389
Sortie en kiosque
le 1 décembre 2018

S'abonner
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 20 novembre 2018

Canard PC 389 : Édito

News du CanardPC N°385

OK Google, détruis le marché du jeu vidéo

OK Google, détruis le marché du jeu vidéo L

e site Kotaku, qui s’appuie sur pas moins de cinq sources anonymes, confirme que Google prépare une plateforme de streaming baptisée Yeti, tournant sur du matériel propriétaire. Le principe serait identique à celui de la start-up française Shadow ou de Geforce Now : de gros PC, hébergés dans les centres informatiques de Google, diffuseront des jeux vidéo via une connexion internet. La multinationale serait en train de débaucher par brouettes entières des vétérans de l’industrie chez Electronic Arts, Microsoft, Sony, et aurait mené des rendez-vous secrets à l’E3 pour présenter son projet. Kotaku rapporte que Google chercherait même à acquérir de gros studios de jeu vidéo afin d’attirer les clients avec des exclusivités. À bientôt pour vous annoncer qu’ils ont racheté CD Projekt et que Cyberpunk 2077 sera une exclu de Google SuperGamez, nouvelle plateforme sur tablettes Android. A.

 


Le premier épisode de Life is Strange 2 sortira le 27 septembre. Ça laisse peu de temps pour préparer un stock de mouchoirs pour sécher les larmes à venir, car ils sont comme ça chez Dontnod : talentueux mais cruels. I.


C’était pas sa guerre

Courant 2014, Amy Hennig (connue notamment pour avoir été directrice créative d’Uncharted) était embauchée en grande pompe par Electronic Arts, afin de bosser chez Visceral sur un jeu estampillé Star Wars. Malgré quelques signes alarmants, comme une sombre histoire de sous-effectifs et un Lucasfilm tatillon qui exige de valider le moindre pixel, le projet semblait suivre son cours. Finalement, EA a annoncé la fermeture de Visceral et la reprise du projet par son studio de Vancouver à la fin 2017, laissant croire au passage que Hennig continuait de travailler sur ce projet. « Mais pô du tout ! », comme on dit dans les milieux autorisés. Cette dernière vient d’expliquer à Eurogamer qu’elle ne travaille plus pour EA depuis janvier et que le jeu aurait pris une direction « plutôt différente » avant son départ. Pas sûr que ce soit rassurant. K.L.


Ivre, il crée un Fallout multijoueur

Ivre, il crée un Fallout multijoueur C

hez Bethesda, on assume toujours aussi difficilement d’avoir osé sortir des sentiers battus. Peu après l’annonce de Fallout « cul entre douze chaises » 76, le jeu de PvP dans lequel il ne faut pas tirer sur les autres joueurs, Todd Howard est apparu en pleine nuit chez un journaliste du site Games Industry. Ruisselant de sueur, le créateur du jeu de rôle sans dialogue a supplié qu’on publie ses propos confirmant que le multijoueur ne représentait pas un changement de direction majeur pour Bethesda, qui continuerait donc à créer des aventures purement solo à l’avenir. Le jeu de survie où survivre ne demande aucun effort ne devrait donc pas devenir la norme des jeux estampillés BGS, et franchement on est un peu déçus ici, car on espérait fort un Elder Scrolls VI avec des missiles nucléaires à envoyer sur la tronche des autres joueurs. I.


Le déçu des cartes

Le déçu des cartes I

l y avait une époque où le studio Mojang (créateur de Minecraft) s’occupait d’un jeu de cartes absolument fabuleux, Scrolls. Bon, en quatre ans de développement les Suédois n’avaient pas été foutus de réduire la durée des parties à moins de quarante minutes, mais malgré tout il s’agissait d’un CCG passionnant, profond, complexe, une superbe réponse aux jeux de cartes de supermarché à la Hearthstone (c’est la vérité et vous le savez). Le jeu était tombé aux oubliettes peu après le rachat de Mojang par Microsoft, mais il renaît aujourd’hui de ses cendres sous un nouveau nom, Caller’s Bane. Ironie de la chose : payer des serveurs pour le jeu aurait un trop grand coût pour cette petite PME du Loir-et-Cher qu’est Microsoft. Le studio se contente donc de publier un genre de code source en acceptant magnanimement que les joueurs ouvrent leurs propres serveurs. Plus radin, tu meurs. I.

 


Adam Kiciński, le boss de CD Projekt Red, a d’abord annoncé qu’il n’y aurait plus de The Witcher. Puis il a été révélé que le studio bossait sur un nouveau RPG (en plus de Cyberpunk 2077) prévu pour 2021. Enfin, l’ami Adam a dit à un site polonais qu’il ne comptait pas abandonner l’univers The Witcher, « dont les fans sont très friands ». Je vous laisse spéculer.


En plein dans les faits

Pendant l’E3, Sony a révélé que sa version de Fortnite ne serait pas compatible avec celles disponibles sur Switch et Xbox One. Ce qui a bien sûr mis bon nombre de joueurs en rage, fâchés à l’idée de devoir payer plusieurs fois leur season pass. Face à la gronde, la firme japonaise a effectué un petit rétropédalage et expliqué qu’une solution était actuellement à l’étude. Rien n’a encore été annoncé, mais cette histoire a fait sortir John Smedley de son habituelle réserve. Équipé d’un fusil de chasse chargé au gros sel, l’ancien président de Sony Online Entertainment a visé les fesses de ses anciens collègues, puis ouvert le feu en expliquant que ces histoires étaient (à son époque) toujours motivées par l’argent, puisque Sony refuserait de laisser jouer ses joueurs avec du contenu acheté sur d’autres plateformes. Logique, mais violent. K.L.


LOTR gauche

LOTR gauche O

n savait que les moddeurs étaient des gens sérieux, capables de travailler dur pendant des années pour des jeux dont tout le monde se fout. On découvre aujourd’hui qu’ils sont aussi démesurément optimistes. Une équipe de fans a ainsi recréé The Battle for Middle-Earth, le chouette STR sauce Seigneur des Anneaux de 2004. Le trailer montre de jolis décors, d’impressionnants haradrims et d’âpres combats entre des orcs et des elfes. Le tout sera bientôt jouable en multi, et gratuitement de surcroît. Enfin, sauf si les légions d’avocats de Warner Bros. n’amènent pas tous les moddeurs dans les ténèbres pour les lier à des obligations juridiques. « On est confiants, au pire on fera un deal avec eux pour publier le jeu sous leur houlette », ont indiqué les moddeurs. Hélas, aucun aigle ne viendra les sauver lorsque les avocats de Warner les auront balancés dans une coulée de lave. I.


Échidné failure

Échidné failure L

e film Sonic, annoncé depuis 2014, sortira bel et bien fin 2019. Oui, c’est dans longtemps, et c’est loin d’être la seule bonne nouvelle de cette news. Il s’agira d’un mélange de prises de vue réelles et d’animation, ce qui devrait faire péter le nanaromètre. Le boss de Paramount nous apprend par ailleurs que le Sonic du film sera « un délinquant juvénile dont les aventures se dérouleront dans un cadre rural, en compagnie d’un flic du coin », avant d’ajouter que « l’idée lui a plu tout de suite » et qu’il était « curieux de voir où ça allait mener », ce qui prouve que si Hollywood commence à regarder en face les questions de harcèlement sexuel, le problème de la drogue reste entier. Enfin, cerise improbable sur ce gâteau dément, Jim Carrey, le célèbre antivax au visage mou, jouera le rôle du docteur Robotnik. La perfection, je vous dis. L.-F.S.

 


Télex

En 1998, on découvrait les merveilleux et impitoyables combats tactiques de Commandos : Behind Enemy Lines. Et puis, après un passage raté au FPS en 2006, la série a disparu. Jusqu’à aujourd’hui, car l'éditeur Kalypso vient de racheter Commandos et compte relancer la franchise. Il y a encore de l’espoir sur Terre. N.


Hollande, démission !

Depuis quelque temps, un nombre grandissant de contrées mettent des coups de pression aux développeurs et éditeurs de jeux au sujet des loot boxes. Après avoir voté une loi à ce sujet, les Pays-Bas sont venus coller leur front contre celui de Valve en lui disant « Koi ? Keskia ? Kestuvafere ?Note : 1 », ce qui n’a pas impressionné Gabe Newell et ses copains. Afin de se mettre en conformité, l’entreprise a en effet décidé de supprimer purement et simplement le marché Steam pour les joueurs hollandais. Désormais, ceux qui obtiennent des loot boxes sur Dota 2 ou Counter-Strike n’ont d’autre choix que de se les garder pour eux... Ou d’utiliser un VPN afin de continuer leurs petites affaires. Mais bon, personne ne fera ça, n’est-ce pas ? K.L.

Note 1 : Authentique accent hollandais.


Un peu à l'É3

Un peu à l'É3 D

’après les spécialistes d’ICO Partners, la couverture médiatique de l’E3 a été plus faible cette année, avec 5,5 % d’articles en moins par rapport à 2017. Employant la même méthodologie (un tracker qui compte le nombre d’articles mentionnant le salon), les mêmes avaient déjà constaté une baisse de 5,1 % entre 2016 et 2017. Absence d’une nouvelle génération de consoles ? Manque de renouvellement des jeux ? Simple variation statistique sans grande signification ? Les spécialistes rivalisent d’explications. Quant au cabinet de futurologie Canard PC, composé de mon boulanger et de la voyante dont j’ai trouvé la carte dans ma boîte aux lettres la semaine dernière, il maintient son analyse : tout va de mal en pis, l’industrie va disparaître, les jeux vidéo c’est foutu, achetez des pâtes et du riz et attendez l’apocalypse. L.-F.S.


IA qu'à faut qu'on

IA qu'à faut qu'on Q

uand il n’est pas occupé à troller Twitter pour voler à Notch le titre du milliardaire libertarien le plus relou, Elon Musk bosse sur quelques projets qui suscitent l’intérêt des gogos et des investisseurs californiens, comme d’envoyer des bagnoles dans l’espace et des gens sur Mars. Mais Musk-les-nouveaux-cheveux a aussi des lubies moins médiatiques, telles que OpenAI, une association qui vise à développer une « intelligence artificielle à visage humain » et dont les chercheurs, pas franchement humains pour le coup, ont fait jouer une IA à l’équivalent de 180 années de Dota 2 par jour pendant trois semaines. Un régime qui aurait suffi à dégoûter du jeu le plus attardé des fans mais pas notre IA, qui non seulement continue à jouer mais est désormais capable de battre des joueurs classés dans le top 1 % mondial. Pauvre bête. L.-F.S.

 


Clap de fin pour le Telltale Tool. Le moteur 3D des jeux Telltale sera utilisé pour la dernière fois dans la quatrième saison de The Walking Dead, avant de céder sa place à Unity. Une bonne nouvelle : le frame rate du moteur souffre lors des scènes d’action, notamment sur de petites configurations. K.L.


Droit au tut tut

Il y a quelques mois de ça, Psyonix annonçait l’arrivée d’un tout nouveau système de progression pour Rocket League. Aujourd’hui – comme le temps passe vite –, les développeurs viennent d’en révéler le fonctionnement, et autant vous dire que les joueurs de Fortnite ne seront pas vraiment dépaysés. À l’instar du titre d’Epic, le jeu proposera en effet un système de saisons avec une barre d’expérience à remplir au fil des matchs, afin de gagner des niveaux et donc des récompenses. Un joueur lambda devrait pouvoir tout débloquer en une centaine d’heures, mais les plus impatients auront (forcément) la possibilité de craquer dix dollars dans un pass premium qui leur offrira un bonus d’expérience. Bonne nouvelle, cette nouveauté devrait déjà être disponible lorsque vous lirez ces lignes. K.L.


Fortniet

Fortniet «

em>« 68,8 % des joueurs de Fortnite ont dépensé de l’argent dans le jeu, et chacun a dépensé en moyenne 84,67 dollars ! » s’est exclamé (sans le point d’exclamation quand même, faut pas charrier) une étude des analystes de Sensor Tower parue fin juin. « C’est énorme !!! », se sont exclamés derechef (et avec les points d’exclamation cette fois-ci) les gens qui ont lu l’étude sans faire attention au texte écrit en tout petit en bas, qui détaille la méthodologie employée. Ce dernier nous apprend en effet que l’étude a été réalisée sur 1 000 personnes choisies aléatoirement, mais qui avaient en commun de passer plus de dix heures par semaine sur le jeu et d’être inscrites sur la base de données de sondage Pollfish. Un profil sans grand rapport avec celui de la plupart des 125 millions de personnes qui ont déjà joué à Fortnite. L.-F.S.


Fortniet (encore)

Fortniet (encore) P

our une raison non annoncée, mais dont on ne m’interdira pas de penser qu’elle a à voir avec de sombres négociations, ou peut-être même des tractations avec des reptiliens ou des puissances occultes, tenez, regardez ce que j’en fais de ma déontologie et de ma carte de presse, rien à foutre ! Pardon, je digresse. Pour une raison non annoncée, disais-je, PUBG Corp, la boîte responsable d’un jeu battle royale dont le nom m’échappe, vient d’abandonner ses poursuites contre Epic Games. Rappelons que PUBG Corp reprochait au développeur d’avoir plagié son jeu phare pour créer Fortnite et bon, franchement, enfin bon voyons monsieur soyons sérieux cinq minutes. L.-F.S.

 


Depuis l’E3, de nombreux joueurs étaient persuadés que Ciri, l’héroïne de The Witcher 3, ferait une apparition dans Cyberpunk 2077. Leurs espoirs viennent d’être réduits à néant par les développeurs, qui ont affirmé que leur objectif « n’est pas de faire un Kingdom Hearts ». K.L.


Patch le pirate

Victime d’un bug « impossible à patcher », la Switch est visée depuis quelque temps par des pirates de tous poils. Les membres de la Team Xecutor ont ainsi créé un firmware qui permet à la console de faire tourner des « programmes non autorisés », c’est-à-dire des petites bidouilles d’amateurs (ce qu’on appelle des homebrews). Pour lancer des jeux piratés, il faut en revanche acheter la version payante du firmware. Problème, les piratins n’aiment pas payer pour quoi que ce soit et, après avoir tenté d’utiliser le firmware avec une licence invalide, ont découvert que ce dernier verrouille la console avec un mot de passe quand on essaye de l’arnaquer. Pour en venir à bout, les « victimes » doivent alors neutraliser manuellement le programme qui, comble de l’ironie, est lui-même protégé par du code anti-piratage afin de protéger les revenus de ses créateurs. K.L.


Unicon

Unicon O

n le sait : les étrangers, non seulement ne sont pas comme nous, mais en plus préparent tout un tas de sales coups. Tenez, regardez ! Dans un souci d’inclusivité, les standards du Web avaient été changés il y a quelques années pour que des caractères non latins puissent être utilisés dans les URL. Ces dernières peuvent désormais contenir n’importe quel caractère Unicode, dont ceux d’alphabets exotiques dont vous n’auriez jamais entendu parler si vous ne les utilisiez pas pour faire des smileys chelous du genre ( ͡° ͜ʖ ͡°). Eh bien figurez-vous que, d’après la firme Farsight Security, des escrocs ont eu la même idée, sauf qu’au lieu d’utiliser ces glyphes bizarres pour faire des dessins, ils imitent des caractères latins dans les URL. Et madame Josiette Fishing, qui croit aller sur le site de la BNP, se retrouve sur celui de la βηρ. L.-F.S.


Ma petite entreprise, connaît pas la crise

Ma petite entreprise, connaît pas la crise G

abe Newell est déjà tellement riche qu’il en serait à se chauffer en jetant des bons du Trésor dans la cheminée. Cela n’empêche pas Steam de continuer sa progression fulgurante. Après avoir ajouté le support d’une dizaine de nouvelles monnaies (dont le peso argentin, le shekel israélien, le riyal qatari, le colon costaricien), la plateforme préférée des joueurs PC a gagné... 13,5 millions de nouveaux clients depuis le début de l’année. En moyenne, chaque jour, 40 millions de personnes utilisent Steam pour lancer un jeu, soit l’équivalent de la population espagnole. Alors pour l’instant, tout va bien, parce que Steam se comporte de manière (à peu près) réglo avec les joueurs. Mais dans 40 ans, quand Gabe Newell laissera derrière lui un monopole planétaire et que ses héritiers revendront le bébé à des requins du grand capitalisme, je suis à peu près certain qu’on va douiller. A.

 


Eagle Dynamics, créateur du simulateur de vol DCS World, l’a annoncé dans un communiqué : l’éditeur de missions permettra bientôt d’ajouter des vaches (manuellement, une par une, pendant des heures) dans des champs que les chasseurs-bombardiers des joueurs survoleront de toute façon à 1 200 km/h. L.-F.S.


Valve bouge l’espion

Le site Steam Spy permettait d’obtenir une estimation au doigt très mouillé des ventes d’un titre sur la plateforme de Valve. Passons les explications technico-soporifiques sur son fonctionnement, de toute façon inutiles puisqu’il a été récemment plus ou moins condamné à mort par une mise à jour de Steam qui rend la collecte d’informations plus ardue. La bonne nouvelle, c’est que Valve travaillerait en ce moment sur un outil « plus précis » qui permettrait de révéler les ventes de tel ou tel jeu. Les détails de ce futur remplaçant ne sont pas encore connus mais gageons que dans une industrie obsédée par le secret, ces chiffres risquent d’être révélés sur la base du volontariat et donc trop vagues ou incomplets pour être pertinents. K.L.


L’honneur perdu du gamepad

L’honneur perdu du gamepad P

reuve supplémentaire – mais en avions-nous vraiment besoin, tant c’est l’évidence même ? – que la manette est un périphérique inférieur dont seuls des barbares moyens rageux pourraient encore se satisfaire, Microsoft annonce l’arrivée prochaine de claviers et de souris pour Xbox One. Le constructeur a travaillé avec Razer pour permettre à la console de modifier en temps réel la couleur du clavier Chroma (un modèle mécanique bardé de LED) en fonction de la scène affichée par le jeu. D’autres périphériques devraient être supportés par la machine après une mise à jour qui arrivera d’ici la fin de l’année. Détail important : Microsoft pourra détecter la nature de ces périphériques, afin de séparer joueurs-manette et joueurs-souris sur les serveurs multi. Un des seuls cas dans l’histoire de l’humanité où la ségrégation est parfaitement justifiée. A.


L'année de sortie est dans son titre

L'année de sortie est dans son titre I

l y a bientôt six ans, en octobre 2012 (comme le temps passe ! À l’époque, le jeu spatial à la mode qui venait de sortir s’appelait FTL), Roberts Space Industries lançait un Kickstarter pour Star Citizen. En ces temps aussi lointains que bénis, le studio comptait audacieusement sortir Squadron 42, la version solo (avec Mark Hamill, Gary Oldman, Gillian Anderson et bien d’autres) de l’univers Star Citizen, en 2014. Ensuite ce fut en 2016. Puis en 2017. En 2018. Finalement, ce ne sera pas pour cette année non plus. Peut-être en 2019 ? Pendant ce temps, le développement de Star Citizen se poursuit lentement (l’alpha 3.2 est sortie) tandis que Roberts Space Industries approche désormais les 200 millions de dollars de financement grâce à des précommandes et à des ventes de vaisseaux virtuels à la rareté factice. Ils sont très forts. N.

 


Bethesda a annoncé qu’il n’y aurait pas de crossplay entre PC, Xbox et PS4 dans Fallout 76. Quand des joueurs aux yeux gonflés par les larmes sont venus demander pourquoi, Bethesda a dit que c’était la faute à Sony, qui veut pas qu’il y ait de crossplay entre sa machine et celle des copains. L.-F.S.


La météo des plagiats

La météo des plagiats P

oursuivant son commentaire méta sur le game design initié dans sa première saison, Westworld a fait le choix, pour sa deuxième saison, de déplacer les enjeux dramatiques de l’autre côté de l’écran. Ainsi, ce n’est plus dans la série que des choses se passent (car on s’y ennuie ferme cette fois-ci), mais en dehors : après la sortie du jeu Westworld sur mobile, Bethesda a porté plainte contre son développeur (le studio canadien Behaviour) et son éditeur (Warner Bros.) pour plagiat et vol de code. En cause : Behaviour avait en 2014 bossé sur Fallout Shelter, auquel son Westworld ressemble tellement qu’on y retrouverait les mêmes bugs ! Une plainte pour clonage et vol de code concernant l’adaptation d’une série dont c’est le thème, avouez que c’est trop cocasse pour être vrai. N.


Autel cinq étoiles

Autel cinq étoiles E

n début d’année dernière, le tout jeune studio taïwanais Red Candle se faisait un nom avec Detention (8/10 dans le Canard PC no 355 sous la plume de Maria Kalash), jeu d’horreur situé dans le Taïwan des années 1960, alors régi par la loi martiale. En 2D, pas bien joli, plutôt rigide, Detention souffrait un peu de son manque de moyens. Vu le prochain jeu de Red Candle, cela semble être de l’histoire ancienne : Devotion se déroulera en vue subjective et en 3D, comme beaucoup de jeux d’horreur modernes. Mais à la différence des autres, ce sera vraisemblablement le seul à se dérouler à Taïwan dans les années 1980 et à raconter la vie d’une famille très (peut-être trop) religieuse dont la vie tourne petit à petit à l’enfer. Voilà qui est enthousiasmant, ma foi. N.

 


Télex

Après Gameloft et Ketchapp, un autre éditeur français de jeux mobiles vient de se distinguer pour manque d’inspiration caractérisé : Voodoo, dont le jeu Hole.io ressemble beaucoup au fort sympathique Donut County (dont on parle ici depuis 2013 et qu’on aimerait bien voir sortir un jour, merci bien). N.