387
Sortie en kiosque
le 1 octobre 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 11 septembre 2018

Canard PC 387 : Édito

News du CanardPC N°381

Bum-bo, petite automobile qui paraît si fragile

Bum-bo, petite automobile qui paraît si fragile C

ela fait des années qu’Edmund McMillen, devenu une rockstar du jeu vidéo indé depuis Super Meat Boy, parle de créer une suite à The Binding of Isaac. On sait enfin à quoi cela va ressembler. Ce sera en fait une préquelle racontant l’histoire de Bum-bo, un bonhomme tout aussi rose qu’Isaac, qui se bat contre des monstres en alignant des objets sur un plateau – un match-four puzzle, si vous préférez le terme anglais. Rien à voir, donc, avec les mécanismes du jeu d’origine... En revanche, on y retrouvera le côté rogue-like, des niveaux générés aléatoirement et de nombreux éléments graphiques de The Binding of Isaac (les mouches, les crottes, les piécettes...), présentés cette fois en 3D cartonnée. The Legend of Bum-bo arrivera sur Steam et smartphones avant la fin de l’année. A.

 


Après une pause l’an dernier, le festival Stunfest (avec tournois, concerts, conférences et jeux indés et rétro) revient à Rennes du 18 au 20 mai 2018. D’ailleurs, c’est très bientôt, quelques heures à peine après l’arrivée de ce magazine dans vos boîtes aux lettres et kiosques favoris.​ N.


Doom, quand notre cœur fait Doom

Sorti en 2005, à l’époque où Dwayne Johnson utilisait encore son nom patronymique The Rock, le film Doom reste un grand moment de ce troisième millénaire. Un film qui rejetait l’univers des jeux mais en gardait les monstres, qui hésitait entre l’horreur, l’action et l’humour et n’arrivait jamais à rien... Comment s’en remettre ? Pour Universal, la réponse est toute trouvée : ils vont en faire un nouveau. De ce prochain film, on ne sait rien sinon que l’actrice et chanteuse Nina Bergman (qui avait participé à Sharknado 3) joue dedans et qu’il est produit par la filiale d’Universal à qui l’on doit Un flic à la maternelle 2 (si), Jarhead 3 (vraiment) et le film Woody Woodpecker (je vous jure que c’est authentique). Ma foi, tout ça donne encore plus envie de voir ce futur nanar.​ N.


DLC and Knuckles

DLC and Knuckles J

e ne sais plus si on vous l’a dit (oui ? cinquante-deux fois déjà ? ah bon, mes excuses. À notre décharge, on pense souvent à lui), mais Pipomantis étant parti, c’est désormais à moi que revient l’honneur de parler de Sonic. C’est mi-juillet, le 17 précisément, pendant que toute la rédaction sera en train de bronzer à Hawaï, que sortira Sonic Mania Plus. Cette édition revue et corrigée de Sonic Mania contiendra du multi pour quatre, deux nouveaux personnages et un peu plus de difficulté. Pour les actuels possesseurs du jeu (dont, me dit-on dans l’oreillette, Pipomantis, mais arrêtez-moi si je radote), le tout ne sera pas distribué sous forme de patch gratuit, car ç’aurait été trop sympa, mais comme un DLC à cinq euros. Un remaster moins d’un an après la sortie, c’est audacieux, mais bon, Sega c’est clairement plus fort que nous. N.


Micro-pennies

Micro-pennies A

vec leurs prénoms, Simon et Taylor auraient pu monter un duo de folk rock. Mais ces deux jeunes gens ont eu une meilleure idée : créer un site web, microtransaction.zone, dont l’objectif est de devenir un annuaire des microtransactions. À chacun des jeux référencés est associée une série de tags décrivant le type de paiements in-game qu’il propose, qui vont de « mini-DLC sans intérêt mais sans gravité » à « loot boxes à acheter avec de l’argent réel », en passant par « possibilité d’acheter des bonus pas uniquement cosmétiques ». La base de données n’est pas encore très remplie, mais cela ne devrait pas durer : lancé mi-avril, microtransaction.zone a été déjà mentionné sur plusieurs gros sites et a reçu des dizaines de suggestions. L.-F.S.

 


Télex

C’est une petite révolution : douze ans après la sortie de la Wii, on pourra bientôt éditer en ligne, directement dans son navigateur web, son Mii, c’est-à-dire son avatar moche lié à son compte Nintendo. La technologie progresse décidément à pas de géants.​  N.


Triviales poursuites

Le studio Quantic Dream, auquel nous consacrions une longue enquête en janvier dernier, n’a guère apprécié le travail de nos confrères et consœurs du Monde et de Mediapart, publié au même moment. Les directeurs de publication du quotidien et du site internet ont reçu de la main d’un huissier une plainte pour diffamation. La société et chacun de ses deux dirigeants, David Cage et Guillaume de Fondaumière, réclament notamment la suppression des articles ainsi que quelques dizaines de milliers d’euros de dommages et intérêts. L’affaire sera entendue en juin, à la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris, pile au moment de l’E3 (et juste après la sortie de Detroit). Les dirigeants de Quantic Dream ont, semble-t-il, considéré que notre papier, pourtant écrit en étroite collaboration avec les journalistes de Mediapart, ne méritait pas de poursuites. C’est notre avocat qui va faire la tête, il était confiant. M.K.


Ski or die

Ski or die E

n attendant que se réalisent les prédictions des experts en sécurité informatique (je résume : l’Internet des objets va provoquer l’Apocalypse et le monde tel que nous le connaissons disparaîtra sous les DDoS de milliards de grille-pains connectés sécurisés avec le cul), le tout-connecté fait déjà des ravages. Suite à une erreur de configuration, le panneau de contrôle des télécabines d’une station de ski autrichienne a été temporairement rendu disponible au public. Toute personne disposant de l’URL pouvait donc faire avancer ou reculer les cabines, et même modifier la tension du câble. Heureusement, aucun internaute n’en a profité pour tuer des gens depuis son canapé. La catastrophe évitée, les développeurs web du monde entier ont poussé un soupir de soulagement et recommencé à taper « chmod 777 » sur leurs serveurs. L.-F.S.


Dégelée royale

Dégelée royale L

a nouvelle a stupéfié les masses laborieuses et désespéré Billancourt : le prochain Call of Duty (Black Ops IIII, avec quatre « i » comme dans pili-pili), prévu pour le 12 octobre prochain, ne comprendra pas de campagne solo. À la place, on trouvera un mode coop’ zombie amélioré et, à en croire la rumeur oh mon Dieu on ne s’en serait jamais douté, un mode battle royale. Là où ça devient plus surprenant, c’est que ce changement radical ne serait peut-être pas dû uniquement à la cupidité d’Activision mais aussi à un gros manque d’organisation. D’après une source anonyme citée par le site Polygon, « à mesure qu’approchait la date de sortie de Black Ops 4, il est devenu évident que le développement de la campagne ne serait pas terminé à temps ». Treyarch aurait donc concentré ses efforts sur la coop’ afin de limiter la casse. L.-F.S.

 


Télex

Juin 2013 : Croteam annonce que Serious Sam 4 sortira en 2014. Novembre 2014 : Croteam sort The Talos Principle, qui n’est vraiment pas un Serious Sam. Avril 2018 : Croteam réannonce Serious Sam 4 : Planet Badass, et promet de montrer le jeu à l’E3 en juin. Qu’ils sont taquins. N.


Gog public

Gog, la boutique polonaise de vente dématérialisée de jeux, a parcouru bien du chemin. Rappelez-vous le temps où elle ne proposait que des titres antédiluviens, certes patchés, mais bien moins courus que les têtes de gondoles de Steam. Le magasin continue cependant à chercher à se développer, et pas seulement en diversifiant son offre. Il multiplie également les fonctionnalités et propose désormais des pages de profils : chaque joueur dispose du sien, peut interagir avec ses amis, et, évidemment, sans quoi où se trouverait le plaisir, les espionner gentiment. Par défaut, les pages profil de Gog sont publiques et fournissent des informations récoltées par le client Gog Galaxy, ce qui braque un peu les utilisateurs, et on les comprend : date d’inscription, temps de jeu, statut de la connexion… même pour le champion du sans-DRM, ça fait beaucoup. M.K.


Battle royale en carton

Battle royale en carton L

’hydre du battle royale, que l’on appellera dans les quelques décennies « la grande fuite cérébro-spinale du siècle », vient de poser ses longs pseudopodes gluants et méphitiques sur le jeu de société. Last One Standing est ainsi le premier jeu sur table à tenter de surfer sur la mode de PUBG, tout en réalisant de substantielles économies sur le budget bières-pistaches des séances de brainstorming, ainsi que sur celui consacré à la direction artistique, cette dernière étant manifestement inspirée de Fortnite. La campagne Kickstarter aura probablement débuté à l’heure où vous lirez ces lignes, si d’aventure vous n’avez pas encore atteint le seuil de l’indigestion. En tout cas, on souhaite d’ores et déjà bonne chance… non pas aux créateurs, mais aux joueurs qui se feront abattre les premiers et risquent de s’emmerder ferme s’ils n’ont pas un bon bouquin ou une Switch sous la main. G.M.


Hackers ouverts (en deux)

Hackers ouverts (en deux) P

UBG Corp, développeur d’un jeu multi dont le nom m’échappe, a annoncé l’arrestation de quinze personnes en Chine, coupables d’avoir développé et hébergé des logiciels de triche pour son titre (j’ai son nom sur le bout de la langue, ça va me revenir…). Le communiqué fait également état d’amendes dont le montant total s’élève, pour le moment, à plus de cinq millions de dollars. Vous vous dites probablement que cela fait beaucoup pour du « simple » cheat dans un jeu de pan-pan. Mais en réalité, les logiciels mis à disposition contenaient, en plus, divers virus permettant de prendre le contrôle à distance des machines et de siphonner des informations personnelles. Preuve supplémentaire, s’il était besoin, qu’il faut vraiment posséder un QI de poule alcoolique pour avoir recours à ce genre de logiciel. G.M.

 


Télex

Vous reste-t-il de la place sur votre armoire normande pour une 492e extension à Cities : Skylines ? Ça tombe bien, « Parklife » arrive fin mai et permettra de développer les parcs de votre ville, de remplir de verdure les espaces entre les buildings et de créer des districts consacrés à la nature. A.


Personne ne veut casquer

Il fut un temps où CCP fonçait vers les casques de réalité virtuelle, le pied sur l’accélérateur et les mains sur le klaxon. Mais ça, c’était avant que le studio n’abandonne, il y a six mois maintenant, toute velléité de produire des jeux qui exploitent ces équipements. Interrogé sur ce curieux retournement de veste par le site Rock Paper Shotgun, le PDG de l’entreprise a tout simplement affirmé que le nombre de joueurs équipés d’un Oculus ou d’un Vive représentait un marché trop petit, qui ne mérite pas davantage d’investissements. Pire encore, ce sont les jeux produits par CCP qui n’ont pas réussi à convaincre, puisque leurs ventes étaient inférieures aux estimations les plus pessimistes du studio. Allez, encore quelques mois et vous devriez pouvoir trouver des offres « un acheté, un offert » pour ces formidables ponceuses oculaires. K.L.


Un incroyable talon

Un incroyable talon I

ncroyable mais vrai : on n’a pas encore fait le tour des accessoires pro-gaming-performance-tavu pour e-sportifs. Un nouveau pas vient d’être franchi avec la commercialisation de la première paire de chaussures officielles qui conférera souplesse, dextérité et respiration aux orteils délicats des membres de l’équipe professionnelle The Immortals. Conçue par K-Swiss, elle sera disponible en décembre prochain et vendue 110 dollars. Parce que soigner son kill-ratio, ça n’a pas de prix. Bon, au moins c’est clair : j’ai intérêt à me dépêcher de mettre au point ma crème anti-hémorroïdes pour joueurs de Counter-Strike tant que le créneau est libre. G.M.


Dans la vallée, oh oh

Dans la vallée, oh oh C

e n’est pas tous les jours que Valve annonce un nouveau jeu. C’est pourtant ce qu’ils ont fait le 21 avril. Non, pas un jeu avec un « 3 » dans le titre, ç’aurait été trop facile. Ils ont plutôt annoncé avoir acheté Campo Santo, le développeur de Firewatch, et donc son prochain jeu, In the Valley of Gods, où l’on suivra deux réalisatrices de documentaires dans l’Égypte du début du XXe siècle. Les douze employés de Campo Santo vont déménager de San Francisco à Seattle pour s’installer chez Valve où, promet leur nouvelle maison-mère, l’équipe restera intacte et ne sera pas forcée de créer à la chaîne des chapeaux pour TF2 et des couteaux pour CSGO. Dommage, ça me paraissait pourtant une punition appropriée pour ces sociaux-traîtres qui se vendent au grand capital. N.

 


S'il vous arrive de payer des impôts, vous avez dû voir la vidéo sur le prélèvement à la source en autoplay sur impots.gouv.fr. La vidéo étant hébergée sur Youtube, Google sait qui se connecte et quand, ce qui sera bien utile pour montrer aux retardataires des publicités pour des crédits revolving. L.-F.S.


Bourse folle

Signe que l’e-sport continue de déployer ses tentacules dans notre quotidien (ce qui est plus douloureux que ça en a l’air), une université de l’Ohio vient d’annoncer qu’une bourse d’un montant de 4000 dollars maximum serait prochainement offerte à celles et ceux qui répondront à leurs « exigences académiques et compétitives », notamment sur Fortnite. Le titre d’Epic vient en effet d’être intégré aux programmes de l’université d’Ashland, qui espère monter une équipe pour la représenter lors des prochaines « compétitions universitaires de jeux vidéo ». Une équipe judicieusement baptisée « les Eagles d’Ashland » car tout le monde sait qu’un bon joueur de Fortnite, Eagle tout le temps. K.L.


Exclu mondiale : nous n’avons pas la date de sortie de la Playstation 5

Exclu mondiale : nous n’avons pas la date de sortie de la Playstation 5 Q

uand la Playstation 5 sortira-t-elle ? Le site Semiaccurate a affirmé mi-avril qu’un paquet de devkits (des prototypes de la console) avaient déjà été envoyés à de nombreux studios, et parlait même d’une sortie pour... fin 2018. Kotaku a cherché à en savoir plus en interrogeant un tas de développeurs, y compris chez les gros studios first-party de Sony, et descend la rumeur en flammes : « Tous les designers, artistes et ingénieurs travaillant sur des jeux prévus pour 2019 et au-delà, m’ont affirmé n’avoir aucune info sur la Playstation 5 », peut-on lire dans l’article. Si des prototypes de PS5 sont dans la nature, ce seraient probablement des « super early devkits », c’est-à-dire des boîtiers PC reprenant à peu près les spécifications supposées de la future console. Relayant des murmures captés lors de la dernière GDC, le journaliste de Kotaku parie plutôt sur une sortie en 2020. A.


Witcher and chill

Witcher and chill P

uisqu’un éventuel The Witcher 4 n’est toujours pas à l’ordre du jour chez CD Projekt (ils sont très occupés à terminer Cyberpunk 2077), il va falloir se contenter de la télévision pour retrouver Geralt of Rivia, son regard de feu, ses épaules larges, son torse musclé, sa voix troublante. Son déménagement sur Netflix vient d’être officiellement annoncé pour 2020, avec une série télé de huit épisodes (« le bon chiffre d’un point de vue créatif, pour éviter le coup de mou de mi-saison », dixit la productrice Lauren S. Hissrich). Le script du pilote est déjà rendu et le tournage devrait bientôt débuter en Europe de l’Est. Reste la question du casting, puisque l’acteur incarnant notre héros barbu n’est toujours pas connu. Les sites spécialisés pronostiquent Mads Mikkelsen, Viggo Mortensen ou Nikolak Coster-Waldau (Jaime dans Game of Thrones), et bien sûr Bojack Horseman pour jouer Roach. A.

 


Vous soupirez régulièrement « Ah, Total Annihilation... », les yeux perdus dans le vide ? Allez donc jeter un œil à Zero-K, qui entend rendre hommage au saint patron des STR sans demander un centime aux joueurs. K.L.


Battleroyale V

On a bien rigolé, il y a quelques mois, en voyant tous les studios sortir leur battle royale. Eh bien, autant vous dire qu’on ne se marre plus trop depuis qu’on a appris que Dice était en train de prototyper un mode battle royale pour Battlefield V. Selon certaines sources proches du dossier (j’aime bien écrire ça, ça me donne l’impression qu’on est des gens sérieux), ce mode s’inspirerait lourdement de PlayerUnkown’s Battlegrounds et Fortnite, et réunirait cent joueurs sur une carte dont le périmètre se réduit jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un seul participant en vie. Bien entendu, Electronic Arts s’est refusé à faire le moindre commentaire, sans doute pour ne pas avoir à répondre à des questions telles que « mais vous avez vu comment ça s’est terminé pour les MMORPG et les moba ? » ou « vous êtes juste inconscients ? » K.L.


Amicalement vôtre

Amicalement vôtre D

epuis sa sortie en 1993, Doom a été moddé dans tous les sens. On trouve de l’ultra-violent, du mignon, du militaire, du cartoon, du réaliste, de l’humoristique, de l’expérimental, du poétique et même du pornographique. Mais on n’avait encore rien vu comme Mr. Friendly , un mod qui permet de taper la discute avec les démons. Comme dans Animal Crossing, le joueur se promène et parle aux monstres qu’il croise. La plupart se contentent de lui répondre par une petite phrase mignonne mais certains lui confient des quêtes : retrouver des pages de leur journal intime éparpillées dans le niveau, ou prendre des nouvelles de leur ex. Et quand il en a marre de jouer les coursiers, notre héros peut également pêcher du poisson ou utiliser un pistolet magique pour intervertir les textures des murs. Ne cherchez pas. L.-F.S.


Donjons et Dragage

Donjons et Dragage L

e problème, quand on est un créateur célèbre, c’est que non seulement on finit quand même par mourir comme tout le monde, mais qu’en plus après des gens viennent fouiller dans vos affaires pour les balancer sur la place publique – et tenter au passage de gratter quelques thunes grâce à la publication d’inédits. Pour parer à ce problème, le regretté Umberto Eco suggérait aux écrivains de glisser des passages gênants dans leurs textes, par exemple des phrases comme « j’aime jusqu’à tes troublantes flatulences » dans leur correspondance amoureuse. Gary Gygax, le créateur de Donjons & Dragons, n’a visiblement pas pris cette précaution, puisque son fils Alex va tenter de financer sur Fig l’adaptation en jeu vidéo des créations inédites de son barbu de père. L.-F.S.

 


Comme dit ma voisine, « aujourd’hui, tout va trop vite, mon bon monsieur ». C’est vrai, Paulette, regardez Radical Heights : moins de trois semaines après sa sortie, le battle royale de Cliffy B a déjà perdu plus de 80 % de ses joueurs, passant sous la barre des 2 000 connectés simultanés. G.M.


Casino belge

La Belgique a beau être un pays compliqué, elle est capable de prendre des positions claires sur des questions épineuses. La Commission des jeux de hasard a examiné au cours des derniers mois la pratique des loot boxes, ces boîtes remplies de contenus aléatoires vendues aux joueurs. Ses membres ont étudié la façon dont elles fonctionnaient dans quatre jeux (OverwatchStar Wars Battlefront 2Fifa 18 et Counter Strike : Global Offensive). Ils ont conclu qu’elles s’apparentaient aux jeux de hasard, et que, afin de protéger les consommateurs, et notamment les plus jeunes, il convenait de leur appliquer les mêmes règles. Et, dans le cas d’enfreintes à ces règles, de leur appliquer les mêmes poursuites pénales. Plus tôt dans la semaine, l’autorité néerlandaise des jeux vidéo était arrivée peu ou prou à la même conclusion. M.K.


Schadefreude

Schadefreude M

ichael Schade, cofondateur de Rockfish Games, n’est pas content. Sa boîte avait fait appel à une agence d’« influenceurs » pour qu’ils jouent à Everspace sur leurs chaînes Twitch et Youtube. Un boulot pas trop difficile, qui plus est payé 5 000 euros de l’heure. Mais le résultat s’est révélé catastrophique. Après avoir commencé sa vidéo en disant « je dois arrêter de jouer à Destiny 2 parce que là on m’a payé pour jouer à un jeu spatial, mais j’aime pas les jeux spatiaux », l’un des influents a joué comme un crétin pendant les deux heures pour lesquelles il avait été payé 10 000 euros. « Sur les vingt influenceurs que nous avons payés pour jouer à Everspace, à peine cinq faisaient l’affaire », s’est plaint Schade. Ça lui apprendra à développer des jeux intelligents. L.-F.S.

 


Rick Dickinson est mort. Cela ne vous dit peut-être rien, mais il s’agit du designer industriel de Sinclair qui a donné leur look à plusieurs des premiers ordinateurs grand public des années 1980 : le ZX80, le ZX81, le ZX Spectrum. Sans lui, l’informatique aurait eu un autre visage. M.K.