398
Sortie en kiosque
le 4 septembre 2019

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 25 août 2019

Canard PC 398 : Édito

News du CanardPC N°380

Slay the Spyro

Slay the Spyro C

’était apparemment la grosse annonce de jeu vidéo de début avril, même si personne à la rédaction n’en a pris la pleine mesure : Activision sortira le 21 septembre prochain une compilation des trois premiers Spyro the Dragon. Spyro, si comme nous vous n’avez jamais touché à une console Playstation de votre vie, c’est un petit personnage violet, apparemment un dragon (deux des trois jeux contiennent ce mot dans leur titre, j’imagine que ça a son importance), qui est aux Skylanders ce que Rayman était aux Lapins crétins : une caution intellectuelle. Avant d’en arriver là, Spyro a cependant vécu des aventures incroyables où il a (attendez je vérifie mes notes) gambadé dans des prairies et craché des flammes sur des bergers et des moutons. Ah oui, le jeu vidéo d’il y a vingt ans, c’était autre chose. N.

 


Télex

Amazon a fini par admettre ce que tout le monde savait depuis l'alpha de 2016 : Breakaway, jeu multi qui devait être la première grosse production de son studio interne, n’ira jamais bien loin. Après de longs atermoiements, la boutique universelle a décidé début avril d’abandonner le projet. N.


Aie confiance, crois en moi

Eidos Montréal, qui turbine en silence sur une sorte de Deus Ex sous licence Iron Man et comme sous-traitant pour le prochain Lara Croft de Crystal Dynamics, a provoqué un léger émoi parmi les gens soucieux de jouer à des jeux éthiques et respectueux de leurs acheteurs. Le studio montréalais a en effet publié début avril une offre d’emploi à destination d’un ou une spécialiste de la monétisation. Il n’en a pas fallu davantage pour que le spectre des microtransactions ne vienne terrifier le public d’Eidos. Ce à quoi David Anfossi, le chef du studio, a répondu, lapidaire, sur son compte Twitter : « Ne vous inquiétez pas, et faites-nous confiance. » Suis-je la seule à avoir l’impression d’entendre Le Livre de la jungle ? M.K.


Bataille extra-large

Bataille extra-large M

algré le succès épatant de Playerunknown’s Battlegrounds, Brendan Greene et la PUBG Corporation sont aigris et chouinent dans leur coin depuis des mois. Aigris, car leur succès a immédiatement été copié partout dans l’industrie, et certains (comme Epic avec Fortnite) ont même dépassé la popularité de PUBG. Ils ont donc décidé de contre-attaquer, en portant plainte contre NetEase, géant chinois qui a publié plusieurs jeux (Knives Out, Rules of Survival) peut-être un peu trop similaires (dans le décor, le concept, les armes, le marketing...) à PUBG. La PUBG Corporation réclame le retrait total de ces jeux. Personnellement, je propose plutôt qu’ils règlent leur différend sur un gigantesque champ de bataille, avec des armes récupérées au hasard dans des bâtiments abandonnés. Voilà la libre concurrence que j’aimerais voir. N.


Pokémon Stop

Pokémon Stop U

ne bien désagréable affaire pour Niantic vient de trouver son épilogue. Fin juillet 2017, le studio organise une sorte de festival dédié à Pokémon Go dans le Grant Park de Chicago. Seulement, des « problèmes de réseau » s'invitent à la fête, et celle-ci est annulée avant même d'avoir commencé. Quelque 20 000 personnes se retrouvent en carafe à ne même pas pouvoir chasser le magicarpe. Les participants, dégoûtés d'avoir pris l'avion, réservé des hôtels, loué des voitures et payé des péages pour rien lancent alors une class action. Qu'ils gagnent. Niantic doit maintenant tous les rembourser, ce qui représente une enveloppe de plus d'un million et demi de dollars. Un coup dur pour le studio, pensez-vous ? En 2017, Pokémon Go, qui rassemble quand même chaque jour 5 millions de joueurs, lui a rapporté pas loin de 900 millions de dollars. Donc ça ira. M.K.

 


Selon une rumeur, Drake serait prêt à rapper sur Fortnite, si ses développeurs y ajoutent une emote qui reprend un de ses pas de danse. Et selon une autre rumeur, cette nouvelle me donnerait envie de m'allonger pour attendre la mort. K.L.


Il m'envoie des nextos

Le marché de l’aguiche autour des jeux vidéo, de leur sortie, de leurs patchs, DLC et autres éditions GOTY ne cesse de m’épater. Fin mars, Sean Murray, cofondateur de Hello Games, le studio à qui l’on doit No Man’s Sky et, par la même occasion, ses débuts un tantinet décevants, dirons-nous, a posté un tweet. Il annonce que toute l’équipe travaille d’arrache-pied pour terminer à l’été la plus importante mise à jour du jeu. Il y joint une vidéo. Dans laquelle on voit très distinctement apparaître les lettres X E T N qui s’ordonnent pour former le mot NEXT, en noir sur fond blanc. Ce qui lui a valu plus de 2 500 retweets. Et cet entrefilet dans Canard PC. Nan, vraiment, il y a quelque chose qui m’échappe. M.K.


Il jouait du piano assis

Il jouait du piano assis L

es jeux qui se déroulent à Paris sont trop rares pour qu’on les ignore, alors signalons l'arrivée le 24 mai sur Steam de The Piano, après cinq années de développement. Il attire le regard : direction artistique sombre, ambiance déprimante, palette de couleurs cthulhuesque, il s’agira d'un jeu d'horreur psychologique où le héros, pianiste raté souffrant de maladie mentale, tentera de retrouver l’assassin de son frère dans les rues du Paris d’après-guerre. C'est typiquement le genre d’aventure glauque dont on a besoin au printemps, avec son soleil insupportable, ses enfoirés de papillons et ses saloperies de petites fleurs mignonnes, pour prolonger encore un peu la tristesse et le mal-être de l’hiver. A.


Prepare your Han Solo

Prepare your Han Solo À

l’heure où vous lirez ces lignes, Electronic Arts aura réactivé les microtransactions de Star Wars Battlefront II. Rassurez-vous, l’éditeur a bien retenu la leçon du Battlefrontgate de novembre dernier : elles ne servent plus à s’acheter des avantages complètement pétés, mais uniquement des items cosmétiques sans influence sur le gameplay. Et comme pour nous dire « regardez, maintenant on est gentils ! », les développeurs ont aussi rajouté les Ewoks dans le jeu, avec un mode multijoueur spécial baptisé « chasse ewok ». C’est vrai qu’ils sont mignons comme tout, les Ewoks, avec leur petite tête de nounours. Il y a bien sûr ces rumeurs de cannibalisme qui font que certains les surnomment « les bouchers psychopathes de la forêt d’Endor », mais je mets ça sur le compte de la propagande impériale. A.

 


Télex

Le très attendu mode multijoueur de Stardew Valley pourrait arriver début mai, d'après le créateur du jeu, avec une phase de bêta-test public sur PC – les versions console suivront plus tard. A.


Virus informe en toc

Vous ne vous doutiez de rien lorsqu’une certaine Katrina Kovihyoloskayakof vous a envoyé ce mail qui contenait un exécutable à « instal vite sur ordrer de direction ». Bête et discipliné, vous avez lancé ce vilain ransomware qui a immédiatement chiffré les fichiers de votre ordinateur et, aussi curieux que cela puisse paraître, promet de vous foutre la paix si vous jouez à PUBG pendant au moins une heure. Au final, certains experts se sont penchés sur ce virus et viennent de confirmer que celui-ci est encore moins méchant que prévu, son chiffrage se limitant aux fichiers présents sur le bureau de Windows, qui sont d’ailleurs déverrouillés après seulement trois minutes de jeu. Dites, c’est moi ou ça commence à devenir craignos, les méthodes employées par les fans de PUBG pour faire de la résistance face à Fortnite ? K.L.


Le Montana, ça vous gagne

Le Montana, ça vous gagne D

ans un bref post rempli de chiffres et de points d’exclamation (« 5 millions de poissons pêchés ! 117 millions de civils sauvés ! 35 millions de bâtons de dynamite lancés ! »), le blog d’Ubisoft revient sur la semaine qui a suivi le lancement de Far Cry 5. Le jeu se serait deux fois mieux vendu que l’épisode précédent durant la même période, ce qui en ferait le meilleur lancement de l’histoire d’Ubisoft, le premier demeurant Tom Clancy’s The Division (oui, moi aussi, ça m’a surpris). Une bien bonne nouvelle pour l’industrie, qui sait désormais que pour faire de l’argent, il est inutile d’innover ou de proposer du game as a service ; il suffit de refaire le même jeu que les deux fois précédentes, mais d’y ajouter des séquoias. L.-F.S.


In the MooD for DooM

In the MooD for DooM «

em>« Je ne peux pas vous donner d’indices sur ce qu’on va annoncer à l’E3, mais il y aura beaucoup de nouveautés dont il va falloir parler. Vous ne réalisez peut-être pas, mais l’E3 pour nous c’est l’Enfer sur Terre » (« it’s Hell on Earth time » en VO). Ces deux petites phrases de Pete Hines, responsable du marketing chez Bethesda, ont suffi à plonger tous les fans de Doom dans un état d’excitation avancée. « Hell on Earth » était en effet le sous-titre de Doom 2 et le sujet original du reboot de 2016, avant que Bethesda décide finalement de situer l’action sur Mars. Tout porte donc à croire qu’un nouvel épisode du célèbre simulateur de bûcheronnage d’Id Software sera annoncé en juin prochain. L.-F.S.

 


Après plus d'un mois et demi de grève, les salariés d'Eugen Systems ont repris le travail, mais une quinzaine de salariés et d'anciens salariés ont ainsi saisi le conseil des prud’hommes. Le communiqué des anciens grévistes est disponible sur le site du STJV : cpc.cx/lK7. L.-F.S.


Ça suffit les conneries

C’est officiel, tout le monde a bien les glandes contre les loot boxes, et la justice coréenne vient de satelliser Nexon et ses associés au sujet d'une « promotion trompeuse » dans un jeu nommé Sudden Attack. Concrètement, le tribunal a reproché aux exploitants du titre d’avoir mis au point des loot boxes plus vicelardes que d’ordinaire, puisque celles-ci contenaient deux pièces d’un puzzle qui, une fois achevé, offrait un bonus au joueur. Ce qu’on appelle au Japon un complete gacha, sauf qu’en plus les joueurs ignoraient que certaines pièces étaient plus rares et qu'une partie d'entre eux ont dépensé plusieurs centaines de dollars pour en voir le bout. En conséquence, la justice vient de condamner Nexon, Netmarble et NextFloor à régler une amende de 950 000 dollars et à dire pardon aux gens. K.L.


Un peu fort de McAfee

Un peu fort de McAfee J

ohn McAfee, dont on se demande chaque jour davantage comment il fait pour ne pas être en taule, vient encore une fois de faire péter les compteurs du YOLO. On le savait friand de tweets sur les cryptomonnaies. Il lui arrivait régulièrement de chanter les louanges d’un coin méconnu, ce qui provoquait immédiatement une hausse de son cours – laissant planer des soupçons de pump and dump, magouille bien connue qui consiste à faire monter artificiellement la valeur d’un titre avec de fausses informations, puis de revendre à vil prix ce qu’on avait acheté une bouchée de pain. Eh bien début avril, McAfee a reconnu, le plus naturellement du monde, faire payer 105 000 dollars chacun de ses tweets, et invité les créateurs de monnaies à le contacter. En même temps, un petit chèque de la main à la main, c’est toujours plus fiable que la spéculation, même truquée. L.-F.S.


Lawbreakers met tout le monde d’accord

Lawbreakers met tout le monde d’accord V

oilà un mérite que l’on ne pourra ôter à Lawbreakers : ses joueurs et ses créateurs sont sur la même longueur d’ondes. Les uns comme les autres ont en effet décidé de l’abandonner, tel un vulgaire teckel sur une aire d’autoroute. Boss Key Productions, le studio de Cliffy B, a en effet annoncé que leur FPS, pas dénué de qualités mais qui n’avait « pas trouvé son public » (c’est ce que l’on a coutume de dire quand un jeu fait un four), ne fera plus l’objet du moindre suivi, ni de la moindre mise à jour. La raison ? Pour arrêter les frais, bien évidemment, mais pas seulement : Boss Key investit désormais toutes ses forces dans Radical Heights (dont on vous parle dans ce numéro), un… battle royale, qui malgré son modèle free-to-play, peine à rassembler plus de joueurs que le teckel susnommé. G.M.

 


Télex

Le DRM Denuvo était soupçonné d’affaiblir les performances des jeux qu’il protège du piratage, mais ce n’était que des rumeurs. Mais l’équipe de Tekken 7 a confirmé que le jeu souffrait parfois de ralentissements à cause de lui. C’est problématique, certes, mais le jeu est protégé, c’est bien tout ce qui compte, non ? I.


L'excuse

Quand les dates de l’E3 2018 ont été annoncées, une bonne partie de la rédac’ (les fadas de foot, ceux qui viennent avec leur maillot du Havre AC ou qui ont sur leur bureau une photo dédicacée de Jean-Pierre Papin, bref Ivan le Foot et Izual, je vous laisse deviner qui porte le maillot) a fait remarquer que ça coïncidait pile avec la première semaine de la Coupe du monde de football. Ils ne sont pas les seuls à avoir fait le lien : THQ Nordic, qu’il faut désormais qualifier de gros éditeur puisqu’il vient de racheter Koch Media, a décidé de s’en servir d’excuse pour faire l’impasse sur l’E3, préférant « rester dans des Biergarten viennois à siffler des bières en regardant le foot ». Il faudra donc attendre la Gamescom fin août pour prendre des nouvelles de Darksiders 3 et Biomutant. Ah les coquins. N.


Le vertige de la verticalité

Le vertige de la verticalité W

ebedia, groupe de médias numériques qui détient notamment les sites Allociné et jeuxvideo.com, devient désormais, en plus, coproducteur de contenu. Au programme, entre autres : des films et des jeux vidéo (le premier sera d’ailleurs Fear the Wolves, en partenariat avec Focus). C’est ce qu’on appelle, en économie, de l’intégration verticale. C’est fichtrement malin et il faudrait, avouez, être sacrément parano pour évoquer de potentiels conflits d’intérêt ou s'interroger sur la future impartialité journalistique des sites du groupe. Profitons de l’occasion pour annoncer, en exclusivité, la sortie très prochaine du jeu vidéo Canard PC, suivie de la parution d’un numéro spécial consacré à son test (spoiler : c’est 15/10) avec interview des développeurs, guide d’astuces, making-of et un hilarant bêtisier du doublage des armes à feu à la bouche. G.M.


Un nouvel objectif pour la fusée Larian

Un nouvel objectif pour la fusée Larian P

arce que les joueurs console ont eux aussi le droit de parler aristocratie avec un lézard cramoisi, Divinity : Original Sin 2 sortira finalement bien sur Playstation 4 et Xbox One au mois d’août. L’annonce était attendue, d’autant que le jeu se manie déjà correctement avec une manette et que son mode en écran partagé, à deux joueurs sur un canap’, se marie très bien avec une console de salon. On retiendra de cette nouvelle plusieurs améliorations apportées au journal et à l’inventaire, mais aussi qu’il est de moins en moins probable que Divinity : Original Sin 2 bénéficie d’une édition améliorée, contrairement à son prédécesseur. Là j’avais gribouillé une conclusion du genre « de toute façon, pouvait-on vraiment améliorer Divinity : Original Sin 2 ? », mais ça faisait vraiment lèche-cul alors je vous propose cette news sans chute. I.

 


Vous vous souvenez de Terraria Otherworld, spin off de Terraria à la sauce JdR et tower defense ? Son annonce en 2015 vous a émoustillé ? Eh bien, sachez que le studio Re-Logic, constatant conjointement l’absence de progrès dans le développement et de pognon dans ses caisses, vient de l’annuler. G.M.


Mort d'un espion

SteamSpy estimait les ventes réalisées sur Steam grâce à des algorithmes exploitant les données publiques, il va bientôt fermer. Valve vient en effet de changer certains réglages qui l’empêcheront de continuer à fonctionner, privant ainsi l’industrie de données passionnantes. Le rapport 2017 de SteamSpy sera donc le dernier. Je vous résume l'important : la boutique en ligne a généré 4,3 milliards de dollars de revenus, compte 291 millions de clients au total et son catalogue s’est étoffé de 7 700 titres (soit 20 sorties quotidiennes). Mais la statistique la plus marquante concerne les 100 jeux les plus vendus de l’année (dont les 28 millions d’exemplaires de PUBG). Alors qu’ils ne représentent que 0,5 % du catalogue, ils s’accaparent 50 % du chiffre d’affaires de la boutique, de quoi décourager d’aller y vendre sa production. Faut-il y voir un rapport avec la mise à mort de SteamSpy ? A.


Un peu d’espoir à l’horizon

Un peu d’espoir à l’horizon S

i vous avez lu attentivement notre test de Sea of Thieves dans le numéro précédent (et on espère que c’est le cas, sinon ça va nous faire de la peine), vous avez compris que l’une des failles du jeu de pirates de Rare est son manque de contenu. Le studio britannique vient de dévoiler une feuille de route qui donne (un peu) de l’espoir aux joueurs qui naviguent en rond. À très court terme, c’est-à-dire au cours de ce mois de mai, la mise à jour The Hungering Deep ajoutera des événements hebdomadaires et un nouveau défi PvE dont on ne sait pour le moment pas grand-chose, si ce n’est que les développeurs veulent inciter les équipages à collaborer, et non plus à se balancer des volées de boulets comme des sauvages. Plus tard, en juillet et août, il serait question d’un autre défi PvE ainsi que d’un troisième modèle de navire. Kahn était tellement content qu’il a vomi. G.M.

 


Télex

L’ouvrage de Jason Shreier, Blood, Sweat and Pixels, vient de sortir en français sous le titre Du sang, des larmes et des pixels. Le journaliste de Kotaku revient en détail sur les conditions de la création d’une douzaine de jeux, de Destiny à Stardew Valley ou Pillars of Eternity. Une lecture recommandée. M.K.


Harcèle et Gretel

On le sait, tout individu de sexe féminin qui utilise son micro lors d’une partie en ligne prend le risque de se faire insulter par de gros lourds. Une situation que le groupe Bully Hunters entend faire évoluer, grâce à un site web qui permet aux victimes d’appeler des joueuses d’élite à l’aide, pour que celles-ci rejoignent leur serveur et bottent l’arrière-train du harceleur grâce à leurs « compétences inégalées ». La tâche semble titanesque, mais l’organisation affirme que son objectif consiste surtout à éveiller les consciences au sujet du harcèlement sexuel en ligne, ce qui est loin d’être une mauvaise idée. K.L.

 


Pour fêter les dix ans du partenariat entre Konami et l’UEFA, cette dernière (la fédération des associations européennes de football, mais si je l’écris en entier après je n’ai plus de place) a décidé d’y mettre fin. Que restera-t-il dans les prochains PES ? Une pelouse verte, un ballon... Peut-être. N.


Ph’nglui mglw’nafh DayZ République tchèque wgah’nagl fhtagn

« N’est pas mort ce qui à jamais dort », disait Lovecraft. Comme pour lui donner raison, DayZ vient de rappeler qu’il est bien vivant malgré son développement comateux. Mieux : le jeu de zombies qui a lancé un siècle d’imitations calamiteuses sur PC va bientôt sortir de son hibernation et se doter d’un nouveau moteur, qui le chamboulera du tout au tout. D’après les développeurs, il s’agit carrément d’un « reboot » qui conduira DayZ à devenir la star de 2018, d’autant qu’il doit également sortir d’accès anticipé et être porté sur consoles. Interrogé par nos confrères de PCGamesN, le studio Bohemia a tout de même eu la lucidité de reconnaître que DayZ ne « concurrencerait pas » PUBG ou Fortnite. Ils ont oublié de préciser qu’il ne concurrencerait aucun autre jeu tout court. I.

 


D’après Avast, près de 50 000 joueurs de Minecraft auraient été atteints par un malware formattant leur disque dur en avril. Le script malicieux serait caché dans les métadonnées d’une skin au format PNG, ce qui est quand même malin, ajouterons-nous sans pour autant encourager ce genre de pratique. L.-F.S.


Lunar Architect

Les créateurs de Prison Architect, Introversion, ont dévoilé leur nouveau projet mi-avril lors d’un salon londonien. Order of Magnitude, puisque c’est son nom, sera un jeu de gestion où l'on dirigera une colonie sur la Lune en y construisant des unités d’habitation, des fermes d’algues et des panneaux solaires. Ceux qui espèrent un rab sélénite de Prison Architect seront déçus : tout en 3D, Order of Magnitude ne ressemble hélas guère à son merveilleux aïeul. On espère qu’il saura se différencier des millions de jeux de gestion de colonie dans l’espace sortis depuis deux ans. Oui, on l’attend de pied ferme, parce que recycler des excréments en eau potable reste un plaisir rare. I.