule). CIG, son studio, a en effet annoncé qu’après les vaisseaux virtuels et leurs assurances virtuelles, de futures parcelles de terrain virtuel sur des planètes virtuelles sont désormais en vente contre du vrai argent dans Star Citizen, le jeu lui aussi pas mal virtuel. 60 dollars le lot de 4 km², 120 dollars le lot de 8 km². Il fait preuve d’une telle ingéniosité pour se faire cogner qu’on est persuadé que ça le rendrait triste si on arrêtait. Traitez-nous de sales altruistes si vous voulez, on s’en fout.


Le bit coince

Le bit coince I

l y a un an et demi environ, Valve annonçait la possibilité de payer ses jeux sur la boutique Steam avec des bitcoins. Machine arrière : dans un communiqué, la firme de tonton Gabounet explique que non, c’est fini, on a bien ri mais on arrête les conneries. En cause : la volatilité de la monnaie numérique, dont la courbe de valeur récente ressemblait en effet vachement au Super Gerbotron 3000 (c’est le nom de mon dernier prototype de montagnes russes dans Planet Coaster, il va envoyer du steak). Les fluctuations sont si violentes, explique Valve, que si la validation d’un achat n’est pas effectuée tout de suite par le réseau Bitcoin, des ajustements deviennent nécessaires et provoquent régulièrement l’échec des transactions. Si, à ce stade de votre lecture, vous êtes encore à vous dire « Hein ? On pouvait payer en bitcoins sur Steam ? », rassurez-vous, vous n’êtes pas seul.

 


Une mauvaise nouvelle pour les fans de Stardew Valley : la mise à jour qui intégrera le mode multijoueur, initialement attendue pour cette fin d’année, est repoussée au premier trimestre 2018. Ils se consoleront en apprenant qu’elle sera accompagnée d’une nouvelle fonctionnalité permettant d’aller sous l’eau.


My Screenshake brings all the boys to the yard

Screenshake, c'est fini. Les amateurs de jeux vidéo bizarres, nouveaux ou expérimentaux ainsi que leurs créateurs ont le cœur lourd : le festival belge n'aura plus lieu. Les organisateurs de l'événement ont annoncé leur décision d'arrêter là les frais. Si le festival, qui se tenait tous les ans à Anvers depuis 2012, avait su s'attirer un public éclectique, à 100 000 lieues de la Paris Games Week, il reposait sur un équilibre financier et humain précaire, qui avait laissé éclater ces derniers mois des conflits et poussé plusieurs membres de l'organisation à mettre les voiles pour se préserver. Dans un long billet publié sur Facebook, le collectif qui l'organisait, The House of Indie, mentionne aussi de mystérieuses « erreurs » de l'un de ses membres. Ils laissent la porte ouverte à la relève, ce qui est plutôt sympa.


Miction impossible

Miction impossible «

Mister Friendly. » Le nom, à lui seul, fait peur. On imagine un tueur en série, un bourreau d'enfants ou une nouvelle série Netflix pourrie. La réalité est encore pire. Mister Friendly, nous apprennent les journalistes du site hollandais TheNextWeb, est un urinoir connecté équipé d'un écran et d'un détecteur de présence, qui diffuse une publicité de quarante secondes lorsqu'un malheureux vient y soulager sa vessie. L'appareil est, paraît-il, très performant, au point de facturer les annonceurs en proportion de la durée effectivement visionnée. En clair, si vous partez au bout de vingt secondes et d'un tout petit pipi, Coca-Cola bénéficiera d'une ristourne. L'histoire ne dit pas si la start-up qui a conçu cette abomination a pensé aux gens qui n'y arrivent pas quand on les regarde.


Ubi donne un coup de repousse à son programme

Ubi donne un coup de repousse à son programme L

’éditeur bretonno-québecois le plus célèbre de France, Ubisoft, vient d’annoncer le report de la sortie de plusieurs jeux. Far Cry 5, attendu le 27 février, sortira finalement le 27 mars. The Crew 2, prévu en mars, est lui repoussé à un vague « premier semestre de la prochaine année fiscale », soit entre avril et octobre 2018. Un troisième jeu, au titre inconnu, voit sa sortie décalée d’un an. Dans un communiqué aux actionnaires, l’éditeur explique que « le temps supplémentaire alloué à Assassin’s Creed Origins (…) a eu un impact très positif sur la qualité du jeu et a grandement contribué à son succès commercial », motivant la décision de « donner plus de temps à trois jeux à venir ». L’hypothèse des persifleurs, dont nous ne faisons évidemment pas partie, est que suite à la tempête fécale générée par Battlefront 2, il faudra au moins ça pour en retirer toute trace de loot box.

 


Google Maps, l'application qui trouve votre chemin n'importe où et n'exige en échange que votre historique de déplacement et l'atrophie de votre sens de l'orientation, émettra bientôt un signal sonore pour vous informer que vous êtes arrivé à votre station de bus ou de métro. Il est vrai que lire les noms des arrêts demandait un effort surhumain.


Des chiffres et une lettre

Pendant que tout le monde se demande si les loot boxes constituent une forme de jeu d'argent, un homme vient de verser une pièce au dossier en évoquant sur le Reddit de Battlefront II les effets de son addiction au jeu. Dans sa longue lettre, Kensgold explique qu'il a dépensé plus de 10 000 euros dans des titres comme Counter-Strike : Global Offensive, au point d'avoir parfois cumulé deux emplois pour faire face aux factures. Or, ce joueur (qui, en passant, a garanti la véracité de ses dires en présentant de nombreux justificatifs à un journaliste du site Kotaku) ne souhaite pas blâmer qui que ce soit, mais espère simplement que le récit de son expérience poussera les développeurs et les éditeurs à envisager une véritable régulation des loot boxes. Pour lire son témoignage : http://cpc.cx/kO6


... et le reste

... et le reste D

es Game Awards au Playstation Experience, cette quinzaine a été particulièrement chargée. Vu que nos pages de news ne sont pas extensibles, on vous en balance plein ici : Bayonetta 3 est annoncé en exclusivité sur Switch – STOP – Le dernier trailer de Death Stranding soulève des inquiétudes quant à la santé mentale d'Hideo Kojima – STOP – Campo Santo (Firewatch) annonce In the Valley of the Gods – STOP – The Astronauts (The Vanishing of Ethan Carter) dévoile Witchfire, un jeu de massacre de cultistes adeptes de bains de boue – STOP – Sony, à bout de licences, dévoile un remaster de Medievil – STOP – Tekken 7 à peine sorti, Bandai Namco balance un trailer de Soulcalibur VI (image), prévu pour 2018 – STOP – From Software a teasé tout le monde avec un bout de vidéo qui évoque Bloodborne, on attend toujours Super Bloodborne Kart – STOP – Le concepteur de Payday dévoile du gameplay de son GTFO, entre Evolve et L4D.


Envoyez à l'Ark

Envoyez à l'Ark V

ous vous souvenez peut-être de Cryptark, l'excellent shooter-rogue-like-jeu de cambriolage et de gestion de PME sorti par Alientrap l'été dernier et noté 8/10 dans notre numéro 364. Eh bien, ses développeurs viennent d'annoncer la mise en chantier de Gunhead, suite spirituelle (et officielle) de Cryptark. Le petit twist, qui ne déplairait pas à M. Night Shyamalan, c'est que la série passe à la première personne et que, dans les premières images, Gunhead ressemble à un étrange hybride entre Cryptark et Tower of Guns. Pas que ça nous déplaise, notez, le mélange pouvant tout à fait se révéler excellent – ou totalement gâché par une gestion hasardeuse des collisions et déplacements mais restons optimistes. Le bébé est attendu pour 2018 sans que l'on sache s'il aura une période d'accès anticipé aussi longue que son prédécesseur.

 


Playground Games, les parents de la série Forza Horizon, ont ouvert un second studio où ils ont installé des anciens de Metal Gear Solid V, Hellblade ou encore Grand Theft Auto V pour bâtir un action-RPG en monde ouvert. Reste à voir si l'héroïne de cette épopée sera une Mercedes ou une Lamborghini.


Il va vous mettre un coup de dépression

Darkest Dungeon, le simulateur de crises d'angoisse préféré de la rédaction, sera bientôt paré d'un nouveau DLC. Dans « La Couleur de la folieNote : 1 », les joueurs seront invités à enquêter sur une comète qui s'est écrasée dans une ferme et qui, depuis, laisse échapper un gémissement surnaturel dans les ruines fumantes du moulin. Encore un trip dans lequel nos aventuriers vont changer trois fois de slip par donjon, mais qui apportera tout de même une nouveauté sous la forme d'un concours de zizouilles. Un nouveau type de quête invitera en effet les joueurs à résister le plus longtemps possible face à des vagues d'ennemis sans fin, afin de comparer ensuite leurs scores. Comme à notre habitude, on a hâte.

Note 1 : The Color of Madness, dans la langue du chat qui expire.


Sonic ton PC

Sonic ton PC I

l y a le bon et le mauvais fangame. Le bon, c'est Sonic Mania, pour lequel Sega a signé des chèques pour que des fans pondent l'un des meilleurs épisodes de la série. Le mauvais, c'est Sonic Gather Battle. Ce jeu de combat compte bien punir toute personne qui souhaiterait modder le jeu ou filouter. Lorsqu'il repère des logiciels de triche, SGB modifie des éléments du jeu pour les rendre glauques et angoissants. Ça aurait pu n'être qu'une blagounette rigolote s'il n'en profitait pas pour analyser vos requêtes Google et fermer automatiquement votre navigateur à la moindre recherche de « SGB + cheat », « mods » ou « hack ». De fangame, Sonic Gather Battle devient donc un logiciel espion. Le DRM survit à toute désinstallation et impose de contacter le créateur pour prouver sa bonne foi. Nous voilà obligés de créer le terme falware, les malwares par des fans, pour des fans.


Manque d'expérience

Manque d'expérience B

ungie s'était déjà fait taper dessus à la sortie de Destiny 2, à cause des microtransactions qui permettaient aux joueurs d'obtenir des bonus pour leurs armes et armures. Mais ce n'était rien à côté de la nouvelle fourberie du studio. Durant deux mois, Destiny 2 a limité la quantité de points d'expérience que récupéraient les joueurs, la réduisant parfois jusqu'à 4 % de ce qu'ils auraient dû recevoir. Or, c'est en dépensant ces points d'expérience que les joueurs peuvent obtenir gratuitement des loot boxes (qui permettent d'obtenir les bonus susmentionnés). Pris la main dans la tirelire, Bungie a désactivé le système, expliquant qu'il « ne fonctionnait pas comme prévu » (autrement dit qu'il n'était pas censé se faire remarquer). N'allez pas croire que Bungie fasse des cadeaux pour autant : le studio a en même temps doublé le nombre de points d'expérience requis pour obtenir une loot box.

 


Télex

Kickstarté début 2014 (pour une sortie début 2016, qu'est-ce qu'on rigole), Crossing Souls proposait un monde nostalgique des années 1980, à la croisée de Retour vers le futur, Mask et Denver le dernier dinosaure. Le jeu sortira le 13 février 2018, un an et demi après la première saison de Stranger Things.


Smartwatch out

L'histoire récente n'a eu de cesse de le démontrer, l'Allemagne est un pays gouverné par la raison et le pragmatisme. L'Agence nationale des télécommunications vient de le prouver une nouvelle fois, avec l'interdiction de la vente de montres connectées pour enfants. Elle n'a que de bonnes raisons de le faire : ces petits espions contiennent bien souvent un micro, un appareil photo et une balise GPS. Les parents espéraient faire porter ça à leur progéniture pour ne pas avoir à s'inquiéter, sauf que ces bouts de plastique sont très faciles à pirater et ouvrent donc d'imprudentes fenêtres sur la vie et les habitudes de leurs marmots. L'Allemagne n'est pas la seule à s'en inquiéter. Le FBI étatsunien s'est néanmoins contenté d'un avertissement aux parents. Faudrait pas non plus nuire au commerce.


L'espion qui revenait du froid

L'espion qui revenait du froid E

t si Spy Party sortait un jour ? Peut-être même est-il déjà accessible à l'heure où vous lirez ces lignes... Spy Party, si vous avez besoin de vous rafraîchir la mémoire (j'en doute car vous faites partie de nos meilleurs lecteurs, mais il faut aussi s'adresser aux autres), c'est le nouveau jeu de Chris Hecker, l'un des développeurs de Spore, sur lequel il travaille depuis au moins début 2009. Le principe : un joueur qui dirige un sniper et un autre un espion. L'espion infiltre une soirée de gala peuplée de bots, et le tireur d'élite, qui n'a qu'une balle, doit le dénicher. Si Spy Party venait à sortir, on pourrait véritablement parler de miracle de Noël (enfin, si c'est bien) : on pensait le jeu disparu, Chris Hecker ne donnant que sporadiquement de ses nouvelles ces dernières années.


C'est super efficace !

C'est super efficace ! D

eux professeurs de l'université de Purdue, dans l'Indiana, se sont demandé si la sortie de Pokémon GO avait eu une influence sur le nombre d'accidents de la route. Partant des statistiques disponibles dans leur comté, ils ont remarqué une nette augmentation de ceux-ci entre mars 2015 et novembre 2016 (Pokémon GO  est sorti début juillet 2016). Encore plus significatif, la chance d'avoir un accident augmenterait de 26,5 % à proximité d'un Pokestop. Une fois les données lissées et d'autres facteurs (variation de population, époque de l'année...) pris en compte, ils estiment que 500 000 dollars de dégâts, 31 blessés et deux morts peuvent être attribués à l'arrivée de Pokémon GO sur la voie publique. Et cela uniquement dans leur comté. Au niveau national, on parle de 256 morts, 29 370 blessés et 2 à 7,3 milliards de coût pour la collectivité.

 


« Hey Moquette, les développeurs de DayZ ont annoncé que le jeu sortirait dans le courant de l'année prochaine.
DayZ ? C'est quoi ça ? »

​Oui, ce jeu a vraiment passé beaucoup trop de temps en accès anticipé.


The times they are EA-changin'

Le Spiel Times rapporte les paroles de Blake Jorgensen, directeur financier d'Electronic Arts, qui s'est exprimé lors d'une conférence d'investisseurs à propos de la débâcle des loot boxes de Star Wars Battlefront II : « Cela nous a permis d'apprendre beaucoup de choses. (...) Il y a des joueurs qui ont plus de temps que d'argent, pour d'autres c'est l'inverse. Nous devons accorder les deux. » Voilà. Tout va bien, c'est juste un équilibre à trouver. Pas de quoi fouetter un chat. Les microtransactions seront de retour très bientôt, puis Electronic Arts annoncera sûrement des bénéfices de 3 892 milliards d'eurodollars au prochain trimestre. Et dans 25 ans, en sortant la carte bancaire pour acheter les 200 euros de loot boxes règlementaires sur Half-Strike : Turbo Duty of Honor, on dira à nos petits-enfants « ah, tu te rends compte, dans le temps, pour 60 euros on avait un jeu complet ! ».


Mère courage

Mère courage E

n octobre, Epic Games avait décidé de traîner en justice deux joueurs de Fortnite qui auraient utilisé un programme d'aide à la visée pour tuer des twitcheurs pendant leur stream du jeu. Il s'est avéré que l'un des deux tricheurs était âgé de 14 ans et, surtout, fils d'une dame qui n'a pas l'habitude de se laisser marcher sur les pieds. La mère du gamin, remontée comme c'est pas permis, a adressé au tribunal une lettre bien sentie. Elle y explique qu'Epic n'est rien qu'une bande de gros lâches qui préfèrent s'en prendre à un ado plutôt qu'aux sites qui distribuent les programmes de triche et que le préjudice économique sera de toute façon difficile à prouver puisque c'est un free-to-play. Enfin, dans une magnifique conclusion, elle rappelle à Epic que révéler publiquement le nom d'un mineur dans une affaire judiciaire est contraire aux lois du Delaware, où elle réside. Headshot, comme on dit.


Il pleut des chats et des chiens

Il pleut des chats et des chiens N

vidia, dont le budget recherche et développement ne passe pas entièrement dans la création de cartes graphiques à 600 euros pour joueurs qui ont quelque chose à compenser, vient de présenter un nouvel algorithme de modification d'image capable d'autoapprentissage. Rien de nouveau, serait-on tenté de se dire, habitués que nous sommes à vivre dans le futur... jusqu'à ce qu'on ait vu les images. L'algo' est en effet capable, à partir d'une photo prise en été, de créer une simulation de la même scène en hiver. Le sol se couvre de neige, les arbres perdent leurs feuilles, c'est bluffant. Il peut également modifier la météo, transformer un ciel bleu azur en averse torrentielle, et même métamorphoser un chat en cougar, en léopard ou en lion. Non, moi non plus je ne vois pas le rapport entre la météo et les chats, mais l'algorithme, lui, le voit, et à mon avis, il a une idée derrière la tête.

 


Certains pisse-froid prétendent que les monnaies électroniques sont des modes sans avenir sur lesquelles des gogos spéculent en attendant l'explosion de la bulle. Je leur répondrai que Cryptokitties, un jeu dans lequel on collectionne des chats virtuels, est responsable de 12 % du volume de transactions du réseau Ethereum.


Superhot. Superhot. Superhot.

Superhot. Superhot. Superhot. G

râce au capteur secret que Mark Zuckerberg a implanté dans chaque Oculus Rift, les développeurs de Superhot VR ont pu lire dans nos pensées. Et ils ont vu que nous étions tout à fait prêts à passer encore quelques dizaines d'heures dans leur fantastique simulateur de ninja géométrique. Ils ont donc annoncé début décembre Mind Control Delete. Cette série de missions gratuites ne sera pas compatible VR mais gardera bien sûr le même look rouge et blanc et le même gameplay que le jeu original, en y rajoutant un « twist rogue-like ». Une bêta « très incomplète et mal équilibrée » de Mind Control Delete devrait être disponible sur Steam à l'heure où vous lirez ces lignes. La version finale devrait prendre encore un an de boulot, il n'y a donc aucune raison de vous presser si vous voulez savourer ces nouvelles bastons comme autant de petites délicatesses sucrées.


Un pont trop loin

Un pont trop loin V

alve, c'est Half-Life, Counter-Strike, Dota 2, Steam. C'est une planète gazeuse géante, sauf qu'à la place du gaz, des billets de banque tournoient en un gigantesque maelström de pognon. Alors vous vous dites qu'avec de tels moyens, ils pourraient embaucher les plus grands développeurs du monde, faire un Half-Life 3 monumental, un jeu en réalité virtuelle révolutionnant l'industrie, ou une aventure capable de se mesurer à The Witcher 3 et GTA V. Eh bien non. Au lieu de ça, ils annoncent pour le 20 décembre l'arrivée de... Bridge Constructor Portal, un jeu de construction de ponts, dans l'univers de Portal. Histoire de saupoudrer du gros sel dans la plaie, le jeu sortira sur iOS et Android, en plus des versions PC, Mac et console. J'abandonne officiellement tout espoir de comprendre la stratégie de Gabe Newell. J'espère qu'il me regarde depuis le sommet de sa colline en lingots d'or et qu'il est un peu peiné.


Esprit Detroit

Esprit Detroit P

révu début 2018, Detroit, le prochain jeu de Quantic Dream, n'a pour l'instant pas montré de quoi créer autour de lui une attente démesurée (en tout cas pas ici). Au moment de la Paris Games Week, Sony avait diffusé une vidéo dans laquelle une fillette se faisait frapper par son père, et une androïde, le personnage du joueur, tentait de la sauver. Bof. Mais le studio peut compter sur le soutien de la presse tabloïd britannique, de certains députés de la Chambre des communes, bien décidés à lui faire de la pub gratis. Le Daily Mail a ainsi publié un long article, dans lequel un représentant conservateur explique qu'il est « inacceptable que des violences domestiques fassent partie d'un jeu vidéo, et ce qu'elles qu'en soient les motivations ». Merci de cette occasion de défendre enfin le studio. Si, les jeux vidéo peuvent dépeindre des violences. Mais c'est tout de même mieux quand ils le font bien.

 


Télex

Si vous avez prévu d'offrir une boîte de jeu Cuphead à un de vos proches pour Noël, félicitations, vous avez bon goût. Si vous avez acheté ladite boîte à la Fnac, vérifiez tout de même que vous avez le code de téléchargement sur le ticket de caisse. Sinon vous n'aurez qu'une boîte vide à offrir.


Culte par-dessus tête

Culte par-dessus tête D

ans notre monde post-moderne, où tout se vit désormais par procuration et par écrans interposés, on peut facilement perdre de vue des personnes chères mais qui ne donnent que rarement signe de vie. Saluons donc tous ensemble l'effort fourni par Saber Interactive : le discret studio russo-américain, à qui l'on doit des merveilles comme Timeshift (4/10 dans Canard PC no 160) et Battle Los Angeles (1/10 dans Canard PC no 232, ça paraît loin et pourtant c'est si proche dans nos cœurs), a annoncé en quelques heures deux nouveaux projets. D'abord une adaptation du film World War Z de 2013 sous forme de clone de Left 4 Dead (on frétille d'impatience devant tant d'audace), puis un successeur à Timeshift, car le studio croit savoir que le premier a atteint le statut de jeu culte (sans préciser sur quelle planète). C'est donc bien vrai : ça donne le sourire de prendre des nouvelles.

 


Notre taupe infiltrée au sein du mystérieux réseau secret Twitter nous révèle que Square Enix vient d'y annoncer un nouveau Tomb Raider. Bien sûr, la surprise est totale, la rédaction est sous le choc. Les premiers détails sur le jeu seront dévoilés courant 2018.

 


Digital Combat Simulator devrait passer en version 2.5 dans les prochaines semaines selon ses développeurs. Cela fait quatre ans qu'on attendait ça. Le simulateur sera enfin réunifié sous une même édition, avec un moteur graphique modernisé et le contenu du jeu original, sorti il y a presque dix ans.