386
Sortie en kiosque
le 1 septembre 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 22 août 2018

Canard PC 386 : Édito

News du CanardPC N°384

Agony fait ni à faire

Agony fait ni à faire V

ous avez aimé Agony ? Ah bon ? Vraiment ? Eh bien, vous allez être contents, puisqu’une version unrated d’Agony est dans les tuyaux. Le walking simulator laid et prétentieux de Madmind Studio se verra ainsi enrichi de quelques nouveautés, telles qu’un nouveau mode de jeu et, surtout, des scènes coupées au montage, de « nouvelles animations érotiques » et des « textures et modèles haute résolution non censurés », ce qui veut sans doute dire « avec des tétons, des teuchs et des teubs ». Les amateurs de bon goût pourront poser les mains (façon de parler) sur toutes ces nouveautés d’ici « environ trois mois », sans doute pour pas cher, puisque les développeurs veulent que les possesseurs du jeu d’origine puissent acheter la version Unrated à vil prix, voire en disposer sous forme d’un DLC gratuit. La chance ! L.-F.S.

 


Koei Tecmo vient d’annoncer Dead or Alive 6. Au rayon des nouveautés : une nouvelle jauge qui permet de balancer une super attaque, une touche pour faire une mini-combo et sûrement 35 000 polygones de plus dans la poitrine de chaque combattante. Tout ça sur Xbox One, PlayStation 4 et PC, en 2019. K.L.


Microsoft studieux

Lors de sa conférence à l’E3, Microsoft a annoncé que cinq nouveaux studios venaient de rejoindre officiellement ses rangs. Sans surprise, nous apprenons donc que Undead Labs vient d’être racheté, sans doute parce que son State of Decay 2 s’est écoulé à deux millions d’exemplaires. Un studio suivi par Playground Games et ses Forza Horizon, Ninja Theory et son Hellblade : Senua’s Sacrifice, Compulsion Games avec We Happy Few et enfin, The Initiative. Non, pas d’exemple pour ce dernier studio qui vient d’être fraîchement monté, afin de « créer de nouvelles expériences de jeu révolutionnaires ». Rien que ça. À terme, cette stratégie devrait permettre à l’éditeur d’obtenir plus d’exclusivités pour la Xbox One ce qui, après une année 2018 limitée à Sea of Thieves et State of Decay 2, est loin d’être un mauvais plan. K.L.


Ouvrez les valves

Ouvrez les valves 6

juin : dans un long post publié sur le blog de Steam et censé clarifier la position de l’entreprise, un employé de Valve du nom d’Erik Johnson affirme que Steam continuera à accepter n’importe quel jeu, à l’exception de « ceux qui sont illégaux ou constituent des trolls manifestes », non pas tant par attachement à la liberté que parce que « le débat a lieu au sein même de Valve ». 7 juin : les réactions se multiplient. Moonscript, le fondateur d’Itch.io, explique que le contenu « discriminatoire et dégradant » n’a rien à faire sur sa plateforme. Eurogamer accuse carrément Valve de lâcheté dans un article (cpc.cx/m5U). 8 juin : Valve décide de supprimer de sa plateforme AIDS Simulator et une poignée d’autres jeux « controversés », au grand désespoir de Kahn Lusth, qui rêvait de les faire figurer dans ses « Poubelles de Steam ». L.-F.S.


Archéoludologie

Archéoludologie I

nternet nous réserve encore bien des surprises. Tenez, pas plus tard qu’hier, j’ai découvert l’existence du subreddit /r/ToastersGW, dont les cinq mille et quelque abonnés postent des photos sexy de grille-pains. Mais ce n’est rien à côté de la trouvaille de Saint, un youtubeur. Il serait tombé, rapporte le site Motherboard, via un site de torrents privé, sur un étrange répertoire « DO NOT UPLOAD » (ne pas mettre en ligne) contenant environ soixante-dix jeux japonais que tout le monde croyait perdus pour toujours. Parmi ces raretés, on compte par exemple Labyrinthe, un jeu de puzzle développé par Caravan Interactive, que les amateurs de curiosités cherchaient en vain depuis 1998. L.-F.S.

 


La Team Ninja (pfrrrrrhihihi... pardon) vient d’annoncer une suite à Nioh. Judicieusement baptisée Nioh 2, celle-ci permettra aux joueurs et aux joueuses de se façonner un avatar sur mesure. Hélas, aucune date de sortie et une exclusivité qui, a priori, limitera le titre à la Playstation 4. K.L.


Ils vont vous demander Neptune

À l’origine, « The Forgotten City » était un mod pour Skyrim plutôt réussi, qui invitait le joueur à explorer une mystérieuse cité naine. Mais ça, c’était avant que ses créateurs ne topent plus de 200 000 téléchargements sur nexusmods.com et se disent qu’il serait peut-être temps de monter un vrai studio afin de vendre le fruit de leurs efforts. Ainsi, nous venons d’apprendre que Modern Storyteller va « réimaginer » son mod, afin d’en faire un véritable jeu sous Unreal Engine. Toujours appelé The Forgotten City, le titre nous emmènera sur la piste d’une vingtaine d’explorateurs qui ont été transformés en or, après avoir enfreint une règle obscure dans une cité romaine enfouie. En bref, un trip où l’on changera trente fois de slip avec de l’épouvante, de l’infiltration, du combat et même de l’escalade. Tout ça pour 2019, si Jupiter le veut. K.L.


D. le maudit

D. le maudit C

’est avec une bande-annonce d’une minute et dix secondes que Bethesda et Id ont annoncé l’existence de Doom Eternal. Une minute dix, c’est bien peu, assez toutefois pour nous communiquer ces informations essentielles : l’action se déroulera sur Terre envahie par les démons (comme Doom 2) et on pourra y combattre des arachnotrons, des arch-viles et des élémentaires de la douleur, les seuls monstres historiques de Doom 2 qui ne figuraient pas au casting du reboot de 2016. Ah, et aussi des nouveaux machins avec des lames enflammées et des gros vers qui sortent du sol, parce qu’après tout, il n’est pas interdit d’innover une fois qu’on a épuisé la fibre nostalgique des joueurs trentenaires. Plus d’informations lors de la QuakeCon 2018, qui se tiendra du 9 au 12 août prochain. L.F.-S.


Explosion programmée

Explosion programmée A

u milieu d’une conférence Xbox plutôt bien remplie (une fois n’est pas coutume), Microsoft continue de se traîner un boulet depuis 2014 : Crackdown 3. Cette année encore, le jeu n’était pas présent sur le salon et n’était représenté que par une maigre bande-annonce. Et cette année encore, alors qu’il était initialement prévu pour 2016, Crackdown 3 a été repoussé. Il sortira finalement le 22 février 2019, soit le même jour que Days Gone (chez Sony), Anthem (chez Electronic Arts) et Metro Exodus (chez THQ Nordic). Autant dire que Microsoft l’envoie au casse-pipe. Peu importe à vrai dire, car le premier Crackdown, qui a certes vieilli graphiquement mais reste un jeu très agréable, est désormais jouable sur Xbox One (dans une version améliorée qui plus est) grâce à la rétrocompatibilité, ce qui rend cette nouvelle suite tout à fait dispensable. N.

 


J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Lawbreakers, le pénible FPS multijoueur de Boss Key Productions, est disponible gratos sur Steam depuis le début du mois de juin. Et dans trois mois le studio met la clé sous la porte, et les serveurs du jeu fermeront. Débrouillez-vous pour trouver quelle nouvelle est la bonne. L.-F.S.


Impasse saisonnière

Pendant qu’Electronic Arts s’apprête à lâcher la bride sur ses DLC avec Battlefield V, Activision se remonte les manches et resserre les écrous de sa machinerie au maximum. Les DLC de Call of Duty : Black Ops 4 qui apporteront des cartes ou de nouveaux modes de jeu ne seront en effet pas vendus séparément, et les joueurs devront acheter le season pass pour en profiter. Parce qu’après tout, c’est toujours sympa de pousser ses clients à acheter des choses à l’aveuglette. Naturellement, cette annonce rend fous de rage les fans de la licence et Treyarch vient jouer au pompier sur Reddit, en affirmant que le studio entend haut et fort les critiques. Reste donc à voir si cela sera suffisamment « haut et fort » pour monter jusqu’aux derniers étages de la tour Activision. K.L.


Fans, je vous aime

Fans, je vous aime S

i la conférence E3 d’Ubisoft était pleine de nouveautés l’an passé (il faut dire que les Guillemot voulaient donner envie à leurs investisseurs pour contrer l’offensive boursière de Vincent Bolloré), celle de 2018 a surtout présenté les mêmes jeux, et parfois en en montrant encore moins. Ainsi de Beyond Good & Evil 2 n’a-t-on aperçu qu’une cinématique et trois secondes du jeu. Mais Ubisoft Montpellier avait tout de même une surprise : un programme de création communautaire (et payé !) d’une partie de la musique et des textures du jeu, en partenariat avec le site spécialisé HitRecord. D’un côté, pourquoi pas, c’est une façon de payer des moddeurs amateurs (en un sens, puisqu’ils font ça avant la sortie et pas après). D’un autre côté, Ubisoft et HitRecord n’ont pour l’instant prévu que 50 000 dollars au total pour toutes les contributions, ce qui semble très peu. N.


Dernier algo à Paris

Dernier algo à Paris P

arce que pendant l’E3, les affaires continuent, voici l’heure de la news déprimante. Le site d’information économique Quartz nous apprend en effet qu’Amazon, la célèbre entreprise de vente de machins et de trucs bien connue pour sa philanthropie et son respect du bien-être de ses employés, a commencé à automatiser ses cols blancs. Rappelons que les cols blancs, contrairement aux colverts, ne vivent pas dans des mares mais dans des bureaux, où ils exercent des métiers ingrats, par exemple de la prospective pour tenter de prédire la demande de certains produits. C’est précisément ce genre de tâches qu’Amazon entend automatiser avec son projet « hands off the wheel » (traduction joyeuse : « hop ! sans les mains ! »), des algorithmes censés à l’origine aider les prévisionnistes dans leurs décisions, jusqu’au jour où la boîte a réalisé que les algos se débrouillaient très bien tout seuls. L.-F.S.

 


Netflix, qui « ne se lance pas dans le jeu » mais va intégrer toute la première saison de Minecraft : Story Mode (de Telltale) à son app, a aussi commandé à Telltale un jeu vidéo épisodique basé sur sa série Stranger Things. Qu’est-ce que ça serait s’ils se lançaient dans le jeu vidéo... N.


Mavericks : Fais déjà tes preuves

À chaque E3, un studio débarque en annonçant n’importe quoi. C’est comme ça, on n’y peut rien mais au moins, ça a le mérite d’amuser la galerie. Cette année, ce sont donc les développeurs de Mavericks : Proving Grounds qui ont fait glousser dans les chaumières avec leur battle royale. Mais attention, pas n’importe quel battle royale puisque celui-ci réunira environ 400 joueurs par match lors de sa bêta, avant de passer à 1 000 pour sa sortie. Bien sûr, impossible de caser autant de monde dans l’équivalent d’une carte de Counter-Strike, c’est pourquoi le studio annonce également que les affrontements auront lieu sur un terrain de 25 600 hectares. Enfin, l’environnement sera destructible et même qu’une faune gambadera paisiblement au milieu des fusillades. Aucune date n’a accompagné cette annonce, mais autant vous dire qu’on va l’avoir à l’œil. K.L.


Le mariage des farfelus et des Suédois

Le mariage des farfelus et des Suédois L

e marché du jeu vidéo, avec 49 287 sorties quotidiennes sur Steam, est devenu bien encombré. Les petits studios indés savent désormais qu’ils ont besoin de s’adosser à un gros éditeur pour ne pas être noyés dans la masse. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que les développeurs américains de Harebrained Schemes (en français « combines farfelues ») se sont jetés dans les bras de Paradox pour 7,5 millions de dollars, ce qui leur permettra d’acheter un beau petit deux-pièces à Paris (s’ils négocient bien). Paradox vient tout juste de publier son dernier titre, Battletech, et manifestement les ventes ont été satisfaisantes. Harebrained Schemes est également connu pour la série de jeux de rôle Shadowrun, mais vu l’orientation de leur nouveau proprio suédois, ils sont partis pour nous pondre une ribambelle de jeux de stratégie-tactique au cours des prochaines années. A.


Abrams prêt à tout sacrifier

Abrams prêt à tout sacrifier J

.J. Abrams a fait Lost, Alias, Mission impossible 3, Armageddon, des films Star Trek, et a récemment accédé au rang de demi-dieu du monde occidental en recevant l’honneur d’écrire la nouvelle trilogie Star Wars. Mais ce loser pathétique n’a encore jamais réussi à faire quoi que ce soit dans l’univers du jeu vidéo. Il fallait corriger cette souillure, alors sa société de production, Bad Robot, vient de s’allier au géant chinois Tencent et à Warner Bros. pour monter une division qui sera chargée de produire aussi bien des titres indés que de gros jeux triple A. L’ami J.J. (qu’il faut prononcer Jay-Jay, sinon les gens vous jugeront négativement) explique qu’il est un « énorme fan de jeu vidéo » et qu’il a « très envie de bosser avec les outils dont disposent les développeurs ». Rendez-vous donc dans un an pour l’annonce d’un battle royale sur l’île de LostA.

 


Soulcalibur VI, le prochain épisode du jeu de baston préféré des gens qui n’aiment pas les jeux de baston, sortira sur PC, Playstation 4 et Xbox One le 19 octobre 2018. L.-F.S.


Clownez-leur le bec

Tripwire vient d’annoncer « Treacherous Skies », un DLC gratuit qui devrait être disponible cet été pour Killing Floor 2. Les monstres du jeu y seront remplacés par des automates, des clowns zombifiés et des mutants, tandis que les joueurs seront coincés sur un bateau volant aux allures steampunk, avec obligation de remplir une série d’objectifs pour que celui-ci puisse atterrir en sécurité. Parce que manifestement, se faire attaquer par des hordes de monstres n’aide pas le capitaine à voler bien droit. Cette mise à jour s’accompagnera de quelques retouches du gameplay, dont une qui mettra toutes les armes sur un pied d’égalité en permettant aux joueurs de les améliorer jusqu’à la fin du match, afin d’obtenir par exemple un sympathique fusil à quadruple canon. Une bonne nouvelle, pour peu que vous ne soyez pas atteint de la phobie des clowns (autrement appelée coulrophobie). K.L.


Pendant ce temps, chez les dangereux communistes de Microsoft

Pendant ce temps, chez les dangereux communistes de Microsoft J

e ne sais pas quoi penser. Tous mes repères sont bouleversés. Microsoft, qui a racheté Minecraft en 2014 pour la modique somme de deux milliards de dollars, a réfléchi un temps à développer une suite, en bonne grosse mégacorporation prête à tout faire pour rentabiliser son investissement. Et il s’est passé une chose extraordinaire. Plutôt que de faire des saltos arrière de joie capitaliste en regardant les prévisions du département marketing, ils se sont dit que... non. Phil Spencer, patron de la division Xbox, l’a affirmé à Eurogamer : « Nous avons choisi de ne pas faire de Minecraft 2 sur Xbox One pour forcer les joueurs à acheter la console. Ça n’est pas ce qu’ils veulent, ils veulent juste que Minecraft s’améliore. » Mais enfin, Phil, il y avait des millions de dindons prêts à acheter Minecraft 2 ! C’est quoi votre prochain délire ? Faire rentrer Olivier Besancenot au conseil d’administration ? A.


Starfield : le trou noir

Starfield : le trou noir L

ors de l’E3, Fallout 76 et The Elder Scrolls VI n’ont pas été les seuls jeux révélés par Bethesda. Il y a aussi eu Starfield et sa bande-annonce d’une minute trente ne dévoilant absolument rien du tout. On sait que le titre et son univers de science-fiction sont en gestation depuis plusieurs années (la marque a été déposée en 2013 par Bethesda), qu’une version de développement jouable tourne déjà dans le studio, et que le titre est destiné à la next-gen – la prochaine génération de consoles, qui n’arrivera pas avant 2020 d’après les rumeurs les plus optimistes. Il n’est même pas encore certain que la bestiole soit un jeu de rôle. Vous pouvez néanmoins être certain que les développeurs de Mass Effect ont déjà commencé à transpirer sous la chemisette. A.

 


Il y aura une suite à The Culling, le battle royale abandonné par ses développeurs quelques mois après sa sortie d'accès anticipé. Le jeu « suivra les évolutions que le battle royale a connues depuis quelques années », ce qui en langage normal signifie « on tente de découvrir la recette du clonage de PUBG ». I.


Des vacances aux Blades

Blades sera bel et bien le prochain titre de la série des Elder Scrolls. Prévu pour le 1er septembre sur Android et iOS, le... Attendez, ne partez pas tout de suite. Vous allez voir, il y a un rebondissement rigolo à la fin. Donc, comme je vous le disais, ce titre prévu pour Android et iOS ressemble fortement à Oblivion. Du moins à un Oblivion simplifié, dans lequel on se bat en essuyant son écran avec son gros doigt tout gras. Le cœur du gameplay semble être l’exploration de donjons et la chasse au butin qui l’accompagne, afin d’obtenir les ressources nécessaires à la reconstruction de votre ville qui vient d’être détruite. Et le twist rigolo ? Ça va sortir plus tard sur PC et consoles. Voilà, n’oubliez pas de respirer pendant que vous éclatez de rire. K.L.


Attention, ce DLC n'a pas été développé par Shakespeare

Attention, ce DLC n'a pas été développé par Shakespeare A

près avoir rincé Don’t Starve pendant quelque chose comme 300 heures, j’avoue n’avoir jamais trop accroché aux deux premiers DLC qu’étaient « Reign of Giants » et « Shipwrecked ». Mais bon, puisque Klei insiste... À l’E3, le studio de Vancouver a dévoilé « Hamlet », une troisième extension de leur méga-hit. La nouveauté centrale de ce DLC semble étirer la présence d’un vrai petit hameau (hamlet en anglais) peuplé de cochons aristocratiques, avec maisons cossues, parcs et boutiques. On y voit aussi des phases d’exploration de grottes pleines de pièges qui rappellent beaucoup Indiana Jones, ainsi que tout un bataillon de nouveaux ennemis (plantes, bestioles terrestres et marines...) qui me feront sûrement rage-quitter le jeu plein d’aigreur. A.


Descent à la hausse

Descent à la hausse I

l n’y a pas que les gros éditeurs qui font des annonces à l’E3. Devolver y a par exemple dévoilé cette année une édition remasterisée de Metal Wolf Chaos, un vieux jeu de From Software. Et Little Orbit (jusqu’à présent surtout éditeur de jeux Barbie et Kung-Fu Panda, mais qui n’a pas fait d’erreurs dans sa jeunesse ?) y a annoncé Descent, un reboot du shooter en gravité zéro de Parallax Software en 1995. Il s’agit en fait du même projet que Descent Underground (qui, après deux ans d’accès anticipé, avait discrètement disparu de Steam il y a quelques mois), mais renommé, retapé et avec un mode solo rajouté. Épatante coïncidence : le 31 mai est sorti Overload, un shooter en gravité zéro qui ressemble beaucoup à Descent (celui de 1995) et c’est bien normal puisqu’il a été développé par des vétérans de Parallax. Qui aurait parié sur cette tendance pour 2018 ? N.

 


Télex

C’est confirmé, il ne faut pas attendre Arma 4 avant quelque chose comme 2021. Bohemia a affirmé qu’Arma 3 était encore là « pour plusieurs années » ; hélas, à part quelques mises à jour, des DLC issus du modding et une mission solo pour Apex, il n’y aura pas grand-chose de neuf avant 2020. I.


Sérieusement ?

Sérieusement ? C

roteam a profité de l’E3 pour dévoiler davantage le futur Serious Sam 4. Le jeu se déroulera dans la campagne française (OK, pourquoi pas), ses niveaux seront très ouverts pour valoriser l’exploration même s’il ne s’agira pas d’un open world (OK, comme avant), on pourra s’y déplacer à pied mais aussi en moto ou dans une moissonneuse qui déchiquettera les ennemis (OK, plagiat de Far Cry 5), le nouveau moteur pourra afficher 100 000 ennemis en même temps à l’écran (OK... euh... attendez... si, c’est bien ça, 100 000. Non seulement ça n’a aucun sens ni aucun intérêt, mais en voyant tourner le jeu, on se dit qu’au lieu de promettre n’importe quoi les développeurs auraient mieux fait de mettre un coup de Polish sur leur moteur, parce que là ça se voit qu’il date de 2011 les gars, vous abusez, avec vos conneries j’ai presque oublié de fermer ma parenthèse. Voilà). L.-F.S.


Dites adieu au tchat de gouttière

Dites adieu au tchat de gouttière A

près avoir été pendant plus d’une décennie la caricature du tchat basique et sans saveur, la messagerie Steam va « bientôt » bénéficier d’une énorme refonte, à laquelle les plus impatients peuvent déjà goûter par le truchement d’une bêta ouverte. Non seulement les discussions intégreront parfaitement les liens Youtube, les images et les gifs, mais un simple clic permettra de créer des discussions de groupe, qui pourront être permanents et s’ouvrir à chaque démarrage de Steam. La liste d’amis entrera elle aussi dans le XXIe siècle avec des infos plus précises sur les occupations de chacun. Il serait tentant d’en conclure que Valve a enfin senti sur sa nuque le souffle rauque de l’ogre Discord, qui est en train de devenir une énorme plateforme de discussion pour les joueurs du monde entier. Mais non, vu comme chez Steam on est déconnecté de la réalité, tout ça reste sans doute une simple coïncidence. I.

 


Pan sur la bécane. Kahn Lusth s’est trompé sur le prix de State of Decay dans le dernier numéro de Canard PC. Le jeu n’est pas vendu 50 euros, mais 30, et Kahn, avec la mansuétude qu’on lui connaît, a tenu à rectifier : « Ouais OK, à ce prix-là, ça vaut pas cinq sur dix mais six. » Voilà un beau geste. L.-F.S.